Very swag trip [PV Daniel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour du Sphinx :: Le Bureau du Directeur
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Jeu 12 Avr - 19:34
Haut le coeur

Dan' bug. Honnêtement, là maintenant, il ne sait plus trop quoi faire. De son bras. De sa vie. De Billie. Surtout lorsque celle-ci plaide coupable pour la marque sur sa peau. Il disait ça pour plaisanter... à la base... hein...

- Du coup... tu crois que j'suis un bon coup ?

Au point où ils en sont en fait, il ne s'inquiète plus trop et hausse des épaules face au pourquoi du comment de tout ça. Il préfère lâcher des yeux la demoiselle qui s'est relevée et inspecter le truc, machin, suçon quoi. Bref. Ça fait un peu mal ce truc en fait, surtout quand on appuie dessus. Comme ça oui, voilà. Là, ça fait mal. Il va avoir un putain de bleu. Qui va virer au violet. Puis au vert. Et jaune en fin de semaine sûrement. Non, c'est pas qu'il s'y connaît hein, juste qu'il a l'habitude des bleus. Un peu trop même. Puis quand il dit fin de semaine, ils sont en fin de semaine ? On est quel jour déjà... Heureusement qu'il ne fréquente personne en fait, manquerait plus qu'il ait besoin de justifier ce genre de connerie. Pas du tout crédible l'histoire de « il-ne-s'est-rien-passé-tkt-c'est-juste-une-pote-j'étais-bourré-wsh. »

- Yep, sûr, c'est du bon boulot c'que t'as fait là. Ca va rester genre... un bon moment. Et puis c'est net, presque beau en fait.

Ouais, quitte à se taper ce genre de marque, autant qu'elle puisse avoir un retour là dessus. Pas qu'il soit vraiment constructif non plus, faut pas trop lui en demander pour le moment, mais au cas où elle souhaite réitérer elle a son avis. Réitérer avec quelqu'un d'autre. De préférence. Pas lui quoi. Voilà. Le camaïeu de bleu violacé qui s'étend sous sa peau le fascine étrangement alors que Billie décide de l'examiner. Il se laisse faire de bon cœur. Ou alors il est encore trop stone et n'a jamais été très pudique. Ce qui est sûrement plus juste en fait.

- Oupsi...

- QUOI ?

Nan, il ne panique pas. Ou alors il flippe un peu. A peine. Et le doigt de la demoiselle se pose sur sa peau, lui tire un frisson et il panique là. Parce qu'à cet endroit c'est pas anodin. Il se précipite vers levier, mais pas trop vite non plus, il ne veut pas dégobiller de nouveau. Alors il se précipite lentement à levier pour examiner sa gueule dans le miroir qui le surplombe. Posture tordue, il se tourne comme il peut pour essayer de voir ce que Billie lui a désigné. Et c'est pas facile. Il a beau se contorsionner, pas très efficacement vu son mal de crane, de bide, sa gueule de bois et son équilibre précaire, bref il a beau se contorsionner, il ne voit pas grand chose. A peine une trace. Légère. Qu'il devine posée là. Et qui s’étale un peu lorsqu'il frotte ses doigts dessus. Une fois encore il laisse échapper un :

- Et merde.

Qui devient un peu trop habituel ces derniers temps. C'est trop reconnaissable pour passer à côté. Il a du putain de rouge à lèvre dans le cou. Ce qui veut dire qu'il a eu des putains de lèvres dans son cou. Et aux dernières nouvelles, Billie n'en a pas porté de la soirée. Dommage, il aurait préféré. Vraiment. Parce que là, il sait très bien que cette situation est merdique.


Les chiottes des filles. Pourquoi déjà. C'est Billie qu'il cherche ? Ou alors Arthur lui avait lancé un pari. Ce n'est que le deuxième bar qu'ils se font, il ne devrait pas déjà être dans cet état. Si c'est bien le second parce que, en fait, il n'en est plus très sûr. Tout comme de ce qu'il fout ici. Il a un shooter vide à la main, la veste de Billie dans l'autre et trois meufs qui se remaquillent devant le miroir face à lui. Ok. Normal. Sourire débile de lover sur la gueule, Dan va pour parler. Ouvre la  bouche. Ne sait déjà plus la question qu'il veut poser.


Ok. C'est déjà un bon début que de savoir situer l’événement. Et il est absolument certain qu'il ne s'est rien passé là-bas. Sûr et certain. Comme deux et deux font à peu près quatre. Quatre et quelques. Oh putain la merde. Daniel se passe la main sous l'eau et tente d'effacer ce témoignage gênant en le frottant de ses doigts humides.

- Putain de makeup waterproof de mes deux.

Le grognement lui échappe alors que ça devient rouge derrière son oreille. Il lui faudrait un mouchoir ou un bout de tissu. Ou, dans l'idéal, du démaquillant. Mais il n'a pas la foi.  Désabusé, usé. Il a juste envie de se rouler en boule quelque part et de disparaître. Toujours son mal de tête qui revient. Il se prend le visage dans les mains, coudes sur les bords du lavabo. Il voudrait... il ne sait pas en fait. Juste que tout ça s’arrête. Ou mieux, que ça ne se soit jamais passé.

- Ta veste est bien au bar... dans les chiottes pour femmes même, j'pense.

Avec le soutif d'une des meufs d'ailleurs. Nan, il ne s'est rien passé, mais ça s'est chauffé.... jusqu'à ce qu'il gerbe pour la première fois de la soirée. Au moins, il a refroidi tout le monde et ça lui a donné une bonne raison de repousser la demoiselle qui était un peu trop insistante. En même temps, il ne parle pas un mot d'italien. Ou d'espagnol. N'a jamais su faire la différence entre ces deux langues, alors bourré.... Bref. Incapable de se faire vraiment comprendre ni de vouloir utiliser la force, il n'a pas pu justifier ni son non intérêt, ni sa présence... Même si pour cette dernière, c'est encore flou dans son esprit. Qu'est-ce qu'il était parti foutre là-bas hein. Il se retourne vers Billie, complètement pommé.


- On n'a qu'à la filer à bouffer au Sphinx.

Il relève les yeux vers Billie. Genre au ralenti, comme dans les films. Parce que l'idée est trop parfaite. C'est une évidence. Le tagada est un témoin gênant. Sur sa gueule s’étale sûrement la même expression que celle de la demoiselle, même si pour sa part, il a toujours été du côté obscur de la force. Alors il se redresse, toujours au ralenti comme dans les films. Ou alors c'est parce qu'il n'est pas capable physiquement de faire mieux qu'un escargot shooté aux effluves d'alcool avec la grâce d'un pachyderme. Ouais, c'plus ça.

- T'es parfaite Billie wsh.

Il l'embrasse sur le front en passant, puis se dirige vers le truc étrange et peinturluré qu'ils ont ramené. Qu'a l'air de bouffer la loutre. C'est carnivore ce machin ? Why not. Dans sa tête, il tente plutôt de trouver une solution pour déplacer ce chevaux jusqu'au point désiré. Shpinx, c'est dans la tour du dirlo ça.. Alors go. Sauf que le machin ne veut plus bouger d'un cil. Genre pas un seul poil de cul rose et vert ne daigne se remuer.
Il se retrouve à la pousser petit à petit de toute sa force de mec imbibé.

- Te reste une bouteille pour l’appâter ?


C'est un carnage. Plus les souvenirs reviennent, plus c'est la galère. Si quelqu'un leur tombe dessus... quelqu’un leur tombera dessus, c'est obligé en fait.  Ils sont dans une merde monumentale. Intersidérale. Au moins. Putain. Ils ont rien pour justifier, ni effacer ce bordel.

- … on fait quoi maintenant ?

La question est un peu balancée en l'air comme ça, sans forcément attendre de réponse. A moins qu'elle en ait une bonne. Ça l'arrangerait. Parce que lui, là, il ne trouve pas.


Ou le gouffre qui habite mon cerveau.

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Avec tes fesses.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 84
Points : 188
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Mar 17 Avr - 18:15
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

Ok du coup ! Cap ou pas cap !
Mais on t'a dit non, on joue pas à ça ! J'oublierai jamais la fois où tu m'as dit de... PUTAIN J'ADORE CETTE CHANSON !
Ok Dani-boy. Tant que BB danse debout sur cette chaise comme une grosse conne, cap ou pas cap d'aller faire le beau devant le miroir des chiottes des filles en essayant sa veste ? Mais attends, j'ai pas fini ! Et si en plus tu pisses dans le lavabo – mais écoute avant d'y aller, j'ai toujours pas fini ! – j'te promets que...

Impossible de se souvenir de cette promesse. Mais la douleur cuisante à ma cuisse me laissait penser que le tatouage n'était pas totalement de mon fait. Qu'une voix vicieuse sifflant à mon oreille m'avait soufflé l'idée. Qu'une habile manipulation avait donné l'illusion à une pauvre jeune femme ivre qu'elle avait la meilleure idée du siècle. Pendant que Daniel s'arrachait la peau pour faire disparaître toute trace d'une potentielle hétérosexualité, je dévisageais Arthur de mon regard accusateur. Celui avec lequel il avait l'habitude que je le regarde. De petits yeux plissés qui s'interrogeaient et réfléchissaient, mais ne parvenaient jamais à démasquer toute la vilenie de l'adorable mustélidé. Dont l'impassibilité du museau et l'incompréhension idiote dans les petits yeux noirs cachaient plus de malice qu'il ne voulait le montrer. C'est que je commençais à le connaître. Quel rôle avait-il joué dans toute cette histoire ?

… on fait quoi maintenant ?

Il avait brisé le silence par cette question. Quelques mots simples, correctement agencés, prononcés sur le ton adéquate. Et il nous avait anéantis. Je me sentais plus seule que jamais. D'habitude j'adorais ça, la solitude. Aujourd'hui, elle me donnait la nausée – qui n'était donc pas du qu'à l'alcool. Je nous regardais dans le miroir, sales, maladifs et désemparés. On aurait fait une superbe photo promotionnelle pour une quelconque série bizarre de Netflix.

Le silence, reprenant finalement le premier rôle de cette scène pathétique, était suffisamment éloquent. Je ne savais pas. Il n'y avait rien à faire, que je pensais. J'en étais même convaincue. On ne pouvait pas effacer notre absence des dortoirs de toute la nuit. On ne pouvait pas effacer les photos de nos culs que mon répertoire avait reçu. On ne pouvait pas remettre en liberté en pleine école une licorne que visiblement un sphinx n'a finalement pas dévoré. On ne pouvait pas remettre en état le bureau dans lequel on avait passé notre fin de soirée. Et le directeur débarquerait à un moment ou à un autre. Et nos vies s'achèveraient.

Et si on fuyait l'école ? proposai-je finalement, d'une voix pleine de désespoir.

C'était la seule option qui me semblait encore valable. Disparaître à jamais. Oublier toute cette vie. Changer d'identité. Ne plus parler à Lexa pour que les professeurs ne me retrouvent pas. Ne plus parler à mon frère ni à mes sœurs pour que jamais mes parents ne me mettent la main dessus. Me teindre les cheveux. Porter un faux dentier. Arrêter d'avoir des vêtements stylés. Bordel, ma vie est foutue.

J'ai un peu envie de pleurer mais je me retiens. Me contentant juste de regarder le lamentable duo qui me faisait face à travers le miroir.

J'suis pas sûr de ton coup, là.
Mais t'inquièèèète !

Je lance Arthur dans les airs avec une force incroyable. Ou c'est Daniel qui le fait ? Je n'en sais rien. Il a une corde attachée à lui et il s'accroche à un lustre à l'aide de ses petites pattes hésitantes. Sinon, il serait retombé et serait mort. C'est cool qu'il ait réussi. Comme ça, il est pas mort.

Maintenant, tu trouves le passage pour aller à l'étage du Sphinx ! que je lui gueule. C'est au-dessus donc on peut forcément passer par le plafond.
Tes idées sont tellement pourries que je t'ai volé ton portable, pétasse ! me hurle la loutre du haut de sa prison.
Mec, je m'adresse à Daniel d'une voix floue. J'crois je sais pas grimper à la corde en fait.

C'est quoi en fait, notre plan ?

Et si on allait dans le bureau, les jeunes ? Vous avez peut-être oublié un truc qui pourrait vous aider ou quoi.

Je me détachai finalement de ce grossier miroir, dans lequel je paraissais encore plus pitoyable que je ne me sentais déjà. Arthur nous proposait de le suivre ? Son aide ? Quoi ? Merde alors, si la soirée n'avait aucun sens dans mon esprit... le lendemain était finalement peut-être pire.



________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 104
Points : 312
Revenir en haut Aller en bas
Very swag trip [PV Daniel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Like a flower [Daniel]
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Daniel Edouard, boxe ayisyen, chanpyon WBA pwa mwayen latin/ameriken
» Trip à trois!
» Invitation au voyage (Daniel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour du Sphinx :: Le Bureau du Directeur-
Sauter vers: