Malvenue - Ft Lence de Tempérance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour du Lycan :: La Bibliothèque
MessageSujet: Malvenue - Ft Lence de Tempérance Ven 29 Juin - 16:34

Malvenue

Feat. Lence de Tempérance

Le stylo m’échappe. Encore.
Trois fois que j’essaye de signer ce foutu registre sans réussir.
Je tente de récupérer le stylo qui pendouille au bout de sa chaine d’une main tremblante mais, bien trop imprécis, je parviens tout juste à le saisir dans mon poing avant de le lâcher à nouveau lorsque j’essaye de le tenir correctement. Complètement à bout, je fous un coup violent sur l’accoudoir de mon fauteuil avant de me frotter les yeux avec deux doigts.
Aujourd’hui est un mauvais jour.
Je le savais. On me l’avait dit. En plus de mes jambes paralysées, mes mains resteront dans un état lamentable. Grâce à la rééducation, j’ai réussi à plus ou moins contrôler leurs tremblements constants, et je peux m’en servir, la plupart du temps, de manière convenable. Sauf certains jours comme aujourd’hui. Allez savoir pourquoi, de temps en temps, mes mains décident de n’en faire qu’à leur tête. Entre tremblements incontrôlables et faiblesses, je ne peux tout bonnement plus m’en servir. Ecrire devient compliqué, mais également manger, me déplacer, me soulever et utiliser la magie, étant parfaitement incapable de tenir plus de trois secondes la montre qu’Aurore m’a offerte.
Bref. Les jours comme aujourd’hui me fatiguent.
J’étais censé rendre un livre que j’avais emprunté il y a quelques semaines de cela à la bibliothèque. Aujourd’hui dernier délai, bien sûr. Or, me voilà devant le registre des retours, incapable de le signer. J’inspire, tente vainement de me calmer, puis essaye à nouveau. Je parviens à saisir le stylo entre mon pouce et mon index, en le serrant tellement fort que les jointures de mes doigts deviennent blanches. J’approche la pointe du papier, commence à “écrire“ un W tremblotant puis un faux-mouvement fait glisser le stylo entre mes doigts. Il en profite non seulement pour rendre illisible mon début de mot, mais également pour m’écrire sur la totalité de la main.
Les yeux rivés sur mon W, je serre les dents et ravale la boule qui s’est formée dans ma gorge.
Et évidemment, la bibliothécaire n’est pas là.

- Putain… J’en ai marre, chuchoté-je de manière bien peu discrète.

Quelques visages se sont depuis longtemps tournés vers moi.
Je leur réponds avec un regard noir avant de poser – ou plutôt d’écraser – bruyamment le stylo sur la table, à côté de son bouchon. Je n’essaye même pas de le refermer, sachant d’avance que je n’y arriverai pas et que je m’énerverai encore plus. La plupart des visages se replongent dans leurs livres, faisant comme s’ils ne s’occupaient pas de moi. Tant mieux. Ça me fera des regards en moins à supporter.
Je soupire.
Et maintenant, je fais quoi ?
Même si j’aimerais bien, je ne peux pas m’enfuir comme un voleur sans prévenir la bibliothécaire que je lui ais rendu son livre, à défaut de pouvoir signer le registre. Et je n’ai clairement pas envie d’aller la chercher partout dans la bibliothèque. Dans ces jours, même me déplacer me demande des efforts, étant donné que je ne peux pas serrer les roues de mon fauteuil. Je pense rapidement que j’ai encore à faire à la bibliothèque, ne serait-ce que pour préparer mon prochain cours, mais l’idée de faire des aller-retours me fatigue. Ainsi donc, j’attends le retour de la bibliothécaire afin de la prévenir oralement du retour du livre que j’avais emprunté. Jusqu’à ce que je remarque la présence de cet élève, qui me fixe d’une manière que je trouve malaisante.

- Qu’est-ce que tu veux ? lui demandé-je sèchement.
Ft. Le registre des retours
Awful

________________________________

James discute en #CC5500.
Et Salazard... Bah il parle pas.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Salazard, un lézard à la queue bleue

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Malvenue - Ft Lence de Tempérance Mar 3 Juil - 19:43

De Tempérance
Lence

White
James

「 Malvenue 」

La journée avait été particulièrement longue pour Lence. Entre les mauvaises nouvelles, les cours barbants et les obligations multiples, ces dernières heures avaient été particulièrement épuisantes. Mais ce n’était pas vraiment le genre d’épuisement qui fait du bien, comme après une bonne séance de sport intensif où l’on est content d’être tout raplapla parce que cela vous donne au passage un sentiment de satisfaction et de réussite. Mais plutôt du style fatigue qui vous donne envie de faire voler la première table qui vous passe sous la main, d’aller vous exiler sur un toit avec un milkshake, ou tout autre saloperie sucrée qui fait du bien, et faire preuve de la plus grosse mauvaise fois possible avec pour seule oreille attentive … le vide. Car l’on sait tous que c’est la meilleure personne pour échanger à ce moment là, et cela pour une seule et unique bonne raison : c’est que ça ne vous contredit jamais, le vide.
   Mais bon, pour comprendre ce qui a mit le jeune sorcier dans cet état, il faut revenir au début de matinée. Tout commença avec une bonne grosse insomnie ; tout le monde aime ça, les insomnie. Ca vous met de bonne humeur en à peine quelques secondes après le “réveil” et vous êtes K.O. pour le reste de la journée. On peut alors directement oublier l’efficacité en classe et un possible entraînement au bord du lac. Au revoir moment privilégié de détente et de bonheur !
Nous passons ensuite directement à un cours de potion ; tout le monde aime ça les cours de potion, surtout quand lorsqu’on manie des liquides à l’odeur alléchante de rats morts et d’oeufs moisis … Un bonheur, on vous dit. Surtout quand ce fumet merveilleux reste bien collé aux vêtements durant toute la journée.
Continuons ensuite avec une pluie torrentielle vous empêchant d’aller faire vos courses au village. A plus tard plaisirs honteux du paquet de gâteaux et de la bouteille de soda partagés avec les gars de la chambre sans que les surveillants ne le sachent ; ce qui leurs donne passage un petit goût particulier, celui du “crime” (restons relatif tout de même). Bon, il était vrai que normalement, la pluie n’aurait pas dérangé l’étudiant. Mais déjà, il avait changé une première fois d’uniforme, et ensuite, aujourd’hui, il avait la flemme.
Finissons le tout avec un appel de son grand père durant la pause pour lui donner des nouvelles de la famille, qui de toute façon ne sont jamais bonnes avec l’état de sa mère et de son frère, et avec un retard de plusieurs jours pour rendre quelques livres, et vous comprenez pourquoi Lence tire une tête de six pieds de long à ce moment présent.

   Surtout que cela commençait à faire un moment qu’il se trouvait dans cette fichue queue pour signer le registre des emprunts et des retours de manuscrits. La bibliothécaire était absente, ce qui voulait dire que Lence ne pourrait ni s’excuser ou se justifier pour ses retards.
Jamais là quand on a besoin d’elle …” siffla-t-il au fond de lui, toujours à cran.
Elle est peut être entrain de réparer une farce de Sasha. Tu ne peux pas lui en vouloir pour son absence.
Nâga était tranquillement allongé sur l’épaule du jeune homme comme à son habitude, baillant et resserrant son emprise autour du bras de son maître à intervalle régulier. Dans ce genre de moment, le sorcier ne pouvait supporter son ami. “Je m’en fous de savoir si j’ai raison ou pas ! Donne moi raison sac à main !” était une réplique qu’il se gardait pour lui depuis ce matin. Pas besoin de se mettre son familier à dos en plus de tout ça …
Mais pourquoi ça met autant de temps alors ?
Le cobra ne répondit pas, il se contenta d’un simple mouvement de museau vers le devant de la queue. Le regard du jeune homme se posa sur la personne juste devant lui. C’était un professeur, James White. Son coeur se serra un peu. Lence le connaissait de loin. Il n’avait pas la chance de l’avoir en professeur, mais il n’avait pas pour autant pu l’ignorer. Le sorcier était en fauteuil roulant … comme son frère. Les choses se goupillaient vraiment mal …
Regarde ses mains.
La voix de Nâga avait sonné comme un reproche. Le familier soulignait le manque d’observation de son maître. En effet, l’étudiant remarqua rapidement que les mains du professeur tremblaient énormément.
Maladie dégénérative, je crois. J’ai entendu des élèves en parler entre eux. J’ai aussi compris qu’il n’aimait pas recevoir de l’aide. Je te conseille de ne rien faire.
A ce moment précis, le vieux stylo attaché au registre lui glissa des mains. S’en suivit un “Putain… J’en ai marre !” de la part du professeur. Cela devait faire plusieurs minutes qu’il devait se débattre avec l’objet sans grand résultat. Mais avec les avertissements de Nâga, Lence hésita quelques secondes. Ce fut largement assez pour l’adulte qui capta son regard et le reprit sèchement.
Qu’est-ce que tu veux ?
Le jeune sorcier ne sut pas trop quoi répondre immédiatement. Il ne s’attendait pas vraiment à recevoir une attaque comme celle ci de la part d’un professeur, surtout qu’il n’avait pas fait grand chose de mal.
Eh bien, comme vous. Je souhaite rendre des livres. Mais je peux attendre.
En guise de preuve, il leva légèrement les manuels qu’il tenait en main. Lence avait aussi tenté de garder un regard neutre. La situation n’avait pas besoin d’être empirée par un regard condescendant ou une mine sombre dûe à sa journée particulièrement mauvaise. Et de toute façon, ce n’était pas la première fois qu’il voyait une personne en fauteuil roulant. Son propre frère était coincé dedans lui aussi. Mais au contraire du professeur, il pouvait à peine tourner le cou.
A moins que vous souhaitiez que je le fasse pour vous ?
Rien de plus à dire ou à faire. L’étudiant s’était contenté de simplement levé la main par réflexe et comme si cela sonnait comme une évidence … "et merde …"
Bien joué, Lence.

________________________________

Nâga Party Hard
Pompidup !!! :
 
Lence, pendant ses exams
Encore 400 pages !!! :
 
Lence vous parlera toujours en #863f2f, pour ce qui est de Nâga, il se moquera de vous en #5d9876.
avatar

Profil


Espèce: Magicien ; Sorcier

Familier: Nâga, Cobra des Forêts

Situation: Célibataire
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Points : 17
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Malvenue - Ft Lence de Tempérance Ven 6 Juil - 0:22

Malvenue

Feat. Lence de Tempérance

Mon séjour à l'hôpital m'a laissé quelques souvenirs.
L'un des plus vivaces reste sans nul doute celui du jour où j'ai pu à nouveau bouger les mains.
Après huit mois immobilisées, elles ont doucement, mais sûrement, recommencé à répondre. Certes, quand je m'en suis rendu compte, les mouvements étaient lents, rudimentaires, je n'étais même pas capable de serrer le poing. Le tout était accompagné de tremblements incontrôlables qui, je croyais, s'en iraient avec le temps. Mais à cet instant précis, je ne m'en préoccupais pas. Mes mains bougeaient. Et c'était le plus important.
Pour moi, cet événement signifiait le retour à une vie normale.
Ce ne fut jamais le cas. On m'apprit bien rapidement que mon état allait rester stable. La maladie m'avait bien trop abîmé pour espérer une nouvelle amélioration. Ainsi, je me suis mis à haïr ce souvenir que j'avais pourtant chéri pendant quelques jours. Encore aujourd'hui, j'ignore si j'aurais préféré que mes mains restent paralysées plutôt qu'avoir à les subir. Tout ce que je sais, c'est que j'aurais préféré qu'elles redeviennent normales.
Dans les mauvais jours – comme aujourd'hui – ce souvenir me revient sans cesse.
Je me rappelle avec amertume de l’allégresse dont j'ai preuve, ce jour-là. L'allégresse de celui qui ne savait pas encore que les problèmes étaient loin, très loin, d'être terminés. J'ai mis des semaines, voire des mois, avant de réussir à contrôler correctement ces tremblements. Des semaines durant lesquelles je ne voyais que difficilement l'intérêt de la rééducation, si ce n'était me faire mal et m'épuiser. Des semaines durant lesquelles j'ai été obligé de quémander de l'aide afin de ne pas me laisser dépérir. Des semaines d’effort qui ne servent finalement à rien lorsque mes mains deviennent incontrôlables.

- Eh bien, comme vous, me fait l’élève. Je souhaite rendre des livres. Mais je peux attendre.

Je marmonne en guise d’appréciation.
Lorsqu’il me montre ses livres, je lui fais signe qu’il peut y aller.
Je suis épuisé et énervé conter un peu près tout ce qui bouge, surtout moi-même. Je n’ai pas vraiment besoin que l’on vienne me reprocher le temps que j’ai mis au registre, avant de finalement abandonner l’entreprise bien trop difficile que fut d’écrire mon nom. Je jette un regard mauvais au W tremblotant que j’ai tout de même réussi à tracer. Peut-être que cette ébauche de signature suffira aux yeux de la bibliothécaire. Parce qu’actuellement, j’aurais bien envie de m’enfuir.
Dommage que j’aies encore à faire ici.

- A moins que vous souhaitiez que je le fasse pour vous ?
- Pardon ?

Je serre les dents et les poings.
La colère intensifie le tremblement de mes mains, qui doit désormais passer difficilement inaperçu. Une question me taraude, désormais : Est-ce que j’ai l’air si misérable que ça ? Apparemment. Je me renfrogne soudainement, regarde rapidement autour de nous afin de vérifier que personne n’ait entendu sa proposition indécente. Mais visiblement, mes explosions de colère précédentes ont fait fuir la plupart des élèves alors présents. Ou du moins, les quelques personnes qui étaient restées ont senti le danger approcher et ont préféré s’enfuir.
Je lance un regard de haine profond à l’élève.
Avant de soupirer.

- Si tu veux… lui réponds-je d’un ton las. Au moins, ça fera avancer la file…

J’entends quelque chose se briser au loin.
Sûrement ma dignité.
Mais qu’est-ce que je pouvais faire de toute façon ? Attendre trois plombes que la bibliothécaire ne se décide à pointer le bout de son nez ? Faire le vigil au niveau du registre ? Non merci, j’ai mieux à faire que de m’exposer comme une statue de cire du musée de Mme Tussaud. Je saisis difficilement les roues de mon fauteuil afin de partir préparer mon prochain cours, tout en ignorant la douleur que serrer les poings me fait ressentir dans mes poingets. C’est bon, cette histoire est terminée, pas besoin d’en rajouter. Je me tourne tout de même une dernière fois vers l’élève.
Je crois que je suis encore énervé.

- Et ne t’avise surtout pas d’ébruiter cette histoire, suis-je clair ?

Sinon…
Sinon rien.
Je suis ridicule.
Ft. La colère assassine
Awful

________________________________

James discute en #CC5500.
Et Salazard... Bah il parle pas.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Salazard, un lézard à la queue bleue

Situation: Célibataire
Professeur
Professeur
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Malvenue - Ft Lence de Tempérance
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Malvenue - Ft Lence de Tempérance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour du Lycan :: La Bibliothèque-
Sauter vers: