} Cours particulier - Ft Kaden

Cours particulier - Ft Kaden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: Les Classes :: Classe des Pégases
MessageSujet: Cours particulier - Ft Kaden Lun 27 Aoû - 14:21

Cours particulier

Feat. Kaden Shimomura

- Des cours particuliers ? demandé-je en levant un sourcil.

Je dégage d’une main distraite le lézard qui était venu se frotter contre mes doigts.
Tout en finissant de ranger mes affaires dans mon sac, une fois mon dernier cours de la journée terminé, j’écoute cet élève d’une seule oreille. Des cours particuliers. J’avais commencé à en donner à cet élève de chez les Dragons, mais il partit avant de passer ses concours finalement. J’ai vécu ce départ un peu comme une défaite personnelle. Je regarde rapidement qui est ce nouvel élève qui me demande des cours particuliers.
Kaden.

- Hum… Effectivement, vous avez de sérieux soucis dans quelques-unes de mes matières…

C’est d’autant plus difficile à ignorer que j’ai corrigé la dernière interrogation d’histoire des Pégases hier soir. Les crises d’urticaire n’étant pas vraiment les bienvenues, j’ai préféré oublier ce que j’ai pu lire dans certaines copies, la sienne en faisant très probablement partie. Kaden n’est pas connu pour son habilité dans les matières dites-littéraires, il faut avouer. Et il est vrai que sa présence mentale pendant mes cours est… inexistante. Disons qu’il n’est présent que physiquement, ce qui doit constituer déjà un grand effort de sa part. Non, je ne suis pas vraiment agréable avec les personnes partisantes du moindre effort. Ce qui est assez contradictoire étant donné que je faisais partie de ces gens-là étant plus jeune. Enfin, relativisons. S’il demande des cours, c’est déjà un progrès.
Je pousse une nouvelle fois le lézard, qui décidemment m’en veut aujourd’hui. Légèrement agacé par sa présence, je le fais descendre du bureau pour le mettre sur mes genoux, là où il ne pourra plus m’ennuyer.

- Bien. Samedi après-midi, à 14h, après le déjeuner, annoncé-je. J’espère que vous n’avez rien de prévu sinon, tant pis. Je réserverai cette salle, histoire d’être sûr d’être tranquille.

Toujours aussi cassant.
Je récupère ma sacoche, l’accroche dans mon dos et me dirige vers la sortie non sans saluer l’élève au passage. Samedi après-midi, c’est dans deux jours, j’aurais bien le temps de préparer quelques petites choses.

*****

Samedi après-midi arrive bien vite.
J’attends Kaden dans la salle des Pégases et profite du fait qu’il ne soit pas encore là pour griffonner un dessin tremblotant dans un coin de feuille vierge. Je soulève un sourcil lorsque le lézard approche de la dite-feuille dans l’unique but de prendre le soleil. Je serre les dents et le soulève par la peau du cou pour aller le reposer sur une pile de livre.

- Tss… Saleté…

Je lui fais signe d’arrêter de s’approcher à longueur de temps tandis que j’entends vaguement la porte de la classe s’ouvrir. J’indique à Kaden qu’il peut rentrer tout en me dirigeant vers une table libre. Hors de question de faire un cours particulier au bureau. C’est bien trop pompeux à mon goût. Une table suffira amplement. De toute façon, je ne suis pas là pour donner un cours magistral, ce serait plus déstabilisant qu’autre chose.

- Bien, commencé-je après l’avoir salué. J’ai regardé votre bulletin et vos notes, et il semblerait que vous ayez des problèmes en français, en histoire-géo, en SVT et en physique/chimie…

Ce qui n’est pas rien, il faut le reconnaitre.
Je me retiens de pousser un bruit de bouche agacé. J’ignore s’il a autant de problème dans les autres matières plus axées magie, mais si c’est le cas, je pourrais parfaitement parier sur son redoublement cette année.

- Par quoi on commence ? demandé-je. Je vous laisse choisir, vous êtes bien assez grand pour pouvoir vous organiser dans votre travail.

M’enfin, j’espère.
Sinon, je m’occuperais du programme. Et de toute façon, j’ai déjà prévu de quoi travailler pour chacune des matières où il a des difficultés.
Ft. Les cours de rattrapage.
Awful

________________________________

Liens utiles:
 
James grogne en #CC5500.
Et Salazard... Bah il parle pas.
Merci à Lexou pour l'avatar !
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Salazard, un lézard à la queue bleue

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Jeu 30 Aoû - 0:23

PostRPKaden


XXX
Cours particulier

ft. James White

Mais pourquoi j'fais ça, moi... ? Pourquoi je me suis dit que ce serait une bonne idée, tiens ? 'Oh bah oui, tiens, Kaden, passe tes samedi après-midi à faire des cours de rattrapage, comme si tu ne baillais déjà pas tellement en cours que t''as des potes qui tiennent un score durant chaque heure'. Grah... Mais quel... ! Pourquoi, sérieusement ?!
En vrai, je sais très bien pourquoi je l'ai fait. Je m'en rappelle comme si c'était hier, d'ailleurs. Lorsque Maman avait découvert mon bulletin franchement peu glorieux aux dernières vacances, elle avait haussé les sourcils et m'avait dit qu'il serait dans mon intérêt d'y mettre un peu du mien, et, euh, euh... Eh bien. Eh bien, voilà, et après avoir bredouillé des excuses plus ou moins minables (j'avoue que le coup de 'mais en fait mon uniforme me gratte alors ça me déconcentre en cours', c'était pas ma meilleure), elle m'a demandé d'un air un peu curieux ce dont j'aurais besoin pour me motiver. Sur le moment, honnêtement, j'ai été tellement surpris, et même plutôt satisfait, de découvrir que cela pouvait l'intéresser, que j'ai fait la dramatique erreur de me contenter de dire un truc comme 'eh bien, un peu d'aide'. Je ne pouvais pas vraiment faire plus explicite, vu la manière dont je la regardais.
Grand mal m'en fit, elle a compris que j'avais besoin d'un tuteur. Honnêtement, je devrais juste arrêter d'essayer, hein, des fois. Bref. Du coup, oui, j'ai promis que j'allais trouver un tuteur, même si je n'étais pas jojo à cette idée. En plus de ces deux paragraphes de plaintes, j'ai passé une bonne semaine à chigner auprès de mes camarade, ce qui... Bon, disons que cela rendait la situation un peu urgente. Et malheureusement, il n'y avait qu'un seul candidat possible, et c'était White.

P-pas que je le déteste, hein, qu'on soit clairs ! Il fait son travail, je fais (moyennement) le mien, voilà, c'est tout. Je n'ai pas de raison particulière de le détester ou de l'apprécier, c'est juste un prof comme il y en a beaucoup d'autres dans cette école. C'est juste que, euh... Eh bien, disons que j'ai vraiment peur de l'enquiquiner, ou de passer pour le corniaud de service. C'est vrai, quoi, je vais un peu avoir l'air stupide, enfin, je pense... ? Puis, il m'a déjà vu me taper l'affiche plus d'un fois. Déjà que quand je suis allé lui parler la dernière fois, j'ai bredouillé comme un gosse incertain et le regard fuyant... Drah. Rien ne sert de se plaindre pendant quatre heures, même si c'est un jeu auquel je suis très, très doué. Tata m'a longtemps appelé Caliméro, même.

Donc, pour le résumé, c'est plus ou moins pour ça que je me retrouve maintenant dans une classe un samedi après-midi. Mal à l'aise, j'ai quasiment sursauté quand l'adulte m'a interpellé, et me suis contenté d'un sourire crispé et bêta lorsqu'il m'a dit que je pouvais rentrer. J'ai vaguement hoché de la tête, à la manière d'un robot qui manquerait d'huile pour mouvoir correctement ses membres, puis je me suis assis, trifouillant maladroitement avec mes doigts pour me débarrasser de la nervosité qui me montait jusqu'aux épaules.  

… Et je crois que cette nervosité atteint son pic lorsqu'il énonce point par point les différents éléments qui me font défaut. Je retiens à peine une grimace, gêné, et esquisse un sourire forcé, ne serait-ce que pour sauver les meubles. Au moins, il a l'air relativement conciliant, ce qui me... Surprend un peu. P-pas que je m'attendais à ce qu'il soit pénible ou sévère, hein... ! Juste que je suis étonné, et un peu flatté, qu'on prenne en compte mes préférences. Remarquez, si il n'avait pas comme but d'aider, nous ne serions sûrement pas là, et je devrais être un peu reconnaissant.
Par conséquent, je me sens un peu moins intimidé et j'ose relever les points que je trouve les plus sensibles, avec une voix certes marquée par une hésitation toute naturelle.

« Hm, alors, euh... Bah, récemment, j'ai eu une sale note en histoire-géo, j'ai pas compris pourquoi, en fait. »

Je me gratte la nuque. Oui, je crois qu'il se doute que si je le dis, c'est que je n'ai pas saisi. En vrai, j'étais un peu déçu à la base, mais... Mais je me rends compte que ce n'est pas la faute des profs, si je ne comprends pas ce qui est attendu de moi. Je veux dire, je sais que j'ai du retard sur pas mal de points ; maman a fait du mieux qu'elle le pouvait pour m'éduquer, mais ce n'est pas toujours suffisant. Et surtout, eh bien, j'ai du mal à rattraper cet écart. Je ne dis pas que le fait que je ne sois pas attentif en cours n'est pas en grande partie la cause de cet écart. C'est juste que... Bah, quand j'essaie, ça rate.

« J'veux dire, j'ai appris mes dates par cœur et tout, et je les ai ressorti avec les événements et les noms, mais, bah... »

Je hausse les épaules. Je n'ai pas le cœur à énoncer mon résultat assez pitoyable, même si c'est tomber dans la complainte une nouvelle fois. C'est juste que c'est dur, de choper de la motivation quand on essaie vraiment, et qu'on se rate encore plus. Je ne sais pas si le problème vient de moi, ou si c'est juste compliqué pour mon cerveau de tout comprendre, mais il est quasi sûr qu'il y a un souci. J'aimerais bien savoir lequel, mais... Héhé, je serais bien avancé, si c'était le cas.
Je hausse un peu les épaules pour me donner l'air plus décontracté que je ne le suis réellement.

« Et aussi, en français, j'ai du mal avec les trucs qu'on fait, enfin, j'ai oublié le mot... Ah, oui, les questions de corpus, et les commentaires. »

En même temps, pour que je me rende compte que la méthodologie est la partie la plus importante de n'importe quelle matière, c'est assez compliqué. Ce n'était pas comme si on ne m'avait pas déjà dit que j'étais brouillon, rarement clair et organisé, mais j'avais l'impression que malgré mes essais, j'en revenais toujours au même point. Et quand, par surprise, une note correcte, voire bonne, montrait le bout de son nez, j'avais tout juste le temps de m'enthousiasmer assez pour que la suivante ne me brise le cœur. J'ignore, toutefois, si ces cours avec White me feront progresser ne serait-ce qu'un peu ; j'ai le temps de le voir, de toute façon.

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Ven 31 Aoû - 14:05

Cours particuliers

Feat. Kaden Shimomura

-  Hm, alors, euh... Bah, récemment, j'ai eu une sale note en histoire-géo, fait Kaden. J'ai pas compris pourquoi, en fait.

Je repense vaguement à la copie de son dernier devoir d’histoire, que j’ai quand même pris la peine de relire hier soir. Aucun plan distinct couplé à un magnifique hors-sujet qui lui a valu la note de 6/20. On pourrait se dire que c’est sec noté, mais avec mes cinq ans d’études et mes deux premières années d’enseignement en France, j’ai eu largement le temps de m’habituer au système de notation français. De plus, si j’étais là pour faire le gentil, je vous prie de croire que ça se saurait.
Eh bien, si on est parti sur l’histoire-géo, ma foi, pourquoi pas ? Il serait idiot pour lui de penser que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes concernant cette matière. Je sors sa copie sur la table, non seulement pour lui montrer sa note – que je lui avais tout de même donnée plus tôt dans la semaine de vive-voix – mais également pour lui pointer ce qui ne va pas.

- J'veux dire, continue-t-il. J'ai appris mes dates par cœur et tout, et je les ai ressorties avec les événements et les noms, mais, bah...
- Oui, j’ai vu ça.

Malgré la note pitoyable, on ne va se mentir, les dates ont le mérite d’être parfaites.
J’ai depuis bien longtemps ciblé le problème de cet élève, et on ne peut pas dire qu’il s’agit là d’un problème d’apprentissage. Si tel avait été le cas, je n’aurais pas accepté de lui faire des cours particuliers, soyons clairs. Je lui aurais sobrement dit de se mettre sérieusement au boulot, voilà tout.

- Et aussi, en français, j'ai du mal avec les trucs qu'on fait, enfin, j'ai oublié le mot... Ah, oui, les questions de corpus, et les commentaires.

Hum, oui, toujours le même souci.
Je vois tout de même plusieurs points positifs. Outre le fait qu’il soit venu me demander des cours de lui-même – ou peut-être a-t-il été forcé, je ne sais pas – Kaden a l’air d’être au courant des endroits où ça coince, comme dirait l’autre. Même s’il n’a pas mis exactement le doigt dessus, il est sur la bonne voie.

- Regardez-ça, dis-je en lui montrant la copie son dernier devoir d’histoire. Vous voyez le problème ?

Le problème précis, il y a peu de chance qu’il le voit.
Le problème précis, c’est que Kaden se contente de recracher bêtement son cours. C’était bien quand il était chez les Faunes, et encore. Il faudra que je demande à Belle ce qu’elle fait avec ses classes parce que mine de rien, c’est moi qui me les récupèrerai l’année prochaine. Et je pourrais toujours en profiter pour lui dire comment je travaille avec les Pégases, qu’elle aura en tant que Phénix. Bref, je m’égare. Il y a d’autres problèmes plus mineurs que j’aurais largement le temps de revoir avec la classe entière dans les semaines qui viennent, notamment comment organiser un plan clair et précis, chose qui lui sera utile en histoire-géo, mais également en français, en langue et en SVT. Et très sûrement en histoire de la magie et en potion connaissant l’énergumène qui lui fera des cours de potions dans les années à venir.

- Le problème, commencé-je, c’est que vous récitez votre cours par cœur. Alors, apprendre son cours, c’est bien, je dis pas. C’était suffisant pour les années précédentes, et c’est toujours une bonne base. Mais maintenant, on vous demande plus de réfléchir sur une question plutôt que de vous donner une liste de dates à remplir.

Il s’agit là d’un problème plutôt courant chez les élèves.
Ils réussissent mal la transition entre le moment où savoir par cœur est suffisant et celui où réfléchir sur une question est nécessaire. Beaucoup se retrouvent dans le cas de Kaden, la plupart s’en sortent au bout de quelques heures de cours, mais certains ne passent tout simplement pas le cap. Techniquement, je me fiche bien de savoir si Kaden apprend ou pas ses cours. S’il le fait, je le saurai. S’il ne le fait pas, je le saurai aussi. Maintenant, je veux juste savoir s’il est capable de réfléchir seul à une question précise, tout en utilisant correctement les éléments que je leur fournis en cours.
Mieux vaut prendre en compte ce problème le plus tôt possible, étant donné que je voyais des personnes dans le même cas que Kaden, mais à la fac. Autant dire que la plupart d’entre eux ont échoué.

- Et en me récitant votre cours, continué-je, vous avez la fâcheuse tendance à me faire constamment des hors-sujets.

Et il est aisé de comprendre que je ne peux pas le noter correctement sur une copie qui ne traite pas du sujet demandé.
Ft. Les Hors-sujets.
Awful

________________________________

Liens utiles:
 
James grogne en #CC5500.
Et Salazard... Bah il parle pas.
Merci à Lexou pour l'avatar !
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Salazard, un lézard à la queue bleue

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Mer 5 Sep - 17:37

PostRPKaden

XXX
Cours particulier

ft. James White

L'analyse, c'est pas trop mon truc, je le reconnais. Je n'ai jamais vraiment su si j'en étais totalement incapable, ou si, bah... Je n'ose pas. En vrai, j'ai toujours eu l'impression d'être un peu bête ; entre maman dont je ne comprenais souvent pas les comportements et les travaux, et mamie qui... Bah, mamie, disons qu'elle m'a souvent dit que j'étais « bien travailleur, mais pas assez pour compenser des lacunes naturelles ». J'avoue que depuis... Fin, depuis la première fois où elle m'a dit ça, ça m'ait un peu resté dans la gorge. Je... Pas que j'ai été blessé, e-enfin, si, mais... Mais c'est pas sa faute si je suis bête, quoi, elle n'a pas à être gentille pour me faire plaisir, et puis, si elle dit ça, c'est aussi car je ne fais pas assez d'efforts, je suppose, ou qu'il n'y a juste rien à faire. E-enfin bref.

Par là, je veux dire que lorsque White m'explique le problème, je crois que je redoutais déjà quelque peu que le sujet tourne autour de ça. Quand il me montre ma copie, j'avoue que j'ai cligné des yeux, ne comprenant pas trop où il voulait en venir.
Bah, le problème, c'est mon devoir, non ?
Oui, sur le coup, c'est à ça que j'ai pensé, comme si cette réflexion un peu idiote et arrogante sur les bords avait une quelconque importance. Mais je n'ai rien dit, de crainte de faire une bourde, sans remarquer par ailleurs l'ironie de la situation qui fait que je n'ose pas analyser mon manque d'analyse. Mais, alors que je l'écoute, je sens quelque chose dans mon ventre se nouer, et je crois comprendre, tant à sa formulation qu'à ses mots, que le problème est sans trop de surprises celui de mon absence totale d'apport analytique. Et pour le coup, je n'ai rien à dire, car je pense que je m'en doutais, vu la manière dont je me suis mis à gesticuler d'un air malaisé sur ma chaise quand il à commencé à s'expliquer. Je ne devrais pas prendre ses mots à cœur, mais j'avoue que je sens un poids dans ma gorge, comme si son regard en toute somme neutre et objectif sur mes difficultés était un jugement personnel. Je ne sais pas vraiment pourquoi je me sens comme ça. Je me crispe un peu, mais je ne me mets pas sur la défensive, acceptant ses propos en ravalant mes quelques difficultés avec la situation.

« Ah. Ouais, je vois. »

Je promets que le but n'est pas d'être insolent, hein ! J'avais juste l'impression que je devais dire un truc, sur le moment, et je ne sais pas pourquoi, c'est sorti comme ça, d'un ton simple et un peu bateau, comme si je comptais des mouches. Je me repasse en tête ce qu'il a dit auparavant, un peu penaud et confus quant aux pensées qui passent dans ma tête mais que je n'arrive pas nécessairement à exprimer, comme si j'avais devant moi un nœud dans lequel seraient emboîtées plusieurs aiguilles. En vrai, il n'a pas tort du tout, White, et j'ai un peu honte, maintenant que je pense à ce qui me travaille à chaque fois que je commence un devoir. Au début, je suis enthousiaste à l'idée de montrer ce que je sais, mais quand j'y viens... Bah, j'angoisse, je crois. Je regarde ma copie et mes idées, je trouve ces dernières stupides et risquées, puis je me contente de mettre ce que je sais parce que ça me rassure. J'ai un peu de mal à avouer ce fait, ce qui explique mon ton hésitant alors que je reprends la parole, le regard baissé sur les feuilles pour ne pas rencontrer celui de mon professeur.

« Y'a des fois, je vois que y'a des points communs, ou des trucs qui peuvent être reliés, m-mais... Mais je sais jamais comment identifier le, je sais pas... Le dénominateur commun, j'dirais ? J'ai l'impression que quand j'essaie, 'fin, je fais des hors-sujets aussi.Y'a plein d'informations et de trucs qui peuvent concorder, donc j'ai toujours l'impression d'oublier des trucs ou de mal les dire. »

Et accessoirement, j'ai l'impression d'être trop idiot pour pouvoir le faire, mais ça, il faudrait que j'arrive à me l'admettre pour réaliser que c'est stupide ; une tâche un peu trop compliquée à l'instant pour mon pauvre cerveau déjà un peu chamboulé. Mais c'est vrai, tout ce que je dis. Souvent, je remarque qu'il y a comme quelque chose derrière une question de dissert, ou un document à l'air banal, comme si une ombre les accompagnait. Cette ombre, pourtant, elle m’apparaît peu lisible, ou quand je crois la reconnaître, je crains de la confondre avec tout autre chose. Je crois... Je crois que ça m'intimide un peu, aussi. De faire des trucs, de montrer mes idées, de crainte que si elles soient fausses, cela puisse signifier quelque chose de très négatif par rapport à ma personne. C'est bien trop personnel, toutefois, pour que j'aborde le sujet avec un prof. J'veux dire... Juste, bah voilà, quoi, c'est non. Y'a d'autres trucs plus urgents, en plus.
Il faudrait par ailleurs que j'explicite mon point de vue. Plus confiant pour une raison que je ne connais pas, je reprends la parole, l'air plus concentré et sérieux, car je réfléchis en même temps que je parle. Et oui, ça m'arrive de le faire, merci bien pour le sarcasme, ahahaha.

« Dans les sujets de dissert, des fois, j'ai des idées, ou je sens que y'a un problème dans l'énoncé, mais j'arrive pas à le formuler, alors je préfère dire ce que je sais. »

Ce qui est... Probablement très lâche et un peu ridicule, je sais, on dirait un môme qui s'accroche à une barre parallèle dans un cours de gym plutôt que d'essayer de sauter par dessus, et oui, je faisais ça tout le temps. Je me rappelle d'un paragraphe de mon devoir, d'ailleurs, où, hésitant sur quelque chose que je croyais avoir remarqué, j'ai dansé autour du sujet en exposant beaucoup d'idées qui auraient pu aider à éclaircir tout ça si je l'avais juste, bah... Bah, si je l'avais dit, quoi. Mais non. Au fond, je crois que le problème est assez simple.

« J'arrive pas à voir ce qu'on attend de moi, en fait. »

Ou plus tôt, j'ai peur de déroger à ce qu'on attend. Mais bon, ça... Faudrait déjà que je le remarque, déjà, que ça m'obsède un peu, héhé.

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Dim 9 Sep - 17:48

Cours particuliers

Feat. Kaden Shimomura

Je repense vaguement à mes dernières années de lycée.
Chez moi non plus, ce changement dans la manière de fonctionner n’a pas été naturel. Après tout, après une bonne année à ne rien pouvoir faire et une reprise des cours tardive par rapport à l’endroit où j’avais été obligé de les laisser… J’ai eu beaucoup de mal à me remettre dans le bain, ce qui s’est très largement ressenti sur mes notes. D’autant plus que je n’étais pas encore capable d’écrire correctement à cette époque. J’ai fini par prendre un retard considérable sur la totalité des cours et je n’ai réussi à m’en sortir qu’en travaillant. Finalement, j’ai eu mon diplôme de fin de lycée avec l’équivalent d’un 11, ce qui est bien mais pas top.
Mais ça, ce n’est que moi. J’ai décidé de bosser parce qu’il ne me restait plus que ça pour faire mes preuves. De son côté, si Kaden ne se décide pas à travailler, il risque de rester à la traine pendant encore une paire d’année, jusqu’à ce qu’il ne soit plus capable de rattraper son retard. Il faudrait le secouer un peu, mais je ne dois pas être cette personne. Le mieux serait qu’il s’en rende compte tout seul. Mais de toute façon, il n’y a pas de secret : dans la vie, il faut travailler pour réussir. C’est une certitude que j’ai acquise au fil des ans.
J’écoute distraitement Kaden me faire part des ses doutes en ce concerne les contrôles. La crainte de mal faire, de ne pas comprendre correctement, de dire n’importe quoi n’importe comment, et cetera. Encore des sensations que je connais lorsque je suis arrivé dans mon nouveau lycée après ma maladie, et que j’avais l’impression que toute ma classe savait parfaitement quoi faire devant leurs copies. Sauf moi.

- J'ai toujours l'impression d'oublier des trucs ou de mal les dire, conclue-t-il.
- Pour le moment, tout ce que je vous demande, c’est d’apprendre à réfléchir par vous-même, lui fais-je. La suite, les tournures de phrases, viendra bien assez tôt. Après tout, c’est en minant qu’on devient bûcheron.

Je fronce les sourcils.
Pour une raison inconnue, le rire qu’Aurore poussait pour se moquer de moi lorsque j’avais du mal avec la langue, et surtout avec les expressions, vient de résonner dans mon esprit.

- Ou quelque chose dans ce genre-là, me sens-je obliger de rajouter.

J’espère que je n’ai pas dit une énorme connerie.
Sinon ma crédibilité s’écroulerait.
Mais bref, pour en revenir à Kaden. Si, en lisant ses copies, je vois qu’il a essayé des choses plutôt que de rester dans le coin sécurisé du cours, je serais bien plus content qu’actuellement. Et bien évidemment, il serait encouragé dans cette voie, même s’il fait encore un hors-sujet ou s’il n’a pas compris la question. Mine de rien, je m’en voudrais si les élèves que j’ai cette année partent dans la classe supérieure en n’ayant rien appris de plus qu’à me réciter leur cours. D’autant plus qu’il s’agit là de ma première vraie classe où je ne suis pas qu’un simple remplaçant qui ne fait que passer pendant quelques mois. Je me suis fixé l’objectif qu’ils réussiraient, il est donc hors-de-question que je les laisse tomber en cas de difficultés. Je pense également aux Dragons qui ont leur diplôme en fin d’année. Et s’ils se loupaient parce que je ne suis pas un bon prof ?
Je crois que je me mets trop la pression.

- J'arrive pas à voir ce qu'on attend de moi, en fait.
- Je voudrais juste que vous réfléchissiez aux questions plutôt que de me réciter votre cours, expliqué-je. Votre cours, je le connais, c’est moi qui l’ai fait. Je veux juste voir comment vous l’exploiter. Peu importe que vous réussissiez du premier coup ou pas, il y aura forcément des choses intéressantes à lire.

Mais je crois comprendre ce qui le freine.
La peur de dire n’importe quoi, de faire une hors-sujet ou de paraitre idiot. Encore une crainte assez commune chez les élèves. Parfois, je lis presque des mea culpa dans les copies de la part des élèves, lorsqu’ils craignent de s’être trompé dans leur interprétation. C’est plutôt chez les plus âgés que je vois ce genre de choses, où les hors-sujets sont bien plus durement notés que chez les plus jeunes qui commencent seulement à faire des corpus de textes ou des commentaires.

- Si vous voulez parler notes, continué-je, à votre niveau, je regarde seulement si vous réfléchissez par vous-même. Si je vois que c’est le cas, vous aurait forcément au-dessus de 10. De toute façon, ces notes de DM ne comptent pas beaucoup dans la moyenne, elles servent juste à vous situer et à vous préparer au devoir sur table.

Devoirs sur table qui seront moins conséquents que les DM vu qu’ils n’auront que deux heures pour rédiger au lieu d’une semaine.
Ft. Les Expressions foirées.
Awful

________________________________

Liens utiles:
 
James grogne en #CC5500.
Et Salazard... Bah il parle pas.
Merci à Lexou pour l'avatar !
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Salazard, un lézard à la queue bleue

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Jeu 13 Sep - 21:17

PostRPKaden

XXX
Cours particulier

ft. James White

Je crois que contrairement au déni prodigieux que je suis en train de faire, et que j'aimerais faire paraître convaincant, je suis un peu stressé. Je ne surprendrais personne hormis moi-même, mais cela devient de plus en plus criant au fur et à mesure que les secondes passent. Faut dire qu'à force de compenser pour faire croire que je suis quelqu'un de très assuré et sociable, baaaah... Quand j'ai des difficultés, disons que ça marche moins, ce délire-là. Surtout que je sens bien que je suis à la ramasse, de ce que j'entend de la part de White. Non mais, je sais qu'il veut que j'essaie mais... Mais je sais pas. Je ne risque rien à oser vous m'direz, parce qu'avec des notes aussi désastreuses, je doute que quelques points en moins fassent la différence.
En vrai, j'aimerais bien lui répondre que comme je suis un peu bête, je doute d'être capable de réfléchir par moi-même. Bien évidemment que devant des potes, je ferais le cake, paradant comme un paon en prétextant que ce n'est pas de ma faute si l'on ne me comprend pas, mais devant ma copie, je ne peux pas éternellement nier l'évidence. Puis, il y a ce que mamie dit, sur le fait que je n'ai « pas les capacités de ma mère » ou que je ne suis pas « fait pour les études poussées ». Des trucs du genre, qui, accumulés, me font me demander si cela vaut vraiment le coût que je fasse perdre du temps à moi comme à mes professeurs, en fait. Mais...

Mais bah, White, a l'air de comprendre, et je dois avouer que je ne suis pas trop habitué à ça, donc ça me déconcerte quelque peu. Je me sentirais mal, bizarrement, de rebrousser chemin et de lui dire qu'« au final on s'en fout, je vais planter des choux dans l'Ardèche et on verra bien ». Je sais que je devrais faire ça pour moi, hein. Et je le fais pour moi, car en vrai, je suis trop égocentrique pour ne pas prendre cette donnée en compte. C'est juste que j'ai l'impression qu'il pense que je suis capable de faire mieux, et on va être tout à fait honnête sans tomber dans le mélodramatisme, j'ai plus confiance en son avis à ce propos qu'au mien. Hmm... Au pire, je lui aurais fait perdre du temps, certes, mais cette crainte s'atténue un peu quand je vois son comportement. Et puis si je réussis, un 10 c'est pas la joie mais c'est toujours bien mieux qu'un 8, par exemple. Je peux... Je peux tenter le coup. Timidement, je reprends la parole.

« Hm, j'vois bien mais... Ce serait peut-être mieux avec un exemple ? Que j'essaie de faire un plan, comme vous dites, avec un truc qu'on a vu y'a pas longtemps ? »

Je me doute que ça risque d'être particulièrement embarrassant de me planter en live face à mon prof, mais en un sens, je ne sais pas si c'est mieux que ce soit à distance, quand je ne peux pas expliquer mes choix. Et puis bon, si je suis là, il faut aussi que je mette un peu d'eau dans mon vin, car sinon, à faire le mijauré, rien ne risque d'avancer. C'est pas qu'il n'y a rien que je supporte moins que de ne pas progresser, maiiis... Mais bah rien, vous devez déjà vous en douter, vu comme je me plains en permanence depuis mon arrivée ici. Voir toute ma vie en fait mais je deviens très excessif, là.
Je me mets à cogiter, un peu incertain quant à ce dont nous parlons. Je ne sais pas si je lui en demande trop ou pas, à vrai dire, avec toutes mes questions peut-être pénibles, mais je suis honnêtement curieux. Peut-être trop, en soi, ce que je pourrais comprendre. Plus je réfléchis, plus je me dis qu'il faut que j'exprime ce que je pense, et je le fais, d'ailleurs, avec le ton d'un gamin qui jouerait avec un rubiks cube, sauf que le cube en question est relativement basique. Les sourcils froncés, je tente de mettre à plat ce que je pense.

« Donc quand j'exploite, je dois reprendre des idées du cours, ou toutes les trouver par moi-même ? Enfin, sans faire du mot pour mot, j'veux dire. Mais des fois, je vois qu'il y a des fils directeurs, donc je me demandais si ça pouvait resservir. »

Je me demande si ça ne serait pas comme recracher mon cours, en un sens. Je dis ça mais en vrai, bah... Vu mes notes, qu'est-ce que j'en sais, hein ? Je suis là pour essayer, et même si ça risque d'être galère, bah, j'vais essayer.

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Dim 16 Sep - 13:29

Cours particuliers

Feat. Kaden Shimomura

Peut-être que j’explique mal.
Pourtant, ça me semble clair… Mais j’ai beau changé la manière d’expliquer, changé les mots, répété ce que je dis depuis tout à l’heure de mille et une façon, j’ai l’impression que Kaden ne comprend toujours pas ce que je lui raconte. Ce n’est peut-être qu’une impression, après tout. J’espère que ce n’est qu’une impression, parce que sinon, je risque de me fatiguer très rapidement.

- Hm, j'vois bien mais... fait-il. Ce serait peut-être mieux avec un exemple ? Que j'essaie de faire un plan, comme vous dites, avec un truc qu'on a vu y'a pas longtemps ?
- Hum… marmonné-je.

Je regarde sa dernière copie.
Le but de l’exercice était de leur faire faire une introduction. A leur niveau, je ne leur donne pas des compositions entières d’un coup. Je préfère travailler par étape, l’introduction venant en premier. Le point fort de l’introduction, c’est qu’ils doivent faire appel à leurs connaissances pour poser un contexte historique et géographique, ils doivent reformuler la problématique, ils doivent me proposer le plan qu’ils vont suivre dans leur développement et ce plan doit être le plus logique possible, sans forcément être obligé de suivre le plan du cours.

- Donc quand j'exploite, je dois reprendre des idées du cours, ou toutes les trouver par moi-même ? demande-t-il. Enfin, sans faire du mot pour mot, j'veux dire. Mais des fois, je vois qu'il y a des fils directeurs, donc je me demandais si ça pouvait resservir.
- Oulà ! m’écrié-je. Vous penserez à trouver par vous-même les idées quand vous serez à la fac. Pour le moment, ce que je vous donne en cours, c’est amplement suffisant pour faire ce que je vous demande. Mais l’idée, c’est de vous en servir pour développer votre propre développement dessus.

Je lui tends sa copie.
Comme je lui ai dit plus tôt, l’expérience viendra avec le temps, mais pour qu’il vienne, il faut bien s’exercer. Rien de tel que de s’exercer sur ses erreurs et ses échecs pour progresser au mieux. C’est pourquoi…

- Je vais vous demander de me construire un nouveau plan à partir de cette même question, lui annoncé-je. Bien évidemment, pas la peine de me refaire le même. S’il était correct, vous n’auriez pas eu cette note. Et pas la peine de me refaire l’introduction en entière non plus, ça prendrait trop de temps.

Je lui donne sa feuille afin qu’il puisse lire mes appréciations – qui se résumaient à “pas la peine de me ressortir le plan du cours, d’autant plus que certaines parties sont inutiles“ – et qu’il puisse relire au calme ce qu’il a fait, sans la pression d’avoir le regard curieux d’un camarade qui veut absolument regarder. Puis je décide de lui laisser le temps qu’il lui faut pour y réfléchir.
Ft. Les Intros.
Awful

________________________________

Liens utiles:
 
James grogne en #CC5500.
Et Salazard... Bah il parle pas.
Merci à Lexou pour l'avatar !
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Salazard, un lézard à la queue bleue

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Dim 23 Sep - 1:45

PostRPKaden

XXX
Cours particulier

ft. James White

Donc, on invente pas, et on essaie de faire ce qu'il dit depuis tout à l'heure mais qui a du mal à rentrer dans ma petite tête : ce n'est pas un programme particulièrement ardu, mais je vous assure que c'est vachement, vachement intimidant. Genre, pas autant qu'un des films d'horreur que je regardais en secret dans ma chambre durant les vacances d'été, mais pas loin non plus. Je préférerais me refaire The Ring en VO que de me ramasser en live devant White, là, j'vous avoue... Mais je ne suis pas là pour glander et bailler aux corneilles. Si je n'avais pas la moindre motivation, je n'aurais qu'à quitter la pièce, de toute façon, puisque c'est moi qui ai demandé à ce qu'il m'aide. Et de la motivation, il va m'en falloir, je crois, quand je le vois sortir ma copie. Oh par les fesses du Créateur, je crois que je vais regretter d'avoir ouvert ma tronche quant à ce ratage-là...

Je hoche de la tête quand il me donne ses instructions, quoique j'avoue que je suis toujours dépassé. Meeeeh. Je le sais que ça va être pathétique, en plus, alors j'ai un peu du mal à y croire. Son commentaire de tout à l'heure, en plus, me tourne en tête et je ne peux pas m'empêcher d'esquisser un rictus un peu désabusé, résultat d'un sourire forcé qui ne va pas du tout. Mon ton n'est pas dépité, mais mon expression est trop neutre pour que ce soit normal au vu de mes habitudes.

« J'crois pas que j'irais à la fac, moi, m'sieur, 'fin... Vous voyez bien, quoi. »

Je ne développe pas autrement. On va être honnêtes, hein, rien qu'à écouter mamie, j'ai conscience que je n'irais pas très loin question théorique. Je ne vais pas non plus faire perdre son temps à tout le monde, à moi, à ma famille et à mes professeurs si c'est pour que je me rate aussi lamentablement qu'au dernier contrôle en permanence, vraiment. Je ne cherchais pas à me plaindre en parlant de ça à White, mais juste à lui dire de ne pas... Je sais pas. Je crois que je voulais m'assurer qu'il ne se fasse pas trop d'espoirs quant à mon cas. Déjà que ce que je vais faire risque de ne pas être très glorieux, héhé...

Je m'exécute toutefois sans pousser de soupir malgré le fait que c'eut été très tentant au début, et tente de me concentrer sur ma feuille. J'ai toujours du mal à fixer mon cerveau sur quelque chose en particulier, alors en plus, le sujet d'histoire-géo, c'est pas vraiment une séance de voltige à dos de pégase, v'voyez. Néanmoins, j'essaie sincèrement, cette fois, et même si ça me paraît confus et franchement vague, je crois que j'ai envie d'écouter la petite voix dans ma tête qui me marmonne que le sujet pourrait poser un problème, éventuellement. Fin, c'est pas spécialement intelligent, maiiis... Mais c'est comme si on m'avait présenté un chien, une voiture, et que j'avais juste à dire que quand le chien passe sur la route quand la voiture arrive, eh bah paf le chien. Ou un truc du genre, mais avec mon cours, des dates, des événements et des concepts que j'arrive vaguement à ressortir de tête. Enfin, si ça se trouve, je les écorche joyeusement et je ne m'en rends pas compte, c'est tout à fait possible aussi.

Le tout me prend du temps. Un peu trop de temps pour que je ne sois pas gêné d'être lent comme un escargot, mais il faut dire que dès qu'une idée me vient, je m'arrête, je renonce, réécrit, revient sur quelque chose de basique, ad eternam. J'essaie sincèrement de me dire que je fais ce que White me dit, mais bizarrement, mon cerveau ne semble pas enregistrer cette information. Pour une fois, néanmoins, j'ai la sensation d'avoir fait quelque chose de différent. De brouillon, un peu bordélique et clairement je devrais apprendre à écrire mieux que ça, mais c'est déjà différent, et je suppose que c'est mieux que rien... ? Remarquez, ça pourrait aussi être très mauvais ET différent, là n'empêche pas l'autre. Certains arguments sont un peu confus et d'autres mal exprimés, ça saute aux yeux.
Malgré moi, je ressens tout de même un tout petit peu de fierté quand j'ose rendre mon travail. Je ne sais pas du tout si c'est à peu près juste ou si c'est une seconde catastrophe, mais je suis pris d'un peu d'optimisme sans le vouloir. L'hésitation s'agite toutefois au fond de mes tripes, et je me mets à blablater un peu trop rapidement, nerveux, pour l'interroger. Faudrait p'têtre que je le lui laisse le temps de lire aussi, erhm.

« J'suis pas sûr, mais je crois que c'est mieux comme ça ? Enfin, euh, j'ai pas réussi à trouver une troisième partie, on m'a dit que c'était important en plus. »

Pour le coup, quand j'avais tenté et refait trois fois une troisième partie sans succès, je me rendrais bien compte que cette dernière était vraiment pauvre et, qu'en soi, elle ne faisait que reprendre des idées des deux premières en les dénudant au passage d'une partie de leur substance. Je me suis donc convaincu que deux était mieux, mais j'ai déjà entendu certains de mes camarades dire que c'était un suicide au niveau des notes, alors si ça se trouve, j'aurais peut-être dû faire ça.
Pendant quelques secondes, je ne parle plus, même si mes doigts jouent nerveusement sur la table à cause de mon anxiété grandissante. C'est pas la même chose de rendre son taff en sortant de la salle, je vous assure, c'est mille fois pire. Cette attente me fait me rappeler de chaque petite erreur que j'ai pu commettre, et une en particulier me vient en tête. C'est-à-dire qu'on me la reproche tout le temps, alors je la vois venir.

« … Et, euh, désolé pour les fautes, je sais que j'en fais pas mal. »

Je suis un peu piteux, sur le coup. J'ai toujours eu pas mal honte de mes difficultés en orthographe, mais en même temps, bah, je sais que c'est pas ce qui est le plus capital. De même, j'ai tendance à employer des structures grammaticales qui ne sont pas forcément logiques en français, je le sais bien : je me dis juste qu'au moins, c'est compréhensible, et que c'est le principal. Du moins, tout ça, c'est ce que je me dis pour me rassurer. J'espère déjà qu'il ne va pas trop râler sur le temps que j'ai pris, sincèrement... Je me demande si je serais capable de tenir les délais en contrôle, pour le coup. Quand je pense que certains font ça super rapidement et qu'ils s'en sortent avec une excellente moyenne, ça me déprime un peu, je l'avoue. Je sais que je suis lent, mais tout de même... Curieux, je relève un peu le regard, une question me triturant les pensées.

« … Mais vous, ça vous vient tout seul, de savoir comment organiser ça ? Vous n'avez pas besoin d'un max de temps ? »

Non parce qu'en vrai, et je le découvre petit à petit, c'est vraiment plus galère que ce que je faisais avant. C'est-à-dire rien, certes, mais tout de même !

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Mer 26 Sep - 20:33

Cours particuliers

Feat. Kade Shimomura

- J'crois pas que j'irais à la fac, moi, m'sieur, 'fin... Vous voyez bien, quoi.

Je hausse les épaules.
Il fait bien ce qu’il veut, et il a encore le temps de réfléchir à ce genre de choses. Et s’il fallait obligatoirement faire des grandes études pour réussir dans la vie, ça se saurait. Je me détourne de Kaden le temps qu’il refasse son plan afin d’éviter un maximum de le perturber. Déjà qu’il peut être perturbant de composer dans une classe, entouré de ses camarades qui peuvent voir si tu galères ou non, alors seul, en face de son professeur… Personnellement, je n’aurais pas aimé être à sa place, surtout en face de moi-même qui n’est pas connu pour être la gentillesse et la compréhension incarnée. Si je l’étais, ça se saurait également. Mais je ne suis pas ici pour faire le bon copain.
Bref, je me détourne, sors un livre que j’ai emprunté à la bibliothèque et que je devrais bientôt rendre, dégage le foutu lézard de dessus la couverture et comment à lire. Le lézard, quant à lui, se replace tranquillement sur le premier rayon de soleil venu afin de continuer la sieste que j’ai interrompu, et ce sans broncher. J’en viendrais presque à me demander s’il n’a pas quelques neurones en moins tant il ne réagit jamais à rien.
Le temps passe, je regarde de temps en temps ce que peut écrire Kaden pour mettre autant de temps à faire un simple plan. Avant de me rendre compte qu’il ne compte pas se limiter au plan mais qu'il va visiblement me sortir toutes les idées qu’il souhaite intégrer dans sa composition. Je n’en demandais pas tant, mais soit. L’élève me rend son travail, au bout de ce qui me semble être une éternité. Je lis en diagonal les grandes lignes de ses idées, en essayant tant bien que mal de rechercher les titres de ses parties dans ce qu’on peut décemment appeler “un brouillon“. Au moins, il porte bien son nom, je peux pas dire.

- J'suis pas sûr, mais je crois que c'est mieux comme ça ? Enfin, euh, j'ai pas réussi à trouver une troisième partie, on m'a dit que c'était important en plus.
- Hum… grogné-je.
- Et, euh, désolé pour les fautes, je sais que j'en fais pas mal, s’excuse-t-il.

Je grimace légèrement à cette idée.
Je ne suis pas parfaitement bilingue, mais j’ai toujours réussi à faire un effort sur l’orthographe, aussi tordue soit la langue française. De l’art abstrait, j’appelle ça. On met un e, un a et un u, et on va prononcer ça “o“. Jamais compris.

- La troisième partie n’est pas forcément utile, expliqué-je, surtout elle ne fait que radoter ce qui a déjà été dit… Qui vous a dit qu’elle était obligatoire ?

Je me retiens de dire que ce type est potentiellement un sacré abruti.
Ou très vieux. Les vieux professeurs ont tendance à dire qu’il faut obligatoirement trois parties sinon ton devoir ne vaut pas mieux qu’un morceau de PQ détrempé. Le pire étant en philosophie et le mythe du “thèse-antithèse-synthèse“. Une belle connerie si vous voulez mon avis. Tout comme l’idée qu’il faut absolument caser trois citations. L’absence de citation dans mes copies, dans le supérieur, ne m’a jamais empêché de m’en sortir correctement dans cette matière. Mais je m’égare.

- Non, c’est mieux, il y a pas à dire, fais-je. Et finalement, vous en avez des choses à dire, même si je n’en demandais pas tant pour cette exercice… Bon, au moins, je vois globalement ce que vous avez voulu faire, c’est pas mal.
- Mais vous, ça vous vient tout seul, de savoir comment organiser ça ? Vous n'avez pas besoin d'un max de temps ?

Je me questionne deux secondes sur l’utilisation particulière de “max“. Déjà, j’ai encore beaucoup de mal avec les réductions de mots mais si en plus, on les place n’importe où dans la phrase, je ne risque pas de comprendre. Finalement, j’abandonne l’idée d’essayer de comprendre sa dernière phrase pour me concentrer sur la première question.

- Concrètement, je structure vos cours comme ça, dis-je en haussant les épaules. Je pose une question en début de cours et j’essaye d’y répondre. Je fais ça pour beaucoup de cours – histoire-géo, français, svt, j’en passe – donc ça me vient rapidement maintenant.

Mais bon, ça, c’est maintenant.
Avant, j’avais beaucoup plus de mal.

- Ça m’est venu avec le temps et le travail, continué-je. Avant de m’y mettre sérieusement, j’arrivais à rien.

Conclusion : c’est en travaillant qu’on y arrive, peu importe dans quel domaine. Si on se tourne les pouces toute la journée, on n’arrivera à rien.
Ft. Les brouillons beaucoup trop longs.
Awful

________________________________

Liens utiles:
 
James grogne en #CC5500.
Et Salazard... Bah il parle pas.
Merci à Lexou pour l'avatar !
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Salazard, un lézard à la queue bleue

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Lun 8 Oct - 22:12

PostRPKaden

XXX
Cours particulier

ft. James White

Bon, pour les fautes... J'vois bien que ça l'ennuie, mais je devrais pas m'étonner. Et à vrai dire, un peu puérilement, si ça me gêne, je me dis que ce n'est pas le sujet et qu'au pire, bah, e-euh... Y'a pire, voilà, c'est tout. Bref, changeons de sujet, et noooon, je ne complexe pas comme un enfant qui tente de compenser, c'est faux. E-enfin.
Je ne suis pas surpris non plus d'entendre que ma troisième partie ne sert à rien, et j'esquisse une grimace gênée. Héhéhé, euh, héhé... J'espérais avoir bien noyé le poisson, pour le coup, mais il faut croire que non. Là, je suis quelque peu embarrassé, et je me tortille d'une manière ridicule sur ma chaise en espérant que le temps passera vite. D'accord, d'accord, je l'écoute car il faut bien que ce cours serve à quelque chose, mais ça n'empêche que je ne sais pas vraiment comment gérer le fait de se foirer en live. Les mauvaises langues diront que c'est le résumé de ma vie, mais c'est entièrement faux. Je n'ai pas grand chose à dire, car je sais bien que c'était foireux, mais cligne des yeux quand il me demande qui m'a dit ça. Bah, euh... C'est à dire que je n'ai pas de réponse franchement impec' à lui donner, là. Piteusement, j'esquisse un sourire forcé, vraiment mal à l'aise.

« Bah, euh... Les autres, pis des manuels, aussi. »

Et oui, je sais, j'ai feuilleté un manuel, c'est exceptionnel, mais bon, v'voyez bien le résultat, pour ce que j'en tire... Peut-être que je devrais arrêter d'écouter les autres élèves tout le temps, aussi, mais je suis bien incapable de voir que je suis trop regardant quant à l'opinion des autres, et que je tend à calculer une grande partie de mes réactions et comportements sur ce qu'ils attendent de moi. Alors si ils disent qu'il ne faut jamais faire seulement deux parties, je fais trois parties, parce que je suppose que c'est le mieux. Je ne pose pas trop de questions sur ça, d'ordinaire, mais sur le moment, j'ai un doute. Peut-être bien que je suis trop influençable, tiens. Mais en même temps, écouter mon interlocuteur de cette manière, ça ne rentre pas dans ça aussi... ? J'sais pas. C'est compliqué.
Je suis un peu pris de surprise en le voyant me dire que c'est bien mieux qu'avant. Sans le vouloir, je détourne le regard, gêné, et manquerait de me perdre en bafouillement si je n'avais pas envie de regarder le sol avec tout l'entêtement du monde. Oui, bon... D'accord, j'en ai ptet trop fait, en réalité.  Mais encore une fois, ce n'est pas la première fois qu'on me dit ça ; et oui, j'étais le genre de gamin à faire une cinquantaine de cookies pour le père Noël (qui était en fait tata Nagisa avec une barbe m'enfin j'ai mis du temps à le comprendre) car je voulais bien faire, sans surprises. Enfin, tant que c'est mieux, je suppose que ce n'est pas une bourde, pour une fois.

Je suis assez curieux, toutefois, quant à la suite. Bah, c'est vrai quoi, je ne me suis jamais demandé comment étaient faits les cours qu'il nous donne. Dans les faits, quand maman s'occupait de mon éducation, c'était davantage un ensemble de formules et de faits, par vraiment des cours structurés, donc je dois avouer que l'arrivée à Sainte-Catherine m'a un peu troublé là-dessus.
Et je suis relativement interrogé, donc j'ouvre bien les oreilles, même si... même si je sais pas. Je crois que je suis un peu déçu ; j'aurais sans doute aimé entendre parler d'une solution toute simple que j'aurais pu suivre à mon tour, en fait. Mais non. Je ne sais pas si je suis embêté ou rassuré ; dans les faits, j'aimerais vraiment rappeler ce que j'appelle mon « retard », mais en même temps... Je ne sais pas vraiment si j'y parviendrais forcément en travaillant. Et dans ma tête, des souvenirs se rappellent à moi. On m'a bien répété, ne serait-ce que par les rires amusés de certains de mes camarades, qu'on est « soit intelligent, soit con », et que je faisais évidemment partie du deuxième groupe, vu mon caractère. Que c'est comme ça ; que si je ne comprends pas tout de suite, ou que je n'y arrive pas, alors c'est indépassable, et que je manque de talent, tout simplement. Je ne m'en rends pas compte, mais je me suis presque accroché à cette théorie, la trouvant sans doute plus supportable mentalement qu'une autre. Si on me l'a dit, c'est que c'est vrai, n'est-ce pas... ?

Mais en même temps, les derniers mots de mon professeur me font tiquer. Curieux, je plisse les yeux. Comment ça, il n'arrivait à rien avant... ? Je suis confus. Dans ma tête, les profs, ils ont forcément été ces premiers de classe aux dossiers impeccables, cumulant les notes excellentes sous les regards émerveillés et les gazouillements de leurs propres enseignants. Ou alors, ils sont faits dans un genre d'usine à profs, avec d'autres bébés profs qui ont déjà une addiction inquiétante à la caféine et aux stylos rouges, un truc du genre.

« Mais... Genre, vous arriviez à rien, enfin ? »

Mes propos m'échappent. Et non, je ne réalise absolument pas que c'est un gros comportement de fouineur casse-pieds, soyez en sûrs. Juste que j'ai un peu du mal à me figurer la chose, et qu'une sorte de blocage vient de se former dans ma tête ; je dévisage d'ailleurs sûrement un peu trop mon professeur, totalement inconscient de mon insolence involontaire. Pas que je l'idéalise (enfin on me dit dans l'oreillette que je fais totalement ça avec les gens que je crois plus intelligents que moi), mais j'ai juste du mal à me dire qu'il ait pu finir là où il en est alors qu'il galérait, de son dire, auparavant. J'me doute bien qu'il est de bonne volonté en disant qu'il a réussi grâce à l'effort, mais, e-euh... C'est peut-être juste que certains y arrivent par l'effort ? Moi, ça doit sans doute être autre chose. Ouais. Sûrement.
Je me rends compte, toutefois, que mes propos pourraient paraître insultants à quiconque ne suivrait pas ma manière de penser. Un peu inquiet de faire sale figure, je tente d'expliciter mon propos, avec une certaine difficulté malgré tout.

« J'veux dire, rien qu'avec la grammaire, enfin... Je sais que j'ai pas appris le français de manière classique, mais j'ai jamais compris tout ce qui est complément du nom, attribut, tout ça. En latin, je m'en sors bien, mais je saurais pas vous donner les fonctions des déclinaisons ; mais par contre, je m'en rappelle super bien, des traductions des formules. J'arrive juste jamais à dépasser ça, peu importe combien j'essaie. Donc j'ai... J'sais pas, ça me paraît bizarre d'entendre que ça peut s'arranger. »

J'ai sûrement tort. J'veux dire, au delà de la blague aisée sur le fait que j'ai toujours tort (oulala je l'avais pas vu venir celle-là), je ne peux pas m'empêcher les choses qui me rendent un peu confus. En même temps... Je ne vais pas mentir, ça a quelque chose de rassurant. Et je crois que cette envie d'entendre que c'est vrai transparaît un peu dans ma voix.

« … Vous aviez des difficultés, aussi ? Vous, vraiment... ? »

Je suis tout aussi curieux qu'un peu espérant.

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Ven 12 Oct - 19:04

Cours particuliers

Feat. Kaden Shimomura

- Bah, euh... Les autres, pis des manuels, aussi, me fait Kaden.

Je grogne en guise réponse.
Principalement parce que je communique de la sorte mais également parce que je me demande de quand datent ses manuels scolaires. Je n’ai pas pris l’habitude de travailler avec des manuels, malgré leur niveau. Je regarde le programme donné par le directeur, je fais mes cours, je recherche moi-même mes documents, je les photocopie parce que ce serait triste pour la photocopieuse de ne servir à rien, et je leur distribue. Voilà. Ils ont intérêt à bien ranger leurs feuilles volantes pour ne pas les perdre en revanche. Certains ont encore des cahiers, si bien que lorsque je distribue un poly, le cours se transforme momentanément en séance de travaux pratiques et de scrapbooking. Chose qui a tendance à m’agacer, soit-dit en passant. J’en suis presque venu à honorer les rares élèves qui écrivent leurs cours sur feuilles et qui ont des classeurs chez eux. Sérieusement… Des cahiers… Ils ne sont plus en grande section de maternelle.
Mais bref.

- Mais... Genre, vous arriviez à rien, enfin ?
- Ça va… Enfoncez pas la vis, répliqué-je.

A nouveau, le rire d’Aurore résonne dans mon crâne.
Je fronce les sourcils deux secondes puis essaye de comprendre ce qui cloche dans ma phrase. Comme je me le suis déjà fait remarquer plus tôt, je n’ai jamais été vraiment doué avec les expressions. Une branche de la langue que j’essaye vainement de maitriser depuis les sept années que je vis en France. Bien entendu, Aurore préférait largement se moquer de moi lorsque je racontais n’importe quoi plutôt que de me corriger. Parce que, je cite, “autant, je t’aide quand tu veux pour les petites fautes, mais là, c’est beaucoup trop marrant“. Vraiment très drôle, j’en conviens. Maintenant, je passe pour un demeuré. Bref, je n’ai jamais été très bricoleur dans tous les cas. Ça doit être quelque chose qui a un rapport avec ça.
Pendant tout le temps de mon monologue intérieur, Kaden a continué de parler mais, honte à moi, je ne l’ai absolument pas écouté. Quelque chose en rapport avec son apprentissage du français ou je ne sais quoi. Comme si je pouvais l’aider sur ce point, je ne comprends rien à cette langue tordue. J’ai appris le français en écoutant les gens parler, en parlant moi-même et en lisant pour l’orthographe. Durant mes deux premières années de fac, à Toulouse, je ne sortais jamais sans mon dictionnaire. Et ce fut très compliqué de comprendre les français dans un premier temps. Ils parlent tellement vite.
Je hoche la tête pour faire comme si je l’avais écouté attentivement avant de me dire qu’il s’agit là de la technique préférée des élèves lorsqu’ils n’écoutent rien, justement. Ils me fixent, avec de grands yeux vides, et approuvent toutes mes phrases. D’ailleurs, il faudra que j’essaye de faire un cours où je ne raconte que des conneries pour voir s’ils réagissent. Ça nous ferait perdre du temps sur le programme mais ce serait une bonne expérience. Mais je m’égare.

- … Vous aviez des difficultés, aussi ? Vous, vraiment... ? insiste l’élève.
- Vous pensiez quoi ? grogné-je. Que j’avais la science infuse ? Bien sûr que non, j’ai bossé pour en arriver là. D’autant plus que j’ai loupé une bonne année de cours, voire même un peu plus.

Un peu plus oui. Je ne suis retourné à l’école qu’en janvier, malgré le fait que j’étais sorti de l’hôpital en octobre. Le temps de m’habituer à ma nouvelle situation, le temps de m’inscrire dans une nouvelle école aux normes, le temps que j’apprenne à me servir de mes mains un peu près correctement, et cetera. Et même là, ce fut loin d’être facile. J’étais déjà en retard sur le programme de plusieurs mois et en plus, je n’arrivais pas correctement à prendre les cours. Bien trop lent pour écrire, mes mains ne m’obéissaient pas encore comme elles le font aujourd’hui. M’enfin, sauf les jours où elles m’en veulent. J’ai réussi à un peu près m’en sortir dès lors que je fus autorisé à utiliser un ordinateur pendant les cours.
Et les années suivantes, j’ai réussi l’exploit de m’imposer une difficulté supplémentaire en allant étudier dans un pays dont je ne parlais pas la langue. J’avais de vagues notions, mais pas suffisantes pour dire que je m’en sortais parfaitement bien et que la barrière de la langue ne fut pas un souci. C’était plutôt tout le contraire en fait.

- J’étais loin d’être le bon élève.
Ft. La vis. Ou le boulon. Ou le clou, je sais plus.
Awful

________________________________

Liens utiles:
 
James grogne en #CC5500.
Et Salazard... Bah il parle pas.
Merci à Lexou pour l'avatar !
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Salazard, un lézard à la queue bleue

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Ven 19 Oct - 20:46

PostRPKaden

XXX
Cours particulier

ft. James White

J'ai visiblement gaffé. Ou du moins, je me dis que j'ai gaffé car son grognement me fait me tendre immédiatement, un sourire crispé sur le visage. Héhéhé, euh, ahaha, mince. J'ai peut-être dépassé la limite, là, mais je vous avouerais que je suis plus ou moins toujours en difficulté quand il s'agit de les voir, donc, euh, c'est pas d'ma faute, m'dame la juge ? M'enfin, d'un coup, j'ai vraiiiiment envie de faire profile bas, et mes épaules qui m'abaissent, ainsi que ma tête, durant une seconde, ne sont que des conséquences dont je ne réalise pas tout de suite la raison. J'ai bien conscience qu'il m'a écouté à moitié tout à l'heure (il fait quasiment exactement la même chose que maman quand je parle de voltige, donc ça va, j'ai l'habitude), mais là, j'ai la sensation que j'ai touché un sujet sensible. Et en même temps, bah... J'aurais dû m'en douter. Y'a qu'à voir la vitesse avec laquelle je me vexe comme on prend pour un crétin parce que j'ai des notes pas jojo, ou la manière que j'ai de surcompenser dès qu'on met en exergue mes insécurités. Là, j'suis pas sûr d'être tombé sur une insécurité, mais ce qui est certain, c'est que j'aurais peut-être dû éviter d'appuyer sur la plaie.
Faut dire que... J'ai du mal à me dire que ça pourrait être une plaie. P-pas que j'imagine que le type en face de moi est une espèce de statue insensible qui n'a jamais eu la moindre difficulté, hein, j'en suis pas à ce niveau. J'ai juste cette image des adultes dans son genre comme détachés de tout, et absolument pas préoccupés par des doutes bassement ordinaires, comme ceux que je peux avoir. Et peut-être que j'ai tort, en soi. Je ne sais pas si ça me rassure vraiment, en fait... Et c'est un peu égoïste, même si je m'en rends pas compte.

« … Oh. J-je vois. »

Je suis un peu étonné qu'il ait carrément raté une année, en soi. Si j'imagine un redoublement en premier lieu, je ne me permets pas d'émettre l'hypothèse, car je crois que là, je dépasserais vraiment ses limites, vu que j'ai eu la sensation de les frôler tout à l'heure.
Sauf que, mine de rien, ce genre de situation, ça provoque, bah... Bah, de la gêne. Ou du silence, du moins, couplé à beaucoup d'embarras de ma part, qui me retrouve à triturer nerveusement mes doigts et à battre des pieds en me disant que tout de même, c'est long, le temps. Je ne sais pas trop quoi faire, du coup, puisque je ne sais plus où nous en étions et que j'envisage largement d'attendre qu'il finisse par reprendre la parole, de peur de faire une autre connerie. Si ses propos me troublent parce que l'espoir qu'ils me donnent est difficile à gérer, j'ai toutefois la sensation que cette conversation devient bizarrement personnelle. Ou du moins, du peu que je perçois, ce qui m'empêche de voir comment je suis supposé agir à l'heure actuelle. Alors, sans trop de surprises, j'en arrive à user de formules un peu bateau, et quelconques.

« C'est, euh, cool, que vous ayiez pu vous rattraper votre retard, enfin, voilà. »

Par la croûte du plus beau camembert du monde, pourquoi est-ce que je manque autant d'éloquence, sérieusement ? Non parce que, pour faire le kéké et m'enorgueillir comme le dernier des pans j'suis aux premières loges, mais pour ce qui est du reste... Bah c'est pas franchement jojo. J'aimerais bien savoir quoi dire, en soi. Je ne sais pas si ça ne serait pas trop ramener tout à moi que de dire « oh, bah, ça me rassure personnellement et c'est gentil de votre part d'assumer car ça me montre qu'il n'y a potentiellement aucune honte à avoir », alors je ne dis rien. Pas sûr que ce soit la meilleure technique, mais au moins, mon cerveau détraqué ne me donne pas envie de me cacher dans un coin.
Dans tous les cas, maintenant que je se sais ça et que je crois que la conversation à ce propos est finie, en rapport avec la manière qu'il a de dire les choses, je ne sais pas vraiment ce qu'il attend dorénavant. J'esquisse un sourire maladroit et forcé, me retenant difficilement de me mettre à dessiner des gribouillis sur le bureau pour me détendre. Et oui, c'est pas bien, je sais.

« … Vous voulez que j'fasse quelque chose d'autre ? Enfin, j'sais pas trop, parce que, euh, 'fin c'est vous le prof. »

Euphémisme du jour, bonjour.

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Mer 24 Oct - 18:37

Cours particuliers

Feat. Kaden Shimomura

- C'est, euh, cool, que vous ayez pu vous rattraper votre retard, enfin, voilà, bafouille Kaden.

Je lève les yeux au ciel, sans même me rendre compte que ce geste pourrait contrarier l’élève. Mais que voulez-vous ? J’ai toujours eu du mal avec les gens qui ont du mal à s’exprimer. Que ce soit par timidité, par peur de parler ou de dire des conneries. Autant dire que j’ai horreur des élèves qui parlent dans leurs barbes, dans leurs mains ou dans leurs écharpes dès que je les interroge.

- Ouais ouais, c’est ça, me sens-je obligé de répondre.

Bien décidé à me taire, désormais, je reprends son brouillon pour l’examiner à nouveau.
Pas mal de bonnes idées, un peu désorganisé par endroit, quelques notions évidentes manquantes, quelques-unes inutiles en trop. On sent par moment qu’il a encore envie de réciter le cours mais il se rattrape rapidement. Je dois avouer que j’ai un peu de mal à voir la suite logique dans les idées mais je suppose que c’est parce qu’il s’agit d’un brouillon, aussi complet soit-il. Le plan, en soi, n’est pas trop mal, la troisième partie est clairement redondante mais je lui ai déjà fait remarquer.
Bref, un peu d’aide pour l’écriture de la rédaction ne sera pas de trop, ainsi qu’un cours pour lui réexpliquer comment dégager une problématique pertinente d’un sujet. En plus des quelques contrôles de connaissances bêtes et méchants que je fais de temps en temps avec toute la classe – sous forme de QCM ou de questions de cours – afin de voir s’ils apprennent régulièrement leur cours… Après tout, ce sont encore des enfants, il faut parfois les pousser pour certains. Pas tous, bien évidemment, mais du coup, tout le monde trinque. Bref, ce ne sera pas de trop pour qu’il remonte la pente. De plus, je pourrais toujours lui donner quelques cours supplémentaires en maths et en physique/chimie si jamais il en ressent le besoin.

- Vous voulez que j'fasse quelque chose d'autre ? demande l’élève. Enfin, j'sais pas trop, parce que, euh, 'fin c'est vous le prof.

Il a voulu faire de l’humour là ?
Je fronce les sourcils, en proie à une véritable incompréhension de ma part.
Mais bref, je ne vais pas une nouvelle fois m’éterniser là-dessus.

- Hum… marmonné-je deux secondes le temps de réfléchir. Non, c’est bien pour aujourd’hui. Le plan est pas mal, c’est bien mieux qu’avant. Reste encore quelques petites choses sur lesquelles travailler, cela-dit. Bref, même heure, même salle, dans deux semaines.

Moi non plus, je n’ai pas vraiment envie de passer tous mes samedis après-midi à donner des cours. J’ai une vie aussi.
Ft. Les Yeux au Ciel.
Awful

________________________________

Liens utiles:
 
James grogne en #CC5500.
Et Salazard... Bah il parle pas.
Merci à Lexou pour l'avatar !
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Salazard, un lézard à la queue bleue

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden Jeu 25 Oct - 15:47

PostRPKaden

XXX
Cours particulier

ft. James White

Je crois que ça commence à se voir, que j'ai un peu envie de partir. Pas que ce soit car j'ai une sainte horreur de mon prof, enfin clairement j'ai pas non plus envie de traîner plus que de besoin avec lui (qui voudrait ça sérieux), mais... Mais bah, c'est un peu comme un vaccin, en fait. C'est certes bon pour vous, mais si ça commence à durer trop longtemps, vous allez vous mettre à rêvasser au moment où vous pourrez écraser votre corps endolori sur votre canapé bien moelleux. Bah là, c'est pareil. Sauf que j'ai pas de canapé bien moelleux, alors mon lit fera largement office. Et oui, je devrais bosser durant mon aprèm au lieu de glandouiller, mais... Mais bah, je viens de bosser, là, faudrait pas non plus trop charger la charrue ! J'ai besoin de mon sommeil aussi, si mon teint se met à dépérir, ce serait dramatique.

Enfin. Je crois que je vais être soulagé, puisque du peu qu'il me dit, nous en avons fini pour aujourd'hui. Je me retiens tout juste de soupirer bruyamment de soulagement, alors que je maintenais ma respiration tout à l'heure quand il me parlait de mon travail. J'en viens très vite à rêver d'avance de me retrouver dans un endroit où je n'aurais plus à penser à mes notes, ou même à tout un tas de trucs aussi pénibles que la réalité.
Je suis toutefois un peu surpris. Ça tombe à pic, même si je suis surpris, et que je le fixe bêtement, comme d'habitude, en somme. Je hoche toutefois vivement de la tête dès que je retrouve un semblant de conscience, un grand sourire se dessinant rapidement sur mon visage, de telle sorte à ce que j'en montre mes quenottes tout blanches (oui c'est creepy je sais mais je m'en fiche).

« Euh, bah, ok ! Merci m'sieur, c'était sympa ! »

Bon, clairement, c'était pas une sortie chocolat chaud/pâtisserie dans un salon de thé sympa de Malnans, mais c'est une formule de politesse. Je lui dois bien ça ; il n'était pas forcé de répondre positivement à ma demande, après tout. En outre, je lâche un discret soupir de soulagement quand je l'entends dire que nous nous contenterons d'une fois tous les quinze jours : une poule au pot soit louée, je vais pouvoir garder des samedis pour moi. Non parce que... Bah, j'ai juste envie d'être tranquille de temps à autre, hein, on va pas s'mentir !
En me relevant, je lui offre un signe de la main pour partir, me disant que ce serait plus aimable, avant d'embarquer mes affaires et de quitter lentement la salle, quelque peu mitigé. J'sais pas trop si je regrette ou non, en soi, pour le moment. Je suppose que je verrais avec le temps...

« … Oh, qui qui que ce sont, les bonnes fifilles ? C'est vous, mais oui, c'est vous ! »

… Puis, j'ai vu Yuna qui m'attendait devant la porte, et je me suis mis à oublier tout ça très vite. Faut dire que c'était tentant.

________________________________


Kaden te casse les pieds en #814E1A

Fiche ☀️ Liens ☀️ Planning ☀️
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Une Cerbère à têtes de loup arctique, Yuna

Situation: Aime manger des pommes
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cours particulier - Ft Kaden
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Cours particulier - Ft Kaden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Cours particulier ? [Libre]
» Cours particulier... : Avoir de la répartie feat Louisa
» Amphithéâtre Ninjutsu
» Un cours particulier s'il vous plait ... (pv David Lord)
» [PV] Petit cours particulier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: Les Classes :: Classe des Pégases-
Sauter vers: