} .. Reprend depuis le début |PV : Dési|

.. Reprend depuis le début |PV : Dési|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Espace Détente :: RP abandonnés
MessageSujet: .. Reprend depuis le début |PV : Dési| Dim 6 Mai - 21:42
La journée de cours était enfin terminée pour la petite canadienne. Elle se rendit dans sa chambre pour se hâter à ses devoirs. Elle se disait que plus vite elle terminerait, plus vite elle pourrait vaquer à des occupations plus intéressantes à ses yeux. Comme aller dans la forêt, trainer avec Lydie, jouer aves des familiers, aller voir les sirènes, ce genre de choses.
Mais lorsque Merywen ouvrit son agenda, elle eut vite fait de constater qu’à part un devoir de latin, elle n’avait rien à faire. Sa manie de faire tout ses devoirs le soir même lui était bien utile finalement.
La lycéenne ouvrit son livre et lu l’énoncé.
Plusieurs fois.
Mais elle ne comprenait rien.
Vraiment rien.
Nada.

La jeune fille fronça les sourcils en relisant le texte à étudier pour la énième fois. Bon sang ! Ça aurait pu être écrit en alien que ça lui ferait le même effet. Merywen finit par refermer son livre et se tourna vers son oiseau qui ne semblait pas être d’accord avec ça.

_Eh ne me juge pas. Je demanderais à Aaron de m’aider, tu sais bien que je pourrais passer la nuit dessus que je ne comprendrais rien. Et puis ce n’est pas comme si j’étais une mauvais élève. Regarde, j’ai tout fait à part ça !

Mais Cirinci ne changea pas d’expressions. Il n’était pas du tout d’accord avec ça. Merywen ne faisait aucun effet sur cette matière.
Mais pour la concernée, elle trouvait qu’elle faisait tous les efforts du monde. Il ne fallait pas exagérer, non plus. La demoiselle s’arma de son livre de latin, son cahier et commença à sortir, voulant aller trouver son parrain pour recevoir son aide. Mais avant de sortir son faucon écarlate attira son attention sur son lit. La petite faune le scruta un instant avant d’aller à lui. Il lui désigna le dessous de son lit. Elle le regarda un instant, essayant de comprendre.

_Tu veux que je prenne mon violon ?

Cirinci acquiesça. Merywen réfléchit. C’est vrai que ça faisait un moment qu’elle n’en avait pas fait. La rousse pourrait aller se réfugier dans la forêt pour en jouer, personne n’irait la déranger là-bas, la plus part des élèves devaient être en ville ou à leur club à cette heure-ci.
Ecoutant son familier, la demoiselle passa l’étui de son violon sur son dos. Un étui qui ressemblait davantage à une mallette qu’à autre chose, comme ça, personne ne pouvait deviner ce que c’était. Elle n’avait pas envie de le dire à toutes les personnes qu’elles connaissaient que oui, elle savait jouer de cet instrument.

Mais en mettant le pied hors de sa chambre, Merywen se regarda un instant. Non, ça n’allait pas.
la faune alla se changer rapidement, n’aimant pas rester toute la journée dans son uniforme, et encore moins en jupe.
Vêtue d’un débardeur blanc et d’un short gris clair avec ses bottes qui lui arrivait à mis mollet, la faune allait enfin quitter sa chambre pour de vert pâturage, à la recherche de son parrain. Il devait certainement être en train de peintre, quelque part dans les jardins.  
Mais lorsqu’elle arriva en bas, Cirinci quitta son épaule en direction des salles de classe.

_Hey, où tu vas ? Qu’est-ce qu’il t’arrive encore ?

La demoiselle le suivit, il semblait être attiré par quelque chose. Et plus elle s’éloignait de la porte d’entrée, plus elle comprenait. Une musique classique se faisait entendre à chacun de ses pas vers les salles de classes. La musique provenait de celle des Dragons. L’oiseau se posa au pied de la porte et la regarda.

_Mais non, ça ne se fait pas d’entrer comme ça, je dérangerais peut-être.

Merywen commença à faire demi-tour mais son oiseau ne la suivait pas. Il la regardait, sans quitter le seuil de la porte. Il voulait vraiment entrer à l’intérieur ? Bon, si c’était seulement le faire entrer pour qu’il aille apprécier la musique, pourquoi pas ?
La faune ouvrit doucement la porte et le faucon écarlate sautilla pour entrer dans la pièce, tout heureux. Etait-ce pour cela qu’il voulait que sa maitresse prenne son instrument ? Il avait besoin de musique ?
Curieuse, la rouquine regarda ce qu’il se passait. Il y avait une grande, élancée et très gracieuse demoiselle qui était en train de danser sur de la musique classique.
Elle était vraiment belle.
Elle dansait avec fougue et passion, tant et si bien qu’elle ne semblait même pas avoir remarqué la présence de la canadienne. Merywen entra le plus discrètement possible pour regarder la danseuse, hypnotiser par l’enchainement des ses pieds et l’harmonie de son corps. Elle semblait à peine toucher le sol, flotter dans les aires, comme une fée.
Merywen se mit dos au mur mais fut freiner par l’étui de son violon. Elle le retira de son dos pour effectuer son but initial mais son oiseau vint picoter son étui. Même s’il ne parlait pas Merywen comprenait très bien ce qu’il voulait lui dire.

*Tu n’y penses pas Cirinci !* pensa-t-elle

Mais c’était vraiment tentant … Vraiment vraiment tentant.
Doucement, la faune ouvrit sa mallette et posa son violon sur son épaule, regardant toujours la danseuse en écoutant la musique. Elle ne connaissait que vaguement la musique qu’elle écoutait, mais elle voyait les notes comme des couleurs qui passèrent dans son esprit. Elle pourrait refaire tout ce qu’elle avait entendu.
Mais si la danseuse devait danser sur les même pas, où était le plaisir ?

Lorsque la musique se termina, Merywen posa son arc sur les cordes de son instrument et commença à jouer une autre musique. Plus douce, plus calme, mais qui appelait à la Beauté et la Grace …

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: .. Reprend depuis le début |PV : Dési| Mar 29 Mai - 0:11


5, 6, 7 et 8 !... Merywen & Désirée

5, 6, 7 et 8 !... Encore. Encore. Encore. Sans cesse, sans relâche, la danseuse dansait sur le rythme endiablé de la musique. Sous ses pieds, des braises ardentes qui ne la laissaient pas se reposer une seule seconde. Lorsqu’elle s’élançait dans les airs, elle avait l’impression d’être un oiseau. Emportée par les notes, la danseuse était tantôt gracieuse et d’une douceur infinie, tantôt passionnée et flamboyante. A cet instant précis, Désirée n’était pas une danseuse, elle était la musique elle-même. Dans ces moments, la jeune femme n’avait pas à supporter les constantes migraines et cauchemars répétés provoqués par les Malédictions des ses pairs ou les rires de hyènes peu mélodieux de ses fréquentations qui lui perçaient presque les tympans, ne pensait pas aux examens de fin d’année qui approchaient à grands pas, à sa campagne électorale ou même à la reprise de sa carrière sur les podiums après avoir quitté Sainte Catherine. Et la Française ne sentait pas non plus ses pieds souffrir dans ses chaussons en pointe, ni la transpiration qui perlait sur son front et roulait sur sa nuque et n’avait que faire de ses cheveux qui ne voulaient pas rester dans sa misérable tentative de chignon. Elle entendait simplement la musique émise par son téléphone et son enceinte et le son de ses pieds contre le sol et rien d’autre. Et voilà, juste comme ça, Désirée s’était perdue dans son monde à elle.

Pendant dix minutes, trente ou bien une heure, Désirée laissa son corps improviser comme il le voulait, comme les mouvements lui venaient, faisant entièrement confiance à son corps pour faire le reste. La Dragon ne faisait plus attention à son environnement, était entièrement absorbée par la musique, c’était son petit moment à elle. Tant et si bien qu’elle n’avait pas remarqué la présence inattendue d’une jeune Faune. Avec son familier volant et sa mallette, la petite rousse observait la grande blanche. Mais la grande, la danseuse, elle ne voyait pas la petite, la musicienne. Pas quand elle prit place contre le mur, pas quand elle sortit un violon de sa mallette, pas même quand elle commença à jouer à la place de sa propre musique. Le cerveau de Désirée ne réfléchissait pas, son corps agissait presque malgré elle.

Ce coup-ci, il se sentait mélancolique, porté par le son léger et féerique du violon. Il tourna sur lui-même mais ne tenta pas le moindre saut, il préférait prendre son temps cette fois, être doux. Depuis le début, il n’avait fait que des grands pas impressionnants, il se permettait à cet instant d’être plus délicat, plus fragile. Il créait de belles lignes, de belles extensions. Le corps voulait raconter son histoire joliment, sans extravagance superficielle. Tout était clair, illuminé pour Désirée. Son corps la maîtrisait plus qu’elle ne le maîtrisait, pourtant ils travaillaient ensemble en parfaite symbiose. Ils auraient pu rester comme ça toute la vie. Mais la musique finit par se taire, bien trop vite au goût de l’étudiante.

Rouvrant ses yeux pairs, son dos faisant face à la jeune fille qui avait si bien joué pour elle et son corps. Reprenant son souffle, le cœur battant dans ses tempes et sa poitrine, Désirée gardait sa posture droite et ses pieds tournés vers l’extérieur. Elle était exténuée mais il n’en avait pas fini avec elle. Il ne voulait pas retourner dans la tour des dryades et se reposer au dortoir, pas tout de suite. Il en voulait encore, il voulait danser encore. Et le cerveau de la Française, qui s’était réveillé, acquiesça. Le cerveau avait remarqué que Désirée n’était pas encore parfaite, qu’il manquait quelque chose et qu’il fallait en rectifier une autre, ici et là. Non, elle ne s’arrêterait pas de s’entraîner tout de suite.

Toujours sans remarquer la Faune dans son dos et mains sur les hanches, la Dragon poussa un long soupir, tout bas.

- Ca ne va pas du tout. Reprend depuis le début. Elle s’adressait à elle, à son corps. Avec fermeté, son ton était aussi agréable qu'à l'habituel mais il semblait qu'elle se réprimandait.

Elle se retourna pour remettre ce même morceau sur lequel elle s’était abandonnée deux minutes plus tôt, le son du violon lui manquant déjà mais fut surprise de voir une petite fille en face d’elle. Durant une fraction de seconde, Désirée crut à une hallucination, la fatigue lui montait peut-être à la tête?... Mais impossible, la petite fille, le violon et le familier dans les airs étaient là, en chair et en os comme elle. Son regard hétérochrome passa de l’adolescente au familier, du familier au violon, du violon à l’adolescente. Etait-elle sa violoniste d’une heure ? Avait-elle joué à la place de sa propre musique ? Un coup d’œil à son téléphone éteint et dépourvu de batterie le lui confirma. La jeune adulte lui offrit alors un sourire chaleureux, un sourire avec les yeux et défit son chignon en laissant cascader ses ondulations immaculées sur ses épaules pour se redonner un semblant de prestance.

- Désolée de ce que vous venez d’entendre, je me parlais à moi-même. Elle eut un petit rire. …Alors c’est vous qui m’avez joué ce morceau, à l’instant ? Elle avait l’habitude de vouvoyer les autres, peu importe l’âge. En tout cas merci, vous m’avez été d’une grande aide pour mon entraînement et vous êtes incroyablement talentueuse !... mais aussi incroyablement discrète !... La blanche semblait visiblement amusée, un semblant de rire s’échappant de ses lèvres. Vous vouliez emprunter la salle des Dragons pour jouer, peut-être ?

Désirée cachait bien sa maigre gêne, elle n’était pas habituée à être surprise avec aussi peu d’allure. N’être qu’en justaucorps et collants ne signifiaient pas qu’on ne pouvait pas être jolie ! Néanmoins, la belle n’avait pas fait beaucoup d’efforts sur son apparence, même pas la moindre touche de mascara pour couvrir ses longs cils blancs et ouvrir son regard naturellement endormi. La jeune violoniste ne portait pas grand-chose non plus : un débardeur, un short, des bottes. Ni l’une ni l’autre n’était vêtue convenablement pour se faire de belles présentations mais une femme du pedigree de la Beauregard ne pouvait se passer de formalités aussi basiques et indispensables.

- Oh ! Je suis si tête en l’air parfois, je ne me suis même pas présenter !... Elle porta ses mains à ses joues en secouant vaguement la tête de gauche à droite. Désirée, je suis Désirée Beauregard en dernière année à Sainte Catherine. Elle fit une sorte de révérence, toujours un petit sourire aux lèvres et les yeux rieurs, l'air joueuse, considérant ses mains comme un peu trop moites pour lui offrir une poignée de main solennelle. Et vous ?
   
©️ Justayne

________________________________


♥️ Les discours de Désirée sont en #9966CC
♥️ Les roucoulements d'Eternelle sont en #FFCC66
♥️ Disponibilité : 2/5 RPs libres

   (c) crackle bones
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Eternelle, Phoenix blanc et or

Situation: Change de petit-ami comme de chemise
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 24
Points : 15
Revenir en haut Aller en bas
.. Reprend depuis le début |PV : Dési|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» griboulle alias gremlins en cage depuis 11 ans spa 27 SORTI
» 25. Meilleur Topic Depuis Aout
» Son mari n'a pas pris de douche depuis un an...
» BOOMER x caniche griffon délaissé depuis + de 5 ans ds terra
» QUE FIT HAITI DEPUIS 1986 ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Espace Détente :: RP abandonnés-
Sauter vers: