} Very swag trip [PV Daniel]

Very swag trip [PV Daniel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Espace Détente :: RP terminés
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Very swag trip [PV Daniel] Dim 3 Déc - 22:06
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

Je me réveille en grognant, la face écrasée contre le plancher. La lumière m'éblouit tellement que je referme les yeux aussitôt. Une barre monstrueuse me traverse le crâne d'une tempe à l'autre. A l'intérieur, j'ai l'impression de sentir les sept nains me miner le cerveau à coups de pioches. Le tout en yodelant leur chanson à tue-tête. J'ai la nausée, et pourtant déjà un sale goût dans la bouche. C'est triste à dire, mais je n'avais visiblement pas attendu l'Épiphanie pour poser ma galette. Je suis allongée sur le sol. Mais quel sol ? Tout tourne très vite. Je suis sans doute en orbite. C'est la seule explication.

Je me redresse lentement, très lentement. Pour m'asseoir. Restons assise. Une musique insupportable me fait vibrer les tympans à coups de basses assourdissantes. Elle provient de mon portable, je reconnais la playlist. Par contre, je ne sais pas du tout où peut se trouver mon portable. J'ai quelque chose sur la tête. Je découvre une casquette. Le genre bombée, que j'ai peut-être racketté à un rappeur, allez savoir. J'ai aussi un blouson qui me tient affreusement chaud, et qui ne m'appartient pas. Est-ce que j'ai du sang sur les mains ? Non. Au moins, je n'ai tabassé personne pour m'accoutrer comme une racaille. J'ai toujours ma robe. Bon point. Mais elle est déchirée au ventre, comme si on l'avait lacérée. Putain, mais qu'est-ce qui m'est arrivée ? Je regarde autour de moi pour essayer de comprendre. Et même si je vois flou à cause de la luminosité, je me fais une idée du contexte. Se faire une idée du contexte, c'est bien différent de comprendre le contexte.

Parce que, putain, par quoi je commence ?

Je suis à côté d'un type que je ne connais pas, et qui à peu de choses près partage mon état. Sa tête m'est inconnue, mais pas tout à fait. Bizarrement, en cherchant d'où je le connais, les nausées se font plus fortes. Comme si j'avais associé sa tête à quelque chose qui passe mal. Je sais pas. A en juger sa dégaine, il peut être le type à qui j'ai piqué la moitié des fringues. J'espère que c'est lui qui a ma botte manquante. J'avais déjà bousillé une paire lors d'une escapade foireuse dans les étages effondrées au-dessus des dortoirs des filles. Ma mère va m'engueuler si j'en ai saccagé une nouvelle. Je le bouscule pour le faire réagir. Mais je n'ai rien à lui dire. Après tout, je ne sais pas qui c'est.

Nous sommes dans une pièce plutôt prestigieuse. Elle pue la classe et la haute-société. Si j'étais chez moi, je pourrais me croire dans le bureau de mon père. Mais j'imagine que l'homme à qui appartient celui-ci n'a pas la même horrible moustache. Mais quand même, je ne vois qu'une seule personne pouvant répondre à ces critères dans l'école, et je n'aime pas trop ça. Si tant est qu'on soit toujours à l'école, aussi.

Et au milieu de cette pièce trône une licorne. Une putain de licorne. Une vraie licorne vivante. Elle est debout, nous regarde bêtement. Sa belle crinière soyeuse toute peinte de vert et rose brille à la lueur du lustre. Je crois voir des graffitis sur son ventre. Elle a l'air un peu punk, mais sympa. Je la regarde de longues secondes, assise par terre, comme si elle allait m'expliquer la situation. Mais ne s'en suit qu'un combat de regards. Qu'elle gagne.

Bon... J'ai une ou deux questions, j'avoue, finis-je par grommeler. La première et sûrement la plus importante : où est mon portable ?

J'essaye de le localiser grâce à la musique, lointaine et pourtant tellement forte. Ou n'est-ce qu'un effet de mon état ? Ce qui m'amène, en fait, à lever les yeux. Je le vois là-haut. Oui, là-haut. Dans le lustre. Il est entre les pattes poilues d'un mustélidé endormi. Et à côté, ma botte. Comment on a fait pour envoyer tout ça là-haut, bordel ? Le plafond est au moins à quinze mètres de haut. Ou peut-être un peu moins quand même, je n'ai pas la notion des distances.

Descend de là, petit con !
T'es vachement vulgaire quand tu bois, me lance sa voix lointaine. Ça fait une heure que j'veux descendre, pétasse. Et c'est vous qui m'avez mis là !
Qu... quoi ?

Je me souviens vaguement. Nous sommes samedi. Et comme la plupart des samedi, je suis allée en ville en compagnie d'Arthur. On a fait quelques magasins puis on s'est posé dans un bar. On s'est simplement posé dans un bar... Mais un bar ne met personne dans le bureau du directeur avec un jeune inconnu et une fougueuse licorne. Il doit me manquer quelques informations.



________________________________


 
 
 


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Points : 35
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Dim 10 Déc - 19:30
Haut le coeur

Le cœur qui tambourine dans le crâne. Le sang qui bat les tempes. Et un nuage de coton. Coton qui tangue dangereusement, lui donnant une nausée des plus étranges. A moins que ce ne soit quelqu'un qui le bouscule. Ou un truc du genre. Il ne sait pas trop. Ouvre les yeux, les referme tout aussi sec. Putain. Trop de lumière. Ça lui a bousillé la rétine. Et le nuage de coton s'est fait la malle alors que le martèlement dans son crâne se fait plus puissant. A moins que ce ne soit cette putain de musique trop forte qui lui vrille les tympans.  
Il se roule de l'autre côté, les mains plaquées sur les oreilles et les yeux fermés à s'en faire mal aux paupières. Bordel. C'est quoi ce bordel. Ça fait quelques années qu'il ne s'est pas payé un lendemain de cuite aussi sévère. Parce que vu son état, ça en a tout l'air. Il en a tous les symptômes.

- Descend de là, petit con !

Une voix. Jeune. Et plutôt féminine. Et là il bug un peu, se demande comment il a pu finir quelque part dans cet état avec une putain de demoiselle. Parce qu'aux dernières nouvelles, c'est pas avec des jeunes femmes qu'il finit ses soirées. Et ce n'est définitivement pas la voix de sa pote qui reprend, alors qu'il n'a pas entendu la réponse.

- Qu... quoi ?

Est-ce qu'elle pourrait arrêter de crier comme ça d'ailleurs ? Il ne réussit qu'à grommeler un truc incompréhensible alors qu'il tente une nouvelle fois d'ouvrir les yeux. Cette fois c'est une réussite. La lumière, bien que toujours vivace, ne l'aveugle pas. Et après quelques clignements pour que sa vision se stabilise et arrête d'être floue, Daniel tente de s'asseoir. Puis décide, au vu de la pièce qui tournoie autour de lui, que rester allonger c'est bien aussi. Même s'il a froid. Et que le sol est dur. Pas confortable. Genre du plancher. Dans une pièce bien trop haute. Et trop classe. Il pourrait être rentré chez ses parents que ça ne l'étonnerait pas.
Tiens, le lustre bouge aussi. Il fronce les sourcils, toujours silencieux. Comprend que c'est un animal. Genre une fouine. Nop. Un truc qui y ressemble. En fait il s'en fout. Mais le son insupportable vient de là-haut. Alors il décide que c'est la faute de la bestiole et qu'il ne l'aime pas trop. Puis tourne la tête sur le côté et aperçoit une masse de cheveux bleutée. Et le même blouson que le sien. Les cheveux bleus ont bon goût alors, puisqu'en plus une casquette comme la sienne les surplombe. Doublement bon goût. Ou alors, ça a à voir avec le fait qu'il ait froid. Ce qui pourrait être logique en fait. Sauf que son début de logique disparaît aussi sec face à la licorne qui se dresse en face. Mais pourquoi... comment... Oh putain, qu'il a mal à la tête.
Il se redresse doucement cette fois, prend son temps pour s'asseoir en tailleur à côté de la demoiselle bleue. Et regarde toujours en face d'eux, incapable de fixer son esprit sur un début de réflexion. Son regard saute de la licorne colorée et pimpée, au verni rouge à paillettes qui habille ses ongles, à la chaussure qui a l'air de manquer au pied de sa voisine, sans oublier l'absence de son débardeur et le tas de bouquins énormes non loin d'eux. Qui peut s'expliquer par le vide intersidéral de la bibliothèque du coin de la pièce.

- … Salut. 

Il ne sait pas par où commencer. Et vu la voix enrouée qu'il se tape, il a dû gueuler une bonne partie de la soirée. Mais en quelle occasion... aucune idée. Son regard retourne se poser sur le tas de livres qui s'agite. Il se dit que son cerveau est toujours endormi. Puis lorsque Loki en émerge, avec un regard un peu vitreux et de la dentelle nouée à chaque corne et un graff tout aussi peu réussi que celui de la licorne sur le flanc, Dan' se dit qu'il ferait tout aussi bien de se rendormir aussi sec.

- Dis moi que tu n'as rien fait de compromettant Dany... 

Haussement d'épaule. Il n'a aucune réponse lui fournir. Et aucune idée de ce qu'il s'est vraiment passé pour que ça finisse ainsi. La musique résonne un peu moins fort dans sa tête. Ca flash dans son esprit. Quelques micro secondes. Sans qu'il ne réussisse à s'en saisir. Il trainait en ville tout à l'heure – hier - un  jour-, avec Loki. Et son appareil photo...

Oh putain de merde. Son appareil. Oh. PUTAIN DE. Merde.
La licorne le regarde, blasée, alors qu'il se lève prestement. Et tangue un instant. Avant de se ressaisir, boosté par la peur. Le tour de la pièce est rapide à faire. Il trouve un sachet de bonbon éventré dans un coin, d'où le goût bizarrement sucré qu'il a sur le palais mélangé à l'haleine alcoolisée qu'il doit se taper. Et le vernis fautif est posé sur le bureau. Un morceau de son débardeur est retrouvé sous le tas de bouquins et le tableau accroché au mur a subi la même chose de le bouquetin et la licorne. Mais rien d'autre. Et après s'être agité comme ça, son estomac n'est plus très d'accord et le fait s'affaler sur la chaise près du bureau, le teint dangereusement pâle.

- Bon, sinon comment ça va ici ? Moi c'est Loki. Le truc là bas c'est Daniel. Et dis moi que tu as les souvenirs clairs hein. 

Son familier parle trop. En cet instant, Daniel veut la paix. Et le silence.

Et il peut pas éteindre la musique l'autre là haut ? 

Ou le gouffre qui habite mon cerveau.

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Jeu 14 Déc - 11:48
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

… Salut.

Je le regarde un peu bêtement et ne réponds pas. Tout mon désespoir – et ma gueule de bois – me lit dans mes yeux humides aux paupières lourdes. La voix éraillée du type à côté me rappelle douloureusement les irritations que j'ai dans la gorge. Je n'ai pas du y aller mollo, à faire la gueularde toute la soirée. Est-ce que ça aurait un lien avec la semi-nudité de mon compagnon d'infortune ? Ça ne m'étonnerait pas trop. Il a bien la tronche à monter debout sur une table et à faire tourner son t-shirt dans sa main sur une musique de Patrick Sébastien. Et puis bon, je vais pas me plaindre. Parce qu'il est plutôt bien foutu. Ses muscles doivent bien être le seul réconfort que je peux trouver dans cette pièce. Et sa veste, parce qu'elle est confortable. J'ai l'impression de baigner dans du coton. Ou alors c'est un effet des restes d'alcool.

Et puis il y a ce moment. Celui qu'on vit tous, de temps en temps. Quand on ne se souvient pas de quelque chose et qu'on ne cherche plus vraiment à savoir ce dont on est censé se souvenir. On pose notre regard sur un objet, un élément du décor, un vêtement ou un bouc aux cornes d'or, et c'est l'illumination. Mon cœur fait un bond dans ma poitrine et le sang qu'il éjecte directement dans mon cerveau me donne un mal de crâne monstre. Mais un nouveau souvenir éclate. Je suis contente, un peu comme un gosse qui découvre la pièce du puzzle qui correspond à la première qu'il a choisi. Mais tout comme ce gamin, personne me dit que je me lance dans un puzzle à mille pièces.

Je suis au bar avec Arthur, qui essaie de me convaincre de lui payer une bière. Allongé sur la table, il me supplie et me menace de diffuser une vidéo compromettante de moi en train de danser dans ma chambre. Je ne le crois pas, parce que la dernière fois, je m'étais bien assurée d'être complètement seule et mon portable traînait sur mon lit. Enfin bref. On revient juste du centre commercial, où je me suis achetée deux trois bricoles, genre un vernis rouge, ou quelque chose comme ça. Puis Arthur se fige, les yeux rivés sur quelque chose dans mon dos. Il semble émerveillé et intimidé à la fois. Il pose sa patte sur ma main comme pour m'interpeller, alors que j'ai déjà toute mon attention porté sur lui.

Oh mon dieu... C'est lui !

Je me retourne et vois un type lambda avec une casquette. Peut-être que je l'ai déjà croisé à l'école, ouais.

Et alors ? Tu veux son numéro, ou plutôt un selfie avec ? lui rétorqué-je en grommelant, car je suis de mauvaise humeur, mais je ne me souviens pas pourquoi.

Mais pas lui ! LUI ! insiste-t-il comme un gros chiant.

Je lui demande d'arrêter et d'être plus précis avant que je ne lui colle mon poing si profondément dans la tronche qu'il pourra me servir de mitaine longue. Il me désigne le familier du type, et je soupire en comprenant où il veut en venir. On l'avait déjà croisé une fois, je ne sais plus trop quand. Il y a deux ou trois rps de cela. Un bouquetin qui attise une passion folle en Arthur, dont le rêve le plus fou est de le chevaucher. Je ne pige toujours pas pourquoi, mais c'est ce qui lui fait envie. Ça, et le ski nautique.

Je me souviens le convaincre de ne pas aller voir le bouquetin. Et de galérer pour l'en empêcher. Est-ce que j'aurais réussi ? Comment j'aurais fait ça ? Je n'en sais rien. J'ai mal au crâne. Je crois que je vais gerber.

Bon, sinon comment ça va ici ? C'est le bouquetin qui parle. Il a l'air sympa. Moi c'est Loki. Le truc là bas c'est Daniel. Et dis moi que tu as les souvenirs clairs hein. 

Je le regarde, toujours avec cet air de déconnexion totale avec la réalité. Daniel, c'est un peu la misère comme prénom. Mais je préfère pas le lui dire, je ne sais pas comment il peut réagir. Il a l'air quand même vachement viril, et donc potentiellement super susceptible. Je fais non de la tête, à l'adresse du bouquetin. Ou de la licorne, je ne sais pas. J'ai oublié lequel des deux vient de parler. Parce que bordel, je n'ai pas de souvenirs clairs. Mais je sais que j'ai mal partout, est-ce que ça compte ?

Le problème, c'est que la bestiole comment à me faire flipper. Qu'est-ce qui s'est passé pour qu'on doive impérativement s'en souvenir ? En dehors de la licorne dans le bureau du directeur, du bordel dans le bureau du directeur, de la loutre dans le lustre du bureau du directeur et des ados à moitié nus dans le bureau du directeur, bien sûr. Qu'est-ce qui pourrait être pire ?

– Et il peut pas éteindre la musique l'autre là haut ?
C'est Arthur. Le contrarie pas... D'où il est il peut nous chier dessus. Genre vraiment.
Bon ok, j'descends et j'arrête la musique, Christian Grey ! lui réplique une loutre très étrangement conciliante.

Il balance une corde du haut du lustre – ce qui ne m'étonne pas plus que ça – puis commence à descendre de manière plutôt stylée, je dois bien l'avouer. Même si je ne comprends pas pourquoi il vient de dire qu'il voulait descendre depuis une heure, s'il avait une corde avec lui pour le faire à tout moment. Et pendant qu'il descend, je donne une petite tape sur le pectoral de Daniel.

Eh ! Pas de piercing au téton. La soirée a pas du être si mal !

Je me mets à rire toute seule sans vraiment me trouver drôle tandis qu'Arthur atterrit à côté de moi.

Bon les gars. J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c'est que les photos que vous avez envoyées ont bien été reçues, dit-il les yeux rivés sur mon portable. La mauvaise, je m'en souviens pas, mais je crois que c'est important.

Un craquement au-dessus de notre tête me fait lever les yeux.

Ah ouais, le lustre va tomber. C'est ça de s'y balancer au bout d'une corde, aussi.



________________________________


 
 
 


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Points : 35
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Jeu 8 Fév - 18:08
Haut le coeur

La musique s’arrête. Enfin. Il a l'impression que son cerveau se liquéfie de bonheur, telle de la glace au soleil. Ou un truc plus gluant. Une gelée. Ouais, Daniel a le cerveau en gélatine. Mais au moins ça ne fait plus mal quand ça cogne contre son crâne. Le machin descend du lustre avec une corde. Stylé l'animal. Furet ? Nop. Toujours pas. Va pour Arthur. Et il ne sait pas pourquoi il a presque peur et croit volontiers la demoiselle quand elle lui dit de ne pas contrarier la bestiole. Il frissonne. Ce doit être le froid. Pas une impression bizarre liée au familier qui le surnomme bizarrement. Grey. Pourquoi il l’appellerait comme un personnage aux goûts douteux d'un roman pour femmes frustrées et mièvres ? Il a rien fait pour qu'on l'y associe, à ce qu'il sait.... Bordel...

La tape de la fillette le reconnecte. D'où qu'elle le touche comme ça, hm ? Il n'a pas le souvenir qu'ils soient intimes... Et en fait ne veut pas le savoir. Non non non. Merci bien. Voilà.

- Eh ! Pas de piercing au téton. La soirée a pas du être si mal !

Daniel fronce les sourcils. Et écarquille les yeux d'horreur en imaginant le truc sous les ricanements de Loki, bien plus rapide à la détente que lui pour le coup. Le bouc trouve la blague drôle. Hilarante même.

- Oh putain parle pas de malheurs... Loki ta gueule.

Ça ressemble plus à un gémissement pathétique et désespéré qu'autre chose, avec sa voix qui lui arrache toujours la gorge. Le bouc redouble d'hilarité en l'entendant. Trop heureux pour être honnête. Mais le magicien n'a pas la tête à se creuser les méninges.

- Bon les gars. J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c'est que les photos que vous avez envoyées ont bien été reçues...

 Les photos... les photos... Quelles photos ?



Il est parti se balader en ville. Avec son appareil photo. Pour s'occuper un peu et se vider le cerveau. Il aura bien réussi au final... Après une promenade sympa à flâner tranquillement, Loki sur les talons à faire la conversation, ils ont décidé de se faire une pause. Puis c'est l'heure du goûter aussi. Alors faut bien refaire le plein de sucre. Et si ça peut faire taire quelques instants son bouc de compagnie, ce n'est pas lui que ça dérangera.

- Une gaufre ! Au nutella... Aller steu plaît y avait des promos en plus. Et du sucre dessus, puis un nuage de chantilly disouidisouidisoui dis-

Silence. Soudain. Limite ça fait s'inquiéter Dan' qui abaisse enfin les yeux pour prêter attention à son familier. Qui se trouve être face à face avec une loutre alors qu'ils passaient à côté de la table de celle-ci. Elle le regarde avec des paillettes dans les yeux. Et Dany le sent mal, mais oublie vite pour afficher un sourire contrit à la demoiselle à côté. Aux cheveux bleus. Why not, il en faut pour tout les goût hein. Chacun son délire, si elle préfère avoir des rayons de ciel d'été sur la tête, c'est son choix. Il tente une discrète tentative de fuite.

- Lok' ?

- T'occupes,va me chercher ma bouffe et reviens poser tes fesses ici.

Avortée. Le magicien s'en va dans un haussement d'épaules demander une bière et une gaufre au sucre avant de revenir s'installer près de son familier.

- Je peux ?

Il désigne la place libre, s'y installe,  récupère sa boisson et le truc trop sucré de son bouc.. Et il croit se souvenir avoir bu sa bière. Ou bien il n'avait pas pu justement... Merde.


Y a encore un blanc. Énorme. Et qui fait mal à la tête surtout.



Le flash est rapide. L'image floue. Mais elle donne un cadre. C'est bien de cadrer, hein. Mais l'histoire des photos, ça le rassure pas du tout. Surtout que depuis qu'il voit le portable de .. mince. Il sait son nom au moins à cette fille ? Oui. Non. Loki les présenté tout à l'heure, il croit se souvenir. Mais il se rappelle un peu d'avant. Un peu est un grand mot. S'ils ont passé un certain temps ensemble – mais pour faire quoi bordel?!- à finir dans cet état -et on ne finit pas ainsi en moins d'une heure avec une parfaite inconnue – il doit avoir son nom. C'est un truc de mec. Et court. Il croit. Ne sait plus. Du tout. Il en était où ? Ah oui, le portable. Il le connaît. Il l'a déjà eu dans les mains, il se souvient de ça. Mais alors où, qui, pourquoi et comment... Aucune idée. Et il est assez lucide pour paniquer sur le contenu de ces photos. Et à qui elles auraient pu être envoyées surtout.
Le magicien va pour ouvrir sa gueule, après un long silence à s'être trop perdu dans sa tête. Mais il n'en a pas le temps. Il se fait dégager brusquement et trébuche sur ses pieds. Se rattrape maladroitement un peu plus loin, un haut le cœur trop près des lèvres et la gelée de son cerveau ayant perdues toutes ses idées. Noyées après s'être trop faites secouer.

- PUTAIN mais ça va pas ou quoi ??!

Il gueule un bon coup sur Loki qui vient de le pousser plus loin. Mais avant que celui-ci ne réponde, le lustre se fracasse au sol, tout près de là où il se trouvait juste avant. Ah. Oui. Vu comme ça... Ok.

- … Merci.

- J'espère bien. T'as rien écouté hein...

- Nop.... Ai de la musique pourrie en tête.... Et quelqu'un qui gueule un truc sur une histoire de tatouage... Et de prendre en photo ses fesses...  

Un silence. Daniel se masse les tempes. Fixe à nouveau l'animal peinturluré qui se tient au milieu du bureau comme si la licorne avait la réponse à toutes ses questions. Et devant son silence, se retourne vers l'autre à deux cornes.

- Dis Loki... C'était pas moi hein ?
Ou le gouffre qui habite mon cerveau.

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Sam 10 Fév - 14:41
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

Moi le coup du téton percé, ça me faisait marrer.

La bonne, c'est que les photos que vous avez envoyées ont bien été reçues !

Mes yeux faillirent sortir de leurs orbites tant je les écarquillai. En impression, c'était mon cerveau que j'avais cru sentir couler par mes trous de nez. Une réaction aussi virulente et un mal de crâne aussi chiant ne faisaient pas bon ménage. C'était comme un mentos balancé dans une bouteille de coca. Mon cerveau étant le coca. Parce qu'il était pétillant ? Ou parce qu'il était rempli de merde ?

Pas le temps de réagir plus. Le lustre craquait au-dessus de nos têtes. D'un mouvement agile et gracieux, j'exécutai une roulade digne d'un ninja pour m'éloigner le plus vite possible du point d'impact. Enfin, c'était ainsi que je l'imaginai dans ma tête. En apparence, j'effectuai un roulé-boulé approximatif, comme un hippopotame qui aurait glissé sur un caillou, ou comme cette gamine qui tombe dans le générique de la Petite Maison dans la Prairie ! Dans un fracas assourdissant, des centaines de débris éclatèrent à travers toute la pièce. Personnellement, j'étais concentrée sur mon estomac. Il n'avait pas l'air d'avoir apprécié la pirouette.

L'autre gueula si fort que je le soupçonnais de pouvoir faire tomber un second lustre simplement par les vibrations de sa proéminente pomme d'Adam. Et admirais sa capacité à ne pas vomir même après une telle colère. Je crois qu'à sa place, je n'aurais pas pu terminer ma phrase sans exploser dans un geyser dont on peut s'épargner les détails visuels.

... gueule un truc sur une histoire de tatouage... 

Je marche en ville avec Arthur, un type à casquette et un bouc. La scène est légèrement improbable, et pourtant bien réelle. Le soleil commence doucement à se coucher. C'était quelques heures après ma première bière, quand Arthur venait de découvrir un bouc qu'il admirait sans que je ne comprenne pourquoi. Ah, mais voilà d'où venait ce mec et son familier ! On a du les inviter, un moment ou un autre. Ou alors ils sont venus nous draguer ? Et j'aurais dit quoi, oui ? J'ai du mal à le croire. Je ne marche pas droit et je rigole pour rien. Comment j'étais arrivée là ? D'où on venait, j'en avais une petite idée... mais où on allait ?

Qu'est-ce qui était arrivé au bar pour finir dans cette rue, à brailler ?

A brailler quoi ? Putain la honte, je sais. Je venais de raconter l'histoire du tatouage à l'indélébile au-dessus de ma fesse. J'assurais à la racaille que j'avais des couilles pour faire ce genre de trucs, apparemment convaincue par ma bravoure d'écrire le nom d'un chanteur sur ma peau. Et soudain, le miracle. Comme un appel du destin. Arthur, un couteau volé au bar à la main, escalade le bouquetin et se dresse sur ses pattes arrières, fier et impérial. Il attrape une corne pour se tenir, et pointe l'horizon du bout de son épée de fortune.

Un peu plus loin, le néon d'un tatoueur éclaire faiblement la rue dans laquelle nous nous engagions.


Lentement, comme si ça allait changer quelque chose, je soulevai le pan de ma robe le long de mes cuisses. Je serre des dents. Et ce coup-ci, pas parce que j'ai des nausées.

Dis Loki... C'était pas moi hein ?

J'ouvre la bouche, abasourdie par ce que j'avais sous les yeux.

Pour les fesses, je sais pas... Mais pour le tatouage, si ça peut te rassurer, c'est pas toi...

Je le regarde, le visage déconfit, comme un appel à l'aide. Mes mains tenaient le bas de ma robe au-dessus de mes cuisses. Sur l'une d'elle, un magnifique dessin stylisé représentait une loutre chevaleresque chevauchant son destrier à cornes.

Je reste silencieuse quelques secondes, avant d'exploser.

PUTAIN PUTAIN PUTAIN PUTAIN PUTAIN !!!

Je me lève d'un bond et commence à faire les cent pas en me tenant la tête, les yeux parcourant toute la salle à la recherche de... de quoi, au juste ? Je n'allais pas trouver un putain de bouquin m'expliquant comment retirer un tatouage. Ni une porte de sortie vers un monde où tout ceci ne s'était pas produit. Parce que bordel ! On était forcément dans un rêve à la con !

Mais l'alcool étant plus fort que moi, je finis par m'écrouler. Le regard vide, l'air absente. Blasée. Je fais glisser mon portable vers mon camarade – qui s'en tirait plutôt bien, lui ! Petit enfoiré !

J'ai pas la foi de regarder qui a bien pu voir nos culs. Fais-le, toi.
Du bon boulot, hein ! Si ça peut t'rassurer, les modèles sont super classes, dit Arthur en regardant mon tatouage, la truffe presque collée à ma cuisse.

Je me laisse tomber en arrière et reste les yeux rivés sur un plafond lézardé par la chute de son lustre.



________________________________


 
 
 


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Points : 35
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Sam 3 Mar - 1:32
Haut le coeur

- Pour les fesses, je sais pas... Mais pour le tatouage, si ça peut te rassurer, c'est pas toi...

Relève les yeux. Vers la demoiselle. Et suit son regard, qui descend sur ses mains. Sa robe. Ça pourrait être déplacé. Mais dans le vide de son cerveau, son esprit n'en a rien à foutre et matte juste la peau dévoilée. Noircie. Tatouée. Daniel se lève pour se rapprocher, fixant le dessin qui se précise sous son regard trouble. Il est presque fier, parce qu'il n'a presque pas chancelé. Et comme son équilibre a l'air de subir des crises de narcolepsie assez violentes depuis son réveil, ce n'est pas rien.
Une fois proche, mais pas trop quand même, il a un problème d'espace personnel à gérer, il ne sait pas trop, pas du tout en fait, à quel point ils sont 'intimes'. Ne veut pas savoir en fait. Donc une fois plus proche, ses yeux font la mise au point sur le dessin. Et c'est presque canon en fait. Si le sujet n'était pas leurs deux familiers dans une position improbable, mais pas déplacée hein, et surtout si le tattoo avait été fait consciemment. Ce qui n'est pas le cas quand on le fait en étant bourré avec un inconnu. Il croit. Mais n'est plus très certain de ce en quoi il croit.

- Plutôt canon en fait. Le tracé est super précis t'as vu ? Et...

- PUTAIN PUTAIN PUTAIN PUTAIN PUTAIN !!!

Sans qu'il puisse pousser un peu plus son analyse, la demoiselle se relève et commence à s'agiter dans tous les sens. A la recherche de quelque chose. Dan' sent son mal de tête lui reprendre plus sérieusement la tête alors que la nausée se fait sentir. Il préfère fermer les yeux, l'autre fille lui donne un mal de mer terrible. Il l'entend s'affaler à côté de lui alors que dans sa tête, la musique des Space Girl reprend plus fort.

J'ai pas la foi de regarder qui a bien pu voir nos culs. Fais-le, toi.

Il n'écoute pas le reste de ce que lui raconte la bestiole que Loki à l'air d'approuver plus loin. Ou plutôt, il percute pas, en plein bug sur le portable glissé jusqu'à lui.



« So tell me what you want, what you really really want,
I wanna, I wanna, I wanna, I wanna, I wanna really
really really wanna zigazig ha. »

C'est toujours un bar. Sauf qu'il fait nuit déjà. Et qu'il fait chaud. Il gueule avec la musique poussée à fond. C'est peut-être pas un bar en fait. Tout le monde danse, ou alors il danse tout seul mais c'est pas grave. En fait il sait même pas s'il danse ou s'ils se font un karaoké débile à deux, ou quatre parce que y a Loki et Arthur, une loutre, putain c'est ça.

« If you wanna be my lover, you gotta get with my friends,
Make it last forever friendship never ends ! »


Portable à la main, il prend approximativement une photo des familiers à côtés, puis de la demoiselle qui a l'air de gueuler autant que lui. Un autre verre. Il descend le shooter. Nouveau blanc.
Y a du son en fond. Ils sont dans la rue. Elle articule un truc qui le fait rire. Ou alors il se fout de sa gueule ? Ou il rigole pour rien en fait. Il a envie de pisser et il ne s’embête pas à chercher bien loin. Ouvre son futal et se soulage dans un coin.

- WSH BILLIE PPREND LA PHOTO !

Y a Loki qui le pousse, son froc qui glisse et il entend les gloussements de la loutre. Trop tard, c'est dans la boite. Il est suffisamment arraché pour ne  pas s'en inquiéter. Et même trouver ça plutôt fun. Il grogne quand même, pour la forme. Ou alors c'est son semblant de conscience qui  se réveille le temps d'une seconde. Il finit aussi vite que possible son affaire.

- Putain de merde Lok', fais pas chier. Et surprime ce truc.

- C'est pas moi, j'ai pas pris la photo et je n'ai aucun pouvoir sur ce qu'elle va devenir.

- Billie, c'pas cool là.



Il ne sait plus s'il l'a convaincue de supprimer la photo... en fait il sait très bien que non. Peut-être qu'il a réussi à la convaincre de prendre son cul aussi, pour être quitte. Ou si c'est Arthur qui a soutenu sa connerie. Il se souvient très bien avoir eu le téléphone entre les doigts, et que sur l'écran s'affichait les contacts de la demoiselle. Ce qu'il a fait ensuite...

Dany déverrouille le portable machinalement, sans être inquiété de la facilité avec laquelle il le fait, alors qu'il ne savait plus le nom de l'autre deux minutes avant. Et là l'image s'affiche. Il l'ignore rapidement, occulte plutôt bien ce qu'il apperçoit. Et se concentre sur les destinataires. Et il y en a quand même quelques uns... un peu trop.

- Euh... Billie … ? C'est normal que tous tes contacts aient des noms de super-héros ?

L'écran fait défiler un certain « Batman », une « ScarletWitch » puis toute la clique, de Hulk et Fury à Thor en passant par Flash, Superman et Catwoman... Il se demande un instant qui peut bien se cacher derrière Spiderman, puis arrête d’essayer de réfléchir et regarde la fille affalée à ses côtés avec un air de bovin face à un train. Pire qu'utile pour le coup. Et dans son inutilité la plus profonde, Daniel repose le portable au sol pour retourner à sa position initiale. Au sol, allongé, les mains croisées sous son crane,  là où sa tête et son cerveau peuvent se reposer un peu. Il aurait préféré ne pas avoir à ouvrir les yeux, pouvoir se rendormir. A la place, il se souvient vaguement avoir appliqué son verni rouge chez le tatoueur, après avoir fouillé le sac de sa camarade à la recherche de... quoi déjà ? Pas important. Il était juste tombé sur le verni et Loki lui avait suggéré de se faire les ongles. Ce qui lui avait semblé une bonne idée.
Ou le gouffre qui habite mon cerveau.

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Mer 7 Mar - 11:03
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

Euh... Billie … ?

Merde alors, il se souvenait de mon prénom. Alors que moi, j'avais complètement oublié le sien. Antoine ? Ah non, la chèvre me l'a dit tout à l'heure ! Mais j'ai oublié quand même. Tant pis, j'allais faire comme si ce n'était pas le cas, ça passerait sans problème. De toute façon, je n'ai pas besoin de cacher mon air de la nana qui cherche à se souvenir de son prénom sur la face, parce qu'il ressemblait beaucoup trop à mon air de la nana qui a trop mal au crâne avec des regrets qui lui burinent la cervelle. L'un et l'autre se confondaient donc dans une grimace de gueule de bois.

C'est normal que tous tes contacts aient des noms de super-héros ?

Et re-merde. J'étais sacrément bien amochée cette nuit. Mon portable était d'une organisation à toute épreuve. Chaque personne avait ses nom, prénom, surnom, photo et adresse e-mail enregistré et rien n'avait jamais chamboulé cette psychorigidité de mon quotidien. Sauf ce mec à casquette là. Qui n'a pas de casquette d'ailleurs. Quand est-ce que je lui ai prise ? Il avait réussi à me pousser si loin dans le vice que j'avais détruit la seule chose stable de ma vie. Non, je n'exagérais pas, et non je ne faisais preuve d'aucune mauvaise foi en portant toute la responsabilité sur lui. Je ne vois pas qui d'autre aurait pu me forcer à consommer ainsi.

Non, j'ai pas envie !
Bois, j'te dis ! Tu rentreras pour appeler ton frère demain !
Mais c'est aujourd'hui son anniversaire !
Mais on a des potes avec nous, regarde !

Daniel et Loki étaient en effet assis à notre table.

Juste une petite bière de plus !
Bon ok... Mais c'est la dernière ! Après, on rentre !
Cool, va nous chercher deux pintes.

Je dévisageai Arthur avec lassitude. Sale petite enflure. Il était en train de déchirer des pages de livre pour les donner à manger à la licorne punk. Qui était toujours là, pas dérangée pour un sou. A croire qu'elle était encore plus ivre que nous. Ce qui pouvait être le cas sans plus m'étonner que ça.

Je choppai mon portable, que Daniel avait reposé avant de s'allonger par terre, à croire que rien ne pouvait le perturber plus que ça. En effet, mon répertoire entier était une encyclopédie super-héroïque. J'aimais pas trop ça en plus, les super-héros. Et je ne connaissais pas la moitié des noms qui étaient inscrits sous mes yeux. Et aucune idée de qui pouvait être qui... à moins que...

Peut-être que Batman c'est Gabi, mon cousin... même s'il ressemble plus à un petit Robin... pensai-je à haute voix.

Je haussai les épaules et reposai mon portable moi aussi, oubliant par la même le but premier de cette inspection téléphonique : qui avait bien pu admirer en photographie le beau petit cul de Daniel.

Daniel ! C'était ça, son prénom !

Je me mis à tousser alors que le silence commençait à se faire oppressant. Je ne savais plus quoi faire, quoi dire ou quoi penser. On n'avait pas gratté la surface encore et mon mal de crâne n'avait fait qu'empirer. La prochaine fois que je picole, je me pose une GoPro sur le front. Le débriefing prendra moins de temps. Mais ce dont j'avais surtout besoin là, c'était de l'eau. Je n'en avais sûrement pas bu depuis près de vingt-quatre heures et j'avais la gorge qui picotait. J'ai du chanter un peu fort à un moment de la soirée.

Putain mec ! Ce karaoké c'était trop de la balle !
Et ton tatouage c'est trop de la balle aussi ! Ca te fait mal si j'appuie là ?
Je t'ai déjà dit, Art' ! Je sens rien du tout !
C'est sûrement l'alcool ça.
Mais non ! ça c'est ma cuisse !

J'avais passé mon bras autour des épaules de Daniel, comme le bon cliché des filles bourrées que j'incarnais. Nous étions de nouveau dans la rue, mais ma cuisse était maintenant couverte de film plastique qui protégeait un magnifique tatouage de deux familiers héroïques. Adieu les robes courtes à l'école. Tant pis ! Ca valait carrément le coup !

Dani... dis-je d'une voix enfantine, de celui qui allait annoncer une bêtise qu'il a faite. Je crois que j'ai oublié ma veste au bar. J'ai froid...

A ce moment, un groupe de jeunes humains déboulèrent en face de nous. Ils avaient l'air joyeux, énergiques et plein de volonté. La volonté de continuer à se mettre la tête à l'envers, comme nous. Après quelques échanges impossibles à retranscrire de par leur nature de langage mystérieux que seuls les individus sous l'emprise de l'alcool peuvent comprendre, l'organisateur de cette fantastique soirée entre amis nous convia à les rejoindre chez lui.


Euh, Dani... 'fin Daniel ? Est-ce qu'on aurait tapé une incruste chez quelqu'un qu'on connaissait pas, juste pour pouvoir encore plus picoler ?

Je pris mon portable et fouillai les photos enregistrées. Cul de Dani, Cul de Dani. Dani torse nu en train de chevaucher une statue en pleine ville. Cul de Dani. Cul de Billie. Soutien-gorge de Billie sur la tête de Billie. Mec que je ne connais pas. Meuf que je ne connais pas. Dani qui danse torse nu au milieu de plein de gens que je ne connais pas. Selfie de Billie avec une meuf que je ne connais pas en train de lui lécher la joue. Mec que je ne connais pas mais qui me rappelait quelque chose.

Tiens, grognai-je en faisant glisser le portable vers lui. J'crois que c'est ce type là.

Et d'enfouir mon visage dans mes mains en soupirant, les coudes sur les genoux. J'essayais de reconstruire un puzzle à mille pièces, dont huit-cent-cinquante pièces étaient noires. En plus, ma cuisse commençait sérieusement à me brûler.



________________________________


 
 
 


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Points : 35
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Sam 10 Mar - 0:14
Haut le coeur

Y a des bruits de pages arrachées. Et Billie qui reprend son portable apparemment, puisqu'il l'entend s'agiter un peu à côté.

- Peut-être que Batman c'est Gabi, mon cousin... même s'il ressemble plus à un petit Robin...

Oui. Elle a bien repris son portable. Et si ce Gabi ressemble à Robin, c'est presque intéressant. Il vient juste d'imaginer une version Billie au masculin en collant, slip vert et masque qui cache quedal de son visage. Sous ses paupières, l'image est nette. Et ça lui tire un sourire, un peu malade certes, mais  un sourire quand même. Puis, le silence qui s'étire. Reposant. Il sent presque son cerveau lui couler par les oreilles, mais au moins il n'y a plus rien d'autre que le vide intersidéral qui résonne dans son crâne. Et ça c'est presque le pied. Il commence à somnoler. A se les cailler aussi. Mais aucune idée de comment il a perdu son débardeur cette nuit, et pas envie d’ouvrir la bouche pour réclamer sa veste.  Il n'en a pas le courage . Là, juste à cet instant, il voudrait se dissoudre dans le sol, dissoudre son mal de tête, dissoudre son goût de bile sur le palais et l'alcool qui court encore paresseusement dans ses veines. Dissoudre tout ça, avant qu'un énième souvenir ne vienne percer la surface boueuse de sa mémoire. Parce que la suite, il la sent un peu moyen. Du peu qu'il sent. C'est à dire pas beaucoup.

- Euh, Dani... 'fin Daniel ? Est-ce qu'on aurait tapé une incruste chez quelqu'un qu'on connaissait pas, juste pour pouvoir encore plus picoler ?

La phrase a le mérite de le tirer du sommeil qui commençait à le gagner. Et de réactiver sa mémoire qu'il aurait préféré garder sur pause. Pour l'instant, ça lui rappelle un truc très vague cette histoire. Mais sans plus. Daniel grogne un « hum. » qui pourrait être une réponse positive à la question de la demoiselle alors qu'il roule sur le côté. Il prend appuie sur son coude, équilibre précaire pour regarder par dessus le bras de Billie et ainsi voir l'étendue du bordel de leur vie. A savoir, des photos qui défilent... Il y a bien ses fesses. Mais pas que. Celles de la sorcière sont là aussi. Et des sous-vêtements. Y a son torse quelques fois. Des visages qui lui disent quelque chose. Il croit. N'est toujours pas certain en fait. Ce qui lui traverse l'esprit c'est que peut-être bien que le reste de son débardeur est resté sur la statue là-bas... Ou alors qu'il la vraiment offert comme porte bonheur à une demoiselle fort bien jolie qu'ils ont croisé juste avant. Et qu'elle lui avait claqué sa main sur sa gueule.
Mal de crane.
Il se recule, ferme les yeux. Fort.

- Tiens. J'crois que c'est ce type là.


Visage souriant, presque avenant. Plutôt mignon l'autre con qui les a invités. Surtout qu'il a de l'alcool. Gratuit. Chez lui. Avec ses potes. Parfait. Voilà pourquoi ils sont dans un appart' inconnu avec des inconnus sur une musique bien trop connue. Et deux autres verres dans le sang plus tard, Dan' pique un fard. Trop d'alcool, il fait chaud et il rit trop, danse trop. Surtout que maintenant qu'il n'a plus rien sur le dos, il n'a plus rien à enlever. Alors il se lève, titube gentiment vers les glaçons et en porte à son front. Il zieute quand même Billie, pour savoir où elle est. Éclair de lucidité, qu'il ne lui arrive pas un truc merdique alors qu'il a le cerveau retourné. Puis comme il voit qu'Arthur ne la lâche pas, il se dit que ça va. Et reprend une bière cette fois.


- Ouaip c'est lui.

Lui. Le type qui les a invités. Mais y a pas que ça. Y a un autre truc avec ce gars. Il ne sait plus quoi. Cherche dans sa tête, mais il remue trop de choses, se donne la nausée tout seul.

- Tu lui as piqué son sac.

Merci Loki de l'aider... Oh merde. Pourquoi il lui aurait piqué un sac ?


- ...et là comment il a fermé sa gueule l'autre pd, j'te raconte pas.... Failli pissé dans son froc.

Y a quelques rires qui ponctuent la phrase. Mais il en a bien saisi le sens par dessus la musique et malgré le brouillard dans son crane. Okey. Merci mais non merci. Peut-être mignon ce garçon, mais bien trop con. Pour le coup, il lui semble presque avoir retrouvé ses esprits. Ou alors c'est encore sa connerie qui veut s'exprimer et pour une fois qu'elle a une bonne raison, il ne va pas s'en priver. Et foutre la merde. Alors c'est d'un pas décidé, approximativement assuré, qu'il franchit les quelques mètres, à peine, qui les séparent. Pour se planter devant l'autre gars. Dont le nom restera un mystère, il n'est même pas certain de l'avoir entendu un jour. Mais là n'est pas le propos. Il hésite entre lui casser le nez, mais ce serait risquer de tacher les dernières fringues qui lui restent, et autre chose. Il opte pour la seconde solution, se saisit du gars par la nuque pour lui rouler une pelle magistrale. Puis se recule, lui balance un doigt d'honneur face à sa gueule et fait demi-tour.

- Wsh Bill' vient, on s'arrache.


Dan' se souvient un peu de la suite. Il avait pris son sac à dos qui trainait près de l'entrée, avait tiré la demoiselle par le bras et ils avaient dévalé les marches pour sortir dans l'air frai de la nuit. Puis ils avaient couru. Enfin, lui avait couru et il avait dû tirer la demoiselle derrière lui, sûrement. Il se souvient aussi que ça gueulait derrière eux. Peut-être que c'était pour ça qu'ils avaient fini dans la forêt. Ou dans un coin avec des arbres. Beaucoup d'arbres. C'est bien une forêt du coup nan ?

- C'quoi cette histoire de sac ?
- En partant t'as cru prendre le tien
- ... Et ?
- C'était pas le tien.
- ...Et ?
- Le tien est sûrement resté au bar avec la veste de ta copine. Tu t'es planté, t'as récupéré celui de l'autre gars. C'pour ça qu'il était pas trèèèès heureux de te voir partir.  Surtout que t'as dû lui briser le cœur à l'autre chaton. J'veux dire, c'était intense votre baiser hein.

Un gémissement plaintif lui échappe, alors qu'il se prend à son tour la tête entre ses mains. Il ne sait pas s'il préfère que Loki se taise et donc continuer à patauger violemment dans la marmelade de son esprit, ou s'il veut de son aide même si pour ça il doit se coltiner ses remarques à la con. Il sent le regard amusé du bouquetin sur lui. Cet abruti est tranquillement allongé, en train de ruminer, se foutant joyeusement de sa gueule.

- Y avait des bombes de peinture dans son putain de sac à l'autre con.

Éclair de génie. Il se souvient du bruit des bombes qu'on secoue. Mais pour l’instant, ça s’arrête là. Et face à ce qui se précise à chaque souvenir, Daniel préfère ne plus savoir en fait.
Ou le gouffre qui habite mon cerveau.

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Lun 12 Mar - 11:41
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

J'ai un sifflement aigu dans les oreilles. Je croyais que je commençais doucement à aller vers le mieux. Mais en fait, pas du tout. Entre mon corps lourd comme un sac de plomb et mon esprit aussi brumeux qu'un champ de maïs aux aurores, je n'arrivais plus à me retrouver. Ce n'était pas moi, tout ça. Ou au contraire, c'était beaucoup trop moi. Je ne voulais pas encore me l'avouer, mais j'adorais cette sensation. Celle d'avoir vécu. La sensation d'avoir crié à plein poumon, d'avoir dansé comme mon corps le réclamait, d'avoir senti des peaux contre la mienne et des souffles dans ma nuque. Je m'étais laissée emporter par la vie. Et beaucoup de monde s'était collé à moi pour danser, mine de rien. Je ne crois pas qu'autre chose se soit passé. Autre chose de plus grave, je voulais dire. Enfin, de plus sérieux. Enfin, du sexe quoi. Le sérieux là-dedans, c'est subjectif. Peut-être avec Daniel ? Comment je pouvais le savoir ? Il devait bien y avoir une manière mais... non.

Dis, Arthur... Il s'est passé un truc entre nous ?
Quoi ?! Mais t'es dégueulasse ou quoi ?! Dégénérée ! Jamais je toucherais un truc aussi répugnant !
Mais pas nous nous ! Nous avec Daniel !
Toi, moi et Daniel ? Putain BB, reste loin de moi, tu vas m'faire gerber...
Mais t'es con ou quoi ?! Est-ce que Daniel et moi on a fait des trucs !
Bah ouais...
Quoi ?!
Bah vous avez passé la soirée ensemble, vous avez fait plein de trucs du coup.
Mais putain Arthur ! Est-ce qu'on a baisé, bordel de merde à la con ?!
Ah ça ! Bah je sais pas, ça ressemble à quoi ?
Laisse tomber, Arthur...

Je regardais Daniel qui semblait discuter avec Loki. Il n'était pas dégueulasse, c'est vrai. Pas du tout, même. Mais je ne pensais pas que, bourrée, je pouvais passer de « t'es mignon » à « prends-moi ». Quelle genre de fille ça fait de moi, ça ? Tu m'étonnes, que j'avais sa casquette sur la tête. J'aurais même pu lui piquer son porte-feuille, si on a vraiment été aussi proches. Enfin, ça restait à prouver et j'avais déjà bien suffisamment d'éléments à rassembler pour m'éviter d'en ajouter d'hypothétiques nouveaux.

– Y avait des bombes de peinture dans son putain de sac à l'autre con.
Hein ?

Mes yeux se tournent instinctivement vers la licorne.

Je courrais et je ne savais même pas pourquoi. Je savais juste que j'étais transpirante et que ce n'était pas le fait de courir. J'avais dansé. Avec plein de gens. Et j'ai eu des mains sur le corps. Et j'ai même embrassé une fille je crois. Ou alors un mec. Ou alors les deux. Putain, c'était trop bon ! Mais quand Daniel m'avait dit de  nous arracher, j'avais suivi sans me poser la moindre question. J'avais même embarqué une bouteille de vodka. Et une briquette de jus d'orange, qui ne servirait pas à grand-chose mais que j'avais trouvée mignonne dans toute cette dépravation.

Salut bande de gros nazes !

Pas ma meilleure insulte, mais tant pis. On avait couru et je ne savais toujours pas pourquoi. Ça méritait pas qu'on se fasse taper sur la tronche, quand même ? On ne s'est arrêtés qu'une fois entourés d'arbre et de silence. La minute précédente, la musique nous vrillait les tympans. Le changement était brutal, ma tête se mit à tourner sévèrement.

Je savais pas qu'on pouvait atteindre la forêt de l'école en courant juste cinq minutes comme ça.
Qu'est-ce que tu racontes ? Ça fait une demi-heure que vous courez !

Je ne l'écoutais pas. Je me tourne vers Dani et je le prends dans mes bras, parce que c'était trop cool comme soirée, et qu'il était trop cool comme type. C'était mon meilleur ami, putain ! Le meilleur ! Et en plus il était torse nu, alors c'était agréable. Est-ce que je l'ai embrassé ? Je sais plus. Si c'était pas le cas, j'aurais du. L'ambiance était parfaite. Mais j'me souviens surtout après, quand on a repris nos forces.

Il est deux heure du mat' et on est dans la forêt. On va chasser le dahu ? j'avais bafouillé.

Et puis j'avais commencé à marcher, j'avais trébuché, j'étais tombée. J'avais fait un roulé-boulé et j'avais entendu ma robe se déchirer.

On peut pas bouger d'ici ? Ce putain de bureau me rend complètement folle.

Je me relève. Difficilement, mais je me relève. Il fallait que j'aille trouver de l'eau surtout. Il me fallait beaucoup d'eau. Et des toilettes. Et une douche. Et un sortilège anti-gueule de bois. Ils avaient bien du inventer un sortilège anti-gueule de bois, bordel ! Et il me fallait des réponses ! Pas que la chose me paraissait importante... mais c'était pas ce que j'imaginais pour une possible première fois.



________________________________


 
 
 


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Points : 35
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Sam 17 Mar - 23:54
Haut le coeur

- Hein ?

Il suit le regard de Billy. Tombe sur la licorne à son tour. Qui a l'air de gérer ce lendemain de soirée bien mieux qu'eux deux. Faudrait qu'il pense à lui demander comment elle fait pour lui piquer son truc. Parce que lui, pour le coup, c'est pas vraiment ça. Mais il aime bien sa crinière. Non, faut pas envisager de faire la même. Rose et vert, très peu pour lui, merci. Et pour Loki qui est dans son champ de vision, aussi imperturbable que l'équidé, il a déjà tenté. Et ce ne sont pas les couleurs qui lui vont le mieux au teint. Quoique. Faudrait retenter.
Toujours au point mort, les yeux dans le vague et le cerveau noyé, Dany récupère un peu. Juste suffisamment pour oublier son cœur au bord des lèvres, avec l'estomac qui suit. Sans mouvement brusque, ni trop de bruit, il pourrait presque gérer. Presque. Parce que rien que de devoir penser ça lui fait mal à la tête. Et à la gorge. Oui. Il lui faudrait une infusion. Chaude. Avec du miel. Beaucoup de miel. Ou peut-être pas. Y a encore la possibilité de gerber... ce qu'il a déjà dû faire à un moment de la nuit. Le goût des sucreries se dissipe sur son palais. Dommage.

-On peut pas bouger d'ici ? Ce putain de bureau me rend complètement folle.

La bonne idée. Il acquiesce machinalement. Bien qu'il ne sache pas si bouger en soit une de bonne idée, maintenant que son corps  s'est à peu près calmé.  En voyant la motivation de la sorcière, il se dit qu'il peut bien tenter le coup. Et entame le processus pour se relever, une deuxième fois depuis son réveil. La fois de trop sûrement, surtout quand il sent sa vision se troubler et son équilibre se rendormir. Avec précaution, il finit debout aux côtés de Billie. Regarde sans vraiment voir Loki qui se propose de servir une nouvelle fois de monture à Arthur.


Essoufflé, Billie à son cou. Un rire débile lui échappe alors qu'il la sert dans ses bras. Heureux pour il ne sait pas quoi. Juste d'être là avec elle peut-être. Juste d'être. Parce que putain, il se sent bien. Puis il percute que la loutre squatte toujours le dos de son familier, mais que ça a l'air de déranger personne. Comme si c'est devenu une habitude. L'image est vraiment trop épique. Faut quand même qu'il se souvienne de se méfier d'eux deux. Loki qui sert de monture, c'est tout sauf anodin. Genre, il doit y avoir anguille sous roche. Alliance à la con. Il oublie son impression. L'esprit déjà ailleurs, à suivre Billie et ses malheurs. A savoir, à terre, sa robe déchirée. Il est lui même trop déchiré pour s'inquiéter, préfère se marrer. Avant de l'aider à se relever d'un geste qui se veut souple et assuré. Comme s'il pouvait-être quoi que ce soit à cette heure avec autant d'alcool dans le sang.

Un blanc, encore. Ils cherchent le Dahu. 'Fin c'est ce que la demoiselle voulait qu'ils fassent. Lui est en train de décuver un peu. Voir plutôt de se vider le contenu de l'estomac, appuyé de manière précaire contre le tronc d'un arbre. Qui a tendance à vouloir danser la macarena. L'arbre hein, pas lui. Lui il veut juste gerber en paix. Il relève la tête quand c'est bon. Se nettoie la figure d'un coup de magie. Se demande dans un éclair de lucidité comment il a fait pour ne pas se décapiter au passage. Puis hausse mentalement les épaules pour se concentrer sur le truc qui lui fait fasse. A savoir un machin blanc, grand, avec une corne.

- Billiiiiiiiiie ? C'est un machin comme ça q'tu cherches ?

Le truc tente de lui bouffer le doigt qu'il pointe dans sa direction. La bouteille de vodka est là. Il en propose à l'équidé, s'en boit une rasade et donne la bouteille à sa nouvelle meilleure pote. Si elle en a besoin pour appâter le tagada avec une corne là. Ça peut servir. Au moins, le goût de l'alcool lui a nettoyé le palais.



Le souvenir lui donne un putain de haut le cœur. Quitter la pièce oui. Rapidement. Il doit y avoir des toilettes pas loin hein. Personne ne peut avoir un putain de bureau sans avoir des putains de chiottes. Tout le monde pisse. Oh la merde. Daniel se précipite à travers la pièce, manque de se prendre la porte qu'il ouvre en quatrième vitesse, tourne approximativement à droite et permettre dans la première pièce venue. Nouveau haut le cœur, il se précipite vers la cuvette qui se trouve bien là. Comme par magie. Pas le temps de remercier le hasard ou quoi. Il dégueule tout ce qu'il peut. Et sûrement ce qu'il peut pas aussi. Ça lui brûle l’œsophage. C'est dégueulasse. Mais putain, ça lui fait du bien. Vautré assis sur le sol, il pense pouvoir refaire sa vie ici s'il le faut. Entre la fraîcheur de la céramique et le côté vachement pratique des chiottes, il ne demande rien d'autres. Ah si, peut-être.

- Oh putain...  Juste, tu peux m'balancer de l'eau à la gueule st'eupl ?
C'est presque clair quand il le prononce. Miracle.
Ou le gouffre qui habite mon cerveau.


________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Mar 20 Mar - 13:10
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

Le sol est mou, un peu instable. Je vois Daniel se lever à côté de moi, et ses mouvements me font tanguer vers lui, comme si son poids creusait le sol et me faisait glisser. Si vous ne pigez pas, prenez l'exemple d'un matelas. Je n'ai plus la force d'expliquer quoi que ce soit de trop compliqué. Ma gorge commence à gratter tellement j'ai soif. Et j'ai ce goût acide de bile qui sature mes papilles. J'ai mal au crâne, mal au bide, mal à la cuisse, aux pieds, au coccyx, au poignet gauche et à l'oreille droite. Je voudrais roupiller et ne me lever qu'une fois entièrement rétablie. Ne plus avoir à supporter ça.

C'est décidé. J'arrête de picoler.

Mec c'est décidé ! J'arrêterai jamais de picoler ! criai-je en levant mon verre de shooter.

La foule autour de moi pousse un « ouuuh ! » général pour approuver mon choix. On doit être dans l'appartement de la soirée là, juste avant que Daniel ne m'entraîne à l'extérieur. « Mec » est l'un des gars qui danse contre moi. Il a sa main sur mon cul, mais je suis trop bourrée pour réagir. Pourquoi on se croit toujours permis d'être un porc ? Ah ! C'est pour ça que je les avais appelés « gros nazes » en partant, et que je leur avais carotte des bouteilles. Parce que c'était tous des porcs ! Même les gonzesses voulaient boire leurs verres entre mes seins. Putain, je comprendrais jamais rien aux interactions sociales. Pas facile de s'intégrer quand d'un côté on t'insulte pour tes cheveux bleus, et de l'autre on te tripote en disant que tu es bonne. On pouvait pas juste me foutre la paix ?

En avant, fidèle compagnon !

Arthur était de nouveau à l'encolure de son nouveau meilleur ami. L'être vivant qu'il admirait et respectait sans doute le plus au monde, après lui-même. Juste parce que ce bouc le laisse grimper sur son dos. J'essaie de suivre Daniel mais il va beaucoup trop vite. Je le rejoins en me fiant aux bruits qu'il fait, dans la cuvette des chiottes. Je ne réagis même pas. A croire que je m'étais habituée à ces gargouillis de gorge et de souffrance. L'abandonnant à son affaire, je me précipite pour ma part sur le lavabo, y fourre la tête et ouvre le débit au maximum pour me désaltérer. Vous avez déjà vu un chien essayer de manger l'eau d'un tuyau d'arrosage ? Parce que je ressemblais à ça. Le débit était trop fort et l'eau éclaboussait tout mon visage. Mais rien à foutre, j'étais beaucoup trop heureuse. Je revivais. Enfin un peu. Pas trop non plus. Je recrachais la moitié du liquide qui remplissait ma bouche pour essayer de faire partir le goût de bile et l'haleine de vomis. Alors j'avais vraiment vomi ?

Je tirai Daniel en arrière, apeurée par le monstre qui venait d'essayer de le dévorer. Ou c'était juste un âne qui voulait lui mordre le doigt, je confondais un peu. Il s'en fout, me passe la bouteille. Je bois, garde la bouteille. C'était pas un dahu, ça. Qu'il est con ce mec, je l'adore putain. C'est mon meilleur pote. Comment il s'appelle déjà ?

C'est pas un dahu, c'est un cheval ! Par contre j'sais pas pourquoi il a une baguette magique sur le front, mais c'est stylé non ? LA !!!

J'attrape mon pote au bras en serrant de toutes mes forces, et pointe du doigt un animal proche de nous. Une sorte de chamois, comme pouvaient l'être un dahu. Mais celui-ci avait des cornes jaunes brillantes, et un chat bizarre sur le dos.

UN DAHU ! C'EST UN... C'EST ! C'est marrant, il ressemble à Lok... Oh merde.

Je cours à l'arbre le plus proche. Enfin j'ai cru. En fait, j'avais parcouru dix mètres en zig zag et étais revenue à côté de Daniel. Avoir hurlé et l'adrénaline d'avoir cru découvrir un dahu m'avaient retourné l'estomac. Je pose une énorme galette sur mes pompes, et tombe par terre sur les fesses. Comme un bébé dans sa couche. Sauf que j'ai pas de couche. Ça fait mal.

Oh putain...  Juste, tu peux m'balancer de l'eau à la gueule st'eupl ?

Je me redresse, avec un corps désormais composé d'environ cent-dix-huit pour cent d'eau – et d'un peu d'alcool – pour donner des coups de main dans l'écoulement du lavabo. Quelques gouttes voletaient jusqu'à Daniel, mais rien de folichon. Alors j'en pris dans les mains, courus jusqu'à lui, mais tout ce que j'avais s'était déjà échappé. Alors j'ôtai la casquette que j'avais sur la tête et l'utilisai comme pichet. Il me dirait rien, il m'aime bien.

Je lui renversai sur le crâne, et lui remis la casquette en place. Puis de me laisser glisser le long du mur jusqu'à le rejoindre par terre. Et de laisser ma tête tomber sur son épaule.

Tu crois qu'on s'est pécho ?

Enfin la question était sortie. Ca me taraudait depuis trop longtemps.

Tu sais c'est quoi qu'est chiant avec les chevals comme ça ? C'est qu'ils sont tout blanc ! C'est trop nul d'être tout blanc ! Au moins il pourrait avoir du bleu comme moi ! Genre sa colerette là. Enfin sa cr... cr-quelque chose. Enfin ses cheveux de cheval quoi.

Toujours assise dans les feuilles mortes et humides, je regardais l'animal et parlais d'une voix enfantine. Saoule, certes, mais enfantine. Avec des bruits de joue et tout. Pas facile à décrire, putain.



________________________________


 
 
 


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Points : 35
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Jeu 22 Mar - 17:34
Haut le coeur

- Merci.

Y a un genre de pluie qui lui tombe sur la gueule. Ça commence par trois gouttes à peine. Puis avec Billie qui se précipite vers lui les mains pleines d'eau. Il apprécie ses efforts, les admire même. Puis la douche. Délivrance. Ça fait un bien fou. Il a tellement pas la foi de quitter son poste pour se rafraîchir. C'est trop .. dangereux. Et il lui en veut même pas pour la casquette qui retrouve enfin sa tête. Trempée certes, mais fraîche et à sa place. Il n'en demande pas plus alors qu'il la regarde s'affaler à ses côtés, sa tête finissant sur son épaule. Dan' se contente de relever son visage vers le ciel....

- Tu crois qu'on s'est pécho ?

Et d'admirer le plafond. Parce que celui-ci est magnifique. Et blanc. Tout comme ce qui se passe à cet instant dans sa tête. Putain. Il avait évité de se poser la question depuis le début. Avait préféré occulter cette... éventualité ? Nan, parce qu'en fait, c'était juste impossible hein. Absurde. Inconcevable. Il préfère les mecs. Déjà, de base, ça met les choses à plat.  N'est-ce pas ? Alors pourquoi il a ce putain de flash d'avoir dansé un peu trop proche d'une meuf plutôt bien foutue à l'autre soirée à la con. Et pourquoi il l'aurait emballé merde ?
Daniel préfère occulter tout ça, laisser le flou en place. Il baisse le regard vers Billie, fronce les sourcils et tente de se souvenir. Lui. Billie et lui. Billie... Putain. Mais c'est une meuf. Mignonne ok, mais elle reste une demoiselle. Et puis il est même pas certain qu'elle soit majeur en fait. Oh fuck, mais en fait elle à quel âge ? Merde, l'état dans lequel ils sont, alors qu'il est certain qu'elle est encore qu'une gosse. Il est pas vraiment mieux hein. Mais au moins il est majeur. Il n'aurait jamais pu coucher avec une gamine hein... Sympa drôle et choupette et surtout totalement déchirée, mais UNE. Nop. Résolument non. Il est presque rassuré qu'aucun flashback ne débarque avec une scène perturbante et déplacée à lui balancer à la gueule.

-Nop. J'en ai pas le souvenir... Et j'suis censé être gay. En fait.

Il lui avait dit dans la soirée ? Ou non, peut-être pas. C'est tellement le bordel dans son crâne t'façon. Il repose sa tête en arrière contre le mur. Ne sait plus trop où il en est. A part là, assis dans les toilettes, avec Billie. Et Arthur et Loki qui les regardent de loin, un air de profond foutage de gueule affiché.  Ils en savent trop qu'il se dit avant de fermer les yeux, laissant sa tête reposer à son tour contre Billie.


Y avait eu un truc avec le Dahu. Ils l'ont vraiment croisé. Avant qu'il ne se change en Loki. Genre comme ça, pouf. Et Loki était arrivé à la place, avec Arthur sur le dos. Il se rappelle avoir regardé Billie courir de tous les côtés, puis l'avoir regardé gerber. Puis l'avoir regardé parler... Il l'avait écouté ? Aucune idée. Il préfère la rejoindre dans les feuilles, s’asseoir avec la grâce d'un pachyderme bourré à... quelle heure il est déjà ? Elle avait dit quoi t'aleur déjà ? Aucune idée non plus. Deux heures ? Ouais, ça à l'air d'accord avec sa montre. Depuis quand il a une montre ? Ah oui, le sac. Il l'avait trouvée dans son sac. Qui était pas vraiment son sac en fait. Parce qu'il ne se souvenait pas du tout qu'il était comme ça. Par contre, il ressemble à celui du gars. Canon. La montre hein, pas le gars. Enfin, si, mais non. Bref. Le sac fait un bruit de bombes de peinture. Y a le chevaux blanc devant. Et Billie qui n'aime pas trop ça. Le blanc, hein. Pas le tagada. Enfin, le tagada il sait pas en fait. Elle avait dit quoi déjà ? Bref, y a de la patouille. Et là, il a genre l'impression de trouver la réponse à l'univers. Il poc la joue de son amie et l’ébouriffe affectueusement, parce qu'elle fait une tête trop mignonne. Puis il ouvre le sac et sort les bombes de psshit de couleurs.

- Y a pas bleu. Y a.... du rose là. Et un genre de … de pomme. C'bon les pommes. J'ai faim. Tu veux encore d'la.. c'quoi en fait ?

Il présente la bouteille d'alcool qu'il a récupéré à un moment entre Billie qui boit, Billie qui court, Billie qui gerbe et Billie qui s’assoit. Il en boit deux gorgées avant de la tendre à Loki qui vient de s'incruster entre eux. Dan récupère la peinture du sac éventré. Tente de se lever. N'aurait pas dû s’asseoir. Puis se dirige vers le truc avec sa baguette magique sur la tête. Qui n'a pas bougé. Doit être totalement pété lui aussi. Alors il s'avance, prudemment quand même au cas où il aurait envie de le bouffer à nouveau, on est jamais trop prudent. Et appuie sur le psshit. Qui fait bien 'psssshit', mais qui colore Loki à côté plutôt que le machin blanc en face.



Son estomac s'est un peu calmé, son esprit aussi. Il n'a pu envie de gerber, mais se laverait bien le palais pour enlever ce goût dégueulasse qui lui reste. A la place, il a toujours une question qui le titille. Même si la réponse n'a plus aucune importance maintenant. Trop tard, il aurait dû s'inquiéter avant, à la rigueur. Au point où ils en sont maintenant t'façon. C'est plus par curiosité.

- En fait, t'as quel âge ?


Un pshiiit rose. Cette fois, c'est la crinière de la créature qui finit rose. Daniel éclate de rire, trop fier et satisfait.

- Bilou à toi wsh ! Regarde, en fait il est gentil .. sont gentils ? Ooowh... tavu comment il est devenu deux le truc ?!... Ah ba nan. Toujours un seul.

Dan se recule. Un peu. Fronce les sourcils, essaye de stabiliser sa vision. Et recompte. Nan, y a bien qu'un seul chevaux. C'est bon.



Ou le gouffre qui habite mon cerveau.

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Mer 28 Mar - 10:59
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

Nop. J'en ai pas le souvenir...

Vexant. J'espérais vraiment que rien ne s'était passé, ou le fait d'avoir oublié allait très vite blesser mon estime personnelle. Certes, elle n'était pas haute. Elle n'avait jamais été mirobolante – qu'importe ce que ce mot pouvait bien signifier – mais aujourd'hui plus que jamais, elle était presque inexistante. Avec mon état actuel et les flash-back reconstituant la pire soirée de tout l'univers, l'estime que je pouvais avoir de moi était faible. Très faible. A peine la dernière braise d'un feu de cheminée qui terminerait de se consumer, après qu'on l'ait étouffé d'un bois trop humide. Ou trop bourré. Je n'osais pas me regarder dans le miroir. Pour ne pas voir le déchet de dépravation que j'étais. En plus, mon maquillage devait être affreux.

Et j'suis censé être gay. En fait.

Ah merde. Merde ? Pourquoi merde ? Est-ce que j'avais vraiment espéré avoir passé la nuit avec lui ? Enfin, j'avais passé la nuit avec lui. Mais pas avec lui, quoi. L'idée avait ajouté un peu de piment, pour le temps qu'elle dura. Mais en fait, rien. On s'était déjà bien contenté d'être de bons potes alors qu'on ne se connaissait que trop peu. Et c'était largement suffisant. Enfin quand même, il était sacrément bien foutu. Au moins mes yeux se seront régalés, eux.

On reste là, assis sur un carrelage trop froid, l'un contre l'autre, posés à côté d'une cuvette de chiotte remplie des restes d'une bonne soirée. L'odeur se mêle à celle des produits détergents. Quelqu'un avait fait le ménage peu de temps auparavant. Désolée pour lui. Quand je sens la tête de Daniel s'abandonner contre la mienne, comme on abandonne tout espoir de vivre – ou tout espoir de retrouver un jour un esprit sobre, au choix – je ferme les yeux et me colle un peu plus à lui. Ça réconforte de ne pas se sentir seul, quand on a l'impression de mourir un petit peu en dedans. Parce que je me sens toujours aussi mal. J'aimerais rester ici et dormir un peu...

J'enlève la veste de Daniel qui s'était retrouvée sur mon dos, je ne sais plus quand, pour essuyer avec le tissu intérieur le pelage coloré de Loki.

Je redressai légèrement la tête, ouvris le pan de ma veste et découvris avec horreur que l'intérieur était couvert de peinture acrylique. Je grimaçai dans mon coin et cachai lentement le désastre, avant de reprendre mon oreiller comme si de rien n'était.

Bon, ça part pas. Et du coup c'est encore plus moche maintenant.

Je hausse les épaules en signe de résiliation, et sursaute quand Daniel éclate de rire. Je me retourne et regarde le cheval aux cheveux rose. Putain, il est magnifique. L'autre me parle, mais je comprends rien à ce qu'il dit. Je crois qu'il parle un peu tout seul surtout. Ou alors, il croit que je suis juste à côté alors que pas du tout. J'en sais rien. Il me tend la bombe, mais moi c'était une bouteille presque vide que j'avais en main. Quand est-ce que j'avais pris ça ? Je remets son manteau parce que je ne veux pas qu'il voit que je l'ai bousillé. Même si c'est à cause de Loki.

J'essaie de peindre la licorne amorphe, sûrement aussi défoncée que nous, mais me rends compte trop tard que je m'étais trompée de main. Je suis en train de l'asperger avec des restes de vodka. Et elle en a rien à secouer. Une chance quand même de tomber sur cette licorne qui se laissait complètement faire. Je lui fais des graffitis sur le cul et me prends vite pour Banksy. Ce que je fais est putain de magnifique, je crois.


En fait, t'as quel âge ?

J'ouvris les yeux. Merde, il flippait de mon âge ? Peut-être qu'il avait eu un flash-back qu'on n'avait pas partagé. Peut-être qu'il s'était vraiment passé quelque chose. Peut-être que ça expliquait pourquoi Arthur ne disait plus rien depuis de trop longues minutes. Peut-être que cette petite saloperie savait et qu'il nous laissait découvrir la vérité par nous-mêmes, parce que c'était beaucoup plus drôle comme ça pour lui. Ca allait, je n'étais pas une gamine non plus. J'avais passé la majorité sexuelle. Mais ça marchait vraiment comme ça ? Qu'est-ce que j'en savais. Les lois moi, quand j'ai la gueule de bois, j'y pense pas.

Ça dépend, combien de temps elle a duré cette putain de soirée ? Hier j'avais seize ans, mais là j'ai l'impression d'en avoir quatre-vingt-six... T'en fais pas, je dirai au juge que j'étais consentante, plaisantai-je en soupirant, un sourire au coin des lèvres. Je sais bien que t'as trois ans de plus, et que t'es chez les Phénix.

Je me redressai en fronçant les sourcils. Tout mon visage était froncé, même.

Comment je sais ça, d'ailleurs ? Je me souvenais même pas de ton prénom il y a dix minutes.

COURS ! COURS ! COURS ! COURS ! COURS !

Ah ça, on est en train de courir. Même la licorne court avec nous. Elle est paniquée. Et nous aussi. Même Arthur, sur le dos de Loki, lui donne des coups de patte sur le fessier pour le faire accélérer, parce qu'il a la peur de sa vie. Et nous, on hurle. Je crois même que j'ai un peu vomi pendant ma course.

Mais qu'est-ce qui s'est passé ?



________________________________


 
 
 


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Points : 35
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Lun 2 Avr - 21:32
Haut le coeur

- Ça dépend, combien de temps elle a duré cette putain de soirée ? Hier j'avais seize ans, mais là j'ai l'impression d'en avoir quatre-vingt-six... T'en fais pas, je dirai au juge que j'étais consentante.

La remarque le fait presque rire. Presque. Parce que d'un coté, il veut pas trop secouer son estomac, ni son cerveau d’ailleurs. Et parce que de l'autre, il est en train de somnoler plutôt confortablement et qu'il a la flemme de vraiment rire. Alors il sourit en réponse au sourire qu'il entend dans la voix de Billie. Et c'est suffisant.

- Parfait. Moi aussi.

Moi aussi quoi, il ne sait pas. Pas certain qu'il ait fini de décuver en fait. Moi aussi qu'il était consentante ? Qu'il a seize ans ? Un truc du genre. Ou pas du tout ça. En fait, y a Billie qui reprend la parole et ça lui enlève le bug dans sa tête.

- Je sais bien que t'as trois ans de plus, et que t'es chez les Phénix.

- Gg. J'le savais même plus là j'crois.

C'est à peine un murmure désarticulé. Il la sent bouger. Il dégage sa tête les deux secondes où elle se redresse. Puis se réinstalle et referme les yeux.

- Comment je sais ça, d'ailleurs ? Je me souvenais même pas de ton prénom il y a dix minutes.

Il hausse les épaules. Ce doit faire tressauter la demoiselle qui le prend pour son oreiller. Il s'excuse mentalement, Loki soupire.

- Merci, ça fait plaisir.

Daniel n'arrive même pas à lui en vouloir. C'est plus taquin ou blasé comme ton, plutôt qu'autre chose. Parce que de toute manière, il n'était pas très au clair non plus au début. Puis vu ce qu'ils ont partagé et tout, il ne peut plus lui en vouloir pour quoi que ce soit. Ce genre de lien, ça dépasse tout. Ça transcende l'univers avec des relents d’alcool dans leur sillage tu vois. Vive les gueules de bois pour créer des liens.
L'odeur commence à vraiment être trop forte. Ça pourrait lui retourner l''estomac de nouveau.En fait, ça va lui retourner l'estomac de nouveau s'ils en restent là.  Dans le doute et dans un effort sur humain, le magicien se dégage doucement de Billie.

- 'Tention, j'bouge.

Et se relève. Le bruit de la chasse-d'eau n'est même pas réconfortant, mais c'est une bonne chose de faite. Il prend à son tour le lavabo en otage, passe la tête sous l'eau avec sa casquette, pour ce qu'elle a vécue, et tente d'enlever ce putain de goût de bile qui lui reste sur le palais. Ce n'est qu'après avoir bu de tout son soul qu'il se redresse et s’essuie vaguement la bouche. De toute manière, il est trempé. Entre sa casquette, sa tignasse qui ruisselle et ce qu'il vient de s'enfiler, il est au frai, dégoulinant et aussi radieux que possible après avoir survécu à ça. « Ça » englobant un vidage d'estomac, une perte de mémoire, une soirée défoncé et plus d'alcool que de sang dans les veines. Radieux, donc.
D'un pas un peu plus assuré qu'il y a peu, Daniel se retourne. Et admire leur petit groupe. Il y a Arthur et Loki qui sont toujours suspects. Il ne sait encore pas exactement pourquoi, mais ils le sont. Rendus coupables de trop de crimes qu'il a sûrement perdu au fin fond de sa mémoire. Puis y a Billie. Il lui tend la main, pour l'aider à se relever. Si elle le désire. Sinon, c'est lui qui la rejoindra au sol pour retrouver sa place près des chiottes. Alors qu'il tend son bras vers elle, il percute des marques qui le macule.

- Putain. T'es passionnée comme meuf toi.

Sa blague tombe à l'eau, si s'en était vraiment une. Parce qu'il se souvient un peu de comment il s'est fait toutes ses griffures. Et bleus.


- COURS ! COURS ! COURS ! COURS ! COURS !

- PUTAIN DE MERDE ! TU CROIS QUE J'FAIS QUOI?!

Ils courent. Il s'arrache les poumons,mélange dans un joyeux bordel le contenu de son estomac. Et met ses bras devant lui pour se protéger le visage et le torse des branches et autres joyeuses conneries qu'on trouve dans une foret lambda. Ca lui pique la peau. Mais il n'en a rien à foutre. Entre l'alcool qui lui épargne les bobos et surtout la peur qui insuffle autant d'adrénaline dans les veines qu'il a de boisson, il ne sent rien d'autre que le vent. Ils doivent courir vachement vite.

- WSH MAIS TRAINE PAS BORDEL !

Il prend Billie par la main, la traîne derrière lui. Puis percute que la licorne court sûrement plus vite qu'eux. Et dans sa tête ça fait comme dans un film, il prend Billie dans ses bras, la lance sur le cheval et ils filent au vent comme ça...
Ça restera dans sa tête. Parce qu'il vient de trébucher comme une merde, de lâcher la gamine pour se rattraper comme il peut et de reprendre sa course.



Daniel regarde ses bras et ses mains. Trouve les égratignures qui les habillent. Comprend aussi pourquoi potentiellement ça le pique à d'autres endroit de son corps, là où il aurait pu s'écorcher dans leur course. Mais ce qu'il ne s'explique pas, c'est la marque qu'il vient de voir dans le creux de son bras qu'il tend à la demoiselle. Marque distinctive. Reconnaissable. Pas un gentil bleu non. Un. Putain. De. Suçon.

- Et merde.

Aucune idée d'où ça peut venir. Ni de quand. Ni de qui. Le  pire c'est qu'il ne supporte pas ça. Et qu'il va devoir s'afficher avec le temps que ce truc disparaisse. Heureusement que ce n'est pas le cou. Hein qu'il n'a rien dans le cou ? Et pourquoi y a cet air satisfait et pire que moqueur sur la gueule de son familier ?


- PUTAIN MAIS SI JE TROUVE LE CON QUI.

Il tousse, crache un peu, reprend son souffle, reprend sa course. La licorne dépote grave. Billie traîne pas non plus. Et leurs familiers sont en tête.

- LE CONNARD QUI RAMÈNE DES PUTAINS DE LOUPS PRES DE L’ÉCOLE.

Il court, n'a pas le temps de réfléchir. Ils entendent juste des hurlements caractéristiques qui se rapprochent. Il ne sait même pas s'il y a vraiment des loups dans c'te foret. Mais ça gueule pareil que dans les films. Si la licorne court aussi, c' est bien qu'il y a un danger hein ? Genre elle a de l'instinct elle, elle aurait pas bougé sinon. Quoique, vu comment elle est pétée elle aussi, c'est pas garanti... Ça n'existe plus les loups-garous hein ? Manquerait plus que ça.

- JE LE TUE, PUIS JE LE BOUFFE, PUIS JE LE RETUE AVEC SES BOYAUX.

Il ne sait même pas ce qu'il raconte, ni si quelqu'un l'entend, ni si, dans le cas où ils se feraient bouffer, ça serait de la responsabilité de quelqu'un – dirlo ? Garde-chasse ? Sa mère ? -  et dans le doute, il continue de courir.

- BOUGEZ VOTRE CUL ON ARRIVE !

Ça, c'est Loki qui gueule. Ou alors c'est son frère jumeau. S'il en a un. Bref, l'école est presque en vue. Il prend Billie qui ralentit trop dans ses bras pour finir les derniers longs mètres. Et ne s’arrête qu'une fois la porte d'un bâtiment franchie et fermée derrière eux.

Ou le gouffre qui habite mon cerveau.

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Points : 256
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel] Mar 3 Avr - 20:17
ft. dani,loki&licorne
Hangotter

'tention, j'bouge.

Je grogne en me redressant, un effort surhumain que je n'avais été préparée à faire. C'est que j'étais bien là, la tête contre lui, le cul contre le carrelage glacé, la cuisse enflammée par le tableau d'une chevauchée épique. Et puis j'ai mal partout. Des courbatures, des hématomes, et sans doute d'autres provenances multiples de douleurs dont je préférais ignorer les origines. Et j'ai froid, je tremble un peu. Et chaud aussi, je transpire comme une sale. Je me sens fiévreuse. Ou alors, c'est l'un des symptômes de la gueule de bois. Une variante possible. Chacun la vivait un peu différemment, si j'ai bien compris ce que j'entendais autour de moi. Certains n'ont rien. D'autres le mal de crâne. D'autres encore continuent de vomir toute la journée. La plupart ont un black out, pas toujours. Moi, j'avais tout à la fois. Ou presque. J'exagérais peut-être. J'exagérais pour me plaindre, et je me plaignais pour me faire plaindre. J'aurais aimé avoir quelqu'un pour s'occuper de moi. Je serais bien allée voir Lexa, mais les images qu'il avait probablement vu de moi ou de mon compagnon d'infortune me poussait à me tenir éloignée au moins quelques jours.

D'un œil absent, je suis les gestes flous de Daniel. La chasse d'eau me vrille les tympans et brise mon crâne en milliers d'éclats d'os. Je plisse les yeux, comme si ça allait changer quelque chose. Il boit, il se mouille le visage, il s'essuie. La difficulté qu'il semblait avoir pour effectuer le moindre mouvement, j'en fus surprise de m'en rendre compte, avait un petit quelque chose de sexy. Le style nonchalant, ça me plaisait. Heureusement, l'odeur de son dégueulis calmait mes ardeurs d'adolescente.

Il me tend la main, je la regarde une seconde. Où veut-il qu'on aille ? Si on croisait la moindre personne, on était morts. Autant se planquer dans ces chiottes jusqu'au lendemain. Si on survit jusque là.

Putain. T'es passionnée comme meuf toi.
P... Pardon ?

Il était en pleine contemplation de son bras, alors que je venais d'attraper sa main pour me relever. Du coup, il me relevait pas du tout. Sûrement perdu dans un flash-back ou quelque chose du genre. C'est vrai que ses bras sont couverts d'égratignures. Et c'est vrai que cela pouvait à s'y méprendre ressembler à des traces d'ongles. Je n'ose pas plus y penser. C'était drôle, mais pas trop non plus. Je ne sais pas, en fait. C'est drôle ou pas ?

Je force pour me remettre sur mes pieds. C'est difficile. Je tangue un peu. Le monde tangue aussi. Mais pas dans le même sens. Je retiens un vieux rot à l'arrière-goût de vomi. Ca ne va pas mieux, je crois. Arthur continue de me lancer des regards en coin, trop silencieux pour être innocent. Trop lui-même pour être innocent dans tous les cas. Mieux vaut ne pas penser à ce qu'il sait. Même si j'aimerais savoir. Peut-être qu'en sachant, je préférerais ne pas savoir. J'espère aussi qu'il n'a rien vu de... qu'il n'a rien vu, quoi. J'écarquille les yeux en les plongeant sur la loutre malicieuse. Une pensée horrible me traverse l'esprit.

Je suis dans les bras de Daniel, devant l'entrée du château. Quelle force, ça me fait quelque chose ! Je ne peux pas rester indifférente à cette démonstration de virilité. Même s'il hurlait de peur aussi. Je m'accroche à son cou en regardant derrière. J'ai peur aussi, comme si ma vie dépendait était entre ses mains. Ce qui est le cas, littéralement, puisqu'il me porte. Je crois que j'ai un peu vomi en chemin, et que ça a un peu dérapé sur son épaule. Tant pis.

Je regarde derrière parce que je m'attends à voir nos poursuivants. Je ne sais même pas ce que c'est. Si ça se trouve, ils n'existent même pas. On a tout inventé. C'est la licorne, elle est défoncée et a des hallucinations. Elle a eu un coup de flippe et nous on a suivi.

Tout ce que je vois, c'est un type qui sort de la cabane du garde-chasse pour nous regarder courir d'un œil endormi. Il est en peignoir et boit dans une tasse. Il ne semble pas s'inquiéter de voir deux élèves, deux familiers et une licorne courir en hurlant dans le parc. Comme si c'était courant, pour lui.

Et s'il n'avait pas envoyé que des photos avec mon portable ? Et s'il y avait autre chose que les fesses de Daniel ?

J'ai envie de pleurer comme un bébé, putain. Je veux ma mère, mon lit et mon doudou.

– Et merde. 

Je pose mon regard apeuré sur le bras du garçon, qui le contemplait lui-même. Un énorme suçon dans le creux du coude. C'est moi, ça ? C'est vrai que je suis une sauvage. Pourquoi j'en éprouve une certaine fierté ? Non, j'ai honte. Et si des gens avaient vu ça ? Et si on finissait sur internet, sur des sites sur lesquels je ne suis légalement même pas autorisée à aller ?

On est par terre, adossés à la porte fermée derrière nous. Il y a une licorne qui renifle Arthur pour y grignoter les feuilles empêtrées dans son pelage. Il y a un bouc au bord de la mort par asphyxie. Il y a Daniel qui m'a sauvé la vie, et moi en train de lui sucer le bras. C'est comme ça qu'on remercie les hommes ? Ah non ! La grosse, grosse écharde qu'il avait de plantée là. J'ai voulu lui rendre la pareille en volant à son secours, mais peut-être que j'en ai un peu trop fait. Je recrache le bout de bois et m'écrase par terre pour y mourir. Sauf que je ne suis jamais morte. J'étais juste trop bourrée.

Faut se débarrasser d'elle, c'est un témoin gênant ! je grogne en montrant approximativement la licorne de la main. Eh je sais !

Je me redresse d'un coup – mauvaise idée pour l'estomac et les globes oculaires – et regarde Daniel comme si j'allais annoncer l'idée du siècle. Ce qui est pour moi, à cet instant précis, complètement le cas. Mes yeux dégage une malveillance qu'on ne m'a jamais connue. J'étais en train de sombrer du côté obscur. Tout pour protéger mes arrières. Même les pires méfaits.

On n'a qu'à la filer à bouffer au Sphinx.

Désolé mon pote... finis-je par dire la mine basse, honteuse de la marque laissée sur son bras. Du coup... tu crois que j'suis un bon coup ?

Je m'approche de lui et observe minutieusement sa nuque, puis son dos.

Oupsi...

Derrière son oreille, une trace de rouge à lèvres presque effacée. J'y passe le doigt pour lui montrer, qu'il ne panique pas outre mesure. Mais qu'il puisse commencer à paniquer un peu quand même.



________________________________


 
 
 


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Points : 35
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very swag trip [PV Daniel]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Very swag trip [PV Daniel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Like a flower [Daniel]
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Daniel Edouard, boxe ayisyen, chanpyon WBA pwa mwayen latin/ameriken
» Trip à trois!
» Invitation au voyage (Daniel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Espace Détente :: RP terminés-
Sauter vers: