} Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel]

Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: L'Infirmerie
MessageSujet: Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel] Mar 26 Juin - 21:13
LEYSTER Neptun
&
LOISEL Line
Et non, ça ne va toujours pas mieux
Ça avait commencé par une migraine. Depuis le début de la matinée, Neptun avait été étonnement sage en cours, ce dont ses professeurs n’étaient pas habitués. Il fallait le dire, c’était une trublione, et le respect des autorités, elle n’en avait que faire. Si les choses avaient suivi leur rythme habituel, au bout d’une dizaine de minute, elle aurait déjà essayé de copier quelqu’un, de lancer un projectile à travers la classe, ou de préparer diverses blagues à faire… Il fallait même la reprendre quelquefois sur le fait de ne pas utiliser ses écouteurs en cours.

Mais ce matin-là, Neptun ne moucheta pas un seul instant. Assise face à sa table, et non pas tournée vers ses camarades, le dos courbé, fixant son bureau, elle n’avait pas bougé d’un centimètre pendant plus d’une heure. On s’était bien inquiété pour elle, mais elle avait signifié que c’était normal, que tout allait bien. Sauf que non, et ses voisins de table le sentaient venir.

Ce n’était pas la première fois que Neptun avait des soucis de santés aussi expressifs. Les gens autour d’elle étaient habitué, et elle aussi d’ailleurs. Evidemment, elle pourrait aller directement à l’infirmerie, avant de faire son énième malaise, mais c’était défier un peu plus sa Malédiction lorsqu’elle s’y refusait. Ca lui donnait un petit coup d’adrénaline, elle avait l’impression, dans ces moments-là, d’aller au-delà de l’accommodation : elle était dans le combat. Qu’elle perdait tout le temps.

Elle leva la main pour aller aux toilettes. Parfois, ça se précède de vomissements, et là, Neptun avait un haut le cœur tel que ça l’embêterait de repeindre son voisin de droite. Le professeur l’autorisa à sortir ; il y avait tellement d’API autour de la condition de la jeune femme que plus personne ne s’en formalisait. Si elle ne se sentait pas bien, il fallait la prendre au sérieux, documents signés à l’appui. Au début de l’année, on l’affublait d’un autre élève pour l’accompagner, mais devant la répétition des faits, on avait vite abandonné. On regardait juste, au bout de cinq minutes d’absences, si tout allait bien. Parfois, il fallait la porter jusqu’à l’infirmerie, d’autres fois chez la psychologue, et le plus souvent, elle revenait en classe comme si de rien n’était, bien que ses yeux montraient les traces de la douleur.

Neptun quitta la salle de classe rapidement, claqua la porte des toilettes au bout du couloir, et eu tout juste le temps de relever la lunette. Son petit-déjeuner y passa, et elle s’autorisa une petite pause au-dessus de la cuvette avant de nettoyer, aidée de son Familier qui la soutenait moralement. Shiiro, trop petit pour pouvoir se saisir d’un balai ou même d’un crayon pour retourner prendre des notes, flottait autour de sa maitresse en battant très fort de son unique aile. Neptun lui aurait bien rendu ses efforts en boutades, mais elle se sentit vaciller, et eu juste le temps de s’assoir avant de tourner de l’œil.

Lorsqu’elle les rouvrit, il y avait face à elle le professeur et un autre élève, vérifiant que tout allait bien. Elle s’excusa timidement :

-Je ne voulais pas déranger, désolé…
-Ce n’est pas grave, Neptun, dit le professeur avec un sourire conciliant.

Neptun n’était pas une méchante élève, juste quelqu’un de turbulent. Aussi, il n’était pas compliqué de l’apprécier malgré ses problèmes. Elle n’avait rien demandé après tout, et même si le portrait dépeint jusqu’à lors pourrait faire penser à une adolescente torturée, au quotidien, il n’en est rien. C’est d’ailleurs ce qui peut choquer au premier abord : ses phases réellement mauvaises ne se déclenchent que lorsqu’elle utilise trop de magie, et elle parait assez sympathique quand on ne cherche pas au-delà des malaises.

Le professeur la leva doucement, après qu’elle eut dit se sentir mieux, pour l’accompagner à l’infirmerie. Il la laissa à la porte de celle-ci, et Neptun toqua. Elle connaissait bien ce lieu, par extension. Peut-être pas autant que les toilettes de Sainte Catherine, mais depuis le début de l’année, la Dragon avait déjà fait plusieurs allers et retours.

Après avoir fait savoir sa présence, Neptun se permis d’entrer sans attendre de réponse. De toute façon, Mme Loisel était habituée à ça, aussi. La jeune femme manquait de quelques notions de respect, sans trop s’en rendre compte. Elle se sentait parfois un peu trop libre de tout, surtout dans les lieux médicaux. Elle avait cette mauvaise manie du malade un peu trop malade : se sentir prioritaire sur les autres. Néanmoins, Neptun se disait qu’un malaise justifiait bien son action rapide, pour une fois.

-Bonjour m’dame Loisel ! S’exclama-t-elle assez fort pour se faire entendre. Comme d’hab’, j’ai quitté notre monde pendant cinq minutes, je dirais. J’ai aussi abandonné mon petit-déjeuner au fond des toilettes. Je peux me reposer un peu ?

La routine, en somme. Neptun fonctionnait beaucoup à la routine, une caractéristique des psychotiques, lui avait un jour dit un ancien psychiatre. Les habitudes, ça rassure, et ça aide à combattre les troubles, parce qu’on peut se raccrocher à des choses qu’on connait et qu’on maitrise. Neptun se demandait alors si c’était vrai. Elle devrait en parler avec la psychologue de l’école.

-Oh, je vous piquerais bien aussi une barre de céréale à la pomme.
-Moi aussi, moi aussi, je veux une barre de céréale !
-Tu ne manges pas, Shiiro…
-Ah oui, c’est vrai !

Le Familier de Neptun, un peu bête et très enfantin, mais adorable et attachant. Professionnel dans ce genre de remarques peu pertinentes…

________________________________

Neptun pète un plomb en #008cc1 et Shiiro fait la chose mignonne en #ff7ed2
...
Et Kuro sème la terreur en #757575

Infos Pratiques:
 
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Esprit farceur bipolaire ; Shiiro ou Kuro selon l'humeur

Situation: Célibataire
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 24
Points : 22
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel] Ven 29 Juin - 13:12
Et non, ça ne va toujours pas mieux
Ft. Neptun Leyster

Aujourd’hui, je suis fatiguée.
Pour faire plus simple, aujourd’hui, il ne faut pas me faire chier.
Parce que oui, parfois, la gentille Miss Loisel a bien le droit de faire savoir au monde entier que certaines personnes l’exaspèrent plus que de raison. En tête de liste, les élèves que je vois trop souvent, au moins une fois par semaine, et qui viennent la plupart du temps pour rien. Comme Blake Roussel, par exemple. Certes, Blake s’est calmé. Voilà quelques temps que je ne l’ai pas vu, et il ne passe plus la matinée chez moi, les samedis matin, afin d’éviter le cours de sport. En résumé, Blake fait des efforts que je ne peux que saluer.
Une autre personne que je vois plus que de raison, c’est bien Neptun Leyster. Certes, étant sujette aux malaises, je ne peux pas vraiment dire qu’elle vient pour rien. Disons que c’est son attitude que m’exaspère. Je crois même qu’elle m’exaspère plus qu’une Sasha Rhodes en puissance. Parce que Sasha a deux arguments en sa faveur. Un : elle a parfois – j’ai bien dit parfois – le mérite d’être drôle. Deux : elle est jeune et a encore tout le temps d’évoluer. Neptun est presqu’adulte, et pourtant on le croirait encore en pleine crise d’adolescence, cherchant sans cesse à se faire remarquer.

C’est pourquoi je me suis peut-être légèrement emportée lorsque cette dernière est rentrée dans mon infirmerie sans que je lui en ais donné l’autorisation.

J’étais occupée.
Oui, ça m’arrive. Je ne me rappelle pas de la dernière fois où j’ai pu me reposer un jour en semaine, parce que je n’avais rien à faire. Ainsi donc, j’étais occupée. Rien de bien méchant, j’aurais parfaitement pu stopper mes activités pour m’occuper de sa personne si seulement elle avait respecté les règles de bienséance élémentaires.
Mais non.
Elle toque.
Pas le temps de répondre.
La porte s’ouvre.

- Bonjour m’dame Loisel !
- Bonjour, Neptun.

Je réponds sèchement, en lui lançant un regard froid.
Encore un “Madame“ ? J’en ai marre.

- Comme d’hab’, j’ai quitté notre monde pendant cinq minutes, je dirais. J’ai aussi abandonné mon petit-déjeuner au fond des toilettes. Je peux me reposer un peu ?

Je fourre mes mains dans les poches de ma blouse en haussant un sourcil.
Un parfait paradoxe. Dans son attitude, rien ne m’indique qu’elle vient de faire un malaise. Elle m’énonce ce qui lui semble être des banalités sur un ton limite enjoué et grâce à un phrasé rapide. Pourtant, son visage au teint pâle m’indique tout le contraire.
Sans écouter le rapide dialogue qu’elle a avec… Sa bestiole… Je pèse rapidement le pour et le contre. Ma foi, si elle a été capable de venir ici sans aide pour marcher, c’est qu’elle ne doit plus se sentir si mal. Parfois, on me l’amène encore évanouie, donc bon. Là, elle est apparemment capable de se tenir debout, en plus de réclamer à manger dans le plus grand des calmes, alors que, généralement, après un malaise, manger n’est pas forcément la chose la plus attirante au monde. En conclusion, le gros du malaise est passé et faire un aller-retour ne devrait pas la déranger.

- Dis-moi, Neptun ? Qu’est-ce que tu aurais fait si j’avais été occupée à soigner un élève lorsque tu es rentrée ?

Je n’attends pas sa réponse.
Ce n’est que de la simple politesse.

- Tu vas donc me faire le plaisir de sortir, de fermer la porte, de toquer et d’attendre que je te donne l’autorisation de rentrer. Ensuite, tu pourras aller te reposer au fond.

Je croise les bras.
Qu’elle n’essaye pas d’argumenter.

- Et je n’ai pas de barre de céréales. Juste du chocolat.

Je ne suis pas un distributeur automatique non plus.

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93 et Epsilon en #8B6C42.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 204
Points : 302
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel] Sam 30 Juin - 19:57
LEYSTER Neptun
&
LOISEL Line
Et non, ça ne va toujours pas mieux
-Bonjour, Neptun.

Ton froid. Neptun ne s’attendait pas forcément à avoir un bon retour de la part de l’infirmière de Sainte Catherine. Elle avait même l’habitude que les personnes chargées de s’occuper d’elle ne la supportent pas trop. C’était quelque chose que la jeune femme avait du mal à gérer, d’ailleurs : son besoin constant d’ennuyer ceux qui osent lui donner des ordres, au risque de les vexer, et de se sentir coupable. C’était un virage de son adolescence qu’elle avait très mal négocié : la personne qu’elle voulait montrer aux autres. Et évidemment, son comportement toujours de bonne humeur et un peu « je m’en foutiste » sur les bords, ça ne collait pas forcément très bien à ses propres sentiments, dans certains cas.

-Dis-moi, Neptun ? Qu’est-ce que tu aurais fait si j’avais été occupée à soigner un élève lorsque tu es rentrée ?

Comme à cet instant précis. Neptun resta debout quelques secondes, au pas de la porte, cette dernière venant tout juste de claquer dans son dos, après l’avoir passée en fanfaronnade. Shiiro alla s’écraser contre le cou de sa maitresse, tel un petit animal apeuré par la colère. Il guettait aussi la réaction de l’élève Dragon, qui ne s’attendait pas tout à fait à ça. Oui, elle avait déjà énervé mademoiselle Loisel par le passé, évidemment, mais ce fut assez soudain pour qu’elle ne pipe pas mot. De toute façon, elle n’en eu pas le temps :

-Tu vas donc me faire le plaisir de sortir, de fermer la porte, de toquer et d’attendre que je te donne l’autorisation de rentrer. Ensuite, tu pourras aller te reposer au fond.

Cette fois, Neptun eu envie de protester. Elle leva un doigt, et s’apprêtait à se lancer dans une longue tirade sur le devoir d’un membre du corps médical, qu’il fallait toujours respecter ses patients car des fois, leurs mauvais comportements pouvaient être dû à leurs problèmes de santé, puis il faut les comprendre, les malades, ils souffrent, et… Evidemment, tout ceci ne résultait que des connaissances que la Dragon s’était montée sur le sujet. Elle n’avait aucunement connaissance de quoi que ce soit quant à un potentiel protocole sur les relations entre médecins et patients. Mais elle se ravisa visiblement au bon moment, vu la petite étincelle foudroyante dans le regard de mademoiselle Loisel.

-Et je n’ai pas de barre de céréales. Juste du chocolat.

Shiiro poussa un petit soupire déçu, il pensait vraiment que Neptun avait envie de céréales. Sauf que non, c’était plus pour embêter l’infirmière qu’elle en avait réclamé plus qu’autre chose. Neptun rangea définitivement son explication sur le respect. Après tout, elle-même n’en faisait preuve d’aucun. Elle se fourra donc les poings dans les poches, soupira bruyamment en faisant demi-tour, et balança sa petite conclusion mentale à l’infirmière alors qu’elle appuyait sur la poignée :

-Le respect, c’est surfait.

Elle ouvrit la porte d’un geste rapide, et la referma en se retrouvant dans le couloir. En sortant, elle s’adossa contre le mur quelques secondes pour calmer cette espèce de sentiment coupable spécifique à sa Malédiction. Elle devait aussi prendre sur elle pour accepter de s’être pris un retour de bâton pour son comportement.

Inspiration, expiration. Shiiro flottait autour d’elle, visiblement s’amusant tout seul comme il le faisait souvent. Attachant, mais un peu bête par moment, l’esprit blanc. Et beaucoup trop mignon, ce qui exaspérait parfois sa maitresse. Elle s’autorisa quelques secondes en plus avant de toquer. Elle aurait bien voulu le faire fort, pressant, mais une petite chose en elle lui soufflait que ce n’était clairement pas la bonne méthode, surtout après ce qu’elle avait lâché en sortant. Ce qui l’énervait d’ailleurs. Devoir courber l’échine pour que tout aille bien, ce n’était pas sa solution préférée. Mais bon, si cela pouvait éviter que l’infirmière ne s’énerve un peu plus, bien que c’était sûrement déjà trop tard… De plus, Neptun commençait à sentir la fatigue, après le coup de fouet de bonne humeur qu’elle s’était donnée en rentrant la première fois.

-J’espère au moins que je pourrais piquer un peu de chocolat…

Cette fois, elle attendit bien que mademoiselle Loisel lui demande d’entrer. Durant ce cours laps de temps, elle réfléchit en se mordant l’ongle du pouce. Elle se demanda si elle ne pouvait pas embêter encore un peu l’infirmière, juste pour le plaisir de lui faire sentir qu’elle n’avait pas aimée se faire remettre à sa place ainsi. Avec un peu de chance, elle pourrait s’amuser un peu avant d’avoir à se calmer.

________________________________

Neptun pète un plomb en #008cc1 et Shiiro fait la chose mignonne en #ff7ed2
...
Et Kuro sème la terreur en #757575

Infos Pratiques:
 
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Esprit farceur bipolaire ; Shiiro ou Kuro selon l'humeur

Situation: Célibataire
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 24
Points : 22
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel] Mer 4 Juil - 16:31
Et non, ça ne va toujours pas mieux
Ft. Neptun Leyster

Je la regarde, les bras croisés sur ma poitrine.
Quand je veux, je peux avoir la tête dure. Je vais donc patiemment attendre que la jeune femme m'obéisse, en faisant fit de la petite voix dans ma tête qui me souffle que je n'aurais peut-être pas dû être si mauvaise. Petite voix qui n'est pas celle de mon familier. Ce dernier s'est envolé par la fenêtre ouverte voilà plusieurs heures, sûrement parti à la recherche d'un rongeur à chasser aux alentours de la forêt. Ou peut-être parti observé ce que fait Sangha. Quand Epsilon a appris que nous nous étions embrassés, il m'a tout d'abord tiré la gueule pendant deux jours, avant de se souvenir que "le garde-chasse n'avait rien tenté de louche quand ta malédiction s'est déclenchée sous ses yeux". S'en est suivie une longue tirade que j'ai à peine écoutée, avant que mon familier ne conclut sur "je veux bien lui faire confiance".
Mais le connaissant, ce ne sera pas aussi facile qu'il le prétend.
Je vois que Neptun cherche à répliquer.
Elle lève le doigts, s’apprête à parler mais se résout finalement à ne rien dire.
A croire que le regard noir que je lui jette depuis tout à l'heure l'en a dissuadé. Au bout d'un certain temps, qui commence sérieusement à me paraître trop long, elle finit par ouvrir la porte et sort, non sans balancer une petite réplique qu'elle croit maligne au passage.

- Le respect, c'est surfait.
- Je ne crois pas, jeune fille.

Elle referme la porte derrière elle.
Je retourne vaquer à mes occupations, légèrement calmée.
J'étais occupée à ranger l'armoire à pharmacie, bien plus grande et fournie que celles que l'on peut trouver dans les salles de bain des particuliers. Je range les médicaments par effets, une porte entière étant consacrée aux anti-douleurs, une autre aux anti-inflammatoires. Le bas de l'armoire est remplie d'attelles de différentes tailles et pour différentes articulations – genoux, chevilles, poignets, pouces étant les plus présentes.
On frappe à la porte. Bien que tentée, je me décide à ne pas faire attendre l'élève trop longtemps. Déjà parce que ce serait sadique, ensuite parce que ce ne serait pas professionnel et enfin parce qu'elle a tout de même fait un malaise il y a peu.

- Tu peux rentrer.

J'attends que la jeune femme rentre.
En espérant qu'elle ait compris où je voulais en venir, je lui lance un sourire en lui pointant les lits au fond de la salle. Actuellement, aucun d'entre eux n'est occupé, étant donné que j'ai renvoyé un élève malade venu se reposer il y a peu, tout en lui précisant qu'il pourrait revenir en cas de problème dans le courant de la journée. C'était un petit Faune, tout à fait sympathique.
Je lui montre donc les lits au fond, cachés derrière des rideaux.

- Tu peux aller t'allonger au fond pour te reposer. Si tu veux, je peux t'amener une bouteille d'eau et un truc à grignoter histoire de te remettre sur pied.

Mais à part ça, je ne peux pas faire grand-chose pour un malaise.
Généralement, on se force à manger histoire de ne pas tourner de l’œil à nouveau et on se repose. Voilà tout.

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93 et Epsilon en #8B6C42.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 204
Points : 302
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel] Jeu 16 Aoû - 21:08
LEYSTER Neptun
&
LOISEL Line
Et non, ça ne va toujours pas mieux
Neptun entra rapidement alors que cette fois, elle avait bien attendu l’injonction de l’infirmière scolaire. Un bon point pour la Dragon ; ça faisait une Malédiction éventuellement à reculons mais une petite pointe de vexation pour s’être résolue à obéir. Grand dilemme dans sa vie que sa manière de se comporter avec n’importe quelle forme d’autorité. Pendant un long moment, elle avait envisagé les adultes comme une sorte d’esprit fermé, ayant la capacité folle de s’empêcher d’éprouver la moindre émotion, afin d’avoir la force de réprimander chaque enfant sortant du cadre tout en s’en gardant bien d’y mettre un pied dehors. Puis Neptun avait grandi, et avait compris qu’un adulte était aussi un être sentient. Et là où au Canada, là où elle avait vécu les pires années de sa Malédiction, elle avait décidé de faire ce que bon lui semblait et qu’après tout, blesser un adulte représentant une autorité ne comptait pas vraiment, désormais elle voyait un évident lien entre sa vision des adultes et ce moment atroce psychologiquement parlant.

Cette introspection dura le temps que Neptun atteigne le lit de l’infirmerie que Mlle Loisel lui avait présenté. Elle bénit tous les dieux qu’elle ne connaissait pas pour avoir inventé une pareille merveille. Son petit cirque de tout à l’heure lui avait fait oublier à quel point ce malaise l’avait mis au bout du rouleau. Le cerveau, cette magnifique invention elle aussi, lui avait probablement fait une injection express d’adrénaline lorsqu’elle était rentrée la première fois. Mais c’était désormais passé à 100%, et Neptun se roula confortablement sur le lit.

-Je prends volontiers l’eau et l’accompagnement gustatif.

Petite pique ironique, et petit sourire de la part de la Dragon. Elle ne pouvait le nier, elle appréciait Mlle Loisel. C’était un peu cette amie – sans réellement en être une – qui était capable de pardonner toutes les conneries pour finir par donner un peu d’attention pour que Neptun se remette sur pieds rapidement. La relation était évidemment cordiale et professionnelle, mais l’infirmière donnait un peu ce que la jeune femme attendait de sa mère, à la maison : de l’attention et un verre d’aspirine. Mais non, Margaret était une folle ayant sombrée dans ses lubies. A se demander deux choses… Les mères devraient-elles avoir une formation pour le devenir correctement ? Et les infirmières ont-elles une formation de seconde maman ? Trop de questions tuent les réponses avant mêmes qu’elles ne soient réfléchies, et Neptun leva la tête pour relancer la discussion :

-Eh m’dame… dit-elle avec un petit sourire en coin, se permettant un nouvel affront à l’âge de l’infirmière, vous avez des enfants ?

Question abrupte mais en lien avec le fil des pensées de Neptun. C’était son petit côté renfermé sur elle-même, ça lui arrivait de lancer des sujets de conversations dont seule elle connaissait l’origine ou le sens. Puis au moins, la discussion ferait un peu de bruit et d’animation. Le silence a un petit côté gênant selon les situations… Enfin, au pire, Shiiro aurait bien crié on ne pourrait deviner quelle bêtise à un moment ou un autre. En parlant du Familier de Neptun, lui avait décidé de faire des ronds en volant au-dessus de sa maitresse, tout content d’entendre parler de nourriture bien qu’il n’en ait jamais un jour goûté de sa vie.


________________________________

Neptun pète un plomb en #008cc1 et Shiiro fait la chose mignonne en #ff7ed2
...
Et Kuro sème la terreur en #757575

Infos Pratiques:
 
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Esprit farceur bipolaire ; Shiiro ou Kuro selon l'humeur

Situation: Célibataire
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 24
Points : 22
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel] Mar 21 Aoû - 18:07
Et non ça ne va toujours pas mieux
Ft. Neptun Leyster

Je fouille rapidement dans les tiroirs de mon bureau à la recherche du “fameux truc à grignoter“ : du chocolat. Il faut dire que je n’ai que du chocolat dans mon infirmerie. A la base, je l’avais acheté pour les Magiciens en pleine Sécheresse, mais comme personne ne se décide à venir, je l’achète plus pour moi qu’autre chose désormais. Et de toute façon, vu le travail que je fournis dans l’école, seule et sans assistant, je me dis que j’ai bien le droit de me faire plaisir de temps en temps, n’est-ce pas ? Ainsi, je possède un tiroir entier dédié aux petites merveilles que sont les tablettes de chocolat. J’en ai de tout type. Du noir, du blanc, au lait, aromatisé, fourré, j’en passe et des meilleurs. Je pourrais aisément proposer une bonne dizaine de tablettes différentes à Neptun, mais je vais me contenter de celles qui sont déjà ouvertes… Et à moitié grignotées par mes soins.
Je reviens donc vers le lit où l’élève s’est allongée avec trois tablettes différentes – noir aromatisé framboise, noir fourré citron et lait au riz – en plus d’une bouteille de Vittel.

- Mange. Ça te remettra sur pied.
- Eh m’dame…
- Hum… ?

Il va vraiment falloir que la fasse cette pancarte “Merci de m’appeler Mademoiselle Loisel. Les “madames“ font mal à mon égo. Merci d’avance“. Parfait pour l’afficher sur la porte d’entrée, à côté des horaires.

- Vous avez des enfants ?

Hu…
Coup de poignard en plein cœur.
Seau d’eau gelée sur le crâne.
Et une question. Pourquoi ?
J’ai vraiment une tête à avoir des enfants ?! Franchement. Mais, en vrai, je fais quel âge ? On m’a toujours prise pour une enfant, on m’a toujours demandé ma carte d’identité à l’entrée des bars ou quand j’achète une bouteille d’alcool. Je ne pensais pas qu’on allait me demander si j’ai des enfants. Je pensais plus qu’on risquerait de me demander si je passe mon bac dans deux ou trois ans. On me l’a déjà demandé, c’était très gênant. Mais cette question l’est tout autant.
Heureusement qu’Epsilon n’est pas là. Je l’entends déjà rire dans mon esprit… Je l’entends déjà m’en reparler à toutes les sauces tous les trois jours… Je l’entends déjà… Il ne devra jamais être mis au courant. Jamais. Mon honneur en dépend.

- Non.

Bordel.
Je lui aurais mis une claque dans la tronche, ça aurait été pareil.
Ce n’était pas volontaire. C’est juste que la question m’a surprise.

- Mais j’ai un neveu – ou une nièce, on sait pas encore – qui est en cours.

Espérons que ça rattrape mon ton cinglant.

- Pourquoi cette question ?

Je n’allais pas lui répondre “Et toi, t’as des gosses ?“.
Ça aurait été parfaitement stupide.

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93 et Epsilon en #8B6C42.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 204
Points : 302
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel] Sam 22 Sep - 15:16
LEYSTER Neptun
&
LOISEL Line
Et non, ça ne va toujours pas mieux
Neptun attrapa le morceau de chocolat avec plaisir, et commença à le grignoter doucement après avoir posé sa question. Ça serait quand même con de se précipiter sur quelque chose d’aussi lourd pour se redonner quasi instantanément envie de vomir. Puis le chocolat, ça se savoure. Cette petite pause sucrée avait un léger goût de rédemption pour la jeune femme, qui venait de se redresser contre les oreillers du lit pour éviter de manger allongée.

-Non.

Ah, Neptun aurait dû se douter que sa question froisserait. C’est comme à une femme, on ne lui demande jamais son âge. Mais il était vrai que si on prenait l’infirmière, là, maintenant, elle avait plus l’air éventuellement d’une étudiante que d’une mère. La Dragon haussa les épaules face à son manque de perspicacité. Mais bon, qui ne tente rien n’a rien, et certaines apparences peuvent parfois être trompeuses. Bon, pas ici en l’occurrence, mais ne sait-on jamais.

-Mais j’ai un neveu – ou une nièce, on sait pas encore – qui est en cours.

Ah, joyeuse nouvelle. Neptun se demanda alors si elle avait des cousins ou des cousines. Dans sa famille, il était normal de partir de marier aux quatre coins du monde en donnant des nouvelles assez peu régulièrement, aussi elle connaissait très mal ses oncles. Elle avait dû les rencontrer à un Noël, plus jeune, mais ce souvenir-là était vraiment flou. Et puis quand bien même elle en aurait, elle comprendrait parfaitement qu’ils ne veuillent pas lui adresser la parole. Neptun n’étais pas la mieux vue au sein de sa famille…

-Pourquoi cette question ?

Neptun devait-elle dérouler tout son fil de pensée ? après tout, elle n’avait pas forcément envie de tomber dans une réflexion profonde sur sa mère, Margaret. Mais d’un côté, elle n’était pas obligée de dérouler toute l’histoire. Elle se décida à lâcher une remarque simple mais lourde de sens :

-Parce que vous vous occupez plus de moi comme une mère que ma mère.

Neptun lâcha un petit rire jaune fatigué. Il n’y avait pas grand-chose à attendre de Margaret. Une femme rongée par la vie et sa Malédiction, que sept grossesses avaient épuisé et rongé. Une mère incapable de tenir son rôle car les enfants ne sont pour elle qu’un outil de réussite à sa famille, pendant qu’elle s’amuse à se lancer dans des études folles ou des voyages interminables. Si Neptun pouvait être considérée comme une loque se trainant difficilement, sa mère en était le contraire jusqu’à’ un point… maladif.

La Dragon s’excusa :

-Ouais, il y a plus joyeux comme réflexion… Mais c’est vrai. Sa Malédiction l’a rendu un peu tarée sur les bords… On se demande de qui je tiens ça soudainement.

Hm, finalement un peu plus extensif que prévu. Tant pis, Neptun avait confiance en l’infirmière. Et puis ça faisait un moment qu’elle n’était pas allée voir une psychologue, alors qu’elle devrait être normalement suivi de manière régulière. Discuter avec Mlle Loisel pourrait être bénéfique.

________________________________

Neptun pète un plomb en #008cc1 et Shiiro fait la chose mignonne en #ff7ed2
...
Et Kuro sème la terreur en #757575

Infos Pratiques:
 
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Esprit farceur bipolaire ; Shiiro ou Kuro selon l'humeur

Situation: Célibataire
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 24
Points : 22
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel] Ven 12 Oct - 13:20
Et non ça ne va toujours pas mieux
Ft. Neptun Leyster

- Pourquoi cette question ?
- Parce que vous vous occupez plus de moi comme une mère que ma mère.

Hum…
Joyeuse réflexion…
Il faut avouer que je ne m’y attendais pas vraiment. Après tout, je ne suis que l’infirmière, il est normal que j'accueille les jeunes et que je les aide. Mais je n’ai pas pour vocation d’être leur mère ou de passer comme telle. D’ailleurs, je n'ai pour vocation d’être la mère de personne, actuellement. Les enfants ne m'intéressent pas encore. J’ai toujours l’impression qu’il est bien trop tôt pour moi pour y penser. Chose qui commence sérieusement à ennuyer ma mère qui me dit dès que je l’appelle qu’elle ne pourra jamais compter sur moi pour avoir des petits enfants. Déjà que je ne suis pas mariée. “À ton âge ! Rends-toi compte !” Que de conversations intéressantes. Quant à ma relation avec Sangha, je ne lui en ai encore pas parlé. Déjà que moi-même, j’ignore comment la qualifier…
La jeune fille continue comme si elle avait lu dans mes pensées.

- Ouais, il y a plus joyeux comme réflexion… Mais c’est vrai. Sa Malédiction l’a rendu un peu tarée sur les bords… On se demande de qui je tiens ça soudainement.
- Ahahah !

Je pousse un rire convulsif avant de le rendre compte que ce n’était pas forcément ce qu’attendait la jeune femme. Mais ce qui m’est soudainement revenu en tête m’a fait oublié tout bon sens.

- Désolée…! C’est juste que… J’ai travaillé en hôpital humain il y a quelques années et j’ai vu tellement de cas que ce n’est pas toi qui va m'impressionner ! J’aurais bien voulu t’en parler pour te remonter le moral mais le secret professionnel m’en empêche.

Mais il est vrai que mon séjour en hôpital humain m’en a fait voir des vertes et des pas mûres.
Dans le service où je travaillais, on a déjà eu quelques patients qui n’étaient rien de plus que des criminels malades. Donc chambres conditionnées avec menottes aux barreaux du lit et gardes à l'entrée. Joyeux. Au moins, ça avait le mérite de mettre de l’ambiance dans les couloirs. On a également eu un unique cas de “fou dangereux” normalement interné dans un hôpital psychiatrique mais venu dans mon service pour une opération. Autant dire que le cas de Neptun n’est pas le premier que je rencontre.
Enfin, on a eu un cas unique, celui qui m’a fait rire tout à l’heure. Un jeune homme, deux mètres dix, cent-quinze kilos, très poli et tout à fait bien sur lui, venu dans mon service pour une opération légère sous anesthésie générale. Le pauvre homme n’a pas supporté l’anesthésie, comme c’est souvent le cas. La plupart des gens vomissent au réveil ou ce genre de choses. Lui s’était carrément mis à délirer et avait commencé à courir dans les couloirs en hurlant et surtout… à poil. Évidemment, étant donné que j'étais dans un hôpital humain, je ne pouvais pas vraiment sortir un bâton de ma veste pour l'immobiliser proprement. On a dû faire appel au gros bras de l’équipe pour le calmer et le ramener dans son lit.
Sur le coup, l’équipe et moi avions eu une bonne grosse frayeur mais aujourd'hui, on n'en rigole plus qu'autre chose, quand on se revoit. Mais le pauvre jeune homme avait été terriblement gêné en apprenant ce qu’il avait fait et s’était confondu en excuse pendant un bon quart d'heure et même à sa sortie du service. Un bon souvenir.

- Mais si ça peut te rassurer, ma Malédiction n’est pas tendre avec moi, non plus. Selon Epsilon - l’oiseau qui a tendance à trainer avec moi - soir je deviens très, voir trop méfiante, soir je deviens très stupide. Dans les deux cas, je deviens zinzin.

Et dans les deux cas, je ne m’en souviens plus non plus.

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93 et Epsilon en #8B6C42.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 204
Points : 302
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Et non, ça ne va toujours pas mieux [PV: Line Loisel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Athala + Nous tombons toujours pour mieux apprendre à nous relever ;
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: L'Infirmerie-
Sauter vers: