} Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon

Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Administration :: Dossiers Scolaires :: Dossiers Égarés
MessageSujet: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon Dim 10 Déc - 17:07
Shamoon Hathor Nehaad
ft. Ana Amari d'Overwatch

• Âge : 60ans.

• Espèce : Sorcière

• Nationalité : Egyptienne

• Situation familiale : Nehaad est la benjamine dans sa famille. Acenath est l'aîné, puis vient la cadette Nefertari, suivit d'Hanaa et Muneer.

Elle est l'épouse de Mohamed Belmokhtar. Et avec lui, elle fonda une famille, composé de six filles: Massika, Khepri, les jumelles Chione et Isis, Edrice et pour finir, Nefret.


• Groupe : Cerbère, Professeur d'ethnologie humaine et magique.

• Familier : Un Donskoy, un chat sans poil qui répond au doux nom de Sekhmet. Nehaad lui tricote des pulls hideux.

• Objet Magique : Nehaad possède bien des choses dans son attirailles de sorcière, mais pour canaliser la Magie, elle utilise une bague qui se transmet de génération en génération, et uniquement à l'héritier de la famille. Un objet puissant donc, il s'agit d'une bague en or blanc monté d'une pierre de jade. Elle doit impérativement être porté au majeur de la main gauche. Il est aussi de coutume d'offrir une bague à la mère des enfants, ainsi Nehaad possède six autres bagues taillés dans le jade pour symboliser ses filles. Elle porte celle représentant Nefret à l'annulaire de la main gauche et les cinq autres sur sa main droite: Massika sur l'index, Khepri sur le majeur, Chione et Isis sur l'annulaire et Edrice sur l'auriculaire. Il est fort possible que ces bagues véhiculent un peu d'énergie Magique, mais elles n'ont pas été créer dans ce but, et ne sont que symboliques.

Caractère


Nehaad incarnera toujours cette image de mamie gâteau, mais c'est avant tout car elle a été une maman gâteau. La Sorcière a toujours eu le coeur tourné vers sa famille, et depuis qu'elle est petite, elle avait toujours souhaité avoir une grande famille. Elle remercie chaque jour le Créateur de lui laissé la chance de profiter de ses six filles et de ses onze petits-enfants. Bien qu'elle ne l'avouera jamais, ses filles seront toutes d'accord pour vous dire que la préférée de Nehaad restera Nefret. Même si Nehaad possède un amour inconditionnelle pour ses enfants, Nefret restera toujours la petite dernière à ses yeux et qu'il faut absolument protéger. Un sens inné de la maternité donc, pour notre sexagénaire qui s'est donc mannifesté assez tôt, à peine vingt ans et la voilà enceinte de sa première fille! Et encore, on parle de sa descendance directe, mais en ce qui concerne son conjoit, soixante-quatre ans au compteur à présent, elle est toujours folle d'amour et de tendresse envers ce dernier. Certes, ils ont connu des hauts et des bas, mais ils restent un couple soudé et prêt à toute épreuve, malgré leur grand âge. Pour ce qui était de ses relations avec ses soeurs et son frère, ainsi que ses parents, elle a toujours été là pour eux. Même si elle était la plus jeune, elle a toujours été de bons conseils, et bien heureusement, elle n'a pas susciter la jalousie de ses soeurs après avoir été nommé héritière de la lignée Shamoon. On pourrait croire qu'avec tout ce petit monde dans son coeur, elle n'aurait plus de place pour accepter des étrangers, et pourtant, elle traite ses amis proches comme ses propres enfants. Nehaad porte toujours une attention particulière à son entourage, et ne sera jamais désagréable avec de nouvelles connaissances. Un caractère agréable donc, qui cache de terribles blessures.

Cette gentillesse et ce grand coeur sont malheureusement des défauts, ils causent une certaine naïveté et confiance aveugle chez Nehaad envers toute personne qui n'a pas encore trahit sa confiance. Ces défauts viennent aussi avec une rancoeur particulière; la trahir une seule fois équivaut à faire une croix sur son existence et ses cookies. Ne pensez pas qu'elle soit stupide, en soixante ans, elle en a vu des choses, elle voit facilement venir un pengouin qui pense l'arnaquer ou quand l'un de ses petits enfants essaye de gratter un billet supplémentaire à nouvel an. Elle est peut-être gaga, mais pas sénile, hors de question de la faire tourner en bourrique. Mais il est vrai qu'elle a un coeur facile à charmer, si on sait pas lui parler. Nehaad a beaucoup de mal à pardonner une trahison, la déception était totallement autre chose pour elle. Oh, elle a été bien déçue pendant sa vie, mais ce n'est rien comparer à un couteau planté dans le dos. Elle ne cherchera jamais à se venger, ceci n'est pas digne d'elle, du moins c'est ce qu'elle dit.

Malgré son grand âge, elle a un esprit toujours aussi vif et taquin. A vrai dire, si elle pouvait rajouter sur son curriculum qu'elle passe ses repas en famille à partager des ragots et demander comment avance le divorce de Khepri, cela ne vas pas au delà de la simple boutade. Il est cependant compliqué d'arrêter la vieille femme quand elle a un fou rire, ou qu'elle enchaine blague sur blague. Et encore, ce n'est pas bien méchant. Car oui, il y a bien pire que les blagues de papa. La mesquinerie de grand-mère avec ses petits enfants, elle adore faire des tours à ses enfants grâce à ses petits enfants, et surtout contre-dire ses filles quand ces dernières essayent d'avoir un peu d'autorité parentale sur leurs enfants. Pour résumé, si votre mère vous dit de ne pas manger de glace avant d'aller dormir, Nehaad vous laissera manger de la glace avant d'aller dormir. Si vous venez vous plaindre que vous avez mal au ventre après ça, Nehaad vous rira au nez et conclura que cela vous servira de leçon et qu'il faut toujours écouter sa mère. Et elle vous donnera un remède de grand-mère pour calmer ce vilain mal de ventre. D'après elle, la meilleure façon d'apprendre, c'est de faire des erreurs.

Une vieille femme sage, cela semble cliché, et pourtant, c'est la vérité. Nehaad est le parfait cliché vivant de la mamie adorable et aimante. Une boite à biscuite, sans biscuit, mais avec pleins de matériel à couture ou à tricoter. Des bonbons que seules les grands-mères ont au fond de leur sac. Mais si, ceux à la fraise, avec le papier rouge là, vous voyez desquels je parle. Un vaisselier avec pleins de... euh, des reliques? Certainement des reliques magiques, personne n'a le droit d'y toucher en tout cas! D'ailleurs, il était de coutûme que Nehaad raconte que la petite guitare avec un crâne referme un esprit malveillant. Je peux vous dire que certains des petits enfants ont eu du mal à dormir dans sa maison. Mais le pire c'était ce portrait de Sainte Catherine qui était accrocher au dessus de la cheminée, comme-ci son regard vous suivez peut importe où vous vous déplacez dans le salon! Enfin, grâce à ses très nombreux voyages, elle a pu ramener pleins de souvenirs farfelues, la majeur partie étant des reliques magies, le reste devant être vraiment des babioles made in China. Si vous voulez savoir des détails inutiles, Nehaad sait tricoter, et c'est toujours un PLAISIR de reçevoir un pull à Noël, fait main avec de la laine de qualité.

1004 mots

Physique


Nehaad a perdu dix centimètres en vieillissant, passant donc de son un mètre soixante-dix à un mètre soixante. Etrangement, la vieille femme ne s'est pas tassé et n'a pas vraiment pris de poids, elle reste une femme plutôt fluette, pas vraiment mince, mais il faut dire que son poids et en accord avec sa taille! Par le passé, elle était une femme élancée et musclée, de long cheveux bruns encadré son visage avec quelques mèches rebelles. A présent, son visage a pris des rides, mais pas uniquement ça. Ses six enfants ont laissé des trace sur son corps, des vergetures au niveau de son ventre reste toujours un souvenir de ses formidables grossesses. Non seulement elle a dû porter six enfants, mais elle a dû en avoir deux en même temps dans son ventre. Certes, ces vergetures ne sont plus aussi visible qu'elles l'étaient avant, merci à l'onguent de grand-mère qu'elle appliquait sur son ventre. Ses cheveux sont d'un gris tirant sur le blanc, toujours aussi long, une mèche venant lui couvrit l'oeil droit pour cacher machinalement son cache-oeil. Elle aborde le plus souvent une tresse qui repose sur son épaule. Sa peau mate s'est ternie au fils des années, mais ses yeux marons sont toujours aussi pétilllant de vie et de malice. Elle n'a jamais été une grande fan de maquillage, et l'étrange chose qu'elle a sous son seul oeil valide est un Oeil Oudjat, symbole représentant l'oeil du dieu égyptien Horus, mais qui signifie surtout la protection. Ce symbole est encore plus fort quand on voit que Nehaad ne porte pas un cache-oeil uniquement pour l'esthétique de ses aventures. Nehaad a littéralement perdu son oeil gauche, de ce fait, elle porte un cache-oeil pour éviter d'imposer cette vue aux autres. Elle regrette parfois d'avoir perdu son oeil,malgré la vieille, l'oeil gauche compense l'absence de son compère à la perfection et elle n'a pas besoin de porter de monocle pour une quelconque déficience.

Même si elle a soixante ans, Nehaad semble toujours avoir de l'énergie à revendre. Certes, elle ne fera pas le cent mètre haie, mais elle a une certaine endurance, grâce à l'hygiène de vie qu'elle a eu plus jeune et qu'elle essaye toujours d'avoir de nos jours. Même si elle doit avouer qu'elle sent l'âge s'installer dans certains mouvements de la vie quotidienne. Elle n'a pas une santé fragile, comme-ci la Magie ambiante lui permettait de poursuivre une fin de vie sans véritablement souffrir. Peut être des plaintes à propos de son dos, de l'un de ses poignets, voir de sa hanche, mais il est très rare que la vieille femme se plaigne ouvertement de ses douleurs physiques.

Côté vestimentaire, elle reste assez sobre, mais classe en même temps. Elle affectionne particulièrement les tenues chics et sera toujours présentable partout où elle ira. Et une grand-mère ne serait pas véritablement une grand-mère si elle ne mettait pas de parfum. Aussi étonnant que cela puisse paraître, Nehaad frabrique elle-même son parfum, un mélange de jasmin, neroli et d'ambre. Ce qui donne donc une odeur assez particulière et florale, et qui n'est pas le même que ceux vendus en supermarché.

585 mots


Histoire



Ils ont été chassés, ils ont été accusé de bien des choses. Ils étaient différents d'eux, on leur a donné bien des noms. Ils n'ont pas été les seuls à avoir été exilé de force par la ville qui les a vu naître. On aurait pourtant pu croire qu'en Egypte, les Sorciers auraient autant leur place que les Magiciens. Pour eux, ils n'étaient que des usurpateurs, des gens qui faisaient ça mal, ou tout simplement avec des forces obscures. Au début du XIIIe siècle, les Sorciers commençaient à apparaître de ci et de là sur Terre. On appelait les Magiciens des prêtres à cette époque, car ils étaient doués d'un certain savoir. Certes, il y avait des humains qui étaient capables de certains tours ; un peu de psychologie, un peu d'herboristerie, un peu de médecine et des babioles aux pouvoirs "mystiques". Les humains étaient faciles à convaincre sur ce plan-là : vendre un filtre d'amour ou des produits pour vous rendre plus belle pendant la nuit, proposer des étoffes qui feraient tomber des femmes à vos pieds, ou un glaive avec une quelconque propriété magique. Certains sorciers avaient fui leur village pour ne pas mourir.

Pour nos origines, il y avait trois familles: les Asawad, les al-Othman et les Shamoon. Ils faisaient parti de la même ville, et ils ont été expulsé au même moment, un jugement les attendait et ils auraient eu le droit à la peine capitale, condamnant non seulement les parents, mais aussi les jeunes enfants. Ces trois familles avaient des particularités, outre le fait qu'ils soient des Sorciers, c'était la première génération a voir ce rapport à la Magie mais ils semblaient s'orienter vers des branches particulière. Pour les Shamoon, ils étaient question d'herbes médicinales et autres produits qu'on pourrait qualifier de stupéfiants, des connaissances qui se passaient donc de génération en génération. Mais il s'avère que cette génération de Shamoon avait quelque chose en plus en eux. Comme les deux autres familles, ils ont eu le malheur de posséder dans leurs descendances un ou une sorcière. Pour les Shamoon, ce fût Hathor, la dernière de sa génération, qui développa des... capacités étranges et qu'on ne pouvait encore expliquer. Cependant, les Magiciens avaient vu une menace dans cette apparition croissante d'être presque identique à eux. Il fallait donc faire le ménage rapidement. En Europe, c'était la chasse aux Sorcières, pour notre partie d'histoire, c'était la même chose: exécution ou exile. Asawad, al-Othman et Shamoon ont eu le plaisir de fuir à temps pour ne pas faire face à leur jugement.

Mais comment trois familles ont-elles pu survivre dans un désert ? Avant tout, elles n'étaient pas parti les mains vides, et surtout pas chacune de leurs côtés. Elles avaient réfléchi longuement sur comment faire, pouvaient-elles rejoindre un nouveau village ? Et une idée germa dans la tête de Tahlira Asawad: pourquoi ne pas fonder son propre village ? Avec ses propres règles, et le transformer en refuge pour les gens qui ont été expulsés, comme eux! Rapidement, on approuva cette idée, et les trois familles se mirent en quête d'un endroit sûr et approprié pour leur projet. Lentement, mais sûrement, les trois familles se sont implantés, et furent rejoint par des "nomades", des exilés comme eux. Le refuge se transforma donc en village, et on dû le baptisé : Al-Malja, le Refuge en arabe. Au début, il était question que les trois familles fondatrices soient les représentantes, ceux qui avaient le pouvoir sur l'organisation du village. Il y avait un règlement à suivre : ne pas utiliser la Magie sur les autres, avoir un respect de l'autre et de la nature. La chose la plus innovante était que la filiation se faisait par la mère. Entendait par là que le nom se passait de mère à enfant. De nos jours, à Al-Malja, c'est toujours le cas. Pour le mariage, c'est la même chose. En effet, on était sûre que l'enfant était de sa mère grâce à l'accouchement, mais comment savoir qui était le père ? Pour prolonger cette... Coûtume, il faut que les mariages soient donc effectués en terre d'Al-Malja. Autrement, les jeunes mariés seront obligés de suivre les lois "normales". Ainsi, les chefs de famille sont toutes des femmes, et l'héritier se décide selon les familles. Pour les Asawad, ce fut le premier enfant qui était désigné comme héritier de la famille. Chez les al-Othman, c'était... Un peu plus sportif. Cela incluait des défis pour désigner le futur héritier. Les Shamoon voulaient honorer Hathor puisse qu'elle était la petite dernière et unique sorcière de la famille, l'héritier serait donc le dernier-né. Puis qu'à Al-Malja, l'héritage se fait par une femme, l'héritier et donc forcément une héritière. Oh et ne pensez pas que tout était forcément rose à Al-Malja. Forcément, pour ne pas perdre leurs gènes de sorciers, il fallait arranger des mariages, que cela soit avec des inconnus extérieur au village ou des voisins, tout était une bonne excuse pour faire un rendement d'enfants. La force étant dans le nombre, il était possible qu'une gamine d'Al-Malja soit marié jeune pour avoir le plus d'enfants possible. Vous trouvez ça choquant maintenant, mais si vous étiez à cette époque, dans la survie de votre "race", vous auriez été les premiers à faire cela. Ils s'agissaient de mariages arrangés, et beaucoup de femmes faisaient des enfants à leurs maris sorciers, mais avaient parfois une multitude d'amants sorciers... Avec qui elles auront des enfants sorciers. Bien entendu, il fallait éviter la consanguinité, et cela n'allait jamais dans les extrêmes.

Vint alors la guerre qui opposa les Magiciens aux Sorciers. Al-Malja avait fait de son mieux pour se cacher, observant silencieusement cette guerre... Mais un débat survint. Les Al-Othman ne supportaient pas de voir leurs frères Sorciers se faire tuer, et demandaient aux restes des villageois de les rejoindre pour participer à cette guerre. Clairement, le but des Al-Othman était de tuer les Magiciens pour avoir enfin la paix, et ne plus vivre dans l'ombre. Les Asawad et les Shamoon voulaient rester au village pour le protéger. Même si plus de la moitié des Asawad était parti avec les Al-Othman. Al-Malja se vida de moitié à ce moment-là. Quand la querelle fût finit, il ne resta des al-Othman que les deux plus jeunes enfants qui n'avaient pas pu partir en guerre. Ils furent adoptés par les Asawad et les Shamoon. On nota alors d'étranges phénomènes qui les concernent les "survivants" : des cauchemars, des malédictions. Toutes les choses que nous connaissons à présent.

Je ne pouvais pas vous parler des Shamoon sans vous parler d'Al-Malja et des trois familles fondatrices, de son organisation. De nos jours, Shamoon est la famille la plus puissante d'Egypte, suivit des Asawad et des al-Othman. Mais il faut savoir que les Shamoon sont les plus respectés des trois, et on voit une certaine... Affliation pour les trois familles. Les Asawad ont des avis divergeant à propos de Sainte-Catherine et des Magiciens en général. Les al-Othman ont une idée bien arrêtée : trouver un moyen de dominer les Magiciens. Alors que les Shamoon... Sont beaucoup plus pacifistes. Ils ont toujours véhiculé cette idée du vivre ensemble, main dans la main. Ce qui est important à noté, les trois familles vivent toujours à Al-Malja, mais ne sont pas obligé d'y rester, cependant, il y a toujours un membre de la famille qui y reste. Finissons le prologue pour enfin entamer l'histoire de Nehaad, la dernière héritière en date des Shamoon.


Nehaad est la petite dernière. Fille de Na'eemah Shamoon et Ismael Shamoon, ceci faisant d'elle une Shamoon, mais aussi l'héritière de l'empire familiale. Avant elle, il y avait Acenath, Nefertari, Hanaa et son jumeau Muneer. Au fils des générations, les Shamoon donnaient naissance à des filles plutôt qu'à des garçons, ce qui est plutôt étonnant ! La naissance d'une fille à Al-Malja était toujours une fête, peu importe le rang de la famille, la naissance d'un garçon, c'était... Un peu moins bien ? Nehaad étant la benjamine, elle avait quelques années de différence avec Muneer et Hanaa. Un peu moins bien ? De sa naissance à sa jeune adolescente, Nehaad a toujours vécu dans l'amour et à Al-Malja. Étant la future héritière, sa mère passa beaucoup plus de temps avec elle qu'elle ne l'avait fait avec ses autres filles. Un peu de jalousie émanait des autres sœurs, mais Acenath, l'aînée, avait bien compris qu'elle ne serait jamais l'héritière, puis qu'elle était la première-née, et certainement pas la dernière ! Il y avait des tensions, mais jamais orienté vers Nehaad. Comment ses sœurs pouvaient lui en vouloir, à même pas cinq ans, elle ne comprenait même pas toutes ces histoires d'héritage, de sorcellerie et autres choses que sa mère essayait de lui expliquer avec patience. À Al-Malja, tout le monde connaissait tout le monde, et en particulier Nehaad. Bien que très jeune, on portait déjà sur elle un regard pleins de respect, elle avait beaucoup d'attente sur ses épaules ! Après tout, elle devait remplacer Na'eemah quand cette dernière quitterait le monde des vivants. C'est à la demande de Na'eemah que ses sœurs et son unique frère devaient faire de leurs mieux pour être eux aussi des modèles. En étant la benjamine, Nehaad avait pour modèle ses grandes sœurs et son grand frère. Ainsi, elle aspirait une admiration et un amour sans limite pour sa famille. Son père Ismael avait cependant quelque chose d'absent dans sa famille. Oh, il les aimait, mais ils ne semblaient pas capables d'intervenir dans quoi que ce soit. Il ne faisait qu'aimer ses enfants et travailler. Na'eemah ne lui en demandait pas plus.

C'est donc aux alentours de ses quatorze ans qu'elle comprit. Na'eemah et Ismael ne s'aimaient pas. En y repensant, elle ne les avait jamais vu partager un moment tendre ou amoureux. Mais ils avaient une façade particulière. Ses sœurs et son frère le savaient aussi, la seule raison pour laquelle Na'eemah était aussi froide avec Ismael, c'était à cause de sa malédiction. Chaque membre de la famille en avait une, chaque sorcier aussi, Nehaad le savait. Mais sa mère ne lui confia qu'à cet âge, le pourquoi du comment. Si Na'eemah abusait de son pouvoir, elle se voyait tuer son propre époux. Cela faisait froid dans le dos de se dire qu'on pouvait se retourner contre les gens qu'on aimait le plus. Nehaad était toutefois intriguée, et demanda poliment à son père, ses sœurs et son frère, leurs malédictions et leurs peurs. Puis cette curiosité s'étendant jusqu'aux habitants d'Al-Malja. C'était une curiosité malsaine, elle voulait savoir les peurs des autres, car elle-même n'avait pas encore eu ces cauchemars. Elle avait peur, elle attendait comme impatiente de découvrir sa propre peur. En entrant dans l'adolescence, elle regretta tout bonnement d'avoir été aussi... Impatiente. Encore maintenant, elle se souvient de ses terribles cauchemars qu'elle avait fait, seule dans la pénombre de sa chambre. La semaine de son seizième anniversaire avait été des plus mouvementés. Elle ne faisait que se plaindre à sa mère qu'elle dormait mal, et Na'eemah savait d'avance ce que cela voulait dire, elle n'avait pas eu quatre enfants avant pour rien. Sa mère avait fait de son mieux pour aider sa fille, comme elle l'avait fait pour ses autres enfants : objets magiques pour apaiser, infusions d'herbes et autres trucs de grand-mère. Rien n'y fais, et Na'eemah s'était même permis de lui commenter que c'était bien la première fois que rien de tout ça ne marchait pas. Pour Acenath, une infusion avait un peu calmé les sueurs et pour Muneer, ce fut une poupée fait main par l'arrière-grand-mère. Ce n'était pas des solutions miracle, car au final ils ont quand même subit des cauchemars, mais ils avaient de quoi se réconforter.

Pour Nehaad, ce fut impossible. Au début, elle avait du mal à décrire ses rêves. Elle avait été obligée d'avoir un petit carnet dans lequel elle notait tous ces rêves. Certains étaient très métaphoriques, mais celui qui la marqua le plus, ce fut le dernier. Elle se voyait assise sur une chaise, au milieu d'une pièce sombre avec un seul spot de lumière sur elle. Elle était incapable de bouger. Puis un cri strident la fit gigoter sur la chaise, puis pleins d'autres gémissements, des pleurs de jeune enfant résonnaient. Elle n'arrivait pas à définir la source de ses cris, autour d'elle. Elle avait la boule au ventre, comme-ci elle connaissait ses voix. Au début, elle ne comprenait pas quel charabia les voix soufflaient. En essayant de se concentrer sur ses rêves, elle finit par déchiffrer. Un mot. Il n'en fallait pas plus pour terrifier la pauvre adolescente. Maman. Les cris étaient pour elle, pour la future mère qu'elle voulait être. Ce qu'elle entendait, c'était le cri des futurs enfants qu'elle devait avoir. Ils souffraient, elle pouvait le sentir. Le sentir et les entendre alors qu'ils n'existaient pas, que ce n'était qu'un rêve, qu'elle n'avait que seize ans. En ouvrant les yeux, en nage dans son lit, sa mère souffla, un air inquiet au visage.
« Tu as l’œil de Ra. »

Nehaad avait oublié ce détail, chaque malédiction s'accompagne non seulement de cauchemar, mais aussi d'un tatouage. Discret ou non. Sa mère avait une Ânkh dans la nuque, son père avait des étoiles noires sur toute l'omoplate droite, pour Acenath, ce fut une tête de chat sur l'arrière de la cuisse droite, pour Nefertari ce fut une plume au niveau de l'aine, pour Hanaa, ce fut un scarabée rouge dans la nuque et vert pour Muneer. Pour Nehaad, le tatouage était sur son visage, le symbole de Ra était sur son œil gauche. En se regardant dans le miroir, elle ne savait pas si elle devait admirer ou s'inquiéter que le tatouage soit sur son visage. La symbolique de l'œil de Ra avait une signification qui résonna en elle : celui qui protège. Elle en déduisit qu'elle devait faire de sa vie, une lutte pour aider les autres, mais aussi défendre les Sorciers et leurs idéaux.

Au cours de sa vie, Nehaad fit de son mieux pour étudier. La branche dans laquelle elle s'orienta fut bien évidemment la médecine ! Quel meilleur moyen d'aider les autres que la médecine ? Mais elle avait un objectif en tête, elle ne voulait pas faire médecin de campagne ou neurologue. Nehaad voulait voyager, rencontrer des peuples différents, venir en aide... Elle apprit le minimum en médecine, et décida qu'elle avait mieux à faire que de rester son cul assis sur une chaise. À peine avait-elle terminé ses trois premières années, elle se décida à quitter Al-Malja. Elle avait de la chance, sa mère était encore vivante, mais ses années étaient encore compté. Elle savait que quand Na'eemah passerait l'arme à gauche, Nehaad allait devoir rentrer... En premier lieu, elle se promena dans toute l'Afrique, cela lui prit du temps et de l'argent, mais elle faisait le plein de savoir, et elle donnait de sa personne en même temps. C'est donc dans la vingtaine qu'elle avait décidé de voyager seule. Elle rencontra bien des populations, des sociétés qui ne fonctionnaient pas comme Al-Malja, trouva des sorciers d'horizons différents. Mais c'est aussi à vingt ans que Nehaad fit la rencontre qui changea sa vie.

Un mètre quatre-vingt-dix, des cheveux longs et bruns, et un regard sombre et mystérieux. Il s'appelait Mohammed Belmokhtar, et Nehaad savait d'avance qu'il était un sorcier, lui aussi savait qu'elle était une sorcière. Forcément, cela les rapprochèrent bien rapidement. Ils se sont vite rendu compte qu'ils partageaient beaucoup de points communs. Nehaad hésitait beaucoup à partir, après tout, elle venait de trouver l'homme de sa vie, elle ne pouvait pas lui demander de partir avec elle pour faire le tour du monde, si ? Pourtant, il eu un petit rire, et accepta. Il avait cinq ans de plus qu'elle à l'époque, il était dans la recherche de babioles et d'autres trucs pour un musée du coin. Quand il aurait fini, il serait libre de faire ce qu'il voulait. Nehaad finit donc par rester avec lui, le temps qu'il termine ses recherches, mettant en pause sa balade autour du monde pendant presque un an. Trois mois pour se décider et s'installer ensemble, neuf mois pour avoir le ventre rond et donner naissance à leur première fille Massika. Cependant, ils n'étaient pas encore mariés, et hors de question de se marier en dehors des terres d'Al-Malja. Nehaad savait à quel point il était important pour elle et sa lignée de s'appeler Shamoon. Étonnement, quand elle expliqua cela à Mohammed, il acquiesça et se dit qu'il pouvait attendre sans problème puis qu'elle l'avait attendu.

En revenant à Al-Malja, Nehaad présenta Mohammed au reste de sa famille. Un mariage fut rapidement préparé et célébrer, Massika faisait le bonheur de ses tantes et son unique oncle. Elle était plus que gâtée. Na'eemah fut ravi d'avoir au moins pu voir un petit-enfant de sa fille héritière ! Et d'ailleurs, elle se dit qu'avec ce petit bout, Nehaad allait rester à Al-Malja et qu'elle pourrait enfin partir l'esprit tranquille. Que nenni, Nehaad et Mohammed restèrent deux ans à Al-Malja avant que Nehaad reparte à nouveau. Au cours de ses deux années dans son village d'origine, elle avait partagé ses connaissances et son savoir aux habitants d'Al-Malja. La petite famille partit alors pour la Mongolie, Mohammed s'occupa de Massika alors que Nehaad arrivait à jongler entre sa fille et son époux et sa recherche du savoir. Avec Mohammed, elle partageait une complicité qu'elle n'avait jamais connue avec sa mère et son père. Elle ne voulait pas se comparer à eux, car elle savait ce que cela signifiait. Na'eemah était froide pour se protéger. Mais Nehaad ne voulait pas devenir froide envers ses enfants, car elle avait peur de souffrir. Et bien assez tôt, elle allait comprendre ce que la malédiction signifiait.


Quand sa grande soeur Acenath l'appella en urgence pour qu'elle revienne à la maison, Nehaad ne s'attendait vraiment pas à ça. Massika avait trois ans à présent, et malgré ses recherches et sa vie de nomade, elle se portait plutôt bien. Nehaad et Mohammed faisaient de leur mieux pour lui apprendre pleins de choses, faisant l'école et l'apprentissage du savoir de Sorcier. Mais Nehaad devait retourner à Al-Malja, Acenath lui avait cependant demander de venir seule. Avec bien des regrets et de la méfiance, Nehaad quitta son foyer temporaire en Mongolie pour retourner le plus rapidement possible chez elle. Au premier coup d'oeil, tout semblait normal, même si elle arriva en pleine nuit. Dans la maison familiale des Shamoon, c'était une toute autre affaire. Ses soeurs étaient inquiètent. Et elles avaient raison: Muneer avait disparu. Sa femme était venu voir Acenath pour lui demander de l'aider pour le rechercher. Muneer avait la fâcheuse tendance à se fourrer dans le petrin, ses soeurs le savaient. En tant qu'héritière, Nehaad devait faire quelque chose. Avec l'aide de ses soeurs, elles ont pu localiser Muneer. Il s'avèra que Muneer avait des souçis avec des Magiciens. C'est ainsi que Nehaad perda son oeil.

Il y a bien des choses que Nehaad accepte de la part des Magiciens et de leur dédain pour leur "race". Mais savoir son grand frère entre les mains de Magiciens mal intentionnés était l'une des choses qui ne passaient pas. Nehaad et ses soeurs se sont rendu sur le lieu où était Muneer pour découvrir leur frère et deux Mages. Nehaad essaya d'abord de résonner avec eux, de comprendre pourquoi leur frère était là. Apparament, Muneer aurait essayé d'attenter à la vie d'un des leurs. Ce qui surpris Nehaad qu'à moitié; Muneer avait toujours des contacts avec un membre de la famille d'al-Othman... Toute fois, elle essaya de démêler calmement la situation, mais les Mages en face d'elle en avait décider autrement. Et Muneer fût excuté devant les yeux de ses soeurs. Nehaad savait ô combien il était interdit d'utiliser ses pouvoirs sur les mages, mais sa fureur était telle qu'elle ne pouvait pas se contenir, contrairement à ses sœurs. En tant qu'héritière, elle devait défendre sa famille! Elle commença gentiment, en les attaquant de face, mais rapidement, la colère monta en elle, elle finit par craquer et se concentra pour...

Il faisait noir. Il faisait froid. Elle était à genoux au sol. Où était-elle ? Elle entendait des cris, elle a cru que c'était Hanaa, tournant la tête vers la provenance du son pour découvrir une enfant. Que faisait Massika ici ?! Elle était avec Mohammed, en Mongolie! Pas ici, pas en Egypte! C'était du sang sur le visage de son enfant?! Elle essaya de se lever, mais ses jambes étaient beaucoup trop lourdes! Elle paniquait en entendant non seulement des cris divers, mais aussi les cris de son unique fille. Nehaad voulait hurler, mais aucun son ne sortait de sa bouche ouverte! Elle assistait désemparée à la scène. Puis elle prit conscience de son erreur : ce n'était pas possible que sa fille soit ici. Nehaad était en train de lutter contre son hallucination ! Elle tourna la tête de côté, fermant les yeux si fort pour ne plus voir la petite fille qui ressemblait à Massika. Si elle ne la voyait pas, elle n'existait pas. Pourtant, elle pouvait toujours l'entendre hurler, l'appeler. Maman. Maman, regarde-moi. Aide-moi. Ce n'était qu'illusion, se répéta Nehaad. Puis elle entendit des bruits de pas. Elle paniqua et ouvrit les yeux pour découvrir une ombre à côté de la fausse Massika, la tenant par les cheveux, une lame contre la joue. En voyant cela, Nehaad frémit de tout son être. Si c'était une illusion, pourquoi avait-elle si peur?! Pourquoi ne pouvait-elle rien faire ?! La lame glissa sur la joue de l'enfant, un filet rouge coulant le long de la peau bronzée de Massika. Si c'était une illusion, pourquoi le sang était si rouge ?! Pourquoi Massika pleurait, pourquoi elle hurlait. Impossible de combattre une hallucination si violente, si réelle. Mais Massika ne pouvait pas être là, Massika était avec Mohammed. Mohammed l'aurait trahi ?! Jamais il ne ferait ça ! Il l'aime, non ? Elle avait confiance en lui, faisait-il semblant d'être amoureux d'elle juste pour arriver à cette finalité. Pour la trahir, maintenant ? L'ombre s'éclaircit pour dévoiler le visage de l'homme qu'elle aimait. Mohammed était un traitre ?! Nehaad essaya à nouveau de se lever, d'hurler, de défendre sa fille. Elle n'y arrivait pas, elle ne pouvait même pas bouger le petit doigt. La main de l'homme qu'elle aimait tira la tête de Massika en arrière, dévoilant sa gorge, la lame se posa dessus. Mohammed sembla lui dire quelque chose, lâchant une sorte de rire odieux et beaucoup plus fort que les cris que Nehaad entendait. Il allait la tuer. Nehaad en était persuadé... Comment Mohammed pouvait-il faire ça ?! Non... Comment pouvait-elle lui laissait faire ça ! Elle se sentit prise de colère, et se rua sur lui. Dans son délire, elle avait enfin réussi à s'échapper de ses chaines mentales et pu sauter sur les ombres de son enfant et de son mari. À peine entra-t-elle en contact avec eux que ces derniers ont disparu.

En ouvrant les yeux, Nehaad se réveilla dans une chambre blanche et épurée. Elle était dans un hôpital ? Acenath était à ses côtés, et en la voyant réveiller, elle lui posa toute sorte de questions. Nehaad en avait aussi. Pourquoi elle avait aussi mal à la tête ? Et aussi, pourquoi son œil droit ne lui obéissait pas ? Acenath soupira délicatement, et lui expliqua. Quand Nehaad avait essayé d'attaquer les meurtriers de son frère, elle a tout simplement activé sa malédiction. En vérité, aux yeux d'Acenath et de ses autres sœurs, Nehaad s'était arrêter dans son élan pour tomber à genoux au sol, hurlant de douleur. Ce fût comme ça pendant plus d'un quart d'heure avant que Nehaad énuclée toute seule son propre œil droit avant de rire comme une maniaque et de tomber. Nehaad écouta sa sœur en hochant la tête, ce qu'elle avait vécu dans son cauchemar avait été horrible, mais elle ne s'était pas vu entrain de retirer son œil... Nehaad conclut avec sa sœur Acenath que pour ne pas subir cette vision, pour sortir de son cauchemar éveillé, Nehaad avait cherché à retirer la source du problème : ses yeux. Pour ce qui est de Muneer, il était bien mort et les mages n'ont pas pu être arrêté ou identifié. Acenath annonça à Nehaad que Na'eemah venait de mourir cette nuit quand on lui apprit pour Muneer, plaçant Nehaad en tant qu'héritière. Mohammed devrait revenir à Al-Malja dans deux jours. En entendant son nom, Nehaad frémit. Elle était encore hantée par cette vision d'horreur. Peut-être qu'elle devrait le quitter.


Depuis que Nehaad est revenu à Al-Malja, elle y est resté. À présent, elle était l'héritière de l'empire Shamoon, cela impliqué qu'elle soit là pour diriger Al-Malja. À vingt-cinq ans, elle donna naissance à sa seconde fille, Khepri. Deux ans plus tard, elle mit au monde deux jumelles, Chione et Isis. Vous devez vous demander avec qui elle doit avoir ses enfants, n'est-ce pas ? Avec Mohammed. Nehaad a partagé ses incertitudes avec son aimé, lui expliquant ce qu'elle avait vu et ce que cela signifiait pour elle, les doutes qu'elle avait eut sur le moment. Ils ont eu une longue discussion. Ils s'aiment toujours. À partir du moment où Nehaad a compris qu'il ne lui voulait aucun mal, et qu'il l'aimait plus que tout au monde, elle était rassuré. Vivre à Al-Malja était assez simple, rapidement, Nehaad finit par s'ennuyer. Elle avait autre chose à faire, elle le sentait au fond d'elle. À vingt-neuf ans, elle donna naissance à Edrice, puis à Nefret à trente-deux ans. Pendant son retour à Al-Malja, Nehaad fit le point sur ses envies, sur ce qu'elle voulait faire. Bien sûr, elle prit le temps d'éduquer ses enfants, de leur donner de l'amour à ne plus savoir quoi faire, mais en même temps, elle reprit ses études. Elle était enceinte de Chione et Isis à ce moment-là continuant donc dans la médecine. En obtenant un diplôme qui attesta de son savoir et après la naissance de Nefret, Nehaad s'engage dans l'humanitaire.

Ceci lui permit non seulement d'aider les autres grâce à ses connaissances en médecine, mais de faire ce dont elle avait toujours rêvé de faire : aider les autres et découvrir d'autres populations. Ne pensez pas qu'elle soit partit en vadrouille pendant des années, elle revenait régulièrement chez elle pour voir à quels points ses filles avaient grandis. C'était toujours un plaisir de rentrer à la maison et de serrer dans ses bras chacun de ses enfants. Et Nehaad avait toujours le chic de leur ramener quelque chose de là où elle allait en mission. Même pour son époux. Pendant quelques années, elle continua de faire son métier avec toujours autant de passion, elle rencontra bien des gens. Comme ce mage russe qui, en gage d'amitié, offrit à Nehaad un Donskoy lors d'un galas de charité. Ce n'était pas n'importe quel genre de chat, car c'était un familier. Il était hideux et Nehaad l'a tout de suite adoré. En ramenant la pauvre bête à Al-Malja, ses enfants furent intriguée par la créature ! Bien que son nom soit Sekhmet, il n'y répond pas. Encore moins quand les enfants l'ont appelé Gremlins ou Rat pour s'amuser. Le pauvre familier a eu des noms bien moins flatteurs quand les enfants sont devenu plus âgés.

Nehaad avait fait le tour du monde, avait amassé par mal de chose. Et quand elle revint pour se poser chez elle à Al-Malja, elle avait quarante ans. Elle commençait à être entouré par des enfants, qui étaient donc ses petits enfants. Elle était heureuse, à présent, elle avait eu la vie qu'elle avait toujours voulu avoir, sa famille se portait bien, que pouvait-elle demander de plus à présent ? Elle avait la joie de voir ses petits enfants aussi, mais surtout de voir Nefret grandir. Nefret allait lui succéder quand elle partirait. Mourir ne lui faisait pas peur, elle avait surtout peur que l'un de ses enfants ou petits enfants décèdent avant elle. Ça, ça lui faisait peur. Ce qui la terrifier, cependant, c'était de les voir souffrir et mourir. Ça, ça la faisait trembler et mal dormir, peu importe le nombre de tisanes qu'elle pouvait boire ! Elle se rendait compte que plus elle vieillissait, plus elle craignait ce genre d'événement dans le sens où elle ne serait pas capable de les défendre, comme elle n'a pu sauver Muneer.


« Bon anniversaire Nana! »

Ces mots firent sourire Nehaad, alors que les invités lui chantèrent une chanson festive. Elle était assise en bout de table, l'un de ses nombreux petits enfants sur ses genoux. Les mains sur le dossier, son époux sourit et lui conseilla de souffler les bougies. Elle le fit, et tout le monde applaudit. Fêter ses soixante ans en famille, quelle joie c'était pour elle ! Après avoir remercié tout le monde, elle se leva de la chaise, un sourire aux lèvres.

« Mes chers enfants et petits enfants... J'aimerais vous faire une grande annonce. Me voilà déjà vieille et donc, proche de la retraite. Vous n'êtes pas sans savoir qu'une école a ouverte récemment, en France et qui permet aux Sorciers et aux Magiciens de vivre ensemble. Et vous savez aussi à quel point je suis une fan terrible de Catherine. »

Les personnes présentes lâchèrent un petit rire avant que Nehaad poursuive son discours.

« J'ai toujours voulu que nous vivions ensemble, dans la paix et la bonne humeur. Cela reste un peu utopique, mais avec cette école, c'est un pas vers ce don je rêve. Cette école est en France, et j'y ai postulé. Et j'ai été prise. »

Des murmures se font alors entendre dans la salle à manger. Chione finit par demander où est-ce que sa mère trouvait son énergie, Isis demanda même si Nehaad n'avait pas trouvé une fontaine de jouvence. Khepri était opposé à cette idée. Nehaad haussa les épaules et répondit aux interrogations.

« J'ai soixante ans, je fais ce que je veux. Et puis, je n'ai jamais visiter la France, c'est une bonne occasion. Nefret, ma chérie, tu me remplaceras, ici à Al-Malja. Dis-toi qu'il ne me reste plus beaucoup de temps à vivre et que tu me succéderas bien vite. »

Cela fit rire Nehaad, mais pas ses enfants. Encore moins Nefret. Non pas qu'elle ne voulait pas lui succéder, mais voir ses parents en vie était une chose qu'elle ne voulait pas sacrifier.

« Tu ne devrais pas dire ce genre de chose maman, ça porte malheur. »

Nehaad profita de ses derniers jours avec sa famille avant de partir pour Sainte Catherine avec son chat Sekhmet. Elle avait gardé tout cela secret à ses enfants, mais pas à son mari. Il savait les démarches qu'elle avait pour entrer là-bas en tant que professeur d'ethnologie car il l'avait tout simplement aider pour son choix de fin de carrière. Mohammed l'épaulait dans tout ses choix de toute façon, il l'aimait et elle l'aimait. Et il la suivrait en France aussi. Il trouverait bien quelque chose à faire là-bas. Ces deux là n'étaient pas près de se quitter ! Ils n'avaient plus l'âge pour partir en guerre contre les Magiciens, mais si la "révolution" pouvait se faire pas le biais d'une école...

5733mots.

Un peu de vous

• PUF : VaizravaNa
• Âge : 21ans o:
• Comment avez-vous connu le forum ? : Je crois que c'est en sautant de tops-sites en tops-sites...
• Un petit avis sur l'univers ? : J'AIME BEAUCOUP VOILA!
• Depuis combien de temps faites-vous du RP ? : Plus de cinq, mais j'ai fais quelques pauses...

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon Dim 10 Déc - 17:38

BIENVENUE

Oui, je saute déjà sur une nouvelle tête pour lui dire bonjour avant même que sa fiche ne soit remplie. Oui, je fais peut-être un peu peur. Mais promis, je ne mords pas.
Et je t'aime déjà.

Je viens juste déjà te dire que ton début de fiche me donne envie d'en lire la suite et que j'ai hâte de voir ce que tu nous réserves

________________________________


I don’t need to worry about withering
Because I won’t lose my color even if I’m stepped on.

Chilling in #003333

avatar

Profil


Espèce: Sorcier.

Familier: Jasper, le Pika d'Ili.

Situation: Célibataire.
Phénix
En ligne
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 153
Points : 515
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon Dim 10 Déc - 18:02
Bienvenue !

Le début de ton perso me plaît déjà énormément, j'ai hâte de lire ta fiche :3
et je plains son chat

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93 et Epsilon en #8B6C42.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Points : 101
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon Dim 10 Déc - 18:43
OWH.
La Bienvenue !

Et ton perso à l'air extraordinairement génial, j'ai hâte d'en savoir plus sur cette grande Dame ♥️
Bon courage pour la suite de ta fiche !
:hug:

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 104
Points : 255
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon Dim 10 Déc - 21:16
:hugattack:
BIEN LA VENUE A TOI !

J'adore ce début de fiche, ce perso m'a l'air intéressant et magnifique en tout point. J'ai hâte de voir la suite, franchement ça promet. *^* Bonne continuation, dépêche toi de nous finir ce beau bébé ♥️ (L'anecdote des pulls m'a bien fait rire tu sauras.)

________________________________


Will te fixe en Darkred.
avatar

Profil


Espèce: Magicien.

Familier: Natt - Panthère noir.

Situation: Célibataire.
Dragon
Dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Points : 165
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon Lun 11 Déc - 15:24
Ce pauvre chat ça m'a fait beaucoup rire XD
Mais cette base mon dieu Ana mon perso pref avec Mercy de Overwatch QwQ
(puis ce vava) puis cette idée de perso original ♥️
J'ai hâte de voir cette fiche fini >www<

WELCOME ! et bon courage !

________________________________

avatar

Profil


Espèce: Magicienne

Familier: Arès un Cobra Royal blanc

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Points : 11
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon Lun 11 Déc - 17:25

    Bienvenue parmi nous, Nehaad ♥️

    Quel début de fiche intéressant ! Tout le monde devrait avoir une Mamie Nehaad dans sa famille
    J'imagine tellement Sekhmet dans ses pulls "hideux", je sens que je vais l'adorer 8D

    J'ai hâte de lire la suite de ta fiche et d'en apprendre davantage sur ta malédiction de sorcière ~

    Tu as jusqu'au 24 Décembre pour te présenter, si tu as des questions, n'hésite pas !

    Bon courage ♥️

________________________________

Merci Soulmate ~★
Spoiler:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicienne

Familier: Mikorin - Renard roux

Situation: En couple
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 315
Points : 73
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon Sam 30 Déc - 17:22
BONJOUR, JOYEUX NOËL ET BONNE ANNÉE, J'AI FINIT MA FICHE
*Lance des bonbons partout* Merci beaucoup!

Bon, j'ai finit d'écrire, mais je n'ai pas encore corrigé, mais je voudrais juste vous signalez que j'ai ENFIN écrit mon histoire, et qu'il ne me reste plus qu'à la corriger.
Donc, oui, vous pouvez lire, mais ça risque de piquer les yeux. Dîtes pas que je ne vous ai pas prévenu.

Bisous et amour!

EDIT: C'est bon, c'est tout corrigé!
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon Lun 1 Jan - 16:10


Félicitations !
tu es validé(e)~

La première validation de l'année, comme c'est beau ~

Ta fiche a été un vrai délice à lire ! Elle est riche en détails et l'histoire est passionnante ! Une personnage de l'âge de Nehaad a beaucoup à apporter à toutes ces petites têtes d'étudiants, j'ai vraiment hâte de la voir évoluer dans l'école ! Nehaad est une femme avec beaucoup de courage, c'est un vrai modèle ! Ton style d'écriture apporte beaucoup également, je pense que je n'ai pas été la seule à être captivée du début jusqu'à la fin.

Bon jeu, amuses-toi bien parmi nous ♥️


(c) Moona Neko

________________________________

Merci Soulmate ~★
Spoiler:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicienne

Familier: Mikorin - Renard roux

Situation: En couple
Pégase
Pégase
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 315
Points : 73
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Mother knows best, and she has seen worse. ▬ Nehaad Shamoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Mother's Day [DVDRiP]
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Blackberry Bold..
» Kino no Tabi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Administration :: Dossiers Scolaires :: Dossiers Égarés-
Sauter vers: