Very swag trip [PV Daniel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour du Sphinx :: Le Bureau du Directeur
MessageSujet: Very swag trip [PV Daniel] Dim 3 Déc - 22:06
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

Je me réveille en grognant, la face écrasée contre le plancher. La lumière m'éblouit tellement que je referme les yeux aussitôt. Une barre monstrueuse me traverse le crâne d'une tempe à l'autre. A l'intérieur, j'ai l'impression de sentir les sept nains me miner le cerveau à coups de pioches. Le tout en yodelant leur chanson à tue-tête. J'ai la nausée, et pourtant déjà un sale goût dans la bouche. C'est triste à dire, mais je n'avais visiblement pas attendu l'Épiphanie pour poser ma galette. Je suis allongée sur le sol. Mais quel sol ? Tout tourne très vite. Je suis sans doute en orbite. C'est la seule explication.

Je me redresse lentement, très lentement. Pour m'asseoir. Restons assise. Une musique insupportable me fait vibrer les tympans à coups de basses assourdissantes. Elle provient de mon portable, je reconnais la playlist. Par contre, je ne sais pas du tout où peut se trouver mon portable. J'ai quelque chose sur la tête. Je découvre une casquette. Le genre bombée, que j'ai peut-être racketté à un rappeur, allez savoir. J'ai aussi un blouson qui me tient affreusement chaud, et qui ne m'appartient pas. Est-ce que j'ai du sang sur les mains ? Non. Au moins, je n'ai tabassé personne pour m'accoutrer comme une racaille. J'ai toujours ma robe. Bon point. Mais elle est déchirée au ventre, comme si on l'avait lacérée. Putain, mais qu'est-ce qui m'est arrivée ? Je regarde autour de moi pour essayer de comprendre. Et même si je vois flou à cause de la luminosité, je me fais une idée du contexte. Se faire une idée du contexte, c'est bien différent de comprendre le contexte.

Parce que, putain, par quoi je commence ?

Je suis à côté d'un type que je ne connais pas, et qui à peu de choses près partage mon état. Sa tête m'est inconnue, mais pas tout à fait. Bizarrement, en cherchant d'où je le connais, les nausées se font plus fortes. Comme si j'avais associé sa tête à quelque chose qui passe mal. Je sais pas. A en juger sa dégaine, il peut être le type à qui j'ai piqué la moitié des fringues. J'espère que c'est lui qui a ma botte manquante. J'avais déjà bousillé une paire lors d'une escapade foireuse dans les étages effondrées au-dessus des dortoirs des filles. Ma mère va m'engueuler si j'en ai saccagé une nouvelle. Je le bouscule pour le faire réagir. Mais je n'ai rien à lui dire. Après tout, je ne sais pas qui c'est.

Nous sommes dans une pièce plutôt prestigieuse. Elle pue la classe et la haute-société. Si j'étais chez moi, je pourrais me croire dans le bureau de mon père. Mais j'imagine que l'homme à qui appartient celui-ci n'a pas la même horrible moustache. Mais quand même, je ne vois qu'une seule personne pouvant répondre à ces critères dans l'école, et je n'aime pas trop ça. Si tant est qu'on soit toujours à l'école, aussi.

Et au milieu de cette pièce trône une licorne. Une putain de licorne. Une vraie licorne vivante. Elle est debout, nous regarde bêtement. Sa belle crinière soyeuse toute peinte de vert et rose brille à la lueur du lustre. Je crois voir des graffitis sur son ventre. Elle a l'air un peu punk, mais sympa. Je la regarde de longues secondes, assise par terre, comme si elle allait m'expliquer la situation. Mais ne s'en suit qu'un combat de regards. Qu'elle gagne.

Bon... J'ai une ou deux questions, j'avoue, finis-je par grommeler. La première et sûrement la plus importante : où est mon portable ?

J'essaye de le localiser grâce à la musique, lointaine et pourtant tellement forte. Ou n'est-ce qu'un effet de mon état ? Ce qui m'amène, en fait, à lever les yeux. Je le vois là-haut. Oui, là-haut. Dans le lustre. Il est entre les pattes poilues d'un mustélidé endormi. Et à côté, ma botte. Comment on a fait pour envoyer tout ça là-haut, bordel ? Le plafond est au moins à quinze mètres de haut. Ou peut-être un peu moins quand même, je n'ai pas la notion des distances.

Descend de là, petit con !
T'es vachement vulgaire quand tu bois, me lance sa voix lointaine. Ça fait une heure que j'veux descendre, pétasse. Et c'est vous qui m'avez mis là !
Qu... quoi ?

Je me souviens vaguement. Nous sommes samedi. Et comme la plupart des samedi, je suis allée en ville en compagnie d'Arthur. On a fait quelques magasins puis on s'est posé dans un bar. On s'est simplement posé dans un bar... Mais un bar ne met personne dans le bureau du directeur avec un jeune inconnu et une fougueuse licorne. Il doit me manquer quelques informations.



________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Points : 184
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Dim 10 Déc - 19:30
Haut le coeur

Le cœur qui tambourine dans le crâne. Le sang qui bat les tempes. Et un nuage de coton. Coton qui tangue dangereusement, lui donnant une nausée des plus étrange. A moins que ce ne soit quelqu'un qui le bouscule. Ou un truc du genre. Il ne sait pas trop. Ouvre les yeux, les referme tout aussi sec. Putain. Trop de lumière. Ça lui a bousillé la rétine. Et le nuage de coton s'est fait la malle alors que le martèlement dans son crâne se fait plus puisant. A moins que ce ne soit cette putain de musique trop forte qui lui vrille les tympans.  
Il se roule de l'autre côté, les mains plaquées sur les oreilles et les yeux fermés à s'en faire mal aux paupières. Bordel. C'est quoi ce bordel. Ça fait quelques années qu'il ne s'est pas payé un lendemain de cuite aussi sévère. Parce que vu son état, ça en a tout l'air. Il en a tous les symptômes.

- Descend de là, petit con !

Une voix. Jeune. Et plutôt féminine. Et là il bug un peu, se demande comment il a pu finir quelque part dans cet état avec une putain de demoiselle. Parce qu'aux dernières nouvelles, c'est pas avec des jeunes femmes qu'il finit ses soirées. Et ce n'est définitivement pas la voix de sa pote qui reprend, alors qu'il n'a pas entendu la réponse.

- Qu... quoi ?

Est-ce qu'elle pourrait arrêter de crier comme ça d'ailleurs ? Il ne réussit qu'à grommeler un truc incompréhensible alors qu'il tente une nouvelle fois d'ouvrir les yeux. Cette fois c'est une réussite. La lumière, bien que toujours vivace, ne l'aveugle pas. Et après quelques clignements pour que sa vision se stabilise et arrête d'être floue, Daniel tente de s'asseoir. Puis décide, au vu de la pièce qui tournoie autour de lui, que rester allonger c'est bien aussi. Même s'il a froid. Et que le sol est dur. Pas confortable. Genre du plancher. Dans une pièce bien trop haute. Et trop classe. Il pourrait être rentré chez ses parents que ça ne l'étonnerait pas.
Tiens, le lustre bouge aussi. Il fronce les sourcils, toujours silencieux. Comprend que c'est un animal. Genre une fouine. Nop. Un truc qui y ressemble. En fait il s'en fout. Mais le son insupportable vient de là-haut. Alors il décide que c'est la faute de la bestiole et qu'il ne l'aime pas trop. Puis tourne la tête sur le côté et aperçoit une masse de cheveux bleutée. Et le même blouson que le sien. Les cheveux bleus ont bon goût alors, puisqu'en plus une casquette comme la sienne les surplombe. Doublement bon goût. Ou alors, ça a à voir avec le fait qu'il ait froid. Ce qui pourrait être logique en fait. Sauf que son début de logique disparaît aussi sec face à la licorne qui se dresse en face. Mais pourquoi... comment... Oh putain, qu'il a mal à la tête.
Il se redresse doucement cette fois, prend son temps pour s'asseoir en tailleur à côté de la demoiselle bleue. Et regarde toujours en face d'eux, incapable de fixer son esprit sur un début de réflexion. Son regard saute de la licorne colorée et pimpée, au verni rouge à paillettes qui habille ses ongles, à la chaussure qui a l'air de manquer au pied de sa voisine, sans oublier l'absence de son débardeur et le tas de bouquins énormes non loin d'eux. Qui peut s'expliquer par le vide intersidéral de la bibliothèque du coin de la pièce.

- … Salut. 

Il ne sait pas par où commencer. Et vu la voix enrouée qu'il se tape, il a dû gueuler une bonne partie de la soirée. Mais en quelle occasion... aucune idée. Son regard retourne se poser sur le tas de livres qui s'agite. Il se dit que son cerveau est toujours endormi. Puis lorsque Loki en émerge, avec un regard un peu vitreux et de la dentelle nouée à chaque corne et un graff tout aussi peu réussi que celui de la licorne sur le flanc, Dan' se dit qu'il ferait tout aussi bien de se rendormir aussi sec.

- Dis moi que tu n'as rien fait de compromettant Dany... 

Haussement d'épaule. Il n'a aucune réponse lui fournir. Et aucune idée de ce qu'il s'est vraiment passé pour que ça finisse ainsi. La musique résonne un peu moins fort dans sa tête. Ca flash dans son esprit. Quelques micro secondes. Sans qu'il ne réussisse à s'en saisir. Il trainait en ville tout à l'heure – hier - un  jour-, avec Loki. Et son appareil photo...

Oh putain de merde. Son appareil. Oh. PUTAIN DE. Merde.
La licorne le regarde, blasée, alors qu'il se lève prestement. Et tangue un instant. Avant de se ressaisir, boosté par la peur. Le tour de la pièce est rapide à faire. Il trouve un sachet de bonbon éventré dans un coin, d'où le goût bizarrement sucré qu'il a sur le palais mélangé à l'haleine alcoolisée qu'il doit se taper. Et le vernis fautif est posé sur le bureau. Un morceau de son débardeur est retrouvé sous le tas de bouquins et le tableau accroché au mur a subi la même chose de le bouquetin et la licorne. Mais rien d'autre. Et après s'être agité comme ça, son estomac n'est plus très d'accord et le fait s'affaler sur la chaise près du bureau, le teint dangereusement pâle.

- Bon, sinon comment ça va ici ? Moi c'est Loki. Le truc là bas c'est Daniel. Et dis moi que tu as les souvenirs clairs hein. 

Son familier parle trop. En cet instant, Daniel veut la paix. Et le silence.

Et il peut pas éteindre la musique l'autre là haut ? 

Ou le gouffre qui habite mon cerveau.

________________________________



Loki ♥:
 
Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Avec tes fesses.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 67
Points : 128
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Jeu 14 Déc - 11:48
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

… Salut.

Je le regarde un peu bêtement et ne réponds pas. Tout mon désespoir – et ma gueule de bois – me lit dans mes yeux humides aux paupières lourdes. La voix éraillée du type à côté me rappelle douloureusement les irritations que j'ai dans la gorge. Je n'ai pas du y aller mollo, à faire la gueularde toute la soirée. Est-ce que ça aurait un lien avec la semi-nudité de mon compagnon d'infortune ? Ça ne m'étonnerait pas trop. Il a bien la tronche à monter debout sur une table et à faire tourner son t-shirt dans sa main sur une musique de Patrick Sébastien. Et puis bon, je vais pas me plaindre. Parce qu'il est plutôt bien foutu. Ses muscles doivent bien être le seul réconfort que je peux trouver dans cette pièce. Et sa veste, parce qu'elle est confortable. J'ai l'impression de baigner dans du coton. Ou alors c'est un effet des restes d'alcool.

Et puis il y a ce moment. Celui qu'on vit tous, de temps en temps. Quand on ne se souvient pas de quelque chose et qu'on ne cherche plus vraiment à savoir ce dont on est censé se souvenir. On pose notre regard sur un objet, un élément du décor, un vêtement ou un bouc aux cornes d'or, et c'est l'illumination. Mon cœur fait un bond dans ma poitrine et le sang qu'il éjecte directement dans mon cerveau me donne un mal de crâne monstre. Mais un nouveau souvenir éclate. Je suis contente, un peu comme un gosse qui découvre la pièce du puzzle qui correspond à la première qu'il a choisi. Mais tout comme ce gamin, personne me dit que je me lance dans un puzzle à mille pièces.

Je suis au bar avec Arthur, qui essaie de me convaincre de lui payer une bière. Allongé sur la table, il me supplie et me menace de diffuser une vidéo compromettante de moi en train de danser dans ma chambre. Je ne le crois pas, parce que la dernière fois, je m'étais bien assurée d'être complètement seule et mon portable traînait sur mon lit. Enfin bref. On revient juste du centre commercial, où je me suis achetée deux trois bricoles, genre un vernis rouge, ou quelque chose comme ça. Puis Arthur se fige, les yeux rivés sur quelque chose dans mon dos. Il semble émerveillé et intimidé à la fois. Il pose sa patte sur ma main comme pour m'interpeller, alors que j'ai déjà toute mon attention porté sur lui.

Oh mon dieu... C'est lui !

Je me retourne et vois un type lambda avec une casquette. Peut-être que je l'ai déjà croisé à l'école, ouais.

Et alors ? Tu veux son numéro, ou plutôt un selfie avec ? lui rétorqué-je en grommelant, car je suis de mauvaise humeur, mais je ne me souviens pas pourquoi.

Mais pas lui ! LUI ! insiste-t-il comme un gros chiant.

Je lui demande d'arrêter et d'être plus précis avant que je ne lui colle mon poing si profondément dans la tronche qu'il pourra me servir de mitaine longue. Il me désigne le familier du type, et je soupire en comprenant où il veut en venir. On l'avait déjà croisé une fois, je ne sais plus trop quand. Il y a deux ou trois rps de cela. Un bouquetin qui attise une passion folle en Arthur, dont le rêve le plus fou est de le chevaucher. Je ne pige toujours pas pourquoi, mais c'est ce qui lui fait envie. Ça, et le ski nautique.

Je me souviens le convaincre de ne pas aller voir le bouquetin. Et de galérer pour l'en empêcher. Est-ce que j'aurais réussi ? Comment j'aurais fait ça ? Je n'en sais rien. J'ai mal au crâne. Je crois que je vais gerber.

Bon, sinon comment ça va ici ? C'est le bouquetin qui parle. Il a l'air sympa. Moi c'est Loki. Le truc là bas c'est Daniel. Et dis moi que tu as les souvenirs clairs hein. 

Je le regarde, toujours avec cet air de déconnexion totale avec la réalité. Daniel, c'est un peu la misère comme prénom. Mais je préfère pas le lui dire, je ne sais pas comment il peut réagir. Il a l'air quand même vachement viril, et donc potentiellement super susceptible. Je fais non de la tête, à l'adresse du bouquetin. Ou de la licorne, je ne sais pas. J'ai oublié lequel des deux vient de parler. Parce que bordel, je n'ai pas de souvenirs clairs. Mais je sais que j'ai mal partout, est-ce que ça compte ?

Le problème, c'est que la bestiole comment à me faire flipper. Qu'est-ce qui s'est passé pour qu'on doive impérativement s'en souvenir ? En dehors de la licorne dans le bureau du directeur, du bordel dans le bureau du directeur, de la loutre dans le lustre du bureau du directeur et des ados à moitié nus dans le bureau du directeur, bien sûr. Qu'est-ce qui pourrait être pire ?

– Et il peut pas éteindre la musique l'autre là haut ?
C'est Arthur. Le contrarie pas... D'où il est il peut nous chier dessus. Genre vraiment.
Bon ok, j'descends et j'arrête la musique, Christian Grey ! lui réplique une loutre très étrangement conciliante.

Il balance une corde du haut du lustre – ce qui ne m'étonne pas plus que ça – puis commence à descendre de manière plutôt stylée, je dois bien l'avouer. Même si je ne comprends pas pourquoi il vient de dire qu'il voulait descendre depuis une heure, s'il avait une corde avec lui pour le faire à tout moment. Et pendant qu'il descend, je donne une petite tape sur le pectoral de Daniel.

Eh ! Pas de piercing au téton. La soirée a pas du être si mal !

Je me mets à rire toute seule sans vraiment me trouver drôle tandis qu'Arthur atterrit à côté de moi.

Bon les gars. J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c'est que les photos que vous avez envoyées ont bien été reçues, dit-il les yeux rivés sur mon portable. La mauvaise, je m'en souviens pas, mais je crois que c'est important.

Un craquement au-dessus de notre tête me fait lever les yeux.

Ah ouais, le lustre va tomber. C'est ça de s'y balancer au bout d'une corde, aussi.



________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Points : 184
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Very swag trip [PV Daniel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Like a flower [Daniel]
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Daniel Edouard, boxe ayisyen, chanpyon WBA pwa mwayen latin/ameriken
» Trip à trois!
» Invitation au voyage (Daniel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour du Sphinx :: Le Bureau du Directeur-
Sauter vers: