La bouffe ça rapproche [PV : Blake]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Jardin des Nymphes :: Le Lac des Sirènes
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Dim 4 Mar - 1:01



La bouffe
ça rapproche








Dimanche arriva bien vite à Sainte Catherine. Du moins pour la petite sorcière. Elle faisait en sorte d’être constamment occupée pour ne pas se laisser aller à quelconque pensées. Surtout des pensées noires. Et comme promis, elle avait rappelé la veille à son camarade de classe (et ami, oui, c’est décrété) qu’il ne fallait pas oublier le pique-nique près du Lac des Sirènes.

Midi s’annonçait et la petite canadienne revoyait la charge de ses deux gros paniers.
Deux oui.
Il fallait bien ça pour nourrir tout le monde au point de ne pouvoir que rouler par terre pour avancer !
Etant élevée par une mamie qui a toujours fais un repas pour le triple de personnes présentent, Merywen ne pouvait pas faire autrement. Et puis il y avait Cirinci et Nestor à nourrir !
Cirinci ne dépassait pas une poigné de pain certes, mais on ne sait jamais. Peut-être qu’il voudrait manger une baguette aujourd’hui !

Le familier regarda sa maitresse avec un regard vide de tout sens. Elle pensait vraiment qu’il allait manger plus qu’à son habitude ? Mille fois plus qu’à son habitude ?
Et puis Merywen était une crevette également, avec un appétit d’oiseaux. Dans l’histoire, même Blake, aussi gourmand qu’il semblait, ne pourrait pas venir à bout du repas signé de Zepherite.

Les deux paniers près et vérifiés, la demoiselle plaça les manches sur son balais volant et s’y assise tranquillement. Elle savait qu’elle n’aurait pas la force de porter tout ça jusqu’au Lac des Sirènes. Naïve mais pas idiote.
Et parce qu’elle ne faisait rien comme tout le monde, la petite rousse passa par la fenêtre de sa chambre, trouvant cela beaucoup plus rapide que prendre les escaliers et les longs couloirs de l’école pour sortir.

Cirinci  suivit sa maitresse, avec ses propres ailes, connaissant la maladresse de cette dernière et se doutant qu’elle ferait la connaissance du sol un moment ou un autre avant la fin de la journée.

Et pourtant, Merywen réussis à arriver au point de rendez-vous sans embuche. Elle installa tranquillement la petite nappe et disposa les aliments et les boissons sur le drap, tant et si bien qu’il y avait peu de place pour s’asseoir finalement.

Maintenant il ne restait plus qu’à attendre son camarade faune à présent. La demoiselle se leva et tira sa rapière. Elle allait faire quelques pas d’escrime mais en regardant sa rapière, elle se résigna. C’était son objet magique, et pour le moment, elle ne voulait pas trop se risquer à utiliser trop de magie et voir sa malédiction se réveiller.
Elle ne comprenait pas comment elle avait pus être aussi insouciante autrefois, à utiliser sa magie à tout va, sans se soucier des conséquences.

A la place de quoi, la faune rangea sa rapière et agrippa son balais volant en grimpant dessus comme si elle faisait du surf. Cirinci regarda sa maitresse, un peu perplexe.

_Ahah, t’en fais pas, regarde, je gè-

Et la seconde d’après, La demoiselle se retrouva le dos contre le sol.
Aïe.
En ouvrant les yeux, Meywen vit la bouille de Blake qui la regardait.
Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait le don d’attirer le regard des gens pile au moment où elle se cassait la figure.
Sans se relever, la petite faune eut un rire gênée, saluant le jeune homme d’un signe de main :

_Salut Blake, t’es pile à l’heure.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Dim 4 Mar - 13:40



♥️
La bouffe ça rapproche !
ft. Merywen de Zephérite





Dimanche, en général pour toi, dimanche est le jour de l'ennui. Les magasins sont fermés pour la plupart, la ville est beaucoup trop calme et tout le monde préfère dormir ou avancer ses devoirs. C'est un peu le jour de relax, le seul ou tu te permets de t'habiller un peu relâche et ou tu te contente d'un simple coup de brosse. Mais pas ce midi, car ta nouvelle amie Merywen, t'avais rappelé la veille cette histoire de pique nique, et que c'était elle qui invitait.

Alors, tu avais mit des beaux habits du dimanche et tu t'étais bien coiffé. Et après une énième dispute avec Nestor, c'est seul que tu allais au rendez vous de la jeune fille. Ta potamochère s'étant volatilisée quand tu voulais partir. Elle voulait sûrement te mettre en colère en allant dans cette maudite association, mais toi, tu allais la rendre jalouse en mangeant un bon sandwich... Et toc !

Arrivé au lieu de rendez vous, la première chose que tu vois, c'est ton amie de dos sur son balais volant... Eeeeet... Elle tombe... C'est bien la raison de pourquoi tu restes les pieds sur terre.


"Est ce que ça va au moins?"

Tu l'aides à se redresser... La pauvre, tu espères qu'elle ne s'est pas blessée. Après une chute comme ça... Toi tu serais déjà en train de chialer. Enfin bon, elle semblait aller bien la demoiselle, elle te dis que tu es pile a l'heure.

"Bien sûr ! Toujours à l'heure pour un déjeuner sur l'herbe et....Wow... T'as invité d'autres gens ou tu as une méga dalle?"

Car quand on a parlé pique nique, tu pensais juste que tu allais avoir deux sandwich faits maisons et un fruit, à la limite une salade avec... Pas tout le méga repas dominicale ! Il y avait de quoi manger pour quatre au moins ! Tu avais l'habitude des énormes repas du dimanche midi. C'était une tradition chez toi. Toute ta smala se rassemble dans la maison familiale pour passer a table a midi... Pour en sortir à minimun seize heures. Et encore c'est gentillet, les périodes de fête c'est encore pire, parfois vous pouvez rester facilement dix heures à table... Entrecoupées de pauses plus ou moins alcoolisées ou d'une balade d'une heure dehors. La légende raconte que le grand père Roussel avait organisé un repas de famille et d'ami qui aurait duré vingt-quatre heures... Être un bon vivant pour un Roussel, c'est pas un trait de caractère... C'est une religion.

En voyant ce repas en tout cas, tu étais content de ne pas avoir enfilé de chemise à bouton et d'avoir un pantalon élastique et une ceinture assez solide pour affronter ce repas... Même si tu es persuadé que elle a sûrement invité quelqu'un d'autre.


"Nan, t'as invité qui d'autre en fait? Pas cette fille de notre classe qui sent le chou j'espère?"


________________________________

"That's my moto"
"Je déclame en 660000 !"
"....Et je lui répond en 990099..."
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une Potamochère... Nommée Nestor

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 152
Points : 90
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Dim 4 Mar - 17:37
_Salut Blake, t’es pile à l’heure.

Dans son assommement, Merywen n’avait pas entendu la question précédente de son ami. Ce dernier l’aida à se relever de sa petite misère.
La canadienne se massa rapidement le dos et le bassin. Heureusement, elle n’était pas tombée de haut et l’herbe était un léger amortisseur, mais ça faisait un peu mal quand même, il fallait l’avouer.

_Bien sûr ! Toujours à l'heure pour un déjeuner sur l'herbe et....Wow... T'as invité d'autres gens ou tu as une méga dalle?

Silencieusement, Cirinci leva les yeux au ciel dans un soupire. Ça allait finir en promenade digestif pour faire une distribution de nourriture ce « simple pique-nique ».
Pour Merywen, elle ne voyait pas du tout le problème de la prolifération alimentaire ainsi présente. Du coup, elle pencha la tête sur le coté en regardant Blake, le regard légèrement étonnée, mais un sourire remplis d’innocence sur le visage.

_Nan, t'as invité qui d'autre en fait? Pas cette fille de notre classe qui sent le chou j'espère?

_Qui sent le chou ?

Merywen regarda un moment le vide, essayant de se remémorer les personnes de la classe, dont une qui sentait le chou.  Ah si, il y avait bien une fille de la classe avec une drôle d’odeur. Mais elle n’était pas sûre que ça soit du chou. Et pourquoi elle aurait invité une autre personne ? La jeune fille l’aurait prévenu si ça avait été le cas, elle avait un minimum d’éducation et de respect.
Comme une évidence, elle répondit :

_Bin non, juste toi, moi, Cirinci et Nestor … Oh mais du coup, je te présente Cirinci !

Merywen pointa du doigt son oiseau écarlate qui avait qui fit une légère courbette au jeune faune pour le saluer. Il avait tellement plus de classe et d’élégance que sa maitresse malgré le fait qu’il était totalement muet. Merywen se demandait parfois si elle avait cette prestance au fond d’elle également. Elle aimerait bien.
Finalement, la demoiselle tapa dans ses mains s’exprimant avec joie :

_Présentations faites, bon appétit !

Merywen s’assit avec entrain, sans dire qu’elle se jetait sur le sol en agrippant une part de sandwich. Elle avait l’attitude d’une enfant mais n’y pouvait rien, elle était comme ça, la petite Merywen.
Cirinci vient se poser sur la tête de sa maitresse et piqua des petits bouts de pain du sandwich de la petite sorcière.
Tout en mangeant, la jeune canadienne regarda un peu partout avant de demander à son ami, innocemment :

_En parlant de Nestor, elle n’est pas avec toi ? J’avais mis des champignons de coté. Je ne sais pas trop ce que mangent les potamochères … Après Arthur est une loutre et mange vraiment n’importe quoi, donc je ne sais pas si ça compte.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Dim 4 Mar - 19:37


♥️
La bouffe ça rapproche !
ft. Merywen de Zephérite





Mais tu vois, cette fille là.. Avec un air ultra bizarre là... Enfin voila... Bref !

Apparemment il n'y aurait personne, et elle avait prévu à manger pour... Quatre, pour elle, son familier, Nestor et toi... Concrètement vous êtes juste deux en vrai, les familiers n'ont pas besoin de manger, et ne mangent uniquement par gourmandises pour ceux qui veulent. Tu sais que Nestor est assez gourmande, tu lui glisse souvent des bouts de pommes de terre ou des petits légumes et que dehors, elle se régalait de champignon et de petits animaux, ce qui faisait que parfois tu étais obligé de la laver avant qu'elle retourne dans le château pour pas tout salir, car elle avait creusé un trou dans le jardin.

Donc tu te demandais si l'emplumé de la demoiselle avait beaucoup d’appétit... Après tout c'est juste un piaf, d'ailleurs elle fait les présentations. L'oiseau, qui ne disait rien, s'incline poliment... Au moins il était bien éduqué. Tu fais un petit signe de main pour lui dire bonjour, poliment, également, sans trop d'émotion... Trop dur à faire comme cinéma.


Enchanté.


Vu que c'était pour deux et demi... Tu desserres discrètement ta ceinture de deux cran avant pendant que Merywen regardait ailleurs et tu t'installes avec un sourire. Tu la suis aussitôt en t'emparant de deux sandwichs dans chaque mains, que tu commences à manger avec appétit. D'ailleurs, Merywen te posa une question qui faisait sens, ou se trouvait Nestor. Tu grognes un peu en regardant ailleurs, tout en grignotant tes sandwichs. Elle t'insupportais vraiment en ce moment.


On s'est disputé... Une histoire stupide ou elle me faisait des reproches, encore et encore gnagnagna... De toute façon, on s'entends plus depuis quelques temps. De toute façon, on est même pas complice de toute manière, on l'a jamais été alors... Et puis, elle arrête pas de me râler dessus et d'aller voir des gens que j'aime pas alors que je lui ai interdit... Comme si je m'en occupais pas assez. Alors quand j'ai voulu te rejoindre, elle était plus là, elle a du partir me faire la tête... Tant pis pour elle...Et puis j'ai pas à supporter sa mauvaise humeur, c'est l'école qui me l'a imposée et pas autre chose.

En vérité, elle t'avais reproché d'avoir été désagréable avec quelqu'un... Comme d'habitude à vrai dire, toujours en train de te reprocher ton comportement. Tu ne voulais pas l'admettre, mais la plupart du temps, tu es désagréable avec et tu fais ton kéké devant tout le monde. Et qu'elle n'avait surement pas digéré les horreurs que tu avais dit devant Lydie sur les familiers en général... Ni l'épisode plus tôt de l'année de la patinoire et les conséquences qui en ont découlé, qui t'ont rendu d'avantage désagréable... Alors qu'elle t'avais prévenu quoi ! Ni toutes les fois ou tu t'es foutu dans la merde à cause de ta bêtise monumentale. Certes, c'était peut être ça dont tu avais besoin, quelqu'un qui te raccroches à la réalité, vu que tu vis dans ton petit monde ou tu t'imagines être un cador. Cela dit, tu n'as pas vraiment le souvenir d'avoir partagé un moment de réelle complicité ensemble... Peut être au début quand tu t’entraînais devant elle, mais tu n'avais jamais rien vu à part de l'incompréhension... Et c'est pas comme si tu faisais des efforts pour ça. Et puis c'est pas comme si tu avais vraiment envie de passer ta vie avec elle.

Elle m'énerve en plus... En vrai, après mon diplôme, je la laisserai surement avec mes parents comme animal de compagnie avant de partir pour le supérieur.

Disons que ça aurait pu être pire comme destin. Tu avais entendu parlé d'un sort qui pouvait faire disparaître les familiers mais... Tu te dis que cette solution est vraiment trop cruelle. Même pour toi qui hais tout ce qui a des plumes et des poils...
Au fond, tu l'aimais bien ton familier, même si tu refusais de l'admettre... Et puis, son aide était assez précieuse, grâce à elle, tu n'as pas été confronté à une image sanglante depuis un long moment, car elle vérifiait tout à ton passage ! Quand même, un familier, ça peut être utile...

________________________________

"That's my moto"
"Je déclame en 660000 !"
"....Et je lui répond en 990099..."
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une Potamochère... Nommée Nestor

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 152
Points : 90
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Mar 6 Mar - 12:14
_Donc je ne sais pas si ça compte.

Ainsi, Blake expliqua à sa camarade sa relation tendue avec son familier. Apparemment, Nestor lui faisait sans cesse des reproches, était désobéissante. Le faune affirmait même qu’ils n’étaient pas proches. Pourtant, un animal qui vous suit partout était sans doute l’être le plus proche qu’il puisse avoir. Le garçon finit par conclure que c’était l’école qui lui avait imposé sa potamochères .

La cohabitation entre les deux êtres ne semblait pas des plus joviale. Blake en parlait comme d’une fiancée forcée. Peut-être que l’école leur avait imposé leur familier, certes, mais c’était tout de même une projection de leur âme, ou un truc du genre, non ? Du moins, si ce n’était pas pour ça, c’était un peu leur gardien et le lien le plus magique qu’ils puissent avoir, en dehors de leur nature de magicien ou sorcier.
La faune espérait que la relation entre les deux allait s’arranger, c’était dommage d’avoir une mauvaise relation avec son petit compagnon de toujours. Hormis si on avait de la famille à Sainte Catherine, c’était les êtres les plus proches d’eux.

_Elle m'énerve en plus ... En vrai, après mon diplôme, je la laisserai surement avec mes parents comme animal de compagnie avant de partir pour le supérieur.

Au moins il n’allait pas la faire disparaitre comme si c’était une vulgaire chemise. Les sorciers et magiciens ne ressentaient apparemment aucun manque loin de leur compagnon. Merywen ne le savait pas, même à Zepherite elle était accompagnée de Cirinci. Il a toujours été près d’elle depuis l’éclosion de son œuf. Et depuis son retour il ne la quittait pas de plus de cinq mètres, ce qui rassurait beaucoup sa maîtresse. Et il le savait.
Mais ce manque inexistant permettait effectivement aux propriétaires de faire le choix de garder ou non leur familier, finalement, il n’y avait pas vraiment de lien entre eux, seulement les liens qu’ils se forgeaient.

_C’est dommage. Je suppose que j’ai de la chance dans ce cas.

Merywen leva la main vers sa tête pour gratouiller son oiseau qui agrippa affectueusement sa main avec son pec, sans lui faire mal. Laissant sa petite maîtresse faire ce qu’elle voulait, finalement.

_La première fois que j’ai vu Cirinci, je l’ai tout de suite aimé. Dans mon village il y a une montagne où vivent des oiseaux écarlates qui lui ressemblent. On est connu pour les élever, avec eux on détecte les minéraux aquatiques et on vie principalement de ce commerce. On dépend d’eux en quelque sorte ahah. Mais Cirinci est différent de ces oiseaux de montagne.

La petite sorcière baissa sa main, agrippant un autre petit sandwich, tourna la tête vers Blake et lui offre un petit sourire avant d’affirmer :

_Il est né pour moi et dans mes mains. Je ne me séparerais jamais de lui.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Mar 6 Mar - 13:38


♥️
La bouffe ça rapproche !
ft. Merywen de Zephérite





Tu soupires en l'entendant parler, elle semblait particulièrement bien s'entendre avec son familier. En disant qu'elle avait de la chance, que elle et son familier c'est à la vie et à la mort, qu'elle ne s'en séparait jamais parce qu'il est né pour lui. Elle racontait également qu'il y'avait des oiseaux qui ressemblaient beaucoup à son emplumé à elle, bien qu'il soit différent. Et que vu que les gens chez elle les élèvent pour obtenir des minéraux, c'est peut être logique que ce soit cet oiseau là et pas un autre.

Aujourd'hui, seule Mademoiselle Loisel était au courant d'où tu venais, d'un petit coin rural, dans un domaine qui faisait à la fois domaine équin et ferme. Chose que tu cachais religieusement à tes camarades de classe et dans le reste de l'école... Car tu n'as vraiment pas envie de passer pour un bouseux de base !

C'était surtout du domaine équin avec lequel vous vivez, la ferme est surtout pour votre consommation personnelle. Et tu te dis qu'avec cette logique, heureusement que Nestor n'a pas été un cheval... Tu l'aurais surement fait disparaître sur le champs. Mais bon, la magie à du bien sentir ton horreur pour cet animal... C'est comme donner une araignée à un arachnophobe. Et dans cette ferme, il y'avait des porcs, mais pas des cochons comme Nestor, juste des gros porcs roses et basiques qui vivaient en plein air. Ce sont des animaux qui t'ont toujours fait ni chaud, ni froid... En plus tu n'aimais même pas le gout de leur viande en plus. Tu en avais mangé une fois, tu avais recraché d'office.

Mais bon, Nestor n'est pas juste un cochon de ferme, c'est une potamochère. Elle est beaucoup plus proche d'un Pumbaa que d'un Babe. Et encore, tu avais de la chance sur un point, car elle est beaucoup plus mignonne que ses congénères, surtout que vu que c'est une femelle, elle n'avait pas ses défenses apparentes. Même si tu n'avais su bien qu'après la différence entre les mâles et les femelles. Et c'est un animal venant d'Afrique... On disait que les familiers sont des projections de l'âme de leur maître... Toi tu aurais plus pensé à un papillon, de la chenille disgracieuse qui devient le beau papillon... Ou un cygne à la limite qui naît laid... Un peu comme toi quoi ! Non vraiment tu ne comprends juste pas.


Au moins, il y'a une logique chez toi. Ton oiseau, tu l'as eu parce que tu t'occupes des oiseaux dans ton village et qu'ils vous aident à trouver des minéraux et tout, pour vendre. C'est normal quoi... Honnêtement, quand j'ai eu Nestor, j'ai jamais vu c't'animal avant. Donc je sais même pas d'où ça sort... A moins que cette magie là se moquait de mon physique à ce moment là !

Tu ricanes un peu, l'idée d'une magie avec une casquette de bully qui se moque des élèves te fait marrer. Mais bon... Si ça avait été un vrai porc rose, là tu l'aurais vraiment mal pris sur le coup. Et puis, t'en sais vraiment pas plus, mais bon... Là n'était pas vraiment la question. Merywen s'entendait bien avec son familier et... Ce n'était pas la seule, tout le monde autour de toi semblaient avoir une grande complicité entre eux.  Et tu avais souvent remarqué que Nestor regardait ces personnes là avec une certaines... Envie ? T'en sais rien...

Et puis, ce n'est pas de ta faute au fond, comme tu le dis, tu n'aimes pas les créatures à poils ou à plume... C'est comme si on imposait à quelqu'un de manger tous les jours des endives au jambon alors que cette personne en à horreur. Alors bien sur, elle va manger parce qu'elle a faim. Et toi, tu es parfois gentil avec Nestor parce que maintenant, elle fait partie de ta vie de tous les jours. Mais qu'elle ne cherche pas à avoir plus. C'était elle qui était venue vers toi et personne d'autre après tout... Et c'est pas une raison pour te faire rager en allant voir cet attardé de Cyrus Galland, ce type que tu déteste, juste parce qu'il aime ses petits animaux ridicules. Nan, elle est venue vers toi, elle assume, et puis c'est tout. Tu ne seras jamais comme les autres qui seront gagas en face de leurs animaux... Jamais.



Enfin bon, je ne sais pas. Ils sont peut être nés pour nous, mais c'est stupide de nous en imposer un si on en veut pas... C'est vrai, on s'en sert juste pour les cours de métamorphose ! Au pire on transforme des objets et tout ça... Enfin je dis ça, mais je dois être le seul gars de l'histoire de l'école à pas s'entendre avec son familier...


Tu hausses les épaules en disant ça, au fond, tu n'y peux rien.


________________________________

"That's my moto"
"Je déclame en 660000 !"
"....Et je lui répond en 990099..."
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une Potamochère... Nommée Nestor

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 152
Points : 90
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Jeu 8 Mar - 23:13
_Il est né pour moi et dans mes mains. Je ne me séparerais jamais de lui.

La petite sorcière se mit à grignoter du salé après ses mots, laissant son ami prendre le temps de lui répondre entre deux bouchées.

_Au moins, il y'a une logique chez toi. Ton oiseau, tu l'as eu parce que tu t'occupes des oiseaux dans ton village et qu'ils vous aident à trouver des minéraux et tout, pour vendre. C'est normal quoi... Honnêtement, quand j'ai eu Nestor, j'ai jamais vu c't'animal avant. Donc je sais même pas d'où ça sort... A moins que cette magie là se moquait de mon physique à ce moment là !

Merywen ne savait pas si c’était logique. Elle aurait pu tomber sur n’importe quel oiseau. Il y en avait tellement qu’elle avait vu, qu’elle avait caressé, qu’elle avait soigné.
La petite sorcière se souvint avoir échangé un regard avec le directeur à ce moment là. Elle était si étonnée devant ce qu’elle découvrait, cet œuf magique qui renfermait une si magnifique créature, pour elle, comme un cadeau, le cadeau d’une vie. Et lui, cet homme si honorable, lui avait sourit avec beaucoup de bienveillance, l’accueillant dans sa nouvelle école qui amènerait la paix entre les deux classes magiques.

Peut-être que cet œuf, magique, avait lu en elle pour reproduire le compagnon idéal représenté par une apparence qui lui plairait, qui l’apaiserait, qu’elle aimera et reconnaitra entre milles.
Peut-être que Blake n’avait jamais vu la race de Nestor avant, mais l’apparence de son familier ne lui était pas répugnant ou outrageant. Il n’avait pas hérité d’un cheval par exemple, vu qu’il avait sous entendu ne pas aimer ces pauvres bêtes.
Le mystère des familiers allaient certainement le rester pendant un certains moments. Même eux ne savaient pas pourquoi ni comment se déroulait leur naissance, d’après ce qu’avait compris la petite rousse.

_Enfin bon, je ne sais pas. Ils sont peut être nés pour nous, mais c'est stupide de nous en imposer un si on en veut pas... C'est vrai, on s'en sert juste pour les cours de métamorphose ! Au pire on transforme des objets et tout ça... Enfin je dis ça, mais je dois être le seul gars de l'histoire de l'école à pas s'entendre avec son familier...

« on s’en sert juste en cours de métamorphose » ? Mais voyons, les familiers n’étaient pas des objets, ni des choses, c’était des êtres vivants, qui respiraient, avec des émotions.
Merwyen regarda un instant son ami. Il avait vraiment du avoir une mauvaise expérience avec les animaux en générale. Rien qu’en cours, Merywen avait pu voir que le brun n’était pas à l’aise avec la nature.
Après avoir avalé sa chips, elle lui répondit, simplement, alors que son oiseau était toujours perché sur sa tête, comme si c’était son nid, ses ailes écarlates de confondant avec la chevelure flamboyante de sa maitresse :

_Non, je te rassure, mon parrain à un chat … Je ne dirais pas qu’ils ne s’entendent pas, mais disons qu’ils font leur vie et se retrouvent pour l’heure du couché. Billie a souvent envie de tuer Arthur … Comme tout le monde ahahah. Et je suis certain que beaucoup ont des différents avec leur familier mais le cache bien. Ce que je veux dire, c’est que c’est normal. Les familiers ont leur propre conscience et on ne peut pas toujours s’entendre avec eux. Donc, j’ai de la chance, ahah

Le regard de la canadienne se balada dans le paysage, surtout vers le lac, où une sirène, la même qu’elle avait rencontré dans ses premiers pas à l’école, sortie la tête de l’eau et salua les adolescents avec un grand sourire. Elle était vraiment jolie et semblait si gentille. Merywen ne savait vraiment pas pourquoi Aaron s’en méfiait.
Souriante, Merywen la salua également avant que la sirène ne se mit à rire et replongea dans son territoire.

_J’aimerais bien me transformer en sirène et aller jouer avec elle un jour ! Tu aimes bien les sirènes ? Tu leur a déjà parlé ?
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Jeu 8 Mar - 23:49




♥️
La bouffe ça rapproche !
ft. Merywen de Zephérite





En l'écoutant, tu reprenais un nouveau sandwich après en avoir gobé deux et en grignotant une poignée de chips... Mais quand elle prononça le nom d'Arthur, tu manque de t'étouffer...

Me parles pas de ce cauchemar ambulant qui se croit trop mignon... J'ai passé la pire après midi du monde à cause de lui ! Et pas une réaction de la part de sa copine aux cheveux bleus !!! Tu te rends compte ?! J'aurai pu me faire tabasser et terminer à l'infirmerie à cause de ces deux abrutis !!! Grrr !!!

Sérieusement, rien que de parler de l'épisode du club de jeu vidéo ça te mettais dans une rage totale... Et dire que maintenant, ce club que t'adorais, tu te planquais dans un coin pour être tranquille et pas croiser la route de cet animal infernal... Mais pourquoi les familiers ne ressentent pas de douleur ? Tu lui aurais tellement donné des coups de bâtons à cette connerie... Si tu t'entendais avec Nestor, tu lui aurai demandé de l'enterrer, on aurait été tranquille sans cette chose infâme...

Bref, tu te venges sur les sandwich et sur la nourriture présente, parce que sinon tu va finir par devenir vulgaire. Donc tu t'empiffres et ça commençait déjà à aller, comme quoi, la bouffe, c'est la vie. Plus loin, vous apercevez une sirène, une jolie femme avec une queue de poisson qui vous fait un signe... Tu as toujours adoré les sirènes à vrai dire. Autant les vraies filles te font très peur, autant les sirènes... C'est surement parce qu'elles ont un air maternel qui t'attire et une queue de poisson qui font qu'elles n'ont jamais leurs règles mais tu as toujours eu une grande attirance pour ces créatures. Tu étais là, en train de la regarder béatement en soupirant...

Tu aimerai bien la rejoindre, elle et ses copines, vous pouvez aller vous amuser, coiffer vos cheveux et toi, tu ferai pouponner par une série de femmes magnifiques... Peut être même qu'une pourrait avoir le dévolu sur toi et t’emmènerait dans son Royaume, ou vous ferez des épousailles sous marines et que vous deviendrez le roi et la reine des abysses. Ouais, ça serait cool... Bien mieux que ta vie actuelle en fait. Tu fus tiré de ta rêverie quand Merywen te pose une question.


Ah euh... Ouais...

Si tu avais déjà parlé à une sirène ? Jamais... A vrai dire, tu étais bien trop timide de ce côté, quand tu passais dans le coin et que tu en voyais une. Tu voulais lui parler, mais tu devenais vite rouge et tu fuyais très loin... Pourtant tu étais pressé que l'été arrive pour pouvoir aller jouer avec elle... Mais tu avoue que si tu surmontais pas ta timidité envers elles, tu aurais du mal à rester sous l'eau. Tu réponds en regardant le lac.

J'avoue... Elles ont de la chance. Pouvoir nager librement dans le lac, s'amuser toute la journée, se coiffer les cheveux... J'aimerai bien me transformer en ondin et les rejoindre et m'amuser avec elles. Et puis peut être quitter le lac et nager dans les fonds marins peut être ? Il parait qu'on a jamais été loin sous l'océan... Elles ont l'occasions de visiter les fonds marins et d'aller dans des endroits ou nous en tant qu'humain on pourrait jamais aller... Et puis être libre, être libre ! Car franchement, être dans l'eau, c'est vraiment très agréable... On se sent beaucoup plus léger que sur terre. Nan ouais... J'aimerais bien me transformer pour les rejoindre et plus jamais revenir.

C'est peut être un peu embarrassant ce que tu as dit, et puis tu risques de passer pour un geek des poissons, bon, c'est les seuls animaux que tu tolère plus ou moins parce que tu es loin d'eux et qu'ils peuvent pas te toucher. Et puis, t'es un fan inconditionnel de la petite sirène en plus... C'était un beau film, et puis tu pourrais chanter à ta guise... Mais non bref... Tu ne voulais pas passer pour un passionné de la flotte, surtout que c'est pas ta première.

Enfin, c'est juste un trip... Rien d'autre...


________________________________

"That's my moto"
"Je déclame en 660000 !"
"....Et je lui répond en 990099..."
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une Potamochère... Nommée Nestor

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 152
Points : 90
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Sam 17 Mar - 16:58
_Tu leur a déjà parlé ?

Au moins, Merywen avait changé de conversation, vu la réaction de Blake en parlant de la loutre. Ce petit familier avait bien marqué son esprit. Elle ne savait pas pourquoi, ce qu’il s’était passé entre eux, mais de toute évidence, Blake n’avait ni apprécier Arthur, ni Billie.
De toute façon très peu de personne appréciait, ou supportait du moins, la loutre. Et ce dernier n’aidait pas vraiment à se qu’on se rapproche de Billie. C’est dommage, elle n’est pas méchante la petite sorcière aux cheveux bleus, et Arthur non plus, il faut juste le comprendre. Même si pour se faire apprécier de lui il faut aller dans son sens, et même là, il risquerait de trouver qu’on est un lèche botte. Mais au fond, Arthur n’est pas méchant.

Comme ci Cirinci lisait dans l’esprit de sa maîtresse, il prit émit un profond soupire.
Arthur était la réincarnation du Diable. Il faudrait qu’elle soit moins naïve la Zepherite. Cette loutre a voulu se battre avec le serpent d’Annabella pour le fun, insulte tout le monde pour le fun, créé la pagaille pour le fun. Un suppôt de Satan ce petit être né de magie.

_Ah euh... Ouais...

Il n’avait pas l’air sûr de lui. Mais s’il disait qu’il avait parlé avec une sirène c’était certainement vrai. Merywen trouvait ça absolument fantastique ! Elle aimerait beaucoup devenir amie avec la jolie sirène qu’elle n’arrête pas de voir. Peut-être que Blake pourrait l’aider ?

_J'avoue ... Elles ont de la chance. Pouvoir nager librement dans le lac, s'amuser toute la journée, se coiffer les cheveux ... J'aimerai bien me transformer en ondin et les rejoindre et m'amuser avec elles. Et puis peut être quitté le lac et nager dans les fonds marins peut être ? Il parait qu'on a jamais été loin sous l'océan... Elles ont l'occasions de visiter les fonds marins et d'aller dans des endroits ou nous en tant qu'humain on pourrait jamais aller... Et puis être libre, être libre ! Car franchement, être dans l'eau, c'est vraiment très agréable... On se sent beaucoup plus léger que sur terre. Nan ouais... J'aimerais bien me transformer pour les rejoindre et plus jamais revenir.

Merywen cessa de manger et regarda son ami. Il disait cela comme s’il n’était pas heureux. Ce n’était pas facile tout les jours d’être un adolescent. Ni un sorcier. Encore moins un sorcier adolescent, dernier d’une grande famille. Mais tout de même, se sentait-il si mal et enchainé dans sa vie pour vouloir tant de liberté qu’il avait l’impression de ne pas avoir ?
Merywen ne savait pas, elle savait que son cas était vraiment un cas à part dans le monde magique.

_ Enfin, c'est juste un trip... Rien d'autre...

Cirinci sentit l’espère ce compassion qui commençait à monter dans le fond de sa maitresse et vint se poser sur ses genoux. Cette dernière se mit à le caresser, son doux plumage lui donnait une sensation de paix.
Doucement, la petite faune demanda au brun :

_Dis moi Blake … Tu ne te sens pas libre ? … Tu as des obligations que tu ne peux pas refuser ?

Merywen s’arrêta un moment. Elle réfléchit un instant, une chose qu’elle commençait à faire de plus en plus, réfléchir.
Non pas que la petite canadienne était stupide, il fallait juste voir ses notes pour comprendre qu’elle était loin de l’être, mais sa naïveté à croire à un monde merveilleux l’empêchait de comprendre que tout le monde n’était pas forcement heureux dans leur vie.

_J’ai cette chance de ne pas être l’héritière de la famille, alors on ne m’a jamais rien forcé de faire. Même me marier. Je sais que la communauté des sorciers demande à se marier tôt et faire le plus d’enfants possibles, à reprendre l’héritage de sa famille pour les ainés et d’autres choses qu’on n’a pas forcement envie de faire. Est-ce que c’est ton cas ?
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Sam 17 Mar - 19:31
♥️
La bouffe ça rapproche !
ft. Merywen de Zephérite




Il y'eu un moment de silence entre vous deux, tu étais embarrassé... Cette sensation d'en avoir trop dit, d'en avoir beaucoup trop dit. Merywen te demanda en caressant son emplumé, si tu avais des responsabilités que tu n'avais pas pu refuser... Des responsabilités qui t'emprisonnaient et te rendaient malheureux. Tu en avais beaucoup trop dit à Merywen. Tu n'avais pas envie d'exposer ton mal-être, déjà, elle devait en baver bien assez comme ça, et en plus tu n'avais pas envie de briser plus ton image de type fort que rien n'atteint en face d'elle. Tu détournes les yeux, les sourcils froncés, tu te braques.


Hein? Non... Je te dis, c'est rien, c'est juste un petit trip, c'est tout... Rien d'important.

... Au fond elle avait pas tord la miss, tu étais bien prisonnier de quelque chose.
Mais tout le monde était prisonnier de ça, d'un monstre à tentacule qui détruit les rêves et les espoirs des gens, un monstre qui vous maintient sur terre et que vous êtes obligés d'affronter ou de fuir... A votre manière.

La réalité.

C'était ça qui t'emprisonnais au fond, mon p'tit Blake. Tu es arrivé à Sainte Catherine, le cœur rempli d'espoir et d'ambition, dans l'attente d'un cap qui allait démarrer une nouvelle vie bien meilleure. Tu voulais devenir populaire, être admiré pour tes talents de magie et ton éclatante personnalité que tu avais travaillé pendant longtemps. Tu voulais que tes parents soient fier de toi autrement du fait d'avoir mit tes pieds dans l'école. Tu voulais surpasser tes frères que tu jalousait parce qu'ils ont toujours accaparé l'attention que tu voulais avoir, pour qu'ils puissent enfin te reconnaître comme quelqu'un d'important. Tu voulais enfin devenir ce garçon que tu fantasmais, le garçon populaire, bon en tout, mauvais en rien et qui est adoré et admiré pour ce qu'il est et ce qu'il fait. Ce héros sans problème, bien dans sa peau sans peur ni faux pas, que tu admirais dans tes comédies musicales préférées.

Puis la réalité t'as balancé une grande claque dans la figure.

Tu voulais être reconnu par ta famille, deux semaines après que tu es rentré à l'école, quand un membre de ta famille t'appelle, il prend deux trois nouvelles et enchaîne sur les progrès de ses foutus chiards. Tu voulais être un grand sorcier, mais tes sortilèges ont du mal à tenir la route... La preuve, tu voulais devenir le héros de l'école avec cette patinoire avec Sasha, et la glace n'a pas tenue, un pur fiasco. T'as été dénoncé, puni d'une manière très humiliante et tout le monde s'est foutu de toi pendant de longues semaines parce que tu rentrais couvert de terre. Tu voulais être populaire ? Tes amis se comptent sur les doigts de la main et des mauvaises personnes continuent d'essayer de t'humilier comme au collège. Tu voulais voler au dessus des nuages sur un balais ? Ta terrible peur de te blesser te fait paniquer dès que tes pieds décollent du sol. Ta peur qui te dicte ton comportement, parce que t'as pas envie de tomber, t'as pas envie de te couper, et ta maîtrise de la magie est surement limitée à cause de tout ces blocages, a cause de la peur de ta malédiction, à cause de la peur qui te ronge d'être considéré comme quelqu'un de médiocre, à cause de la peur qu'on se moque de toi parce que au fond tu es faible et que tu ne sera jamais le centre du monde... Quoique tu tentes, quoique tu fasse, la réalité te rattrape et tu cloue au sol, pour ne jamais décoller. Un pas en avant, trois pas en arrière, comme on dit.

Mais la réalité, tu ne veux pas l'affronter... Tu veux lui tourner le dos, t'enfermer dans ce fantasme ou tu espère encore être le héros de ton propre film... Alors tu t'imagine que le héros doit traverser des épreuves dans ses arcs narratifs, que les gens qui ne t'aiment pas ont forcément tort, que c'est pas à toi de changer, que c'est à eux de reconnaître leur erreurs. Parce que au fond, dans les films... Le héros, personne ne croit en lui. Personne ne croit en Hercule au début du Disney, pourtant à la fin, il est enfin reconnu pour ce qu'il est, après avoir travaillé dur. Ariel finit par aller dans le monde qu'elle rêvait de visiter, Elsa a fini par être acceptée grâce à son pouvoir de glace... Et il n'y a pas que les Disney qui montrent tout ça, même des gens dans la réalité... Alors pourquoi pas toi? Toi, tu n'es pas dans l'erreur, toi tu en as trop bavé pour être dans l'erreur... Il suffit juste que tu trouve ta véritable place...

....N'est ce pas... ?

Merywen semble creuser, elle enchaîne sur les familles... Tu te détends, elle a bifurqué sur autre chose. Tu soupires un peu et reprends un sandwich.


Nan, je suis pas l'héritier non plus et pour l'instant ma famille me fout pas la pression pour me marier. Bon ils me demandent régulièrement si je trouve une potentielle copine mais.... J'sais pas... Enfin, ils aimeraient bien plus tard que j'ai des enfants. Mais non seulement, mes aînés sont déjà papa, la relève est assurée, mais en plus je déteste les gosses.

Tu te projette un peu dans l'avenir, toi adulte... Marié avec une femme... Ou un homme... Tu n'es pas vraiment sur à ce niveau là, mais tu voyais déjà ta relation idéale.

Moi je rêve en plus d'un amour exclusif et total. Mon partenaire de vie aura beau avoir des amis à l’extérieur et un bon travail, mais en rentrant à la maison, c'est moi le centre de son univers... Cette personne ne donnera de l'amour véritable qu'à moi et à moi seul. Et moi je lui rendrais cet amour absolument exclusif et total. La personne que je vais épouser, je veux partager mon quotidien qu'avec elle, tu vois? Et moi je veux qu'elle donne son amour rien qu'a moi, et pas partager son amour avec un gosse ou un chien. Je veux être son soleil et elle sera mon étoile et qu'on se donne complètement à l'un et à l'autre.~  

Tu souris béatement en t'enlaçant toi même... Bon... T'es un peu ridicule, tu rougis un peu.

.... Tu crois que c'est égoïste comme façon de penser?


________________________________

"That's my moto"
"Je déclame en 660000 !"
"....Et je lui répond en 990099..."
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une Potamochère... Nommée Nestor

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 152
Points : 90
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Lun 19 Mar - 23:25
_Est-ce que c’est ton cas ?

_Nan, je suis pas l'héritier non plus et pour l'instant ma famille me fout pas la pression pour me marier. Bon ils me demandent régulièrement si je trouve une potentielle copine mais.... J'sais pas... Enfin, ils aimeraient bien plus tard que j'ai des enfants. Mais non seulement, mes aînés sont déjà papa, la relève est assurée, mais en plus je déteste les gosses.

Blake expliqua à sa camarade qu’il aimerait avoir un amour exclusif et total. Merywen ne comprenait pas vraiment, mais heureusement le garçon lui expliqua ce qu’il ressentait, ce qu’il voulait. Et même si Merywen ne savait même pas ce qu’était que l’amour, elle comprenait ce que voulait Blake. Une personne rien que pour lui.
Une personne dont il aurait l’exclusivité du cœur, tant et si bien qu’il n’y aurait pas de place pour les autres.

_ Je veux être son soleil et elle sera mon étoile et qu'on se donne complètement à l'un et à l'autre.

C’était de si jolis paroles. Et le jeune homme y croyait. Il savait ce qu’il voulait, et il l’obtiendra un jour, la canadienne en était persuadée. Merywen regarda son ami, attendrit. Elle découvrait doucement le vrai Blake. S’en rendait-il compte ? Derrière ses allures un peu prétentieuses, sans modestie, parfois vexante, que la demoiselle n’avait jamais vue malgré ce qu’on lui disait, il y avait un être très doux qui ne demandait qu’à être aimé au fond de ce petit cœur de sorcier.

Peut-être qu’un jour elle comprendrait qui était vraiment Blake Roussel. Certaine personne n’avait simplement besoin que de temps avant de se dévoiler.

_ ... Tu crois que c'est égoïste comme façon de penser?

_Je ne sais pas. Je ne me suis jamais posé la question.

Merywen lui sourit à pleine dent. Elle ressemblait à une petite fille, elle le savait et l’amour était une chose qui la dépassait. Mais elle avait tout de même un cerveau et savait réfléchir, analyser et avoir ses propres pensées.

_Mais je trouve ça très mignon ce que tu dis. Et je pense … Que vouloir prendre toute la place dans le cœur d’une personne ce n’est pas de l’égoïsme. Je pense que c’est une forme d’amour. Que tu aimes tellement la personne que tu aimerais qu’elle n’a que ton nom sur ses lèvres, qu’il n’y ait que toi qui se reflète dans ses yeux et qu’il n’y a que ta présence qui puisse faire battre son cœur.

Merywen regarda son oiseau dans ses yeux ambrés. Même si elle n’avait jamais ressenti ce sentiment, qu’elle ne s’était jamais posé la question, le fait d’entendre Blake lui en parler, de voir ses parents, de voir Lydie et son fiancé, d’autres dont le mariage avait été arrangé. Ces choses auxquels elle ne pensait pas. Il serait temps qu’elle grandisse et se les pose.
Doucement, elle continua de caresser Cirinci, regardant son plumage envoutant.

_Sincèrement, je ne pense pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise réponse quand il s'agit d'amour. Si les deux personnes suivent ensemble le même chemin, qu'ils voient les choses de la même façon, qu'ils recherchent le même trésor. Alors, ce chemin sera le leur. Et il est différent pour tout le monde.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Mar 20 Mar - 5:51


♥️
La bouffe ça rapproche !
ft. Merywen de Zephérite




_Sincèrement, je ne pense pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise réponse quand il s'agit d'amour. Si les deux personnes suivent ensemble le même chemin, qu'ils voient les choses de la même façon, qu'ils recherchent le même trésor. Alors, ce chemin sera le leur. Et il est différent pour tout le monde."

Au fond, vous avez a peu prêt la même vision du monde, sauf que tu es peut être un peu plus pessimiste sur cette question cruciale d'avenir, tu es passé à travers les mailles du filet à cause de ta place de dernier pour le moment, mais au bout d'un moment, la pression de te caser et d'avoir une famille va te tomber dessus. Même si t'en a franchement pas envie...

Le pire c'est que dans le fond... Tu les comprenais, ce besoin de se caser le plus vite possible, le besoin de procréer le plus vite et d'avoir la descendance la plus nombreuse. Toi et tes frères ont eu beaucoup de chance, mais combien de cousins plus ou moins éloignés ont perdu la vie dans leur pré-adolescence, car ils étaient seuls la nuit du déclenchement de leur malédiction ou alors complètement inaccessibles ou trop discrets dans leur cauchemars ? Toi même tu estimais que tu avais eu énormément de chance dans ton malheur, ta malédiction s'étant déclenchée à l’hôpital, si elle s'était déclenchée dans ton lit, le temps qu'on s'en rende compte et qu'on t'emmène aux urgences... Tu aurais peut être eu le temps d'y passer deux fois.

Alors à force, on se marie vite, on procrée vite... On agit par instinct de survie et non par libre arbitre.


Tu sais, je crois que c'est plus compliqué que ça...

Et encore, les Magiciens pratiquent aussi cette tradition archaïque du mariage arrangé, pour des raisons que tu ne saisis pas. Entre ça et les Sorciers qui font ça pour leur survie, tout le monde semble oublier l'importance des sentiments là dedans. Tu prends une poignée de chips que tu grignote avant de reprendre.


Je veux dire... Les sorciers, les magiciens... C'est pareil. On se marie à la sortie des études avec une personne qu'on ne connais ni d'Adam, ni d'Eve. On fait des enfants le plus vite possible, on parle d'héritage, de patrimoine, d'histoire... Mais où est l'amour dans tout ça? Est-ce que nos parents ont juste pris le temps de profiter d'un seul moment à deux ou ils ont appris à faire connaissance ? Est-ce qu'ils ont vu un coucher de soleil mains dans la mains? Est-ce qu'ils ont fêté une Saint Valentin avec une véritable sincérité? ....Voir, est ce que aujourd'hui ils s'aiment vraiment ou alors ils restent ensemble par la force de l'habitude ou par devoir ? On me dit que je dois avoir ma vision biaisée par toutes les comédies musicales que j'ai vu... Mais ce que nous présentent les adultes, c'est pas de l'amour... Ou pire, l'amour c'est secondaire.


Tu ricane un peu jaune, car tu réfléchis à tout ces adultes qui font la morale aux jeunes parce qu'ils ne doivent pas fréquenter tel type de personne ou tel autres. Ou parce que ils doivent avoir le sens du devoir, ou que les sentiments c'est pas comme ça...

Perso, je pense que là dessus, ils en savent pas plus que nous... Mais au fond, je les comprends en fait...

Tu termines ta poignée de chips, et tu prends autre chose en regardant le lac.

Enfin... Les sorciers quoi... Les magiciens, je sais pas trop... Mais pour nous les sorciers... Voila quoi... Je veux dire, on est pas très nombreux, nous les sorciers, et on a pas envie de disparaître. Et pourtant... T'as ces malédictions qui peuvent nous coûter la vie au moindre faux pas. Sans parler du risque de décès surprise au fond de ton lit alors que tu as prévu une sortie shopping le lendemain avec tes amis et que tu t'es couché confiant, le sourire aux lèvres en pensant à l'avenir. Alors ils font quoi nos parents ? Ils font encore plus de bébé, pour la survie de notre race. Déprimant, pas vrai?

Puis tu te rends compte de ta bêtise... Tu n'aurai pas du parler de malédiction, elle avait perdu son frère récemment à cause de ça... Flûte... Si ça se trouve tu as juste remonter des souvenirs douloureux en tête. Franchement, tu es vraiment crétin parfois. Tu t'empresses aussitôt de t'excuser, franchement, t'es une vraie andouille d'exposer toutes tes réflexion au grand jour comme ça, sans penser aux conséquences.


J'suis désolé ! J'aurais pas du parler de ça !



________________________________

"That's my moto"
"Je déclame en 660000 !"
"....Et je lui répond en 990099..."
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une Potamochère... Nommée Nestor

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 152
Points : 90
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Jeu 22 Mar - 0:42
_Et il est différent pour tout le monde.

_Tu sais, je crois que c'est plus compliqué que ça...

Blake expliqua le fond de sa pensée. Le fait que les sorciers et les magiciens étaient similaires au niveau du mariage. Mariage arrangé, premier enfant à la sortie de l’école. Il n’y avait pas d’amour.
Le garçon exprimait son incompréhension face à tout ça. Merywen non plus ne comprenait pas tout. Elle ne comprenait pas grand-chose du monde effrayant des adultes. Ces histoires de mariage, d’amour, de bébés ça la dépassait complètement. Son grand-frère et sa grand-mère ont toujours fais en sorte de la laisser loin de ces choses qui l’empêchait d’être libre.
Alors, pour la canadienne, c’était normale d’être libre. Pas de mariage forcé, pas de bébés indésirables.
Mais les malédictions … Qui coûte la vie …

Lorsque Blake en parlant, le sourire de la demoiselle s’estompa doucement, sans qu’elle ne puisse rien empêcher. Lorsque Blake termina de parler, elle le regardait, mais ne souriant plus. Son visage semblait neutre mais ses yeux saphirs perdirent de leur éclat, devenant terne. Elle n’allait pas pleurer mais son regard trahissait sa profonde détresse et une tristesse qui rongeait son cœur.

_ J'suis désolé ! J'aurais pas du parler de ça !

Merywen força un petit sourire en prenant doucement son oiseau contre elle. Sa présence apaisant son cœur. Elle continua de le caresser, doucement. Ce dernier passait sa tête contre le menton, la joue et le cou de sa maîtresse, lui faisant mille caresses pour lui faire part de sa présence.

_C’est rien … il faudra bien que je m’y fasse.

Merywen prit une serviette en papier et commença à faire un origami d’un oiseau avec.

_Même si on nous demande ne nous marier tôt, nous ne sommes que des faunes. Et des enfants. Il y a des questions que l’on pourra se poser plus tard. Même si c’est compliqué … Je t’ai dis que les habitants de mon village privilégies les mariages amoureux. Tu te doute alors que l’on m’a appris qu’on est chacun maître de son destin. Si tu ne veux pas te marier, ne te marie pas. Si tu ne veux pas d’enfants, n’en fait pas. Si mon village a pu arriver à cette idéologie. Je suis sûr que toi aussi, tu le peux. A quoi bon sauver la race des sorciers si c’est pour être malheureux toute sa vie ? On souffre déjà bien assez comme ça ….

Instinctivement, Merywen posa sa main gauche sur son bras droit où se trouvait la marque de sa malédiction. Elle était tellement grande cette maudite marque … Il suffisait qu’elle remonte un peu ses manche au-dessus de ses coudes pour le voir dépasser. Cette chose ignoble. Elle se sentait tellement sale avec ceci.
Depuis l’accident, parfois, la jeune fille se surprenait à frotter sa marque tellement fort lorsqu’elle se lavait, qu’elle en saignait. Mais elle calmait ses mutilations. Heureusement que son grand-frère était là pour elle pendant ces deux mois, sinon elle aurait peut-être fait des choses effroyables pour retirer cette marque.
La demoiselle commença à serrer fermement son bras, à s’en planter les ongles, si Cirinci ne l’avait pas tiré de ses idées noires par des gazouillis inquiet.
Les yeux de Merywen se posèrent sur son familier un instant, puis elle reprit sans qu’aucun sourire ne vienne bercé son visage d’enfant :

_Mais je ne vois pas pourquoi certains devraient être heureux et pas d’autre. Les choses changent. On change avec elle.

Merywen se remit à on origami, continuant sa pensée.

_Regarde cette école. Qui aurait pu penser un jour que les sorciers pourraient étudier ici ? Avec des magiciens. Qui aurait pu croire que des magiciens et des sorciers pourraient être amis ? Je suis persuadée qu’un jour les traditions changeront pour nous laisser libre de faire nos propres choix.

Puis, doucement, Merywen prit son oiseau en origami dans le creux de sa main et souffla doucement dessus. La serviette prit vie et le petit oiseau en origami battit des ailes pour s’envoler. Evidemment, il reprendrait sa forme d’origine à un moment, la demoiselle n’était pas assez expérimentée pour transformer un mouchoir en un réel oiseau pour l’éternité.
Mais ses yeux saphir suivirent tout de même son œuvre dans les cieux, un léger sourire sur ses lèvres.

_Moi j’y crois.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Jeu 22 Mar - 16:06


♥️
La bouffe ça rapproche !
ft. Merywen de Zephérite





Tu l'écoutes en prenant une part de tarte que tu grignote consciencieusement, elle a raison, vous êtes juste des enfants, les mariages forcés et les enfants, c'est sensé être loin. Et puis, on sort petit à petit des sentiers battus... Avec l'école qui s'ouvre aux sorciers, ce qui fait que la première fois depuis longtemps les sorciers et les magiciens se fréquentaient pour une période aussi longue... Et malgré quelques difficultés à s'adapter pour certains, ça ,e se passait pas trop mal en général... En même temps, les professeurs veillaient au grain.

N'empêche, tu l'écoutais... Elle a pas vécu comme toi, toi qui a vécu dans les traditions sorcières les plus profondes, bien que ta famille n'ai pas vraiment quelque chose contre les magiciens en réalité. Bon, les vieux, dont tes parents qui approchent la soixantaine, ne les appréciaient guère.Mais ont décidé de ne pas mettre les enfants magiciens dans le même panier que les générations précédentes,
après tout ils ont pas choisi leur famille...Bon ils t'ont dit de te méfier, mais tu ne les écoute pas en général, donc tu t'en moquais. Mais pour le reste, oui, les traditions sorcières les plus profondes... Merywen, elle, avait évité tout ça. Son village qui privilégiais les mariages d'amour, une famille peu nombreuse et attentive, des valeurs de liberté et de choix que toi tu as appris uniquement en regardant des films...

Tu souris un peu, bon ton sourire était un peu triste malgré tout, mais bon, tu t'en rendais pas spécialement compte. Sinon tu aurai tout fait pour corriger ça.



Un village marchant aux mariages d'amour, des familles peu nombreuses, surement un cadre idyllique...

En temps normal, cette fille qui pioupioute avec son piaf, tu l'aurai sincèrement détesté et tu lui aurai pourri la vie... Mais... Tu ne sais pas pourquoi tu étais gentil avec elle. Peut être parce que tu l'as surprise en train de pleurer l'autre jour, qu'elle traversais une phase difficile et que, tu n'avais pas le cœur à la traiter de bouseuse comme tu le fais avec les autres amis des animaux de l'école (excepté Anna, qui a la décence de ne pas te parler de pégase.) alors qu'elle avait perdu son petit frère. Et que par ce fait, tu lui a laissé le temps de parler, de s'ouvrir à toi et que tu t'es un peu ouverte à elle, pour essayer de la réconforter. Et que maintenant tu n'avais plus envie de l'insulter, même si ses accès d'affection avec son animal de compagnie te faisais grincer des dents de jalousie... Ouais jalousie oui... Merywen avait vraiment une famille idéale, une vie idéale, malgré tous les déboires des sorciers et la période tragique qu'elle traversait, peu de sorcier pouvaient se vanter d'avoir une vie pareil... Non mon p'tit Blake, il fallait te l'avouer à toi même, tu étais jaloux de cette vie, ouvertement. Tu regardes un peu ailleurs en tripotant tes cheveux, toujours avec ce petit sourire triste sur ta figure.

Franchement Merywen, je t'envie... Je donnerais n'importe quoi pour avoir ta situation familiale en vrai... Même si tu traverse une période difficile.
Pareil pour l'endroit aussi, là ou tu vis, ça à l'air chouette.


Si toi tu avais grandis dans ce genre de famille, ou on aurait fait réellement attention à toi. Tu aurais été différent dans ta tête... Bien sur tu aurai eu tes soucis d'adolescents, mais tu serais surement moins... Comment dire... Comme ça ?



________________________________

"That's my moto"
"Je déclame en 660000 !"
"....Et je lui répond en 990099..."
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une Potamochère... Nommée Nestor

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 152
Points : 90
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake] Sam 24 Mar - 2:26
_Moi j’y crois.

Blake avait une petite mine après la tirade de la faune. Merywen ne savait pas si c’était par rapport à ses mots, à sa façon de voir les choses. Ou le fait de parler de choses sérieuses alors qu’ils étaient en tra nde profiter de leur petite vie paisible de jeune faune, en mangeant, près d’un lac magique remplis de belles créatures aquatique.

_ Un village marchant aux mariages d'amour, des familles peu nombreuses, surement un cadre idyllique...

C’était donc ça. C’était en effet par rapport à ce que lui disait la jeune femme. Le regard de la demoiselle se tourna vers Blake. Pour appuyer ses soupçons de la jeune fille et le fond de sa pensée, le Roussel continua :

_ Franchement Merywen, je t'envie... Je donnerais n'importe quoi pour avoir ta situation familiale en vrai... Même si tu traverse une période difficile. Pareil pour l'endroit aussi, là ou tu vis, ça à l'air chouette.

Les yeux saphir de la demoiselle quittèrent son camarade pour se perdre sur le lac. Elle pensait qu’elle affectionnait cette endroit pour les sirènes avec qui elle voudrait se lier d’amitié, mais peut-être que ce point d’eau lui rappelait avec douceur son doux foyer. Pourquoi Zepherite était sur l’eau, relié à la rive ? Mais cet attachement à l’océan donnait cette odeur maritime au village que la rouquine ne pouvait pas retrouver à Sainte Catherine.

_Je sais que j'ai beaucoup de chance.

Doucement, Merywen ramena ses genoux vers elle, son familier dû quitter les genoux de sa maitresse, retournant sur la tête de cette dernière alors qu’elle entourait ses jambes de ses fins bras, collant ses genoux à sa faible poitrine.

_Mais même si ta vie n'est pas celle de tes rêves, je suis certaine qu'il y a plein de positif. Le fait d'être hors norme à tout de même un prix.  On est toujours resté entre nous. Certains viennent y vivre mais personne ne part. Je n'étais jamais sorti de mon village avant cette année. Je connais chaque visage et chaque nom de chaque personne vivant à Zepherite. Les sorciers ont trouvé ça merveilleux de pouvoir étudier ici. Ma famille n'y voyait pas l'intérêt. Je me souviens encore de mon père me disant : « Mery, Zepherite est comparable à l’Eden. Pourquoi veux-tu y partir pour te mêler à des gens qui vont de rejeter et se moquer de toi ? ». Mais comment peut-il savoir que le village est l’Eldorado s’il n’a jamais vu le reste du monde ?

Merywen posa son menton sur ses genoux et tourna son regard vers le jeune homme. Elle força de nouveau un sourire.

_Tu rêves d’être aimé d’un amour exclusif. Moi ce que j’aimerais, c’est voyager à travers le monde. Le connaitre, le comprendre. J’aimerais devenir une femme accomplis. Une grande sorcière. J’aimerais surpasser mes peurs, ma … malédiction. Avant de venir à Sainte Catherine, mon souhait était de devenir chef des éleveurs de mon village. Je crois que je suis en train de changer … Et j’espère que c’est en bien. Mais c'est la vie qui veut ça, non ?
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La bouffe ça rapproche [PV : Blake]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La bouffe ça rapproche [PV : Blake]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Présentation Mike Blake
» Une bonne bouffe!?
» Topic bouffe : à vos gamelles !
» Demeure d'Anita Blake
» Le malheur rapproche les gens / ZADIG & ENORA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Jardin des Nymphes :: Le Lac des Sirènes-
Sauter vers: