Heures supplémentaires {Neptun}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: Les Classes :: Classe des Dragons
MessageSujet: Heures supplémentaires {Neptun} Jeu 5 Juil - 23:24
dans lequel un gars est dévoué à son job

Bizarrement, j'ai l'impression qu'elle arrivera en retard, rien que pour t'emmerder.

Frédérik haussa les épaules, parfaitement indifférent à la remarque du familier. Il avait le même pressentiment à vrai dire. Mais tant que mademoiselle Leyster n'avait pas terminé sa crise d'adolescence, il n'y pouvait pas grand chose, mise à part la reprendre pour la énième fois sur son comportement, pour la forme, sachant pertinemment qu'elle n'en aurait strictement rien à carrer. Dans la mesure où Frédérik n'aimait pas spécialement perdre son temps et que prêcher dans le désert était une perte de temps sèche, il avait désormais appris à composer avec le tempérament de la demoiselle avec un certain fatalisme. Ou avec compassion. Même si, parfois, elle l'exaspérait. Souvent en fait. Heureusement, depuis que Derrick était entré dans sa vie en défonçant la porte, il avait acquis un power up + 20 dans sa compétence patience. Il comptait donc user de tout ce potentiel dans l'entrevue qui allait suivre.

Évidemment, le rendez-vous ne l'enchantait pas spécialement. Actuellement, la vie de Frédérik s'articulait autour de trois pôles à l'importance décroissante : ses obligations professionnelles, l'étude des Larmes de Sirènes qu'il avait récupérées avec Mme Eriksen quelques temps auparavant, mais qui, au fond, recoupait le premier point, et enfin, les aventures de Geralt de Riv sur sa PS4. L'entretien avec mademoiselle Leyster appartenait à la première catégorie, même si, avouons-le, il aurait préféré passer sa soirée sur la deuxième. Mais, conscience professionnelle oblige, il n'avait pas pu faire autrement que de proposer à Neptun cette séance pour rattraper un TP important qu'elle avait manqué à cause d'une visite à l'infirmerie.

Avec les examens qui approchaient pour les Dragons, Frédérik s'était senti obligé d'agir de la sorte. Au fond, même s'il était dur et qu'il notait comme un chien - bien que laisser Derrick noter des copies aurait démenti ce constat -, il souhaitait la réussite de tout le monde. Alors, s'il fallait prendre sur son temps personnel pour améliorer les chances de certains, eh bien, il n'avait pas d'autre choix que de se plier à l'exercice. Parce que Frédérik aimait plus ses élèves qu'il ne le laissait paraître. Et peut-être parce que sa sympathie à l'égard de Neptun dépassait légèrement celle qu'il accordait aux autres, pour une raison obscure clameraient certains devant l'opposition évidente de leur caractère respectif. D'un côté, l'incarnation de l'ordre, du sérieux, de l'autorité. De l'autre ... Bah. Neptun quoi.

Derrick faisait les cent pas tandis que le magicien, imperturbable, relisait ses notes attentivement, barrant parfois proprement quelques remarques qui lui semblaient maintenant absurdes. Tout était prêt, bien entendu : le matériel était soigneusement disposé dans un ordonnancement complet. En attendant, Frédérik inspectait paisiblement ses écrits au sujet des larmes de sirène, à la recherche des protocoles les plus pertinents pour ne pas bêtement sacrifier les trois malheureuses gouttes qu'il avait obtenu en se jetant en calbute dans le lac du bahut en compagnie de Sofia. Ou en sacrifiant sa dignité, formulez-le comme vous préférez.

Il patientait, terré dans la classe des Dragons changée en laboratoire, endroit qu'il fréquentait en ce moment plus que son propre appartement. Derrick en avait un peu marre de rester enfermé toute la soirée jusqu'à pas d'heure. Après une journée passée à pioncer durant les cours, il avait envie de se défouler un peu. Mais Frédérik n'était ni disposé à lui offrir une petite promenade, ni à bavarder. Et, pire que tout, plus le professeur passait du temps dans cette fichue salle, moins Derrick avait la possibilité de le faire rencontrer fortuitement Sofia pour mettre en œuvre leur plan diabolique avec son familier.

Ennuyé, le basset entama une séance de roulis boulis sur le sol pour Dieu seul sait quelle raison. Tant que Frédérik ne manipulait pas, il avait le droit de se mouvoir dans la pièce comme il le voulait. Comme d'habitude, le magicien lui avait proposé de sortir prendre l'air tout seul, ce que le chien avait décliné ; il était curieux de voir un tête-à-tête entre Neptun et Frédérik. La demoiselle semblait incarner tout ce que Frédérik détestait, il n'arrivait pas à comprendre malgré tout pourquoi le théoricien lui témoignait de la sympathie. Bon, c'était un bien grand mot dans la mesure où l'expression de l'affection de son glaçon de maître s'apparentait aux yeux du commun des mortels comme à un mur en béton de dix centimètres de moins qu'avec les autres. Mais toujours un mur. Il ne comprenait pas la nature de leur relation. Pour une fois, la buse en relation était plus doué que le grand maître autoproclamé ; Frédérik savait parfaitement l'origine de sa compassion pour Leyster en dépit de son comportement.

Depuis qu'il avait assisté une fois au déclenchement de sa Malédiction, particulièrement spectaculaire, et qu'il avait tenté à sa manière d'intervenir il se sentait vraiment ... Concerné par le cas Leyster. Un incident qui avait fait passer Neptun de la catégorie 'nécessite la patience d'un moine bouddhiste' à 'omglapauvrefille'. De la pitié ? Peut-être un peu. Mais plus encore, cette crise l'avait replongé dans des souvenirs peu joyeux qu'il aurait préféré oublier. Il avait la fausse impression de comprendre la Malédiction de Neptun et surtout, d'en saisir toute l'horreur. Comme il se sentait désolé pour tous ces Sorciers. Il voulait l'aider. Il ne restait cependant que son professeur et un professeur peu doué pour nouer des liens de surcroît.

Peut-être que cet incident l'avait motivé à s'investir davantage auprès de Neptun, par pure compassion, parce qu'il avait cet espoir fou de pouvoir l'épauler. Pour ne pas qu'elle finisse comme Elléonore.

Tu n'as pas l'air de beaucoup l'apprécier, osa Frédérik, à la grande surprise de son interlocuteur qui n'attendait pas une réponse.
Non, non, pas du tout. Je ne la connais pas assez pour juger, je dors pendant tes cours. Mais deux filles aux cheveux bleus qui s'attirent ta sympathie, je commence à sentir le running gag se profiler.

Ne sachant pas vraiment ce qu'était un running gag et, surtout, n'ayant aucune envie de poursuivre la conversation qu'il pressentait comme potentiellement casse gueule, d'une manière ou d'une autre, le magicien se contenta d'un bruit approbatif avant de consulter son téléphone. Le rendez-vous était à dix-sept heures, précisément, durant le temps libre des élèves.
Avant de parler d'un éventuel retard, espérons avant tout qu'elle n'ait pas le culot de lui poser un lapin.

avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Derrick le basset

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 49
Points : 84
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Heures supplémentaires {Neptun} Mer 11 Juil - 16:21
LEYSTER Neptun
&
BARTOSZ Frédérik
Heures supplémentaires
Un téléphone qui vibrait. Une alarme qui s’enclenchait. Shiiro qui tournait, et tirait par moment sur la manche de l’uniforme scolaire de sa maitresse. Elle avait décidé de faire une sieste, après avoir obtenue une autorisation de louper ses cours de l’après-midi. Elle était épuisée après son malaise de la matinée, un énième qui l’avait forcé à quitter la classe prématurément. Malédiction de merde, pensa-t-elle pour elle-même. Bien sûr qu’elle voulait s’investir en cours par moment, mais elle avait toujours l’impression que ça lui arrivait juste avant de devoir courir aux toilettes. A croire que sa Malédiction ne voulait pas qu’elle réussisse ses examens de fin d’année.

Il était dix-sept heures. Mr Bartosz devait déjà l’attendre dans la salle de classe des Dragons. Mais Neptun ne se sentait pas pressée. Au contraire, elle qui avait la tête écrasée contre son oreiller se retourna pour fixer le plafond, passant ses bras sous sa tête comme si elle profitait du soleil à la plage. Shiiro s’activait devant elle, piaillant toujours gaiement, et racontant tout ce que lui passait par la tête. Neptun l’écoutait d’une oreille distraite, elle pensait surtout à ce cours particulier qui lui avait été proposé.

Nouvelle évocation du malaise ; Neptun avait été obligée de quitter la classe en urgence, quelques jours auparavant, pour aller rendre son petit-déjeuner aux toilettes. Encore et toujours… Tellement répétitif… Sauf que Mr Bartosz lui avait proposé de rattraper ce qu’elle avait manqué. Elle n’avait pas trop eu le choix, elle avait surtout reçu sa convocation pour ce jour-ci, devant se rendre en classe pour une heure déjà dépassée désormais de dix minutes. Bien sûr, elle aurait pu s’arranger autrement. Un jour où elle aurait eu la motivation de s’y mettre, elle aurait demandé les leçons de Désirée, probablement bien écrites, et mieux rédigées que celles du professeur vu ses capacités. Et au pire, elle aurait bien découvert de quoi il en retournait lors des futurs contrôles de connaissance…

Mr Bartosz n’était pas le premier à lui proposer ce genre de leçons. Au Canada, certains professeurs avaient déjà tenté de la remettre sur le droit chemin. Mais à l’époque, tout était encore plus compliqué. C’était lors des années les plus sombres de sa vie, pendant la pleine découverte de sa Malédiction, et ses diverses tentatives peu scrupuleuses d’y échapper. Désormais, Neptun pouvait reconsidérer ce genre d’aides. Elle était passée à une autre étape de sa vie, où elle ne souhaitait plus s’enfuir mais affronter son problème, et avoir de meilleures notes était une bataille qu’elle avait bien du mal à mener parfois.

Quinze minutes de retard. Il fallait se décider. S’y rendre ? Ou faire la sourde oreille ? Elle ferma les yeux et se questionna quelques secondes. Elle allait abandonner lorsque plusieurs faits lui vinrent en mémoire. Premièrement, elle avait promis à son grand-père de s’en sortir. Par respect pour la seule personne qui l’avait un jour considéré comme autre chose qu’une erreur, elle pouvait bien faire cet effort. Puis peut-être que sa mère serait fière d’elle en l’apprenant ? … Non, aux dernières vacances, Margaret était dans un état tel qu’elle avait accusé Merkuro, l’ainé de la famille, d’essayer de la tuer, alors qu’il était bien le seul à se sentir investi par son état. Raison donc non recevable, bien qu’il aurait été puissant. Neptun avait envie de l’amour de sa mère, par moment. Alors elle chercha la dernière petite chose qui la ferait se lever.

Pourquoi Mr Bartosz voulait proposer ce genre de cours particuliers à Neptun ? Ca, c’était une question qui commençait à plaire à la Dragon. La réponse la plus simple serait par pur altruisme, mais la vie serait tellement ennuyante si on ne s’imaginait pas de sombres raisons aux envies. Elle commença à chercher pleins d’aspects possibles, comme par exemple, parce qu’elle serait capable en réalité de soigner des gens avec son sang et qu’il voulait l’étudier… Neptun grimaça un instant. C’était débile de faire ça. Néanmoins, elle était motivée. Elle se leva, enfila ses chaussures et attrapa son sac en saluant sa colocataire d’une main. Elle claqua la porte, et regarda l’heure dans le couloir. Vingt minutes de retard… Ça craint.

Neptun s’élança jusqu’au bâtiment des cours, suivi de près par Shiiro qui semblait tout heureux de devoir la suivre à une telle vitesse.

-On fait la course dit ? Hein dit on fait ça ?
-On va surtout se dépêcher, on avait rendez-vous je te rappelle…

Vingt-cinq minutes de retard. Mais enfin, Neptun était devant la porte, essoufflée. Elle se laissa glisser sur le mur en face de l’entrée de la salle, le temps de se reposer, juste une minute. Puis elle se leva. Elle était motivée pour travailler, fait rare. Des jours comme cela, il en faudrait plus. Neptun vivait tellement selon ses humeurs… Puis pour travailler, enlever toute la pression sociale qu’était une classe à ses yeux se trouvait être une excellente idée. Devant les autres, Neptun aimait se faire remarquer. Là, il n’y aurait personne pour lui proposer un sale coup. Néanmoins, cela restait un rendez-vous avec quelqu’un qui lui mettrait des barrières de par sa nature de professeur, et Neptun n’aimait pas trop se voir donner des ordres. Tout dépendra de l’approche de Mr Bartosz. En attendant, si jamais le rendez-vous s'avérait si chiant que cela, elle aura été en retard et elle en aura tiré un malin plaisir.

Elle toqua donc d’un geste sûr et fort, et attendit qu’on lui donne l’autorisation pour ouvrir, tout en disant poliment :

-Excusez-moi, je me reposais, je n’ai pas entendu mon réveil.

________________________________

Neptun pète un plomb en #008cc1 et Shiiro fait la chose mignonne en #ff7ed2
...
Et Kuro sème la terreur en #757575

Infos Pratiques:
 
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Esprit farceur bipolaire ; Shiiro ou Kuro selon l'humeur

Situation: Célibataire
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 17
Points : 17
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Heures supplémentaires {Neptun} Lun 16 Juil - 22:03
dans lequel un gars commençait un peu à désespérer

Il y avait cette légende unanime qui circulait dans tous les couloirs de tous les établissements scolaires, magiques ou non, de tous niveaux confondus : le retard d'un prof de quinze minutes équivalait à son absence, et, ce faisant, les élèves pouvaient se casser sans risque de représailles, règle tacite transmise de génération en génération. Frédérik commençait à se demander si la coutume ne s'appliquait pas également dans le sens inverse ; est-ce que le prof pouvait considérer que la carence de plus de quinze minutes d'un élève signifiait de facto qu'il ne viendrait pas ?

Pas qu'il voulait rentrer chez lui. Comme indiqué précédemment, même s'il n'avait pas eu Neptun greffée à son emploi du temps, il aurait tout de même passé son temps libre dans cette pièce. Disons simplement qu'il se serait organisé autrement plutôt que poireauter en consultant régulièrement l'horaire sur son téléphone, sentant un léger agacement monter en lui derrière sa résignation concernant la sorcière. Déjà un quart d'heure. Derrick laissa aller un dixième soupir plus bruyant encore que les précédents. Finalement, le basset n'avait pas tord lorsqu'il avait affirmé qu'elle aurait du retard, quoique Frédérik se refusât à envisager qu'elle puisse se comporter ainsi rien que pour le faire chier. Elle n'oserait tout de même pas. En vérité, le respectueux magicien ne parvenait pas à concevoir deux secondes qu'on puisse délibérément agir de la sorte pour emmerder  quelqu'un.

Pour être parfaitement franc cependant, Frédérik commençait à penser qu'elle ne viendrait pas, tout simplement. L'invitation qu'il lui avait présentée sonnait davantage comme une injonction et pourtant, il devait se rendre à l'évidence qu'une fois de plus, elle n'allait en faire qu'à sa tête et contester son autorité. Pourtant, c'était sa manière de lui tendre la main. Maladroitement. Faute de savoir comment s'y prendre autrement. Et malgré ce constat, le professeur continuait à jeter des coups d'œil successifs sur son écran, reculant une nouvelle fois l'échéance. Bon, si elle n'était toujours pas présente à 17h30, là, il considérerait son absence comme définitive. C'était sa dernière offre, à prendre ou à laisser. Il ferma son calepin d'un geste brusque avant de se laisser aller en arrière contre le dossier de sa chaise. Cette perturbation dans son programme bien établi l'empêchait de se concentrer efficacement sur sa problématique aux enjeux cruciaux.

Je sais que ça t'embête mais ... Certaines personnes ne veulent pas être aidées, tenta doucement Derrick, ce qui sonnait autant comme une remarque sur l'espèce qu'un sous-entendu à l'attention de son maître.

Ce fut au tour de Frédérik de laisser échapper un soupir de lassitude en retirant ses lunettes. 17h24. Il fallait se rendre à l'évidence. Presque résigné, Frédérik allait se lever pour ranger le matériel lorsque qu'un bruit à la porte le stoppa en plein mouvement. Après avoir échangé un regard circonspect avec Derrick, il invita la personne à entrer. Neptun se présenta dans l'embrasure pendant que Frédérik achevait son mouvement, désormais debout derrière son bureau. Il s'avança, conservant l'allure rigide qu'on lui connaissait si bien. Des excuses en guise de salutations, comme il fallait s'y attendre. Le professeur replaça ses lunettes à leur place sur son visage puis se contenta d'un geste de la main pour balayer l'explication de la jeune fille.

« Bonjour Mlle Leyster. »

Qu'importe les raisons, il en avait suffisamment entendues dans sa longue carrière, des grands classiques aux plus bigarrées, pour ne plus leur témoigner de l'importance. Un retard restait un retard. Par ailleurs, il avait compris qu'il fallait se satisfaire de petits progrès avec Neptun ; le fait qu'elle se soit présentée et qu'elle ait frappé avant d'entrer constituait d'ores-et-déjà une amélioration. Pas de quoi crier à la fête du slip, certes, mais suffisamment pour convaincre le polonais qu'elle n'était pas une cause perdue.

Frédérik adressa un nouveau regard appuyé à Derrick qui comprit le message ; le pauvre chien traîna sa carcasse matelassée jusqu'au panier derrière le bureau, à gauche. Il s'y affala lourdement, comme un parpaing qu'on aurait balancé d'un quatrième étage. Étant une catastrophe à quatre pattes, Frédérik ne souhaitait pas qu'il importune Neptun, d'une manière ou d'une autre. Maintenant, on pouvait commencer.

« Nous n'allons pas perdre davantage de temps en formalités. Le TP concerne l'élaboration d'une potion de sommeil. Je vous laisse le soin de rattraper la théorie, nous allons nous concentrer sur la pratique. Le polycopié détaillant le procédé se trouve sur votre paillasse, avec le matériel nécessaire. »

Avec Frédo, c'était comme à l'OM : droit au but. Normalement, il lui aurait laissé le soin de sélectionner le matériel adéquat et de prendre les bons ingrédients, mais il avait jugé que laisser Neptun fouiner ne ferait que les ralentir. Il avait été bien inspiré, en considérant qu'ils commençaient avec vingt-cinq minutes dans les dents. Oui, elles continuaient à lui rester en travers de la gorge. Parce qu'il restait un vieux con rigide malgré tout. Et que commencer plus tard signifiait fatalement finir plus tard, ce qui décalait tout son programme.

Quoi qu'il en soit, la potion restait peu compliquée et peu puissante. Quand on voyait celles qu'il se confectionnait en cas d'insomnie, le programme lui imposait une version bien moins efficace, tout juste bonne à servir de tisane pour glisser facilement dans les bras de Morphée. Pour lui tout du moins. Mais bon. Pour des néophytes, c'était déjà pas mal. Et pour les examens, cet apprentissage était indispensable. Peu dangereux, aussi, en considérant la banalité des composants utilisés, à moins d'une erreur de manipulation. De la valériane, de la lavande, de la corne de licorne en poudre, de l'eau, et, plus étonnant du lait. Enfin, ça, c'était la Frédérik's touch, tout à la fin du processus, raison pour laquelle il préférait user d'un polycopié arrangé à sa sauce au lieu de lui demander de sortir le bouquin. En suivant la recette du manuel à la lettre, on aboutissait surtout à un truc pâteux où il fallait mobiliser toute sa volonté pour l'ingurgiter, sauf à l'introduire dans sa nourriture. Autant apprendre à ses élèves des recettes opérationnelles plutôt  que de se cantonner à des bases grossières. Oh, et puis, il n'aimait pas les recettes avec des « mesures ». Lui, il aimait les nombres précis.

N'ayant pas l'intention de rester derrière Neptun à scruter le moindre de ses faits et gestes, histoire de lui laisser les rênes pour qu'elle s'entraine en conditions, Frédérik retourna à son bureau.

« Je reste à votre disposition pour toute question et ... J'espère que vous allez mieux. »

Ferme au début de sa phrase, on sentit une légère inflexion à la fin trahissant sa sollicitude. Directif, comme d'habitude. Il aurait voulu débuter une conversation pour s'enquérir de la situation de Neptun. Mais, ne voulant pas déranger la jeune fille qui avait du travail, et, surtout, ne sachant pas vraiment comment s'y prendre sans faire preuve d'une gaucherie presque divine, il se contenta de ce seul commentaire. Il trouverait bien un angle d'approche un jour ou l'autre.


La recette sur le polycopié:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Derrick le basset

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 49
Points : 84
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Heures supplémentaires {Neptun}
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Heures supplémentaires {Neptun}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Minotork
» Qu'avez vous acheté dans le magasin LOTRO ?
» Petites infos supplémentaires
» Pokemon XY - Preview de l'épisode 34 ! + Informations supplémentaires
» Comptes supplémentaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: Les Classes :: Classe des Dragons-
Sauter vers: