Une personne avec une permanente naturelle ne peut être qu'adorable! [Feat. Alina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour du Lycan :: La Bibliothèque
MessageSujet: Une personne avec une permanente naturelle ne peut être qu'adorable! [Feat. Alina] Ven 16 Mar - 10:55

NOM
Prénom

NOM
Prénom

「 Une personne avec une permanente naturelle ne peut être qu'adorable! 」
Je pense que nous avons à faire à une journée particulièrement magnifique. Le genre de samedi que l’ensemble des dites jeunes s’imaginent avoir chaque samedi afin de s’adonner à leurs occupations de jeunes traînant sans raison apparente dans le monde extérieur. L’astre lumineux commençait à s’élancer dans sa pénible monté vers le firmament. L’illumination était telle que la paire de rideaux translucides ou bien à trous laissaient filtrer de fines lueurs dorés arrêtant leur course sur le torse dévoilé de notre cher Ardwin encore tout ensommeillé.

Il était réveillé pas de doute la dessus, il est toujours réveillé aux aurores. Mais lorsque débute le week end et que la flemme envahit notre corps, il est tout de suite plus aisé de se laisser porter par le cours du temps et ainsi admirer sur une longueur de temps encore indéterminé le soleil se lever. Après les gens qui regardent les nuages défiler, quoi de plus impressionnant que le soleil.

C’est après que le voisin du dessous donna deux coups bien placé sur le plafond afin que le bruit de ce réveil ne cesse, que le jeune Ardwin se décida à entamer son processus de stimulation mental. Parce qu’après tout, poser un pied devant l’autre quand on sort de l’endroit le plus confortable qu’il puisse exister… il faut bien se motiver un tant soit peu mentalement. Bon je tergiverse un peu trop, mais dans l’idée, il n’est pas quelqu’un qui aime se lever facilement. Il n’est pas grognon ou autre, simplement qu’il est mou naturellement, qu’il soit un mage ne le rendra pas plus vivant.
C’est quand il sortit enfin de son endroit à coucher, complètement nu, pourquoi s’encombrer de vêtement quand on vit presque seul, qu’il aperçut Karihi, son chat bien plus vivace que lui en train de sprinter partout dans la chambre tout en lui disant de se préparer…
Dans un sens il n’aime pas quand tout bouge trop vite…. Mais il est bien trop mignon, donc il prit la boule de poil blanche et la câlina longuement, jusqu’à que celle-ci émette de petits ronronnements de satisfaction et qu’elle soit enfin calmé.

Bon je vais expressément zapper toute l’histoire de préparation, pour ainsi dire, chaque samedi, il se préoccupe généralement de deux choses, d’une, ses études. Avec le temps il a fini par prendre gout à l’apprentissage et il est devenu régulier de passer du temps à la bibliothèque le samedi matin afin de s’adonner à une activité intellectuel. Et puis, à partir du moment où il n’a pas à faire du sport ou accepter de duel… ça lui va. Les duels ? C’est le calvaire des bons élèves, persuadé qu’une cote permet de donner un niveau sur le taux de pratique magique de la personne en question… C’est complètement nul, il est bon sur les matières et sorts de base, mais tout le reste… il l’a juste sans doute vu dans un bouquin… vous ne vous attendez quand même pas à ce qu’il essaie en pratique ? Beaucoup trop fatiguant pour ça.
La deuxième chose, c’est passer du temps avec les animaux ou autres créatures, il se balade en permanence avec un carnet permettant d’y inscrire toute sorte d’anecdotes de vie ou de comportement de ceux-ci, voyager plus tard avec une Malette magique renfermant l’arche de Noé des créatures magique, il dit oui !

Bref passons, une fois vêtu, lavé, Karihi sur les épaules et son sceptre bien attaché en son dos, il se mit enfin en route. Il était vêtu simplement pour un samedi. Une chemise blanche d’une légère teinte bleutée ainsi qu’un pantalon en coton, très simple et noir, ses cheveux était habituellement blancs et en bataille.

Arrivé sans un bruit dans l’immense bibliothèque de l’école, il s’installa avant tout à sa place fétiche, y déposa son chat qui actuellement souriait bêtement, le petit sac qu’il avait pris avec lui comprenant ses cours, histoire de réserver cette place et il partit de ce pas dans le rayon d’études animal, parce qu’après tout… il voulait travailler sur ça.
Il aimait cet endroit, cette bibliothèque était immense, belle, l’infrastructure impressionnante, le silence y régnait en maître, et ça… il aimait beaucoup. Bref sans doute un des endroits les plus agréable de l’école hormis la forêt derrière le campus.

Avant qu’il n’eut le temps de poser le regard sur quelconques bouquins, il vit une petite hermine, un petit animal vraiment trognon, ne lui en voulait pas, il agira sans doute de la même manière pour tout type de créatures qu’il pourra rencontrer, ne l’amenez jamais au grand jamais dans un centre animalier. Ce petit animal se mit à bouger dans tous les sens en mode paniqué, alors, quoi de plus logique que la suivre. En s’enfonçant légèrement dans cet immense labyrinthe, il aperçut un visage familier. Alina, une camarade de classe, une des rares personne avec qui il est agréable de rester près d’elle, une jeune femme calme, non envahissante et puis, elle est toute petite. Ce n’est pas étrange, on le répète assez souvent ce qui est petit est mignon et c’est le cas, on ne dira pas d’un rhinocéros ou d’une wyverne qu’elle est mignonne…. Mais par contre un petit chat, singe ou autre, là, vous touchez un point sensible. Enfin bon la jolie jeune femme était juste devant lui sur une échelle complètement instable, à essayer péniblement d’atteindre un livre, bien trop haut placé. Quelle idée d’installer des étagères où aucun n’élève normalement constitué serait capable d’attraper… grand mystère de cette bibliothèque.
Il voulut s’approcher afin de la saluer quand l’échelle ripa sur le sol, Alina entama une chute qui s’annonçait pour le moins violente. Et c’est dans ce genre de moment qu’Ardwin s’achète une vélocité accrue, il prit son sceptre en main, incanta dans un murmure presqu’inaudible un sort de vent basique afin d’amortir la chute. Lorsque le corps de la jeune femme ralentit, il se jeta sous elle afin de la réceptionner en douceur.

« Tout vas bien, tu ne t’es pas fait mal ? Tu veux peut être que je t’amène à l’infirmerie ou… hmm … à l’hôpital ? Je ne connais pas de sort de guérison… enfin juste un mais il n’est pas très efficace…. »

Il est très paniqué, c’est un jeune homme très attentionné, mais il n’est guère habitué à la société, du coup parler à autrui n’est pas toujours une évidence.

« S’il te plait Alina… dis-moi que tu vas bien ! »

Paniqué, c’est ce que je dis.
Il est actuellement un genou à terre et il tient la jeune fille de ses deux, mains, cela ne se voit peut être pas, mais son absence d’activité physique fait que ses bras tremblent comme deux feuilles, ses sourcils indiquent toute la non rassurance du moment qu’il est parfaitement incapable de cacher. Il n’est pas très héroïque vous savez…

________________________________

avatar
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Points : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une personne avec une permanente naturelle ne peut être qu'adorable! [Feat. Alina] Sam 17 Mar - 14:03

ALINA
DE BEAUMONT

ARDWIN
HIRSCH

「Une personne avec une permanente naturelle ne peut être qu'adorable !」


Un réveil qui sonne aux aurores. Une main qui vient le couper en deux secondes. Un grognement venant de sous la couette. Un retourné digne d’une crêpe pour gagner quelques minutes de sommeil. Voilà en soit un début de journée tout à fait classique pour notre jeune sorcière. Plus tard, bien trop tard, c’est le petit museau de Syrinx qui vint la sortir du sommeil, cheveux en vrac et trace de bave sur l’oreiller en prime.
Tel un zombie, elle s’extirpa avec regret de sous la couette et arriva tant bien que mal à traverser la chambre sans réveiller ses camarades encore endormies. Elle leur jeta un coup d’œil envieux avant de se glisser dans la salle de bain pour une douche – bien trop longue – en espérant que cela suffirait à désembrumer son cerveau et décoller ses yeux. Peine perdue.

Alina enfila - un peu au hasard - une jupe blanche, un top bleu ciel et un sweat blanc avant de tresser ses cheveux et de les attacher à l’aide d’un ruban assorti à son top. Elle saisit son sac et sortit aussi silencieusement que possible pour ne pas réveiller les chanceuses qui profitaient encore du confort que leur octroyait couettes et oreillers.
Ce matin-là, ce n’est ni par plaisir ni pour profiter du beau temps, qu’elle pouvait observer à travers les fenêtres du couloir, que la jeune sorcière s’était obligée à sortir du lit. Au contraire, elle avait décidé d’aller passer un peu de temps à la bibliothèque pour essayer d’endiguer la catastrophe qui se profilait au niveau scolaire. Pas qu’elle soit particulièrement mauvaise élève – elle s’en sortait plutôt bien dans la plupart des matières – mais elle avait un peu de mal à prendre ses marques à Sainte Catherine et, de toutes façons, les matières scientifiques avaient toujours été sa bête noire.

Après avoir pris un copieux petit déjeuner, Alina se dirigea vers la bibliothèque et se choisit un petit coin à l’écart et près d’une fenêtre pour s’installer et se lancer dans les révisions. Ce qu’on peut dire, c’est que la motivation n’était pas vraiment présente. La première demi-heure s’était en soit relativement bien passée et puis… le syndrome du labrador. Le moindre bruit, le moindre mouvement était un prétexte pour lever le nez des livres et se mettre à rêvasser en regardant par la fenêtre.
Pourquoi faillait-il qu’elle ait choisi volontairement de s’enfermer avec ses révisions barbantes alors qu’elle aurait pu être dehors à profiter de ce magnifique temps ? La jeune fille n’avait qu’une envie : laisser tout en plan pour sortir s’installer au bord du lac et peindre. Elle était convaincue que la lumière se reflétant sur l’étendue d’eau devait être superbe, tout comme il devait être agréable de rester au soleil et d’en sentir les rayons caresser sa peau.

Elle gratta distraitement la tête de l’hermine, dont les pattes avant étaient poser sur le rebord de la fenêtre pour mieux voir à l’extérieur, et, après soupir, se plongea à nouveau dans ces formules et équations auxquelles elle ne comprenait strictement rien.

Plus tard, alors que son cerveau saturait d’informations, Alina se redressa dans un étirement et décida qu’il était grand temps de s’offrir une petite pause. S’il avait été autorisé de manger dans une bibliothèque, elle aurait pris avec plaisir une petite collation. Faute de quoi, la jeune fille décida d’aller se changer les idées en feuilletant quelques livres d’art.
Syrinx trottinant à ses côtés, elle se dirigea vers le rayon approprié et, suivant la Dewey, elle avança jusqu’au 750, les peintres.
Examinant les étagères, elle vit – tout en haut – un livre dont le dos l’attirait inexorablement. Elle se hissa sur la pointe des pieds et tendit les mains le plus haut possible mais, tel qu’elle s’y attendait, il lui manquait un certain nombre de centimètres pour atteindre l’objet de sa convoitise.
Avisant une échelle non loin de là, la sorcière s’en empara, la plaça face au rayonnage et entama son ascension. Au moment où elle se saisissait de sa cible, elle senti comme une « absence de palpabilité » au niveau de ses pieds et, avant de pouvoir faire quoi que ce soit, elle chuta, ferma les yeux et poussa un petit cri de surprise suraigu.

Alors qu’elle pensait toucher le sol de façon plus que brutale… ce ne fut pas le cas du tout. Elle senti un courant d’air et des bras la retenant. La magie. Pourquoi ne pensait-elle jamais à utiliser la magie dans ce genre de moment au lieu de paniquer comme une andouille ?
Le souffle court et le cœur battant la chamade, elle ouvrit les yeux alors qu’un flot de paroles se déversait dans ses oreilles. Paroles dont elle ne comprit pas le sens tant son pouls résonnait dans son crâne.
Face à elle se tenait Ardwin, l’un de ses camarades de classe. Sans pouvoir vraiment parler d’amitié, elle aimait bien le jeune homme et sentait à l’aise avec lui. Plutôt doux et calme, elle ne se sentait pas écrasée par sa présence et arrivait, la plupart du temps, à s’adresser à lui sans se mettre à trébucher sur la moitié de ses mots. Il arrivait souvent à Alina de l’observer à la dérobée dans la salle de classe. Elle aimait son allure générale, les sourires qui se dessinaient sur ses lèvres et la couleur de ses cheveux. Sans avoir osé lui demander pour le moment, elle avait eu instantanément envie de le prendre pour modèle. Quand elle rencontrait quelqu’un elle se demandait toujours si il/elle ferait un modèle intéressant.

Se rendant compte qu’elle avait la bouche à moitié ouverte et devait avoir l’air d’une carpe sortie de sa marre, elle ferma la bouche rapidement en rougissant légèrement.

▬ Oh mon… Tu m’as sauvée…

A travers le tissu de son sweat, elle sentait les mains de son sauveur trembler et, à bien y regarder, ce dernier avait l’air d’un petit animal affolé. Sans y réfléchir le moins du monde, elle posa une de ses mains sur une des mains du jeune homme et l’autre sur sa joue.

▬ Merci, sans toi c’était… Ne t’inquiète pas, je vais bien. Grâce à toi. Tout va bien. J’espère que tu ne t’ai pas fait mal en me rattrapant.

Alina avait parlé d’une voix douce dans l’espoir de réussir à calmer Ardwin. Prenant soudainement conscience de la chaleur de la peau du garçon sous ses mains, elle les retira vivement, gênée de lui avoir imposé ce contact.
Les jambes repliées sous elle, la sorcière allait s’excuser quand le livre qu’elle avait commencé à sortir avant sa chute vint s’écraser juste à côté d’eux dans un grand bruit qui la fit sursauter.
Les yeux ronds, elle fixa le livre quelques secondes avant de partir dans un grand éclat de rire.

▬ Je ne savais pas que les bibliothèques étaient des endroits aussi dangereux !

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Syrinx - Blanche hermine

Situation: Célibataire
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Points : 48
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une personne avec une permanente naturelle ne peut être qu'adorable! [Feat. Alina] Dim 18 Mar - 12:47
Ardwin Hirsch a écrit:

NOM
Prénom

NOM
Prénom

「 Une personne avec une permanente naturelle ne peut être qu'adorable! 」
Hmm craquante… Ardwin n’est pas le genre de personnage à ne penser qu’à se reproduire dans un futur proche ou courir derrière la donzelle… Mais il n’est pas pour autant insensible à leur charme voyez-vous. Et pour une fois qu’il n’emploie pas ce genre d’apophtegme pour parler de petites créatures tout comme cette petite hermine qui se balade inconsciemment autour d’eux, il faut en profiter.
Vous savez c’est comme dans ces séries animés, comme tous, cela lui arrive de flâner quelques temps à la recherche de distraction passive tel qu’admirer des personnages 2D se mouvoir à l’écran. Dedans, Alina aurait un rôle parfait dans le genre tout à fait apprécié par notre jeune éphèbe. Calme, mignonne et maladroite.

Il n’était cependant pas habitué plus que de raisons aux contacts d’autrui et il ne savait surtout pas comme il se devait de réagir. Mais pour être honnête, sentir une si petite main empreinte d’une telle douceur, ça n’était pas des plus désagréable. Mais bref passons.

Avant même qu’il n’eut le temps de répondre à la jeune demoiselle, sous le fracas immonde qui se produisit à quelques centimètres de sa personne, un frisson des plus impressionnant lui parcourut le corps. Les yeux écarquillés et les lèvres rétractées, le tout dans une posture des plus stoïques possibles. Comment dire, il n’est pas des plus courageux, pourquoi croyez-vous qu’il préfère les livres au duel de magie.

« Euh… je vais bien… même si je dois avouer, qu’un court instant certes… avoir eu un léger flashback rétrospectif de ma simple et petite existence à cause de cette chose qui vient de lamentablement  saluer le parterre avec un enthousiasme des plus remarquable…. »

C’est vrai ça… qui aurait pu croire qu’une simple et fragile bibliothèque puisse s’avérer être un endroit si dangereux… Cependant, la voir rire avec tant de vigueur ne pouvait que le calme sur ce qui venait de se produire. N’ayant pas l’habitude de rire à gorge déployé il l’accompagna simplement d’un charmant sourire tout ce qu’il y a de plus simple.
Enfin ça n’est pas tout ça mais ils ne resteront tout de même pas assis comme ça toute la journée. Aidé fébrilement de ses deux mains le jeune homme se releva, tendit l’une d’elle vers la jeune fille, la saisissant délicatement afin de la relever vers lui.
Sans dire mot, Ardwin scruta la jeune femme, fit le tour d’elle afin de vérifier aucune lésion, aucunes bosses ou blessures qu’elle souhaiterai cacher. S’il y a quelques choses qu’il n’aime pas c’est de voir quelqu’un blesser sans avoir essayer de faire quoi que ce soit pour l’aider.
Cependant, tout à l’air en ordre.

Bon et puis tant que l’on y est… qu’est-ce qu’il était venu faire à la bibliothèque déjà ? Avec toutes ses histoires il ne s’en souvenait même plus…

« Hmm, simple curiosité qu’est-ce que tu es venu faire ici au juste ? Tu travaillais ? »

A ce moment précis et uniquement en cet instant, le ventre de ce pauvre petit jeune homme qui avait omis de se préparer un petit déjeuner s’est mis à émettre un mélodieux petit son de gargouillement. Le visage d’Ardwin vira au rouge, baissant la tête et posant ses deux mains sur son ventre comme pour signaler « non non, il ne vient pas de gargouiller j’ai juste mal au bide »… enfin c’est comme ça que je vois la chose dès que quelqu’un est gêné de par leur gargouillement.

« ça…ça n’est rien, tu n’as rien entendu n’est-ce pas ! Si… si un moment tu as besoin d’aide pour ton travail…. N’hésite pas à me demander je t’aiderai avec grand plaisir. »

Autre que par le fait que cette demande l’embarrasse au plus haut point. Essayer de faire passer la vérité pour quelque chose qui doit rester dans l’oubli le plus total… est d’autant plus gênant pour lui.
Un autre fait étonnant serait celui que malgré le boucan atroce qui venait de se produire autant de par la chute, que du livre ou même son pauvre estomac…. Personne n’a eu l’obligeance de les réprimander, ils touchent du bois.


________________________________

avatar
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Points : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une personne avec une permanente naturelle ne peut être qu'adorable! [Feat. Alina]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Une personne avec une permanente naturelle ne peut être qu'adorable! [Feat. Alina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les petits Teigneux du Colonel Moustache
» C'est un fusil ? Une arme secrète ?! Non, c'est un tapir...
» Ca ne peut pas durer plus longtemps - feat Stelio
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)
» De l'amour? Non impossible , personne ne peut m'aimer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour du Lycan :: La Bibliothèque-
Sauter vers: