Tant que je respire, j'espère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Administration :: Dossiers Scolaires :: Dossiers Acceptés
MessageSujet: Tant que je respire, j'espère Lun 5 Fév - 23:59
BEAUREGARD Désirée
ft. Désirée Beauregard (OC) de Mi Ya

• Âge : Entre dans sa dix-neuvième année

• Espèce : Sorcière

• Nationalité : Française

• Situation familiale : Mère décédée. Père remarié. Trois demi-sœurs.

• Groupe : Dragon, Candidate aux élections des délégués

• Familier : Eternelle, phénix blanc et or

• Objet Magique : Un bijou ayant appartenu à sa mère et une baguette mais fera avec ce qu'elle aura

Caractère

Désirée était une personne facile à apprécier car elle avait réalisé très tôt que les formules de politesse étaient bien plus puissantes que les formules magiques. Elle s’était entraînée devant la glace à perfectionner son léger et imperturbable sourire de Mona Lisa pour qu’on lui en achète une. Elle répondait toujours correctement aux questions posées par les adultes et à chacune de ses réponses s’ajoutait un « Et vous ? » et un air intéressé. Tous les ans, la jeune fille était première de sa classe, déléguée et amie avec ses camarades. Dans sa petite communauté de petits sorciers, elle était la grande star. Tout le monde était envoûté par son charisme, ses manières élégantes et raffinées, son sérieux mais aussi par sa façon de prendre les choses avec optimisme et spiritualité. Aimable, serviable, talentueuse et jolie, Désirée était une personne bonne, une personne bien, comme il en était convenu d’une fille de bonne famille.

Cependant, la sorcière n’était pas sans défaut. Son perfectionnisme presque maladif et ses hautes attentes la rendaient très -trop- exigeante envers elle-même et les autres et elle ne se gênait pas pour le faire remarquer et pensait souvent avoir raison. Elle était un peu taquine, moqueuse voire presque malpolie et personne ne savait si son sourire signifiait qu’il s’agissait d’une plaisanterie ou s’il était là pour que la chose soit mieux prise. Elle était aussi une enfant quelque peu rebelle avec la fâcheuse manie de faire l'inverse de ce qu'on lui disait, sans compter sa fierté parfois mal placée et son côté têtu. Mais surtout, on lui reprochait d’être un peu trop curieuse. Chaque petit potin, histoire croustillante avec ou sans prise-de-bec et secret inavouable finissait par atteindre ses oreilles trop attentives et aucun détail n’échappait à ses yeux de lynx. Voyez-vous, la blanche avait un caractère modeste et modérée, jusqu’à ce que sa plus grande passion y soit de la partie : la recherche. Tout avait commencé par un amour sans nom pour trouver les réponses à des énigmes farfelues et à des questions que personne ne posait. Puis un goût prononcé pour résoudre des problèmes un peu plus compliqués comme un grand puzzle dont il ne fallait pas perdre la moindre pièce. Progressivement, Désirée a choisi de s’atteler à des puzzles et énigmes inattendus : les autres. Elle avait décidé que chaque personne sur cette Terre était une énigme à déchiffrer et que chacune de leur histoire était des puzzles à dont elle ne devait pas perdre la moindre pièce si elle voulait les reconstituer. Chaque puzzle formait une image unique en ce monde, même si deux pouvaient parler de la même chose et elle savait que mis bout-à-bout, tous ces puzzles allaient ensemble et créaient le monde. C’était ainsi que Désirée voyait la vie : comme une constante aventure, comme une infinie recherche.

Oui, Désirée était prête à tout pour chercher, pour trouver même lorsqu’elle ne savait ce qu’elle cherchait. Elle cherchait souvent les autres mais s’était-elle trouvée elle-même ? Il semblait que derrière cet humble tableau aux couleurs claires se cache une œuvre plus sombre dont on avait essayé de se débarrasser. Peu importe ce qu’on recollait par-dessus, tout finissait par tomber pour révéler son puzzle à elle, à Désirée. Il était morne et grave mais il paraissait aller parfaitement avec sa propriétaire. Certains visages avaient disparus, d’autres étaient apparus de nulle part, les formes humaines étaient couvertes de marques noires, agonisant dans le fond, se tortillant sur le sol et seule se trouvait au milieu, une petit fille aux longs cheveux couleur neige dont émanait une aura funèbre, toute vêtue d’une robe foncée comme le ciel de nuit, et dont les larmes noires ruisselaient de ses yeux sereins sur son visage souriant avant de retomber sur ses chaussons de danse endommagés qu’elle avait aux pieds. Oui, cette œuvre était pour Désirée. Bien qu’elle s’efforce de la cacher afin de montrer au monde qu’elle avait une belle histoire à raconter, il y avait certaines choses qui échappaient à son contrôle. Peut-être était pour cela que Désirée préférait les autres à elle-même ? Parce qu’il était plus facile d’être en plein contrôle d’une situation lorsqu’on est impartial et sans parti plutôt que lorsque nos émotions nous dépassent et que nos expériences et sentiments floutent notre perception. Parce que voyager vers d’autres horizons à l’autre bout du globe coûte moins cher que de voyager à l’intérieur de soi-même et découvrir une facette de nous-mêmes qui ne nous plaira peut-être pas. Parce que se garder occupée par les autres nous empêche de nous rendre compte à quel point nous pouvons être seuls. Parce que régler leurs problèmes et rendre leurs histoires belles étaient bien plus complaisants que de résoudre les siens. Et parce que si on cherche activement à rendre le monde meilleur pour les autres, peut-être alors que les autres tenteront de rendre le monde meilleur pour nous.

Physique

Il y avait quelque chose d’irréel chez Désirée qui poussait les autres à croire qu’elle n’était qu’une illusion. On lui demandait souvent d’où elle venait, à quoi ses parents ressemblaient ou si elle avait fait quelque chose à son visage pour en arriver là. Sa beauté était éthérée et menaçait de disparaître au moindre coup de vent. En s’observant des heures durant dans le miroir, Désirée finit un jour par comprendre pourquoi on la trouvait si belle. Elle était idéalement grande, à quelques millimètres du mètre soixante-dix et son corps, bien que mince, avait une forme de sablier. Il avait une fine musculature et des courbes bien proportionnées. Ses bras, ses jambes, ses mains, ses pieds et son cou étaient quelque peu allongés et la rendaient plus gracieuse. Désirée en prenait grandement soin et seule la marque noire de malédiction dans le creux de son dos entachait sa peau halée. Ses légères ondulations d’un blanc éclatant retombaient délicatement sur ses épaules et encadraient son visage étonnamment symétrique et à l’expression sereine. Sa peau était lisse et rosée comme une perle, son nez n’était ni trop grand, ni trop petit, donnait à son profil un air noble et ses lèvres rose-boisées avaient une forme bien définie. Et ses yeux… ses yeux ! Ils faisaient toute la différence. L’un était pareil à une améthyste taillée et l’autre à de l’or liquide et sous chaque œil, on retrouvait un grain de beauté parfaitement aligné avec la pupille. Pourtant, ce n’était pas dans cette perfection presque inhumaine que Désirée voyait son charme.

Désirée aimait quand ses cheveux étaient en désordre le matin. Elle aimait la lueur joueuse qui se cachait derrière ses longs et épais cils blancs affaissant ses paupières, lui donnant un regard rêveur. Elle préférait ses grands rires portants à ses petits sourires polis. Elle adorait faire des expressions différentes à la caméra et changer de vêtements, un moment elle était une jeune fille pétillante et l'autre elle était une jeune femme confiante et charismatique. Et surtout, Désirée aimait voir son corps danser. Le genre lui importait peu mais elle avait toujours eu un faible pour le ballet. Tous ces pas compliqués, tous ces fouettés, tous ces grands jetés et arabesques, Désirée les connaissait sur le bout des doigts et avait travaillé toute sa vie pour les perfectionner. Sa posture était toujours impeccable et elle était d’une flexibilité qui ferait pâlir d’envie une gymnaste. Et ses grands mouvements expressifs étaient  gracieux et lui donnaient un aspect féerique qu’elle porte un vieux justaucorps ou un tutu fabriqué sur mesure. Ça ne la dérangeait sincèrement pas de finir en sueurs pour rendre son corps plus fort ou d’avoir mal aux pieds après avoir passé des heures dans ses chaussures en pointes. Sa technique était irréprochable et s’approchait de jour en jour à celle d’un professionnel. Et la raison pour laquelle Désirée avait travaillé tant d’années l’arque de ses pieds était parce que la danse était sa libération, sa délivrance. Ce que ses mots ne pouvaient jamais dire, son corps l’exprimait avec une facilité déconcertante. La joie, l’euphorie, la peur, le désespoir, l’amour, la colère, il était toutes en mesure de les faire. Il était capable de se mettre dans la peau d’une autre personne et de transmettre avec une sincérité presque touchante ses émotions, comme s'il devenait le personnage le temps d'une performance. C’était dans ces moments là, où ses gestes délicatement frappants et honnêtes parlaient pour elle, que Désirée se trouvait la plus belle.

Histoire


Désirée n’a jamais apprécié s’attarder sur son passé. Avec les autres, elle en parlait comme d’un conte de fées, une vie paradisiaque et luxurieuse, une vie qu’on ne pouvait qu’envier. Mais lorsqu’en parlait, les images qui passaient dans ses yeux n’avaient rien de bien heureux.


Désirée se souvenait de ces longs dîners à manger seule en s’imaginant que son père était en face d’elle. Elle lui parlerait pendant des heures de la politique au sein de la communauté magique et lui ferait part de l’avancement de son programme pour la campagne d’élection des délégués en primaire, cette année encore, elle serait la déléguée de classe. Il la féliciterait pour sa détermination et son envie de bien-faire, remarquant qu’elle l’avait hérité de lui. Parfois, elle dirait une ou deux bêtises volontairement pour entendre son père la corriger. Et alors, il la taquinerait un peu et ils riraient ensemble. Ce seraient leurs petits moments père et fille. Mais ça, ce n’était que dans sa tête.


Désirée se souvenait aussi des courbatures après de fastidieuses leçons de danse avec sa mère. Si Désirée et son père partageaient un intérêt commun pour la politique, la danse classique était la seule chose qui rapprochait la mère et la fille. Rares étaient les fois où Aimée Beauregard pouvait revenir chez elle mais quand elle le faisait ce n’était que pour danser avec sa fille. Danseuse étoile à l’Opéra de Paris, peut-être encore plus occupée que son mari, Aimée en attendait elle aussi beaucoup de sa fille. La sorcière voulait qu’elle aussi devienne une gracieuse et belle danseuse. Mais Désirée voyait dans son regard la déception. Sa mère souriait et l’encourageait mais elle n’était jamais heureuse des performances de sa fille bien que celle-ci se donnait corps et âme dans l’art du ballet. Désirée admirait sa mère de tout son cœur et aurait tout fait pour elle.


A onze ans, Désirée rencontra Audrey, une femme qui changea sa vie à jamais. Elle lui apprit la véritable beauté de la danse et les joies d’une présence féminine à la maison. Elle n’était ni aussi belle, ni aussi douée, ni aussi élégante que sa mère mais Audrey était comme une mère et une amie pour elle. Les jours  prenaient des couleurs et du sens, la vie n’était plus qu’une simple question de paraître et de prestige, la vie de Désirée était presque celle d’une enfant normale. La douceur de son enseignante déteignait sur son comportement. Il lui semblait même que son père venait de plus en plus souvent à la maison.


Cependant, la jeune enfant ne se rendait pas compte du rapprochement de son père et d’Audrey. Jusqu’au jour où de loin, elle les surprit ensemble. Ils étaient loin, elle n’entendit pas toute la conversation, seulement des bribes, seulement quelques mots d’amour sans percevoir  la culpabilité dans la voix de sa seconde mère ou le désarroi de son père. Elle observait par une fente dans la porte, elle ne vit pas toute la scène mais leur baiser ne lui échappa pas. La sorcière ne tenta pas de les questionner après cela et ne leur avoua pas ce qu’elle avait vu. Non, Désirée ne disait rien car Désirée n’avait en tête que l’expression d’effroi de sa mère lorsqu’elle l’apprendrait.


Après ça, tout s’était passé très vite. Trop vite. Un ballet à l’Opéra. Des mots qui hantent et échappent de la bouche d’une enfant. Une danse. Une malédiction. Un ultime sourire. Une morte sur scène. En l’espace d’un mois, Désirée avait perdu ses deux mères. L’une l’avait trahie et l’autre avait été trahie. Cependant, elle n’en parla pas. A l’hôpital, pendant les funérailles, la petite fille garda un léger sourire. Un léger sourire qui lui rappelait une femme qu’elle avait admirée.


Désirée cherchait désespérément à ne pas être affectée par cette mort dont elle se pensait la fautive. Mais elle avait perdu l’envie de sourire, de rire réellement. Sa malédiction s’était révélée une ou deux années plus tard. Un pentagramme inversé s'était inscrit dans le creux de son dos. La peur des malédictions. La présence des Sorciers lui devenait insupportable car elle devait subir leurs propres malédictions. Qu'ils soient deux, dix ou mille, si Désirée restait près d'eux, lorsque leurs Malédictions prendraient effets, elle subirait avec eux. Bien que physiquement, rien ne changeait, Désirée ressentait tout ce qu'ils pouvaient ressentir. Que ce soit ses mains qui brûlent dans le feu, l'eau omniprésente qui emplit ses poumons et qui la suffoque ou l'air qui disparaît autour d'elle. Elle ressentait tout ça sans pouvoir rien y faire. La Française ne pouvait plus vivre avec eux, du moins plus dans une large communauté de sorciers. Son oncle savait qu'elle souffrirait encore d'une Malédiction même loin des sorciers : celle de sa mère, celle d'avoir le cœur brisé. Il savait qu'en abusant de ses pouvoirs ou en recevant un choc émotionnel trop fort, Désirée sentirait son cœur se faire arracher et qu'elle risquait la crise cardiaque. Néanmoins, il ne pouvait plus supporter de la voir endurer avec les autres et l'emmena loin de la communauté magique. A partir de ce jour, Désirée devint sa muse, le visage de sa compagnie.

Et la vie reprenait un sens et des couleurs. Cependant, la vie était artificielle, superficielle. Entre les défilés sur le podium, des ragots des rivales et pendant les séances photos, les remarques douloureuses de l’équipe. Elle dut réapprendre à sourire sur demande, à devenir plus docile, à être encore plus compétitive qu’avant. Mais cette vie lui allait bien. Son visage à la télé, dans les magasines, elle n’était pas une icône mais elle se faisait petit à petit un nom dans le mannequinat tandis que son oncle perçait dans le milieu. Elle put continuer à danser, à jouer et chanter sur scène. Il s’agissait là de ses instants les plus glorieux. Mais il lui manquait quelque chose.


Le désir profond de Désirée était de révolutionner la communauté magique, d’aider les Sorcier, de changer le monde. Lorsqu’Hortensia devint Sainte Catherine, la française y vit la chance de sa vie et regagna la France.

A votre propos

• PUF : Je me déteste
• Âge : Beaucoup beaucoup
• Comment avez-vous connu le forum ? : Je veux mourir
• Un petit avis sur l'univers ? : Je suis vraiment désolée, je vous aime
• Depuis combien de temps faites-vous du RP ? : Vraiment.

avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Eternelle, Phoenix blanc et or

Situation: Change de petit-ami comme de chemise
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Points : 13
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Mar 6 Fév - 1:48
Bienvenue Désirée!
Bon courage pour la continuation de ta fiche. J'ai hâte de la lire.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Mar 6 Fév - 7:54
Bonjour, bonjour !

Le même que moi pour l'âge et depuis combien de temps tu fais du RP? J'vais me sentir flatté que tu mette ça ! x)
En tout cas, bienvenue et bon courage pour ta fiche ! ;)

________________________________


Spoiler:
 

Léo cause en #FF0000
Quetzalcóatl siffle en #006600
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Anaconda Vert, Quetzalcóatl

Situation: Célib'
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 48
Points : 87
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Mar 6 Fév - 13:45

    Bienvenue officiellement parmi nous, Désirée ~

    Candidate pour l'élection des délégués, hein ? En tant que sorcière, ça va être dur mais bon courage ! J'ai hâte de découvrir ton personnage ~

    Tu as jusqu'au 20 Février pour te présenter, bon courage ! Si tu as des questions, n'hésite pas !

________________________________

Merci Soulmate ~★
Spoiler:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicienne

Familier: Mikorin - Renard roux

Situation: En couple
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 299
Points : 71
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Lun 12 Fév - 21:25
Bienvenue Dési ! ( Puis-je t'appelle Dési ? ) :coucou: j'espère que tu te plairas parmi nous
Je me sens flattée que tu m'ais mise dans ta fiche ::D:  ( même si c'est juste pour dire que tu as le même âge que moi et qu'on a le même temps d'expérience en RP ) Ton perso est dans la même que Naïa en plus !
Bonne chance pour ta fiche !
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Mar 3 Avr - 10:56

Où en es-tu Désirée ? Ton délai est largement dépassé donc il faut nous tenir au courant ! \o/
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Trend, renard à 3 queues

Situation: Marié
Directeur
Directeur
Voir le profil de l'utilisateur http://saintecatherine.forumactif.com
Messages : 156
Points : 177
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Jeu 26 Avr - 10:25

Je n'ai toujours pas eu de nouvelles de ta part, Désirée :( Si au 1er Mai je n'en ai toujours pas, ta fiche sera refusée. :(

________________________________


Gaby s'exprime en #c52929
♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Knife, un oreillard

Situation: Célibataire
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 392
Points : 98
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Mar 1 Mai - 1:29
Hellow ~


Naïa et Léo : VOUS ETES TOMBES DANS MON PIEGE. La fonction [USERNAME] est diablement efficace Je suis désolée ;w; Je vous aime, vraiment.

Gabriel : Fiche terminée (sauf s'il faut faire des modifs') ! Terriblement désolée pour le temps que ça a pris et le manque de réponse. Son histoire et juste l'écrire en général a été beaucoup plus difficile que je ne le pensais et je ne suis pas super contente de la fiche mais j'espère que ça vous ira ;w;


Dédé, toujours en retard

PS : Léo, je ne t'oublie pas, promis ;w;

________________________________


♥️ Les discours de Désirée sont en #9966CC
♥️ Les roucoulements d'Eternelle sont en #FFCC66
♥️ Disponibilité : 2/5 RPs libres

   (c) crackle bones
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Eternelle, Phoenix blanc et or

Situation: Change de petit-ami comme de chemise
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Points : 13
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Ven 4 Mai - 18:21

Hello~

Avant que je ne puisse procéder à la validation, j'ai simplement besoin d'un petit paragraphe quelque part pour la Malédiction o/ Histoire que je sache ce qu'elle fait et que je corrige si besoin.

Dès que ce sera fait, je m'occuperai de ta validation !

________________________________


Gaby s'exprime en #c52929
♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Knife, un oreillard

Situation: Célibataire
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 392
Points : 98
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Ven 4 Mai - 19:00
Bonjour, Bonsoir !

Modification faite ! Voili, voilou, j'espère que ça suffira et que c'est assez clair. Je ferais d'autres modifications si jamais il le faut 'u' !

D.D, la dé...bauche '-' ???

________________________________


♥️ Les discours de Désirée sont en #9966CC
♥️ Les roucoulements d'Eternelle sont en #FFCC66
♥️ Disponibilité : 2/5 RPs libres

   (c) crackle bones
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Eternelle, Phoenix blanc et or

Situation: Change de petit-ami comme de chemise
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Points : 13
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère Ven 4 Mai - 19:07

Félicitations !
tu es validée~

Tu as échappé de très peu à la suppression, et j'en suis ravie car Désirée est vraiment un personnage intéressant ! Je ne parlerai pas de sa malédiction qui est juste terrible, je crois que ça la propulse au rang de la pire malédiction du forum pour le moment ... Et il n'y a pas de quoi être fière D8 /pan

Elle qui voulait éviter les Sorciers risquent de bien souffrir à Sainte Catherune. Ca paraît un peu sadique dit comme cela, mais j'ai presque hâte de savoir ce que cela va donner en RP. Surtout que certains d'entre nous ont tendance à subir fréquemment les effets de leur malédiction (genremoi) ...

Concernant ton Faune, je te contacte bientôt pour t'en parler. Mais normalement, ça se joue entre Alya et Siriel ~

/blockquote>


(c) Moona Neko

________________________________


Gaby s'exprime en #c52929
♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Knife, un oreillard

Situation: Célibataire
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 392
Points : 98
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tant que je respire, j'espère
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Tant que je respire, j'espère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» PC peu compétant ...
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» Nuage de Douceur respire l'air pur [ PV Poil de Fougère. ]
» Attention faire pipi en étant ivre pour être mortel...
» Tu m'aimes ? Tant mieux. Tu ne m'aimes pas, moi non plus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Administration :: Dossiers Scolaires :: Dossiers Acceptés-
Sauter vers: