} Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett

Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Jardin des Nymphes :: Le Lac des Sirènes
MessageSujet: Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett Mar 17 Avr - 21:39
‹‹ Salagadou, la menchikabou, la Bibidi Babidi Bou ››


Elle soupire. Pourquoi les coups de baguettes magiques ne se passent jamais comme il faut avec elle? La dernière fois qu'elle a tenté d'utiliser la magie, elle s'est retrouvée avec une couleur de cheveux qui sort de l'ordinaire.... Sa mère a été à deux doigts de lui faire une syncope et son père lui a interdit tout simplement d'utiliser la magie sans surveillance.

Lorsqu'elle est arrivée en septembre à Sainte Catherine, les profs ont vite compris qu'il ne faut sous aucun prétexte la quitter des yeux lorsqu'elle a une baguette en main. Félix est même du genre à le crier sur tous les toits... Généralement c'est pas ce qui fait le plus plaisir à Siriel, elle a même tendance à venir lui clouer le bec en déposant sa main sur sa bouche afin de l'étouffer. Chose qui bien évidemment est inutile étant donné que sa voix continue à résonner. Mais bon, elle ne retiens que l'essentiel et il semble que son cerveau ait jugé ce détail inutile.

"Ça vaaa, j'ai les bases quand même !"

Ce à quoi n'importe qui ayant entendu, s'étouffe. Elle avoir les bases? C'est vrai qu'elle a toujours été douée pour les blagues. Enfin, douée... Vite fait quoi. Entre les "salut j'suis malade... -Ah coucou malade je suis Siriel" ou les "ah le courant passe entre nous" après un coup de jus, on peut pas vraiment dire qu'elle est drôle. Ou plutôt, elle l'est à sa manière.

" Bah justement non, tu les as pas les bases !"

Heureusement, elle a la chance de pouvoir s'entraîner. D'ailleurs, aujourd'hui justement elle compte s'entraîner avec Billie. Billie c'est une fille qui est aussi en faune comme elle. La magicienne reste souvent sur les fesses lorsqu'elle rencontre Billie et son familier. Il doit être l'enfant du diable à côté les remarques de Félix sont de véritable compliments. Bon dire qu'il lui fait peur serait peut-être exagéré, heureusement que son porte familier est là pour répondre à sa place !

Enfin bref. Billie c'est aussi la fille aux cheveux bleus, elle semble assez solitaire mais a un goût prononcé pour la nature et la musique. Chose que la petite Siriel comprend. Après tout, n'est-elle pas la première élève de Sainte Catherine à insister pour emmener son familier en promenade afin de profiter de l'air frais ? Si.

D'ailleurs la nature l'émerveille, d'un autre côté, tout peut émerveiller Siriel. Quoiqu'il en soit, aujourd'hui elle va traverse le jardi. pour se rendre au lac. Sa baguette en main elle avance la secouant dans tous les sens de manière dangereuse. Avec elle tour devient dangereux. Même manger un yaourt, plier une feuille en deux ou rêvasser.

"Hé. Tu peux calmer ta joie?"

La magicienne lance un regard à son familier qui l'a suit. Elle est tout à fait calme. Si le calme possède un nom c'est le sien. Elle est plus calme qu'un escargot fans sa coquille. Et elle le fait remarquer au chat qui lui rappelle la raison de la couleur de ses cheveux et bien d'autres souvenirs qu'elle aurait préféré oublier.

"Billie coucou !"

Elle lève la main et la salue sans cesser de marcher pour la rejoindre. Aujourd'hui au programme, faire parler des légumes !
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Un chat (maine coon) nommé Félix

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Points : 22
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett Mar 24 Avr - 9:55
ft. dani,loki&licorne
Sotterilège

Non mais regarde-moi ça...
Oh Arthur, ne commence pas...
Mais regarde ! Une imbécile heureuse !

Je soupirai, levant deux yeux exaspérés au ciel. Arthur était allongé dans l'herbe grasse à côté de moi. Son pelage mouillé après une longue baignade dans le lac scintillait sous les rayons d'un soleil chaud. Sur le dos, il tenait un petit caillou entre ses pattes avec lequel il jouait jusqu'alors, comme les loutres peuvent avoir l'habitude de le faire. Mais l'arrivée de notre rendez-vous l'avait déconcentré. Il avait laissé tomber le haut de son crâne contre terre et les regardait s'approcher à l'envers. Parce qu'ils ne méritaient pas, selon lui, plus de considération que cela.

Malheureusement, l'engeance du diable à la truffe d'ange n'avait pas totalement tort. Siriel – qu'est-ce qu'elle était en train de fiche avec sa baguette ? – était un étrange personnage. Dans le grand groupe des êtres vivants, je la classais dans la catégories des spécimens étranges, avec le paresseux, la poule disco, et Blake Roussel. Une maladresse plus puissante que n'importe quel sortilège en ces lieux lui permettait de réaliser cet exploit incroyable d'être encore en vie malgré tous ses accidents. Très gentille certes, mais débordante d'une énergie qui, personnellement, pouvait très rapidement m'épuiser. Une pile électrique imprévisible, qui pouvait de temps en temps complètement dérailler aussi. En bref, vraiment trop bizarre la nana. Une imbécile heureuse, que rien – même son quotidien semait d'embûches – ne semblait pouvoir vaincre. Ce n'était pas un reproche – au contraire même, peut-être une force – mais elle manquait d'une certaine lucidité. Sur sa propre situation.

Non mais regarde ! ajouta Arthur en riant lorsque la jeune fille se mit à nous faire de grands signes de salutations. La loutre le lui rendit en me soufflant : Si tu me fais signe, c'est que t'es conne ! Son jeu favoris, qui n'avait d'autre objectif que de se moquer de ses cibles.
Arthur, arrête !

Je l'aimais bien, Siriel. Enfin, je ne sais pas si je l'aimais bien... mais j'avais de la peine pour elle. Elle dégageait ce je ne savais quoi d'adorable, mais être une catastrophe ambulante donnait envie de lui faire des câlins pour qu'elle arrête de tout détruire par sa simple présence. Ah oui, c'est plutôt de la pitié que je ressentais à son égard. Elle arrivait à me toucher si profondément qu'elle m'en tirait un altruisme insoupçonné. Je désirais lui venir en aide, parce que ça ne devait pas être toujours agréable d'être cette imbécile heureuse et maladroite. Ah mince ! Voilà que je m'y mettais aussi. Saloperie d'Arthur.

C'était d'ailleurs pour l'aider que je l'attendais là, au bord du lac. J'étais venue en avance pour profiter du coin, de la vue sur la surface lisse de l'eau, et derrière l'horizon déchiré là par les cimes des arbres, là par les pics vertigineux des montagnes lointaines. Mon casque reposait dans l'herbe avec mon téléphone portable et un sac de cuir à bandoulière. J'avais ma veste de cuir jaune sur les épaules et une robe d'un bleu parfaitement accordé à mes cheveux. Mes jambes nues à mi-cuisse jusqu'aux orteils. Comme à mon habitude, mes chaussures traînaient partout sauf à mes pieds.

Après avoir laissé mon esprit vagabonder par delà le lac, les forêts et les montagnes, à travers les étoiles et par delà notre univers, l'envie de travailler ne se faisait plus ressentir. J'avais du la faire tomber de ma poche en cours de route. Mais je me faisais violence. Dans la pratique de la magie, j'étais plutôt douée. Offrir mon aide à certains camarades en difficulté faisait partie de ma routine. Du moins, en début d'année. Avec la présence d'Arthur, les demandes se firent vite de plus en plus rares. Finalement, Siriel était peut-être la dernière à résister encore et toujours à l'emmerdeur.

Billie coucou ! m'avait lancé au moment où Arthur se moquait d'elle ma camarade.
Hey salut ! répondis-je d'un ton et d'un sourire un peu forcés.

Le plus sympathique avec Siriel, c'était de la regarder. C'est qu'elle était plutôt jolie. Ses cheveux tous violets comme les miens étaient bleus, parfaitement assortis à ses yeux. La rumeur prétendait que c'était du à l'un de ses nombreux accidents. Un heureux accident, pensais-je. Plus petite que moi, elle avait un quelque chose d'adorable dans le visage. Comme une peluche.

Tu veux te les faire toi, tes peluches ? me dit inexplicablement Arthur, et son don pour ne pas respecter les lois du role-play.
Mais je ne veux pas me... la faire. J'ai le droit de trouver quelqu'un agréable à observer, répondis-je en murmurant.
C'est surtout ses petites fesses que tu trouves agréables à regarder, ouais.
Ta gueule, Arthur !

Je tapotai le sol pour inviter Siriel à s'asseoir. Et si on faisait autre chose que faire parler des légumes ? Je ne sais pas pourquoi mais... j'avais mal au ventre. Comme si un drôle de pressentiment voulait me mettre en garde.



________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 119
Points : 28
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett Lun 30 Avr - 0:29
Toutouloutoutouum

A défaut de chantonner à voix haute de manière joyeuse, Siriel le fait dans sa tête. D'après Félix, c'est pas plus mal. Elle est gentille la petite mais le chant c'est concrètement pas sa tasse de thé... Et ce, même si elle pense le contraire.

Quoiqu'il en soit lorsqu'elle voit Billie lui faire signe de venir poser son derrière à côté d'elle, elle ne tarde pas à le faire et avec le sourire pour pas changer. Ses fesses touchant le sol, elle frissonne.

L'herbe lui chatouille les jambes, son seuls soucis : son adorable short en jean bleu clair. Tellement douée qu'elle est capable de le salir seulement en s'asseyant sur le sol... Et là, c'est la mère Leyris qui ferait une deuxième syncope en découvrant l'état du vêtement. Pire encore que le jour où elle a eu la maladresse de tenter un tour de baguette et que ses cheveux sont devenus violets.

"Comment tu vas?"

Elle joue avec les pousses vertes, entre temps, elle a déposé sa baguette sur son côté droit. Elle ne comprend peut-être pas ce qu'il peut arriver lorsqu'elle regarde ailleurs. A coup sur elle est capable de l'oublier et de marcher dessus en se relevant.

"C'est vraiment super sympa de m'aider !"

Naturellement, Félix soupire. Heureusement qu'il a un semblant d'amour pour sa stupide magicienne... Il roule des yeux et se charge de la ramasser. Boulet qu'il lui lâche et encore, ce mot fort gentil à son égard, n'a résonné que dans sa tête à elle.

Après, il ne sait pas trop si c'est mieux qu'elle garde son petit panier de légumes près d'elle plutôt que sa baguette. Les légumes, ils se remplacent. Les baguettes, ça semble plus délicat... Déjà, ses parents ont beau être friqués, ils vont pas se faire chier à lui racheter ceci ou cela chaque fois qu'elle le casse, alors une baguette.....

D'ailleurs, elle garde son petit panier tout contre elle, panier qu'elle a rempli de exactement dix légumes. Une petite carotte qu'elle trouve absolument adorable -ça se discute, Félix lui ne trouve pas du tout, il a même dit "c'est une carotte quoi" lorsque Siriel l'a mise dans son panier-. La carotte a été rejoint par une tomate toute rouge, qui entre nous a l'air absolument bien juteuse.

La magicienne a tenu à mettre exactement un radis, oui oui, juste un. Un oignon, et bien sur, son familier s'est senti obligé de faire un commentaire : "T'as pas besoin d'oignon pour pleurer Sisi["  ce à quoi elle a répondu "J'avais une poussière dans l'œil quand on a regardé Bambi et que sa maman meurt ok?!" .

Dans son panier, il y a aussi un poireau, un chou, un petit rond comme elle le dit si bien -et c'est pas faute d'avoir tenté de la corriger un million de fois "Non Siriel, potiron pas petit rond..."-.

A tout cela s'ajoute, une salade fraîche " comme moi" a fait remarquer Félix la veille en la voyant préparer. Et enfin, un poivron et une aubergine.

Comment elle a pu porter tout ça avec sa force de fourmi? Elle a eu énormément de chance. Elle a cherché une formule pour que le panier vole tout seul derrière elle. Siriel a trouvé et a tenté pendant que son familier est parti se mettre à l'abri. Mais contre toute attente, son tour de passe passe a fonctionné. Pas d'explosion, pas de changement de couleur, aucune brûlure, zéro égratignure bref ça a marché.

"J'ai ramené quelques légumes, je savais pas quoi prendre du coup j'en ai pris dix différents ! Normalement, je me suis améliorée !"

La magicienne et les tests ça ne fait jamais bon ménage. Pourtant, lorsqu'elle a tenté un coup de baguette magique pour la dernkere fois -c'est à dire il y a de cela un quart d'heure tout au plus- et ça a fonctionné... Autant dire que son quota de chance du mois vient de s'envoler tel l'avenir que ses parents ont voulu qu'elle suive.

Aie aie aie... ce sont là les dernières pensée de Félix avant le désastre.

________________________________

•••

Siriel enchaîne les maladresses en palevioletred
Et Félix fait des commentaires en  rosybrown
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Un chat (maine coon) nommé Félix

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Points : 22
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett Dim 6 Mai - 11:19
ft. dani,loki&licorne
Sotterilège

Comment tu vas ?

Je haussai des épaules pour dire que ça allait. Pas le top du top, parce que j'essayais de me concentrer pour ne pas prêter attention aux immondices immorales que mon familier me soufflait dans la tête. Mais ça n'allait pas mal non plus. Ça n'allait jamais mal après un moment passé dans l'herbe, à perdre mon regard dans le paysage et mon ouïe dans la musique. Mon esprit dans l'univers et mon imagination dans d'autres mondes.

C'est vraiment super sympa de m'aider !
T'inquiète, c'est rien ! Ça me fait plaisir... rétorquai-je en essayant d'afficher un fin sourire, de ceux qui se veulent rassurant. Sauf que je n'ai jamais eu à rassurer qui que ce soit, donc je ne savais pas si c'était le bon sourire que j'affichais. Peut-être que c'était le même sourire que celui qui veut lui dire qu'elle est mignonne. Et là, ce serait la honte. Ou peut-être que c'était le même que celui qui veut lui dire que je la méprise. Ce qui n'était pas le cas, celui-là était réservé à Blake.

Je la regardais faire, avec son petit panier d'osier à côté d'elle et sa baguette dangereusement posée dans l'herbe. Il était vrai qu'elle dégageait quelque chose de mignon, cette Siriel. En outre une quelconque beauté, dont je profitais – oui, c'est vrai – tout en pouvant en faire abstraction, c'était cette forme d'innocence que prenaient son regard et ses gestes, qui réussissaient à attendrir n'importe qui. Et la maladresse, même excessive, parvenait toujours à nourrir l'empathie d'une manière douce. J'aurais aimé poursuivre l'analogie plus que pertinente avec les peluches – car Siriel en avait les caractéristiques, hormis le rembourrage – mais Arthur en avait souillé l'image à tout jamais.

J'ai ramené quelques légumes...
Tiens, j'ai déjà vu un film commencer pareil.
Tu me dégoûtes, Arthur.
… je savais pas quoi prendre du coup j'en ai pris dix différents !
Ambitieuse !
Arthur !
Normalement, je me suis améliorée !

Impossible de le retenir plus longtemps. Son esprit malade avait fait de cette rencontre un scénario pornographique et tout était sujet à la pire des interprétations possibles. Il explosa d'un rire forcé dans mon esprit, ce qui lui était parfaitement dispensable mais il en avait pris la mauvaise habitude. Face au lac, cela se traduisit par des petits couinements dont tout le château, désormais, avait l'habitude. Il se roulait par terre en se foutant ouvertement de nos tronches. Il nous pointait de ses petits doigts griffus, essayait de parler dans ma tête, n'y arrivait pas parce qu'il rigolait trop, et repartait de plus bel. J'enfouis mon visage entre mes mains, honteuse et consciente que Siriel n'avait sûrement pas les capacités – ou la décadence, au choix – pour comprendre le pourquoi du comment.

Je suis désolée... lui dis-je de ma petite voix touchante. Il ne sait pas se tenir. C'est pas contre vous, hein ! C'est... contre le monde entier, en fait.

Je pris la loutre entre mes mains pour la déplacer et laisser libre l'espace d'herbe entre ma camarade et moi. Il s'offusqua, évidemment, sur le traitement injuste des familiers, usant d'arguments étrangement pertinents sur le féminisme pour appuyer ses propos.

On s'y met ?
Tu devrais tenter le coup quand même, BB. Tu sais ce qu'on dit des plus sages en apparence... revenait-il à la charge. Je fermai les yeux quelques secondes pour effacer de ma tête et ses paroles, et les images dérangeantes qu'elles apportaient avec elles.
Tu devrais commencer par le plus petit...

Je lançai un regard noir à Arthur avant qu'il ne puisse sortir la moindre remarque. Il se contenta donc de rire dans son coin, nous tournant le dos pour mieux nous mépriser, nous et notre absence d'humour.

J'ôtai le collier que je portais autour de mon cou. Bien que cela ne changeait rien à l'usage de la magie que je le porte ou non au cou, c'était plutôt pour montrer à Siriel comment je m'y prenais, depuis l'utilisation de ce catalyseur jusqu'au résultat du sortilège. Je n'étais même pas certaine de savoir si elle était une magicienne ou une sorcière. Mais sa maladresse était déjà, dans tous les cas, une malédiction à part entière. J'ôtai le bouchon de la fiole qui me servait de pendentif. Encore une fois, aucun intérêt. Ce n'était qu'un petit rituel provenant de mes premiers Cauchemars : avant d'utiliser la magie, je rangeais dans cette fiole toutes les idées noires et les problèmes. Et toutes les choses qu'Arthur venait d'insuffler dans mon esprit, même si elles n'étaient pas noires, j'en avais des idées à me débarrasser.

Si tu te sens prête, vas-y et je te guide. Sinon je fais une démonstration d'abord.
C'est quand même fou ! Tout ce dialogue est tendancieux ! Sans le reste, on s'y croit ! ajouta comme pour conclure Arthur, alors qu'il s'allongeait dans l'herbe, dos à moi, les pattes autour d'un petit caillou.



________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 119
Points : 28
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett Dim 13 Mai - 11:17
Si un jour Siriel a pensé que son familier ne sait pas se tenir, elle se rend compte qu'en réalité il y a pire. Félix, lui, est prêt à taper sur la loutre alors que la pote à sa maîtresse prend la parole.

- Je suis désolée... Il ne sait pas se tenir. C'est pas contre vous, hein ! C'est... contre le monde entier, en fait.

Heureusement pour la loutre, elle se fait déplacer assez loin. Normalement, aucun familier ne finira noyé dans le lac à cause d'un chat qui aura explosé face à l'insolence d'un certain Ar- hum, d'un certain familier.

La magicienne se demande de son côté comment Arthur peut bien compléter ou ressembler à Billie. Elle est adorable, et bien que solitaire elle est d'accord pour l'aider elle. Elle qui a pourtant la réputation d'être une catastrophe sur pattes. Même Félix le dit qu'elle est un gros boulet. Et il ne dit pas gros car elle lui répète à longueur de journée que ses fesses sont beaucoup trop énormes !

Quand elle regarde les fesses des autres elle a l'impression que les siennes sont beaucoup plus présentes. Après, est-ce que son regard ne se porte sur ces paires de fesses justement parce qu'elles attirent l'œil?  Oh ! Est-ce que ça veut dire que les gens matent eux aussi son postérieur parce qu'il passe pas inaperçu?! Quand elle commence comme ça, Siriel se perd et peut continuer un long moment.

Le pire c'est lorsqu'elle débat avec Félix. Lui pense que ses fesses sont normales et que c'est pas le plus important. Faut dire que, en plus d'un bon cul la magicienne a de très beaux yeux, assortis à ses cheveux. Combien de personne à Sainte Catherine  peuvent prétendre avoir des yeux de la emmener couleur que leurs cheveux?

Elle de son côté, pense que : noooon ! Chaque partie du corps est importante et participe à un équilibre qui peut être brisé à cause de fesses trop tape à l'oeil ou une poitrine trop petite.

"On s'y met ?"

Hein? Ah oui oui ! Euh... Par quoi elle commence? Abracadabra légume parle?

Tu devrais commencer par le plus petit...

Le... Plus... Petit. OK. Ok  ok facile, simple même. Elle regarde les légumes. Plus petit dans le sens de la taille ou plutôt en fonction du poids? Car entre nous, qu'est-ce qu'un petit légume?  C'est comme le deuxième débat que Siriel a souvent avec Félix, qu'est-ce que la beauté? Elle trouve que tout objet possède une certaine beauté.

Ce à quoi le familier répond que : Siriel ma chérie. T'es un peu conne parfois quand même. Une housse de drap c'est une housse de drap. Un dentifrice c'est un dentifrice. Et il n'a pas tord. Alors elle dit que oui mais chacun voit la beauté et le degré de mochitude différemment. Et bien sur, le chat trouve quoi répondre pour la contredire. Et comment un aveugle perçoit la beauté et ton "degré de mochitude" imbécile.

Le débat se finit par une Siriel qui a toujours réponse à tout. D'ailleurs, c'est généralement à ce moment que Félix laisse tomber.  C'est quoi cette idée de vouloir parler avec elle? Elle est gentille hein c'est pas ça le problème. Mais, bordel de merde quand elle s'y met parfois il a l'impression de parler à un mur ! Pire encore que lui quand il veut ABSOLUMENT un oiseau bleu-ciel au goûter et que la magicienne ne trouve qu'un pigeon.

" Si tu te sens prête, vas-y et je te guide. Sinon je fais une démonstration d'abord."

Héhé... C'est fou comme elle se perd rapidement dans ses pensées. Où elle en est déjà?

"C'est quand même fou ! Tout ce dialogue est tendancieux ! Sans le reste, on s'y croit !"

Elle n'est pas sûre de comprendre la dernière phrase de la loutre. Elle secoue la tête. Bon allez. Elle prend le radis. Minute. Où est sa baguette? Elle panique elle lance le radis derrière elle, Félix rit. Pourquoi sa maitresse sait mieux viser lorsqu'elle ne voit pas que lorsqu'elle se concentre sérieusement?  En tout cas bien joué. Le radis arrive en plein sur la tête de la loutre.

Son familier tente de retenir son rire mais il ne peut s'empêcher de faire un petit commentaire.

"Ouuh bien visé !"

Elle ne l'écoute pourtant pas et continue de chercher sa baguette sur le sol en panique. Quelle honte perdre sa baguette devant Billie ! Ahhhhh ! Que quelqu'un la fasse disparaitre avant qu'elle ne craque complètement !

"Hé. Elle est là ta baguette clocharde."

Lorsque Félix lui passe le bout de bâton sous le nez elle se calme immédiatement.

"Je suis prête !"

Re minute. Où est passé son radis? Félix soupire et pointe l'autre familier. Immédiatement Siriel fait une grimace. Elle va le chercher et s'excuse sincèrement avant de revenir face à Billie.

Peut-être que en fait, commencer, c'est pas une très très bonne idée. Elle lance un regard à son chat qui hoche la tête comprenant parfaitement à quoi elle peut bien penser.

"Je pense que c'est une mauvaise idée de me laisser commencer. Je propose que tu fasses une démonstration avant..."

Bien Siriel, continue, enfonce toi. Qu'est-ce qu'elle a bien pu faire au seigneur pour qu'elle soit si maladroite...? Elle se met à réfléchir à ce qu'elle a bien pu faire de mal. Sauf que, hé, ma belle, tout ce que tu entreprends fini mal. Elle soupire et et fait tourner le légume entre ses doigts. Heureusement que Billie est là. Elle est certaine que grâce à elle, elle s'améliora !

Alors, gentiment elle se baisse et prend la carotte de son panier pour la donner à Billie. Billie, sa sauveuse ! Elle l'aurait embrassée en temps normal. Sauf que là, c'est une situation très sérieuse ! Félix observe. Quelle belle motivation. Ah et si innocente. C'est adorable mais c'est pas ça qui la rendra meilleure en magie !

________________________________

•••

Siriel enchaîne les maladresses en palevioletred
Et Félix fait des commentaires en  rosybrown
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Un chat (maine coon) nommé Félix

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Points : 22
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett Jeu 31 Mai - 10:01
ft. dani,loki&licorne
Sotterilège

J'aurais pu la regarder faire d'un air inquiété si je n'avais pas l'habitude de ses exploits maladroits. Aussi la regardai-je faire, simplement. Les paupières légèrement alourdies par la lassitude, et rien d'autre que l'attente de la fin de ce spectacle affligeant. Les radis volaient, la panique était totalement présente. Elle avait réussi à perdre sa baguette, celle que je voyais dans l'herbe juste à côté d'elle, d'un simple coup d'œil. Je n'avais même pas ri quand Arthur s'était pris le légume sur la tête. Il boudait et cela n'allait pas arranger notre affaire. S'il était trop vexé par cette journée, j'allais en payer les conséquences plus tard. Par exemple, en supportant son postérieur près de mon nez toute la nuit. Celle-ci, de vengeance, il l'appréciait particulièrement. C'est que ça ne volait pas très haut, dans son esprit. On restait sur un humour très scatophile.

Je suis prête !

Je commençais à trouver le temps long et me demandais si tout ceci n'était pas qu'une perte de temps. Un cas désespéré restait un cas désespéré même en lui fournissant toute la bienveillance du monde. Et les cas désespérés, c'était ce que Siriel dévorait par dizaines au petit-déjeuner, pour donner un ordre d'idée. Je grimaçai en la voyant approcher Arthur pour récupérer son bien, mais la loutre ne réagit même pas. Je profitai de son déplacement pour jeter un œil à son fessier sous l'uniforme, joliment galbé. Dommage, ceci ne dura qu'un trop court instant.

Je pense que c'est une mauvaise idée de me laisser commencer.

Moi aussi. Mais je n'avais pas la motivation nécessaire pour m'essayer à un tel tour de magie. J'avais bien assez d'Arthur pour discuter plus que de raison, je n'aimais pas l'idée d'ajouter à cela une petite troupe de légumes couinant, et découvrant rapidement leur condition déplorable, jusqu'à ce qu'un leader se détache du groupe et commence à militer pour les droits des légumes. C'était une vaillante carotte, qui avait hurlé avant de s'éteindre tragiquement, lorsque Arthur la dévora devant ses amis pour la faire taire. Puis l'avait vomi pour dissuader les plus courageux. Puis m'avait laissé nettoyer pour aller se poser devant Netflix. Heureusement, ce n'était qu'une illusion. Les légumes ne possédaient pas réellement de conscience. Du moins, c'était ce que je pensais. Sinon mon familier n'aurait pas pu commettre de meurtre... non ?

Je propose que tu fasses une démonstration avant...

Je lui souris en guise d'acquiescement. Pourtant, j'étais plus motivée à laisser tomber tout cela qu'à me lancer dans cette démonstration. J'avais envie de lui demander d'abandonner, lui dire qu'elle était nulle en classe et en magie et qu'il fallait l'accepter, mais qu'elle était sûrement meilleure ailleurs. Puis de l'embrasser fougueusement avec la langue pour voir si c'était le cas. Mais ces fantasmes, largement influencés par les insinuations d'Arthur – du moins me donnait-il une bonne justification – resteraient enfouis dans la zone du non-assumé de mon esprit.

Bon bah... ok...

Siriel me tendit une carotte, que je regardai quelques secondes avec des yeux écarquillés. Un peu comme un vétéran de guerre qui réagirait face à une pétarade. Les protestations de feu Capitaine Carotte et son agonie entre les petites dents acérées de mon familier me revinrent en mémoire comme les cris d'agonie de vietnamiens au milieu de largages de bombes et de napalm. Je la pris tout de même entre mes doigts hésitants, juste pour la poser par terre.

C'est une carotte ? Si ça c'est pas un message caché, ma petite ! La seule façon d'être plus explicite serait de t'offrir un bon vieux g...
Ça suffit, Arthur. C'est juste une fille de ma classe, et vachement innocente en plus. Pas un fantasme avec lequel tu voudrais me caser.
C'est ça, c'est ça. Et la fougue et la langue alors ? Tu croyais simplement le penser, mais tu m'le disais en fait. Tellement ça te démangeait.

Je roulai les yeux au ciel et me raclai la gorge pour me concentrer. Me concentrer ? Quelle idée ! Impossible maintenant. Aussi me contentai-je du minimum, en récitant les différentes instructions que le professeur nous avait fourni au moment de l'apprentissage. Lentement, pour que Siriel prenne note dans son esprit désordonné de toutes les indications associées aux gestes adéquates. Lorsque je posai le doigt sur le légume, une lueur jaunâtre semblait se diffuser de moi à lui. L'effet fut immédiat. Une voix rauque, comme difficilement articulée, vint nous supplier.

Tueeeez-moiiii... Pitiééé... Tuez-moiiii...
On dirait...
Oh non... c'est...
Capitaine Carotte...
Débarrasse-nous de lui !
Comment ?!
Tueeeez-moiiii...
TIENS, PRENDS-LE !
JE PEUX PAS ! ENLEVE-MOI CA !
FAIS-LE TAIRE ! TUE-LE ! TUE-LE !!!
JE NE SAIS PAS COMMENT ON...
OH MERDE !

Arthur prit la carotte entre ses dents, courut vers le lac et jeta le bougre au milieu des sirènes. Je respirais fort et restais sous l'effet d'une panique incontrôlable. Le spectacle avait été ridicule mais à deux, on pouvait s'emporter facilement. Est-ce que ça en valait bien la peine, finalement ? Lorsque mon familier revint, c'était d'un air fier et parfaitement décontracté, comme si rien ne venait de se produire.

Bon bah la démo, c'est fait. Vous vous roulez des pelles, maintenant ?
Euh, Arthur...

Pour moi, ça ne changeait rien. Pourtant à chaque fois, il y avait un petit quelque chose de différent. C'était une sensation, une impression. Comme si une conversation entre nous était un couloir aux multiples portes, et que celles-ci étaient toutes fermées. Quand il voulait communiquer aux autres, il ouvrait ces portes pour laisser passer les messages. Une impression que je ressentais, ces portes fermées ou ouvertes.

Ah. Elle a entendu, c'est ça ?

Je pris la tomate pour la poser devant Siriel, l'air de rien.

A toi !


________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 119
Points : 28
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Abracadabra ∆ ft. Billie Barrett
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Wade Barrett & Cody Rhodes Vs Randy Orton & The Rock
» Wade Barrett vs Abyss
» Wade Barrett et C-A vs Bobby Lashley et Christian
» Abracadabra me voilà ~ [PV July Martens]
» John Cena vs Wade Barrett

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Jardin des Nymphes :: Le Lac des Sirènes-
Sauter vers: