} Maux & Mots

Maux & Mots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: Le Foyer Commun
MessageSujet: Maux & Mots Sam 1 Sep - 15:47
Mots & Maux

Le foyer était un peu trop bruyant à son goût. Mais cet endroit portait bien son nom… Dans le dictionnaire franco-tamasheq qu’il avait déniché au fin fond de la bibliothèque, la définition de foyer était la suivante : espace ouvert aménagé dans une maison pour y faire du feu ou bien local servant de lieu de réunion, d'asile. Fitz avait hoché la tête, convaincu : cela semblait plutôt bien convenir à la réalité car il y avait du monde et il faisait chaud. Le garçon se méfiait toujours des mots inconnus depuis qu’il était arrivé ici : le français était une langue délicate, plein de double sens et il préférait éviter les gaffes au maximum. Il n’aimait pas se faire trop remarquer et avait déjà du mal à passer inaperçu…

Le jeune Khalil était l’un des rares élèves à la peau sombre dans l’établissement et sa mèche blanche, qui tranchait dans les boucles brunes de ses cheveux, avait le don d’attirer les questions d’indiscrets. Il se sentait un peu comme un « chien dans un jeu de quille » - cette expression était étrange. Comment expliquer à tous ces adolescents qu’il avait frôlé la mort alors même que la majorité d’entre eux menaient une vie de jeunes gens tout à fait normale ? Il soupira longuement. Si seulement il avait pu comprendre un peu mieux la légèreté qui motivait l’ensemble de ses camarades…

Son familier redressa les oreilles. Œil-De-Nuit avait toujours le don de détecter quand son frère d’âme avait besoin d’appui. Il se rapprocha de Fitz, silencieux, car les mots étaient souvent inutiles entre eux. Le louveteau posa sa petite tête contre la cuisse du jeune touareg et celui-ci retrouva un léger sourire. Il gratta le derrière des oreilles du canidé, lequel grogna de plaisir : il avait toujours du mal à atteindre cet endroit.

- Je ne sais pas ce que je ferais sans toi.
- Hum… Certainement encore plus la gueule.
- Idiot, le gourmanda gentiment le garçon et lui frottant le ventre.

Le louveteau s’empressa de le mordiller en grondant. Ils jouèrent ensemble quelques poignées de secondes, puis le petit loup se repositionna contre le touareg et replongea dans un demi-sommeil.

Fitz se replongea dans le livre posé entre ses jambes. Certes, le foyer était très souvent bondé et bruyant, mais il faisait bien trop froid dehors. La neige était tombée cette nuit. Et la bibliothèque était fermée à cette heure-ci. De toute façon, il avait pris le pli et était capable de s’isoler efficacement et d’ignorer les bruits parasites qui auraient pu défaire sa concentration. Afelan, son ancien maître, lui avait appris à se couper du monde quand cela était nécessaire. Il avait toujours été attentif. Peut-être maîtriserait-il couramment le français avant la fin de l’année. Et puis son père était malien… francophone, donc. Peut-être que ses gênes seraient utiles ? Il chassa son père de ses pensées. Il ne voulait rien devoir à cet homme.

Le livre traitait de la flore locale. Dans le désert, Fitz avait eu peu d’occasions d’étudier les fleurs et toutes les nouvelles plantes qu’il découvrait depuis son arrivée avait le don de le fasciner. D’autant plus que certaines avaient des propriétés magiques et médicales bien utiles. Certes, il ne commencerait pas les Potions avant deux ans, mais rien ne l’empêchait de prendre de l’avance, n’est-ce pas ? Afelan aurait été ravi de voir son apprenti aussi studieux : l’enfant avait toujours été passionné par les substances médicinales.

Toutefois, alors qu’il détaillait un article sur la gentiane, il fronça les sourcils. Un mot lui posait problème… Véritablement problème. « Puceron. » Il tenta de fouiller dans son esprit, retourna les mots dans tous les sens, murmura entre ses lèvres la suite de syllabe, reprit le paragraphe depuis le début… Rien à faire. Il ne comprenait rien à ce que voulait raconter l’auteur. Et il n’avait pas son dictionnaire sur lui.

En désespoir de cause, il redressa la tête. Tous les étudiants discutaient entre eux ou jouaient à des jeux qu’il ne connaissait pas. Son regard brun tomba alors sur un rouquin un peu plus âgé, pas très loin de lui qui semblait relativement tranquille lui aussi. Il se redressa, s’approcha du garçon et lui tapota timidement l’épaule, priant pour ne déranger personne :

- Hm… excuse-moi ? Est-ce que tu pourrais m’expliquer ce mot, s’il te plaît ?

ft. Kaden Shimomura
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Un louveteau, Oeil-de-Nuit

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 31
Points : 21
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Maux & Mots Mer 5 Sep - 16:07

PostRPKaden

XXX
Maux & Mots

ft. Fitz Khalil

Hé, alors, avant que quiconque ne se montre médisant à des méchancetés ou que sais-je encore, je vous jure que j'avais l'intention de travailler en venant ici ! Genre, j'avais même ramené mes marqueurs et tout, puis mes cahiers, et je m'étais même embêté à aller dénicher quelques livres épais et poussiéreux (car plus ils sont épais plus ils sont importants, non ?) pour, euh... Je sais pas quoi, disons que j'avais vu que certains faisaient ça, alors je me suis dit que ça ne me tuerait pas, après tout. J'étais plein de bonne volonté ; suffisamment pour siffloter en arrivant ici, gardant mon entrevue de la dernière fois avec White en tête. Je me suis dit qu'au vu de ce que j'avais entendu, je ferais peut-être bien de prendre des cours de méthodo, et, bah... De vocabulaire, aussi, car j'en manque cruellement. Je suis assez brouillon, et clairement, il y a plein, pleiiiiin de formulations que je ne connais pas : c'était l'occasion d'en découvrir, tiens ! Mais... Mais, bah, oui, y'a un gros « mais », dans tout ce fatras.
Au début, je pourrais promettre que j'étais attentif. Bien gentiment, et sans rechigner, je m'étais mis à lire mes cours et à revoir les différentes évaluations que j'avais raté, bien que mon ego pleurait un peu devant tous ces traits de rouge et ces remarques directes. J'avais même réussi à calmer Yuna pour qu'elle cesse de réclamer mon attention, même si cela me fend le cœur, histoire d'être pleinement concentré sur mes travaux (oui j'aime bien dire 'travaux', ça fait sérieux, huhu). Et au début, je crois que j'étais sur la bonne voie, sérieux ! Je prenais plein de notes, et y'avait comme des petits déclics dans ma tête alors que je bossais en silence, me faisant même violence pour ne pas discuter avec d'autres personnes. Maiiis... Maiiis, bah, j'ai vu passer une mouche. Puis j'ai vu que machin, avec qui j'avais eu cours un coup, était en train de faire des avions en papier et pour être honnête je trouvais ça plutôt classe. Et ensuite, pour ma défense, j'ai un peu discuté avec une pote, et, et... Et bah j'en ai totalement oublié ce que je venais faire ici à la base, héhé, héhé... C'est bête, hein ?

Me retrouvant maintenant isolé, je pensais me remettre à mon travail, promis juré si j'mens j'suis un ver de terre, quand quelqu'un se mit à tapoter mon épaule. Surpris, je sursaute un peu, mais me détend très vite en remarquant qu'il ne s'agit rien de plus que d'un élève (bah oui, comme si ça pouvait être une araignée géante, t'es bête, Kaden), qui a l'air quelque peu embêté. Curieux, je plisse les yeux et manque de poser une question, mais il prend la parole et je comprends alors ce qu'il désirait. Ah, euh... Bah, expliquer un mot, je veux bien, d'autant plus que je le connais très, trèèèès bien, çui-là !
Enthousiaste, j'esquisse un grand sourire avenant, plus intéressé par le fait de papoter avec quelqu'un que je ne connais pas que d'apprendre des cours un peu soporifiques, j'vous avoue. Je ne me souviens pas l'avoir rencontré, en effet, alors je suis plutôt de bon poil. Et en vrai, j'aime bien expliquer les choses quand je les connais parce que, bah, pour le coup... Bah voilà, je connais pas grand chose, mais ça, je maîtrise. Ma voix déborde d'une énergie assez joyeuse.

« Oh, ça c'est un insecte ! J'en avais plein, chez moi, surtout près des roses et des plants de tilleul, parfois. En fait, c'est des toutes petites bestioles qui mangent les plantes, enfin, la sève. Elles sont vertes, oranges, ou noires, et un peu bombées, c'est pas dangereux mais ça peut être sacrément embêtant dans un jardin, surtout à éliminer ! »

J'ai encore des cauchemars des invasions que l'on avait, avec maman, des fois. J'me rappelle qu'une fois, on a carrément dû installer des enclos entiers de lézards à côté des plants, quitte à les endommager, pour se débarrasser de ces satanés parasites ! Et je vous avoue que je n'ai jamais trop aimé les geckos, alors imaginez ma tête lorsque la langue gluante de ces trucs se collait à ma joue, beurk. Enfin, je sais pas si ça l'intéresse, tout ce que je dis, mais je ne sais pas, ça peut être utile, non... ? Si il connait pas le mot, c'est peut-être qu'il n'a jamais eu l'occasion d'en voir, ou qu'il ne les identifie pas bien, j'sais pas. J'en profite donc pour l'interroger après avoir bêtement cligné des yeux, un air niais sur mon visage.

« Pourquoi, t'en as jamais vu ? Y'en a quelques uns, si tu fronces bien les yeux, par ici ! »

J'esquisse un mouvement de la tête vers la fenêtre pour indiquer la direction des jardins. J'ai jamais trop fait attention à tout ça parce que bah, voilà, mais par réflexe, il m'arrivait des fois de remarquer ce genre de choses. Quand on est élevé dans une ferme-jardin-élevage-gros mélange de tout ça, ça vous forme des réflexes, faut dire. J'avais pris l'habitude de jeter des coups d'oeil et de surveiller pour rendre service, donc ça m'arrive de retromber là-dedans... Et en vrai, peut-être qu'il s'en fiche aussi, de ça, héhé, qui ça intéresse... ? Bah, pourquoi être pessimiste, en fait, il me le dirait sûrement, si ça le soule.
Je suis surtout toujours intrigué par le fait qu'il me demande ça, et je manquerais presque de poser la question. Mes yeux, pourtant, après l'avoir détaillé il y a quelques secondes, ont remarqué la présence d'un bouquin dans ses mains et, après une légère inspection qui me demande de tourner un peu la tête d'une manière impolie, je comprends mieux. Avec l'air de quelqu'un qui a découvert l'eau chaude, je reprends la parole.

« Aaaah, ç'pour un cours ? Tu t'intéresses à la botanique, ou c'est autre chose ? »

Oui, je devrais définitivement arrêter de poser autant de questions, mais bon, on ne change pas. Moyennement dans mon cas, en fait.

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Maux & Mots Ven 7 Sep - 14:01
Mots & Maux

Le garçon sur lequel son choix s’était porté devait être un peu plus âgé. Un Pégase sans doute. Il portait l’uniforme propre à cette classe. Fitz le détailla rapidement du regard. Il n’était pas très grand, pas très costaud, mais loin d’être malingre ou potelé non plus. Les yeux du magicien s’attardèrent sur son visage visiblement agréable, souriant.. et surtout sur ces étranges petites tâches oranges sur les joues. Il se demanda si cela était normal ou s’il s’agissait d’un problème de peau… il n’avait jamais rien vu de pareil. Tout comme il n’avait jamais vu des cheveux aussi rebelles malgré leur finesse. Lui, il était habitué à bataille avec sa tignasse, mais cela était normal car elle mélangeait à la fois la souplesse des boucles touareg et les cheveux crépus et solides de son père malien. En désespoir de cause il les laissait faire leur vie – parfois une courte queue de cheval tirait le surplus de ses boucles en arrière. Enfin bref, en tout cas, l’ensemble apparent de ce jeune homme semblait assez sympathique.

Comme pour appuyer le fruit de sa réflexion, le Pégase lui adressa un immense sourire. Fitz en fut presque gêné, peu habitué à ce qu’on lui sourisse aussi chaleureusement et surtout pour d’aussi obscures raisons. Était-il heureux à ce point de lui fournir son aide ? Lui-même aimait donner un coup de main quand c’était nécessaire, mais il ne faisait pas risette pour autant… Il se sentit presque coupable de ne pas savoir sourire aussi largement que l’adolescent qui lui faisait face. Serait-il un jour capable d’une telle insouciance ? Et est-ce qu’un jour il saurait se passer de son compagnon-dictionnaire qui entretenait presque une rivalité avec son familier en termes de proximité avec lui ?

Heureusement, le jeune homme semblait tout disposé à lui donner une définition. Il l’écouta attentivement, les sourcils presque froncés, concentré.

Ah… il voyait à peu près ce dont voulait parler le garçon. Lors de ses petites promenades matinales en forêt, il avait eu effectivement l’occasion d’observer ces petits insectes qui pullulaient sur certaines plantes. La description de son interlocuteur était assez juste et correspondait tout à fait à la vision aiguisée du jeune touareg. Il hocha la tête à sa question : oui il en avait vu dans le parc.

Effectivement, ces petites bêtes semblaient coriaces. Certes, les touaregs n’étaient pas très potagers, mais il connaissait la mini faune qui pourrissaient leurs maigres récoltes. Il prit note quelque part dans son esprit d’écrire à Afelan pour lui parler de cela et discuter avec l’un d’un répulsif potentiel. Si la lettre parvenait jusqu’à son Maître, toutefois… Qui sait si son oncle ne bloquait pas ses communications ? Assombri à cette idée, Fitz eut du mal à reprendre le fil de la conversation.

Le jeune châtain était en train de tourner la tête à 90° - cela le faisait ressembler à une gazelle dorcas curieuse - pour lire le titre de son livre. Fitz ne tenta pas de soustraire le bouquin aux yeux curieux mais il rougit un peu. Le Pégase ne risquait-il pas de le prendre pour une tête d’ampoule en le voyant étudier une matière non-obligatoire ? La question qu’il lui posa le mit encore plus mal à l’aise.

Il serra un peu plus fort son livre contre lui, une rougeur sombre maculant ses joues, le regard un peu fuyant. Que devait-il bien dire… ? Il n’était pas habitué à lancer des conversations de cette légèreté. Et s’il faisait une gaffe ? Et si le garçon employait des mots inconnus ? Et s’il passait pour un crétin ? Et si… finalement, Œil-de-Nuit poussa du museau le mollet de son maître. Le familier avait toujours un sixième sens pour détecter quand Fitz s’abîmait dans des réflexions stériles. Prenant une grande inspiration, le jeune magicien esquissa un sourire maladroit, du mieux qu’il le put. Il devait ressembler à un imbécile… Il ne savait pas bien sourire.

S’éclaircissant la gorge, il se décida enfin à répondre à ce gentil Pégase qui avait pris le temps de lui répondre – c’était la moindre des choses.

- Oh… n…non. Juste… j’aime bien les plantes. Merci pour les pucerons…

La justification et les remerciements lui semblèrent pitoyables, comparés au débit de parole du garçon. Il rajouta, en vitesse :

- Mon maître m’a appris à faire quelques remèdes. Je voulais savoir quelles plantes méci… médici… médicinales on trouve en France.

Bon sang. Foutus mots trop longs pour sa langue débutante. Il ne s’arrêtait pas de rougir comme un crétin. Il força ses yeux bruns à se planter dans les iris ambre du jeune homme.

- Le livre est bien… pour ça.

Encore pire. Son cerveau tournait à toute allure. Il devait rattraper la situation ! Dire un truc intelligent ! N’importe quoi qui ne le ferait pas passer pour un idiot incapable de reconnaître le nom d’un insecte aussi commun. Ah ! Il savait ! Il allait se présenter, ça, il savait faire correctement !

- Je m’appelle Fitz. Et toi ?

ft. Kaden Shimomura
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Un louveteau, Oeil-de-Nuit

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 31
Points : 21
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Maux & Mots Dim 9 Sep - 0:13

PostRPKaden


XXX
Maux & Mots

ft. Fitz Khalil

... Booon, faut vraiment que j'arrête de parler comme ça, moi, je crois, je vais finir par faire flipper tout le monde, sérieusement. Je sais pas, je dois faire peur ou un truc du genre, car ces temps-ci, quand j'amorce la conversation, tout le monde semble mal à l'aise et pris de court. Est-ce que je serais trop insistant... ? J'en sais rien, au fond, peut-être que... Enfin. Je suppose que me prendre la tête sur le moment, là, c'est moyen chaud, question ambiance.
De ce que j'entends, en tous cas, il a surtout l'air d'être un peu timide. Et en un sens, si il a débarqué depuis peu, aussi... Eh bien, je ne peux pas dire que je ne comprends pas, vu la manière que j'ai d'être un peu à l'ouest des fois, alors que moi je suis juste un random péquenaud sorti d'une forêt et vivant seule avec sa daronne. En plus, je m'en sors avec le français, maiiis... Mais bah, on va être honnête, mon orthographe est parfois franchement déplorable, quand ce n'est pas quelques règles de français assez élémentaires qui sautent parce que mon apprentissage a été quelque peu chaotique. Et je compatis, car j'ai le droit de à charmantes moqueries assez souvent, en provenance de gens qui ne sont pas forcément les personnes les plus intelligentes, mais qui aiment bien se sentir supérieures par n'importe quel moyen. Je hoche distraitement de la tête, compréhensif.

« Si t'es pas du coin, peut-être que ça fait sens, ouais... »

Les énonciations d'évidence, j'admets que c'est moyen, en vrai. J'essaie toutefois de faire la conversation comme je le peux, même si c'est bien moins, bah, utile que des choses aussi simples que le fait de demander le prénom de son interlocuteur, notamment. Héhé, euh. Hm... Bon, là c'est à moi, donc on arrête d'être un peu bugué et on parle comme un être humain normal.

« Kaden. Alors comme ça, tu veux faire des remèdes... ? »

J'en connais un ou eux, mais genre... Les basiques, ou les trucs de grand-mère auxquels j'ai eu le droit toute mon enfance, par exemple. Mais je ne sais pas pourquoi, j'ai toujours eu du mal à tout retenir. Bon, faut dire que le fait d'aller directement chouiner dans les pieds de ma daronne dès que j'avais un bobo et la laisser s'occuper de moi car j'avais son attention a dû pas mal jouer. Si l'on me parle de tel truc, je m'en souviendrais, par exemple, mais je serais bien incapable d'en citer comme ça, sans réfléchir. Donc j'admire les gens qui se débrouillent et apprennent, v'voyez.
M'enfin, si il apprend, il y a aussi quelque chose qui semble freiner sa progression. Ne me rendant pas compte que c'est peut-être indiscret et malpoli d'énoncer ce genre de choses, je reprends la parole, une moue embêtée sur le visage.

« T'as souvent du mal à décoder les livres que tu lis... ? C'est embêtant, ça. »

Un peu. Déjà que c'est pénible, les révision, souvent, j'ose à peine imaginer ce que c'est que de travailler sans savoir ce qu'on l-... Ah, si, si, je sais très bien ce que c'est, en fait, je suis juste dans un immense déni parfaitement ridicule. Un déni qui persiste même lorsqu'une idée me vient en tête, et que je la propose à mon camarade avec un sourire stupide, fier de moi.

« Si tu veux, j'peux t'aider. Y'a d'autres mots qui te dérangent ? »

Bah, hé, pourquoi pas, hein ? Et au fond, ça reste des révisions, je ne dévie pas vraiiiiment de mon programme principal.

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Maux & Mots Lun 10 Sep - 23:50
Mots & Maux

Hum. Kaden donc. Fitz se demanda si c’était un nom français… il avait un doute. Est-ce que le garçon était, comme lui, un déraciné ? Il faillit lui poser la question directement mais se dit que cela serait impoli. Lui-même était toujours un peu gêné lorsqu’on évoquait ses origines, même s’il pouvait comprendre la curiosité des gens. Mais il avait toujours l’impression d’être à côté… à côté de la plaque disait-on non ? La France était tellement différente de ses terres natales. Il faisait froid, le Soleil se cachait, les gens mangeaient des fromages de tout et n’importe quoi, il y avait des gens qui se chargeaient exclusivement de leur confort… cela le gênait parfois. Il n’avait pas l’habitude d’avoir autant de temps libre.

Certes, les études lui prenaient un certain temps, mais il se couchait toujours trop peu fatigué pour dormir. Avant, Menad lui aurait donné un cheval à étriller ou un chien à soigner… ou Afelan l’aurait envoyé faire une course. Lorsqu’il devait dormir, il s’effondrait toujours sur son matelas, épuisé et dormait d’un seul trait. Désormais, il était sujet aux insomnies. Alors il se dépensait autrement, découvrant les nombreuses activités sportives possibles au sein de l’établissement. Sa musculature commençait à en ressentir les effets d’ailleurs. Il se disait avec un peu de tristesse qu’ici, malheureusement, sa force seraient de moindre utilité, alors qu’elle aurait été bien accueillie auprès de ses anciens maîtres. Les reverrait-il un jour ? Il songea à l’odeur des écuries de Menad, au laboratoire d’Afelan…

C’est à ce moment qu’il réalisa que le jeune homme lui avait posé une question. Il rougit et répondit rapidement.

- Hum. Oui. C’est toujours utile.

Il épargna le fait qu’il avait aussi appris à concocter des poisons… même s’ils étaient rarement mortels. Les ennemis du clan rôdaient et c’était l’un de ses devoirs de les tenir à distance. Le bâtard pouvait bien servir à protéger de temps en temps : il avait la légitimité du sang, mais sa naissance le rendait aisément remplaçable si quelque chose lui arrivait. Mais Fitz se dit que s’il expliquait cela au Pégase, il passerait sans doute pour un dégénéré ou un fou.

Surtout que ce jeune magicien semblait assez sympathique pour compatir à sa situation. Fitz rougit. Il fut partagé entre la gêne, la satisfaction et la colère. D’un côté, il était touché que quelqu’un se soucie de ses difficultés en lecture. De l’autre… son orgueil se rebellait face à cette compassion et sa plus mauvaise face lui intimait de réagir en conséquence : en rejetant violemment le garçon et en retournant dans sa chambre. Il parvint à la maîtriser. Mais la gêne demeura. …Particulièrement quand le châtain lui fit un grand sourire en lui proposant… de l’aide ! Par Merlin.

Le jeune homme se mit à rougir encore plus. Il passa la main gauche dans ses cheveux, entortilla l’une de ses boucles. Zut. Comment refuser poliment ? Il ne voulait pas qu’on l’aide, il n’avait jamais été aidé de cette manière et il ne savait absolument pas comment il pourrait gérer ça… En désespoir de cause, il balbutia :

- Euh… mais… tu as sans doute d’autres choses à faire non… ? Et puis j’ai un dictionnaire à la bibliothèque, si…
« J’aime pas le dictionnaire. Il m’est tombé sur la patte une fois, ça fait un mal de chien. »

Fitz fut ébahi de voir Œil-de-Nuit se mettre à parler devant un inconnu. C’était relativement rare. Et il fut encore plus surpris de le voir s’opposer à lui. Le louveteau continua, assis à côté de lui, les oreilles bien dressées :

« En plus quand tu lis trop fort, tu m’oublies. J’aime pas ça. »

Le touareg rougit davantage. C’était vrai que lorsqu’il butait sur sa lecture, son familier sortait un peu trop de son esprit… Le louveteau était possessif et il avait besoin d’attention, malgré ses dehors indépendants. Être pris en faute devant un élève qu’il ne connaissait pas le rendait malade de honte.

« Peut-être que si lui t’aide tu auras plus de temps pour aller dehors. On s’ennuie ici ! »

Le louveteau jappa. Fitz capitula.

- …Si ça ne te dérange pas, alors je veux bien un peu de ton aide… Merci…

ft. Kaden Shimomura
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Un louveteau, Oeil-de-Nuit

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 31
Points : 21
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Maux & Mots Jeu 13 Sep - 18:37

PostRPKaden

XXX
Maux & Mots

ft. Fitz Khalil

Je ne sais pas trop ce que je fais, là, en somme, mais en quoi est-ce différent de mon comportement habituel ? Comme d'habitude, je fais un peu ce qui me passe par la tête sans vraiment prendre en compte les conséquences possibles de mes actions, ce qui peut tout aussi bien mener à de bonnes choses qu'à de mauvaises. J'attends pourtant avec une certaine impatience la réponse de mon interlocuteur, quoique je suis un peu... Je ne sais pas, j'ai du mal à être parfaitement à l'aise, comme si mon empathie essayait de me dire quelque chose quant à l'état de mon camarade. Je remarque d'ailleurs que cette intuition se révèle vraie, puisque voilà qu'il se met à balbutier en essayant de... D'éviter, j'sais pas ? Je plisse les yeux, confus. Si il voulait que je le laisse tranquille, je pouvais l'faire, hein ! Je suis juste relativement perplexe maintenant (oui, encore, je sais, et alors), quand je l'entends parler.

C'est l'intervention du petit louveteau de Fitz qui le fait s'arrêter. Je cligne des yeux, ne reconnaissant pas cette voix au début, mais c'est par son mouvement que j'arrive à en reconnaître la source. Je résiste difficilement à l'envie qui me prend d'aller lui tirer les joues en faisant des petits « gouzi gouzi qu'il est mignon le bébé » parfaitement ridicule. Bah quoi, il l'est, mimi... ! Je crois que je ne suis pas le seul à partager cet avis, en outre, car voilà que Yuna relève ses têtes d'un air intéressé, le regard vif et les oreilles dressées. Vu son air bêta (enfin, ses airs bêta), elle doit être très contente de croiser un autre familier qui lui ressemble juste un peu.
Ledit louveteau mignon se remet à parler, énuméraant un bon nombre de... De manquements, je crois ? Oui, voilà, de l'élève, à voix haute. Je force un sourire un peu crispé, car je sens très nettement l'embarras du plus jeune et je me doute que ce doit être un peu gênant, là, même si une partie de moi continue à se dire que « vu comme il est mignon, c'est difficile de lui en vouloir ». La bêbête en rajoute une couche, et après un jappement, je vis que Fitz avait définitivement lâché prise sur la situation. Mine derien, j'aurais ptêt fait de même si Yuna, enfin... Enfin, Yuna ne parle pas, et ça m'arrange bien. Vous imaginez, si elle causait avec ses trois gueules...? Bon, ce serait très drôle, mais très confusant, aussi, en vrai.

En silence, je m'assois à ses côtés. Si je sens clairement que je dérange, je m'en irais, car je ne prends pas goût à être un poids lourd, soyons honnêtes. J'ai déjà suffisamment eu cette impression durant mon enfance, m'enfin bref... Je ne manque pas de bonne volonté, mais en revanche, bah... C'est-à-dire qu'il manque un petit quelque chose pour pouvoir commencer quoi que ce soit, mais je ne sais pas trop comment dire ça. D'une voix un peu hésitante mais qui dénote une claire envie de bien faire, je prends la parole.

« Alors, euh... Bah, déjà, faudrait que tu me dises sur quels mots tu butent, en vrai. C'est genre de la grammaire, ou juste du vocabulaire, qui te fait buter ? »

Les causes peuvent être multiples. Pour moi, je sais que le problème a longtemps été les conjugaisons, par exemple, avec un peu de difficulté sur la syntaxe. J'en ai toujours, d'ailleurs, et je suis toujours embêté, même si je fais genre que non, lorsque je vois mes fautes les plus grossières être relevées au rouge dans mes contrôles. Les moqueries à ce sujet, j'en rigole car c'est ce qu'il faut faire si on ne veut pas s'attirer encore plus de mesquineries, du moins c'est ce que je crois, mais... Mais, bah ça me blesse, quoi. Je sais qu'on me dira qu'on s'en fiche, que je suis trop sensible et tout, mais l'idée que quelqu'un d'autre subisse ça me met suffisamment mal pour que je veuille faire en sorte que ce soit évité. Alors certes, je ne connais pas ce type et on ne va peut-être même pas devenir amis, mais je me sentirais mal de le laisser galérer, alors voilà.
Je comprends son embêtement, car je serais sans doute dans le même état à sa place (y'a qu'à voir comment je me décompose en cours particulier avec White, c'est ridicule). Toutefois, je crois bon de le rassurer, et je glousse juste un peu quand quelques souvenirs me remontent en tête.

« Puis t'excuses pas, je fais ça souvent, avec ma mère. Des fois, elle reconnaît pas certains mots, alors je les lui explique. »

Et je vous avoue que c'est assez comique, ce genre de situations. C'est l'un des seuls moments où j'ai l'impression de ne pas trop être à la traîne, pour une fois, alors... M'enfin, je ne vais pas raconter ma vie, tout de même ! De plus, il y a un autre sujet qui me travaille, et je jette un coup d'oeil au louveteau de mon interlocuteur, curieux.

« Tiens, d'ailleurs, il a un nom, ton familier ? Il est adorable, en tous cas ! »

Je lui offre un nouveau sourire jovial. Oui, je suis de bon poil, visiblement, depuis que j'en ai oublié mes révisions.

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Maux & Mots
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Maux & Mots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Au delà des mots...
» La musique adoucit les maux... [Dark Boursouf]
» Les maux qui ravagent Haiti: A la recherche d'une solution ou d'un remede
» Des mots (à deux)
» les mots par joelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: Le Foyer Commun-
Sauter vers: