Tentative de rendez-vous galant {Sofia}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: La Ville de Malnans :: Le Centre-Ville :: Les Boutiques
MessageSujet: Tentative de rendez-vous galant {Sofia} Mer 25 Juil - 21:32
dans lequel un gars est sapé comme jamais

Here come the man in black.

Frédérik leva les yeux au ciel, exaspéré par la moquerie. Il rangea la veste noire au fond de son placard sous le regard approbateur de Derrick.

Tu vas au restaurant, pas à un enterrement.

Oh, vraiment ? Il n'était pas au courant. Chaque tenue qu'il venait de sortir avait été impitoyablement rejetée par la conseillère en image assise par terre. Cette dernière arrosait copieusement de critiques assassines chaque proposition, à croire que Frédérik avait ses côtés la Cristina Cordula des familiers. Trop formel, trop guindé, trop coincé. Dès qu'il sortait un cintre du placard, il avait le droit à un soupir bruyant. Oh, ne vous méprenez pas, il se fichait bien de l'avis du chien. Il s'habillerait comme il le voudrait, n'en déplaise à cette parodie de styliste. S'il s'était décidé à ranger les pièces exclues, c'était surtout à cause de sa propre indécision, rien d'autre. Il scruta une dernière fois les vêtements soigneusement classés devant ses yeux avant de se saisir d'un pantalon camel et d'une veste bleu marine.

Toujours un peu trop formel, mais t'as pas l'air d'avoir du décontracté de toute façon ...

Ce rendez-vous avait beau ne pas signifier grand chose, Bartosz ne pouvait pas s'empêcher d'étudier son look avec attention. Ses parents lui avaient toujours rabâché que le paraître était tout aussi important que l'être, raison pour laquelle il y apportait toujours un grand soin malgré le classicisme de ses goûts. Hors de question en tout cas de garder les vêtements qu'il avait porté toute la journée.

Après son service et en dépit de son envie évidente de privatiser une des salles de cours transformée en laboratoire pour commencer son travail de recherche, il était rentré chez lui pour se changer. Il ne fallait pas confondre vitesse et précipitation ; même s'il mourait d'envie de mettre les mains dans le cambouis, il devait avant toute chose se lancer dans une étude théorique approfondie. Formuler des hypothèses, éplucher des ouvrages interdits d'une complexité inouïe, élaborer des protocoles détaillés ... Hors de question de gaspiller bêtement son échantillon de Larmes. Le travail en amont était considérable, et, à vrai dire, parasitait déjà son esprit. Dur de se concentrer sur les cours quand on avait à porter de main la découverte de la décennie. Et pourtant, Frédérik ne comptait pas négliger ses obligations professionnelles ; il y tenait beaucoup trop.

Plus qu'à se débarrasser de ce rendez-vous avant de s'exiler dans son ermitage. Cette formalité ne lui inspirait rien, ni en bien, ni en mal. Il devait se plier à l'exercice, il n'avait pas le choix. Eriksen méritait des remerciements en bonne et due forme, et il était suffisamment éduqué pour s'y astreindre. D'ailleurs, le bouquet qu'il comptait offrir à sa collègue patientait tranquillement sur son buffet. Il aurait préféré passer chez le fleuriste juste avant de se rendre au restaurant, mais, malheureusement, tous les fleuristes étaient fermés à l'heure à laquelle il comptait s'y rendre. Ce faisant, avant de rentrer chez lui, il avait fait un rapide crochet en ville. Des œillets rouges vifs accompagnaient des gerberas de la même couleur le tout parsemé de petites fleurs blanches ça et là pour casser la monotonie de la teinte. Le tout se voulait assez imposant, environ trente centimètres de diamètre à vu de nez. Il avait fait en grande partie confiance au fleuriste pour l'arrangement, il s'était contenté de donner quelques instructions sur les fleurs nécessaires afin de coller aux goûts de Sofia. Franchement, il trouvait la composition plutôt jolie.

Attrapant un cravate noire, Frédérik la noua d'un geste d'expert avant de replacer soigneusement son col. Il rangea son téléphone et son porte-monnaie dans la poche intérieure de sa veste, ajusta le tout, puis se recoiffa rapidement devant le miroir de sa chambre. Bon. Voilà, voilà. Il jeta un coup d'œil à l'heure. Il était large, comme d'habitude. Ce geste lui rappela qu'il lui fallait une montre pour éviter de consulter son portable, un geste fort impoli s'il l'exécutait en pleine conversation avec Eriksen ... Si conversation il y avait toutefois. Peut-être qu'au fond, Frédérik éprouvait une pointe d'anxiété au sujet de la rencontre car il craignait de ne pas être un très bon interlocuteur. Inviter sa collègue partait d'une bonne intention, mais, rétrospectivement, peut-être qu'il aurait dû s'abstenir pour éviter à la magicienne de passer une soirée ennuyeuse. Sur cette pensée, il ajouta une montre, héritage de papa Bartosz, à sa panoplie.

Whoaaah, il est beau comme un camion !

De nouveau, Frédérik ignora Derrick qui semblait aussi excité par la perspective de ce rendez-vous qu'une fangirl catapultée devant son chanteur de boys band favori. Ou aussi inquiet qu'une maman qui allait emmener son garçon au bal de promo. Un mixte des deux probablement. Il faisait désormais les cents pas dans l'appartement, s'assurant au passage que son partenaire n'avait rien oublié.

J'y vais. Ne m'attends pas, je ne sais pas quand je rentrerai, finit par conclure Frédérik en nouant le lacet de ses chaussures, d'élégantes richelieus .
Mais ... Je pourrais venir avec toi.
Non, et c'est non-négociable.


Même si Derrick le savait, pour avoir tenté de négocier sa présence ce matin, il ne put s'empêcher d'afficher une certaine déception. D'un côté, c'était une bonne chose, de laisser Frédérik et Sofia en tête-à-tête. De l'autre, il craignait qu'en son absence Frédérik ne fasse n'importe quoi quitte à nuire à LIA. Quand il vit ce dernier se saisir du bouquet, il se dit que Frédérik ne pouvait pas foirer à ce point-là l'entrevue : le chien avait placé toutes les cartes dans sa main. Il ne restait plus qu'au magicien de voir si le courant passait ou non. De toute manière, le familier ne pouvait pas créer une alchimie si des braises ne préexistaient pas à son intervention. Un peu inquiet malgré tout, il souhaita une bonne soirée au polonais juste avant qu'il ne se téléporte à Malnans.

Armé de son bouquet de fleurs toujours aussi fraiches grâce à un soupçon de magie, le professeur se dirigea d'un pas décidé vers le Khrua Thai. Il pénétra dans l'enceinte du restaurant à vingt heures moins deux. Contrairement à la croyance populaire, Frédérik n'arrivait jamais en avance : il était toujours précisément à l'heure. Il avait réservé le matin même normalement une table pour deux. Du regard, il chercha dans la salle pour voir si Sofia ne l'avait pas devancé. Le cas échéant, il ne lui restait qu'à s'annoncer auprès du serveur, prendre la table qu'on lui proposerait et attendre.

avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Derrick le basset

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Points : 90
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tentative de rendez-vous galant {Sofia} Dim 12 Aoû - 23:24

Tentative de rendez-vous galantLac des Sirènes
Sofia
Eriksen
Fréderik
Bartosz
Les pattes raides, les poils hérissés, Eyla fait les cent pas en jettant des coups d'oeil impatients en direction de Sofia. L'horloge affiche dix-neuf heure trente et madame a toujours le nez dans ses copies. A-t-elle donc oublié son « rendez-vous » au restaurant avec Bartosz ?! Loin d'elle l'idée de vouloir tomber dans le cliché mais … la danoise ne devrait-elle pas plutôt chercher une tenue convenable ou réfléchir à un maquillage de circonstance ? Au lieu de cela, elle est avachie dans un fauteuil, habillée d'un jogging vraiment très moche, ses si beaux cheveux retenus en un chignon difforme sur le haut de sa tête. Stylo bille dans la bouche, elle corrige le devoir surprise qu'elle a proposé à ses élèves la veille. Eyla se souvient encore des mines effrayées et des cris stupéfaits qui avaient résonné dans la salle à cette annonce. Elle ne rigolerait encore. Ces pauvres enfants n'ont vraiment pas consciences des difficultés de la vie pour s'indigner de la sorte pour un pauvre QCM. Sofia aurait put leur proposer un exercice bien plus difficile. Cela dit, elle l'a préparé à la dernière minute, une heure avant le cours. Impossible pour elle de mener un cours de métamorphose classique pendant une Sécheresse. Alors aux grands maux les grands remèdes : Sofia s'est hâtée de préparer un QCM sur l'ordinateur de la salle des professeurs afin d'occuper ses élèves pendant une heure sans avoir à dépenser la moindre goutte de magie. Cruel, peut-être, mais efficace.

Sauf que voilà, Sofia, elle est typiquement le genre de professeur qui corrige les copies le soir-même et les rend le lendemain. Elle ne laisse jamais ses corrections traîner afin de revenir rapidement sur les points ayant posé le plus de souci à ses élèves. Elle est d'autant plus rapide lorsqu'il est question de QCM, étant donné qu'elle n'a qu'à vérifier si la réponse donnée est la bonne. Elle aurait pu demandé des justifications mais elle n'est pas cruelle à ce point. Alors Sofia enchaîne les copies, octroyant énormément de bonnes notes. D'un simple coup d’œil, elle repère les notions comprises par l'ensemble des élèves ou celles qui posent un peu plus de souci. Et lorsque c'est le cas, elle les note dans un petit calepin afin de préparer des cours récapitulatifs. Son objectif n'est pas d'aller le plus loin possible dans le programme, mais que tout le monde comprenne. Et si elle doit passer dix heures sur l'importance de la visualisation en métamorphose, alors elle le fera. La danoise sait que sa matière n'est pas la plus facile, d'autant plus qu'elle réclame énormément de magie, alors elle ne lésine pas sur les efforts. Ces petites têtes blondes mettront le temps qu'il leur faut pour apprendre et ce n'est pas Sofia qui leur mettra la pression. Loin de là, même.

Mais si Eyla respecte cette philosophie, en ce moment-même, elle préférerait que Sofia abandonne ses corrections et se décide enfin à se préparer. Alors pour attirer son attention, l'esprit-dragon parasite son esprit de commentaires inutiles et désagréables. Parfois, une grimace déforme le visage de la danoise mais elle ne bouge pas d'un iota pour autant. Tant pis, aux grands maux les grands remèdes. Ni une ni deux, Eyla bondit sur les genoux de Sofia, faisant voler ses copies aux quatre coins de son salon. La professeur pousse un petit cri surprit et se hâte de figer les feuilles dans les airs d'un mouvement de la main. Une veine palpitant à l'angle de son front, elle s'apprête à rhabiller Eyla pour l'hiver lorsque cette dernière lui désigne l'horloge d'un mouvement de la queue. Et alors, tout se passe très vite. Sofia ramasse les dernières copies qu'elle jette sur son bureau avec son stylo bille avant de foncer dans sa chambre. Là, elle ouvre son placard en catastrophe et se saisit de la première robe qui vient. Une fois enfilée, elle court jusqu'à la salle de bain et détache ses cheveux, tentant de leur rendre une forme acceptable en passant ses doigts dans ses mèches souples. Heureusement, elle les a lavé la veille au soir ! Quant au maquillage, elle se contente du minimum : un peu de fard sur les yeux, une touche de mascara et le tour est joué.

Tout aussi précipitamment, Sofia revient dans son salon afin de récupérer son sac. C'est alors qu'elle croise le regard rieur de Eyla. Et alors, la danoise comprend. Son familier l'a trompé. D'un mouvement de la patte, l'esprit-dragon remet les aiguilles de l'horloge en place. Il est seulement dix-heure heure quarante-cinq. Comment Eyla a-t-elle osé lui jouer un tour pareil ? Sans se justifier, la créature mi-dragon mi-chat se couche tranquillement sur le canapé afin de commencer une toilette totalement inutile étant donné qu'elle n'est jamais sale. Quel perfide animal. Poussant un long soupir, la danoise tourne les talons et retourne à la salle de bain. Autant prendre un peu plus de temps pour s'apprêter, puisqu'elle ne part pas avant une bonne heure. Sofia se permet donc de se coiffer un peu mieux, tressant quelques mèches de sa chevelure et se permettant même de rajouter quelques petites perles offertes par les Sirènes il y a des années de cela, lors de son baptême. Quant à la robe qu'elle a choisi au hasard, elle décide de la garder. Dans les tons blancs et bleus, elle n'est ni trop simple, ni trop sophistiquée. Après tout, elle ne se rend pas à un rendez-vous galant, inutile de se mettre sur son 31. Eyla se permet cependant un coup d’œil critique sur sa tenue, qu'elle finit par valider. Pour un début, c'est amplement suffisant. Si elle se ramène trop apprêtée, cela risquerait d'être vraiment gênant. Alors même si Sofia n'attend pas son aval, l'esprit-dragon valide. Ce qui est déjà un bon début.

Étant donné qu'il reste à Sofia une bonne demi-heure avant de partir, elle reprend sa correction - la danoise étant le genre de femme à profiter de chaque seconde pour s'avancer sur son travail. Et cela se voit d'autant plus depuis que sa fille réside à l'internat de Sainte Catherine. Pas que Sofia ne veuille plus s'occuper de sa fille, loin de là. Mais c'est Milla elle-même qui a demandé davantage d'indépendance. Avoir sa mère comme professeur n'est jamais pas chose aisée, alors elle tient à garder une distance respectable à l'école. Ce que Sofia ne comprend pas toujours forcément, mais elle respecte le choix de sa fille. Certes, sa présence lui manque très souvent mais elle doit accepter le fait que Milla grandisse et vole de ses propres ailes. Et puis, ce n'est pas comme si elle risquait grand chose à Sainte Catherine. Au moins, elle est épargnée des aller-retours jusqu'à Copenhague, même si un tour de magie suffit à les téléporter jusqu'au Danemark. Il arrive parfois à Sofia de résider dans l'école mais dans la mesure du possible, elle essaie de rentrer chez elle. Il est important qu'elle ne néglige pas son chez elle et fasse la différente entre la vie professionnelle et la vie personnelle. D'ailleurs, comment doit-elle qualifier sa sortie de ce soir ? Un dîner entre collègues ou entre … amis ? Peut-être vraiment dire que Frédérik est un ami ? Mmh, ce serait peut-être mettre la charrue avant les bœufs de le penser.

C'est finalement dix minutes avant l'heure du rendez-vous que Sofia se téléporte jusqu'à Malnans. Elle atterrie à l'arrière d'une boutique tenue par une magicienne qui ne s'étonne donc pas de la voir sortir de sa remise. Après quelques politesses, la danoise s'engage dans la rue. Quelques passants flânent dans les rues mais en règle générale, Malnans est très calme. La danoise se dirige donc en direction du fameux restaurant thaïlandais dont certains de ses collègues en parlent comme la révélation de l'année. Sofia le repère assez facilement, sa devanture aux teintes mauves et orangées tranchant nette avec les couleurs plus classiques des enseignes l'entourant. Petit coup d'oeil à sa montre : il est vingt heure dans une minute. Elle est donc pile à l'heure. La danoise va donc se présenter au réceptionniste qui l'accompagne aussitôt à une table plutôt bien placé. Comme elle s'y attendait, Frédérik est déjà là. Mais si elle en juge son attitude, il ne semble pas installé depuis bien longtemps. Sofia s'assoit donc face à lui, étirant un large sourire. Avant de l'inonder de questions concernant ses recherches, il faut passer par l'étape des formules de politesse. N'oublions pas nos bonnes manières.

Bonsoir, monsieur Bartosz ! Comment allez-vous ?

Sofia se pince la cuisse. C'est trop enjoué pour être naturel ! Elle n'a cependant pas le temps de s'auto-flageller davantage, parce que ses yeux tombent aussitôt sur un magnifique bouquet de fleurs. Constituée de œillets et de gerberas rouges et parsemé d'adorables petites fleurs blanches, la composition est d'une beauté sans pareille. Il s'agit-là du plus beau bouquet qu'elle n'ait jamais vu de sa vie – même celui de son mariage n'était pas aussi beau. Néanmoins, en réfléchissant à cette composition, Sofia se sent rougir. D'après le langage des fleurs, les œillets rouges sont des appels du cœur et les gerberas, un message d'amour profond. Bartosz a-t-il seulement conscience de la signification de ce bouquet ? Non, bien sûr que non. C'est un homme cultivé, certes, mais à ce point ? Elle ne saurait le dire. De toute façon, ils ne se connaissent pas suffisamment pour qu'il éprouve le moindre sentiment à son égard. Ils ne peuvent même pas dire qu'ils sont amis. Malgré elle, Sofia lance un regard en direction de Eyla, qui a bien évidemment tenue à l'accompagner. L'esprit-dragon semble étrangement … ravie ? Est-ce du à l'absence de Derrick ? D'ailleurs, ce détail étonné Sofia. Elle a bien du mal à imaginer le scientifique sans son fidèle compagnon à quatre pattes. N'y tenant plus, elle se sent obligée de se renseigner à ce sujet :

Derrick n'est pas avec vous ?

Pourtant, les familiers sont invisibles aux yeux des êtres non magiques. Le basset serait passé inaperçu au milieu du restaurant. D'ailleurs, l'absence de son compagnon d'arme laisse Eyla pantoise. Elle va donc devoir gérer LIA seule ? Voilà qui promet ...

________________________________


Sofia te rassure en #f497b7 mais Eyla te rabroue en #6600FF
avatar

Profil


Espèce: Magicienne

Familier: Eyla, esprit dragon

Situation: Célibataire (divorcée)
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points : 37
Revenir en haut Aller en bas
Tentative de rendez-vous galant {Sofia}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [2000]Paris perdu, rendez-vous galant de mauvais goût [Izlaya/Alan/Maureen][Terminé]
» Rendez vous galant ou retrouvaille amicale ? [ PV Kaito ]
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: La Ville de Malnans :: Le Centre-Ville :: Les Boutiques-
Sauter vers: