aventure nocturne • pv billie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Espace Détente :: RP abandonnés
MessageSujet: aventure nocturne • pv billie Dim 19 Nov - 20:12
Une étoile filante traverse le ciel ; Roxane se redresse vivement, les yeux brillants, avant de joindre ses mains pour faire un vœu. Oh, elle sait que c'est puéril, ridicule même selon certains. Mais l'espoir fait vivre après tout. Et puis, cette légende urbaine vient bien de quelque part, non ? Son dos retrouve doucement l'herbe et, à nouveau, elle se perd dans la voûte céleste, des rêves plein la tête.

Elle s'imagine léviter dans l'espace, de marcher au milieu de toutes ces petites lueurs ; et pourtant, c'est tellement étrange de réaliser que ce ne sont pas de simples petites boules lumineuses qui flottent. Roxane est bien incapable d'expliquer les phénomènes astraux, l'espace, tout cette physique particulière. Peut-être que, un jour, elle pourra trouver des réponses à ses questions elle-même. Pour l'heure, elle se contente de rêves et d'observation presque tous les soirs.

Et elle pourrait passer des heures là, à tracer les constellations du bout de son doigt, de les imaginer prendre forme et se mouvoir dans le ciel ; le Lion chasserait le Bélier, Orion chercherait à se venger du Scorpion, ou encore le Verseau observant paisiblement l'eau qui se déverse de son amphore. Oui, elle pourrait y passer des heures, et des heures, et des heu-

Elle se redresse brusquement avant de regarder sa montre ; Roxane esquisse une grimace avant de regarder nerveusement autour d'elle. L'heure du couvre-feu est largement passée ; si on la trouve ici, elle risque de passer un mauvais quart d'heure. Oh, bien sûr, ça fait longtemps déjà qu'elle s'accorde des virées nocturnes, mais plus les années passent, et plus elle grignote un peu plus de temps. Et plus le risque d'être attrapée est élevé, sans parler de la sanction bien salée qu'elle gagnera.

Elle rassemble ses affaires et se glisse alors dans les ombres des bâtiments pour se faufiler dans l'école. Opération commando lancée. Roxane avance prudemment, Alonso sur ses pas qui sautille joyeusement. La blonde s'étonne encore que son familier n'ait jamais fait capoté ses excursions ; il est tellement infatigable et joyeux…

Roxane fait de nombreuses pauses, le coeur battant, attentive au moindre bruit. Et quand elle aperçoit enfin l'escalier menant aux dortoirs des filles, elle pousse un soupir de soulagement.

« Qui va là ?! »

Elle sursaute et se cache aussitôt en bas des marches ; une ombre se dessine, accompagnée de bruits de pas. Roxane a crié victoire trop tôt ; que faire ? Courir dans les escaliers risquerait d'attirer l'attention de l'adulte qui rôde dans les couloirs. Elle décide alors de retirer ses chaussures et s'élance dans les marches, suivie de près par Alonso qui gravit les marches deux à deux en bondissant joyeusement.

Et elle grimpe encore et encore, loupant finalement la porte du dortoir pour continuer toujours plus haut. Jusqu'aux étages écroulés. En voyant les décombres mêlant roche et bois en face d'elle, Roxane hésite : doit-elle redescendre au risque de croiser son poursuivant ? Ou doit-elle continuer au risque de se blesser dans le pire des cas ? Dans les deux cas, le danger est présent. Son coeur, bercé par l'adrénaline, finit par lui arracher un sourire. Elle remet ses chaussures et enjambe les débris pour se faufiler dans les décombres.

Roxane semble entendre les pas se rapprocher et, finalement, elle décide de se cacher derrière un énorme morceau de mur -sûrement, elle n'est pas très forte en architecture- et, serrant Alonso contre elle, elle retient sa respiration. Et elle attend. Des bruits de pas semblent s'arrêter un peu plus loin, de là où elle vient. Roxane ferme machinalement les yeux lorsque la voix résonne à nouveau. Puis le silence règne. Et les bruits de pas s'éloignent.

Elle attend encore un peu, pour être sûre, puis la pression redescend et elle pousse un long soupir, libérant Alonso. Le quokka s'éloigne de quelques pas, semblant remettre de l'ordre dans son pelage.

« Tu sais Roxy, je continue à penser que je devrais partir en éclaireur ! »
« Aha, parce que tu crois qu'un familier qui se promène seul, ça ne va pas paraître suspect ? »
« Mais, il arrive aux Compagnons de se promener sans le Docteur ! »

Roxane regarde son familier avant de lâcher un petit rire amusé ; ses goûts déteignent même sur son familier. Elle se relève alors et époussette ses vêtements avant de faire quelques pas. Soudain, elle entend un petit bruit et se fige un moment avant de tourner la tête pour essayer de repérer le bruit.

« Quoi ? »
« J'ai entendu quelque chose... »
« La fille derrière toi peut-être ? »
« Oui, ou alors, peut-être un Ood ou un Zygon qui… Quelle fille ? »

Elle se retourne et aperçoit alors que, depuis tout ce temps, elle n'était visiblement pas seule. Elle échappe un hoquet de surprise et recule de quelques pas.

« Que… Tu… tu m'as fait peur ! » Ah, et si c'était un Dragon ? Roxane se triture les doigts, la tête légèrement baissée. « J-je… je suis désolée, je… enfin... »

Et zut.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: aventure nocturne • pv billie Dim 19 Nov - 23:04
ft. roxy&alonso
Otter Who

- Je dois aller aux toilettes aussi...
- Eh bah retiens-toi !
- Merci de ton conseil, t'es un vrai pote... Tu veux toujours pas aller chercher de l'aide ?
- Crois-moi, c'est mieux comme ça.
- C'est mieux de rester bloquée jusqu'à ce que je me fasse dessus ? J'ai compris la leçon, je t'ai dit... même si je maintiens que tu es super mal placé pour donner des leçons à qui que ce soit.
- Ça t'apprendra...
- … à vouloir sortir en douce la nuit, oui j'ai compris.
- Mais non... tout le monde s'en tamponne de tes délires d'ado rebelle ! Ça t'apprendra à dire que Dark Vador a une gueule de "flamby-dégueuli" !
- Mais je... Attend, quoi ? C'est pour ça que tu veux pas m'aider ?
- Oui ça... et la bière que t'as pas voulu m'acheter samedi.
- Putain Arthur, merde ! Une loutre ça boit pas de bière !
- C'est pas parce que vous avez décidé qu'on était une race de tafioles qu'on en est vraiment une. Vous avez déjà proposé une bière à une loutre ? Non. Alors comment vous savez qu'on en veut pas ? CQFD, et te v'là coincée. Réfléchis-y, moi j'vais m'promener.

Tandis qu'il m'abandonnait bel et bien à mon sort, escaladant les gravats avec une impressionnante agilité, je me mis réellement à penser à tout ce qui m'avait conduite ici. Tout avait si bien commencé. La journée avait été calme, Arthur avait été plutôt agréable – quoi que ce dernier élément aurait du me mettre la puce à l'oreille pour la suite des événements – et nous nous étions allongés dans le lit très tôt, pour regarder Le Retour du Jedi ensemble.

C'est après le film que l'on a commencé à discuter des étoiles. Enfin, moi des étoiles, lui des combats et explosions. Et plus le temps passait, plus l'idée de voir les étoiles me démangeait. Et mon familier se désintéressait de plus en plus de la conversation, comme s'il redevenait lui-même petit à petit. Le désir de m'enfuir de mon lit était allé en grandissant. Après tout, j'avais réussi à sécher des cours... et je m'étais découverte un goût pour le risque. Une saveur sucrée dont j'étais gourmande. Et à laquelle je développais lentement une forme d'addiction. La sensation de l'adrénaline envahissant le corps était l'une des plus agréables que j'avais pu connaître de ma plate vie.

J'avais donc enfilé mes bottes après le couvre-feu et faufilé en douce hors des dortoirs. Les filles de ma chambre n'allaient pas me balancer, du moins je l'avais espéré. C'était peut-être honteux et misérablement vain, mais je comptais sur Arthur pour les intimider d'une façon ou d'une autre, afin qu'elle ne me cherche aucun conflit. Un seul mot et il pouvait leur laisser de mauvaises surprises sous l'oreiller. Tout ce qu'il fallait à ma loutre, c'était une motivation. Et il n'était pas difficile à motiver. Mais une fois hors des dortoirs, le doute me submergea : faire tout le chemin pour gagner le parc était incroyablement risqué. Il devait y avoir des Cerbères ou des grouillots en patrouille, comme ce type qui s'habillait comme s'il sortait d'un film de Dracula. Et alors, la grosse erreur me traversa l'esprit.

Regarder les étoiles en atteignant le toit par les étages écroulés devait être bien moins dangereux !

Une belle connerie. Je peux maintenant vous conseiller de regarder où vous mettez les pieds en escaladant des ruines, même si cela paraît évident. Et de serrer vos chaussures quand vous partez en expédition. Car au bout de quelques mètres, alors que la discussion dérivait sur le film et sur le véritable visage de Dark Vador – à l'occasion de laquelle je le comparai à un flamby-dégueuli – mon pied traversa une planche de bois pourrie et ma botte glissa de mon pied pour s'écraser plusieurs mètres en dessous, au milieu de roches et de briques poussiéreuses. En plus j'étais dégoûtée, car je venais sans aucun doute de déchirer mon collant tout neuf.

Arthur avait ri. Je lui ai demandé de m'aider. Il a continué de rire. Je l'ai insulté. Il a encore plus ri. J'ai un petit peu pleuré. Il est allé uriner. Puis est arrivée la conversation que vous avez pu lire précédemment. Et me voici donc, le pied coincé et mon familier refusant de m'aider parce que j'avais selon lui insulté son héros.

- Aha, parce que tu crois qu'un familier qui se promène seul, ça ne va pas paraître suspect ?[/color]

Une voix, un peu plus bas dans mon dos. Je me fige et ma respiration elle-même cherche à faire silence. Quelqu'un avait vu Arthur se la jouer fou de parkour, pour lancer une telle réflexion. S'ils le connaissaient, ils ne le suspecteraient de rien et l'accuseraient de tout sans détour. Mais là n'était pas la question, parce que j'étais celle qui était le plus en galère. J'allais me faire coincer, coincée.

Ce jeu de mots étant ironique et drôle à la fois, je ne pus m'empêcher de pouffer.

- J'ai entendu quelque chose...

Étrangement, j'étais soulagée de comprendre que quelqu'un d'autre que moi avait de véritables discussions à haute voix avec son familier. Si ce n'était pas le cas, je préférais ne pas rencontrer cette personne étrange.

- Oui, ou alors, peut-être un Ood ou un Zygon qui… Quelle fille ?

Je pris une demi-seconde également pour apprécier la référence que je connaissais très bien. Mais lorsque je compris de quoi il en retournait, je pivotai la tête en direction de la demoiselle. Elle eut plus peur que moi. Je souris mais elle, visiblement, flippait. Malgré la pénombre, je fus stupéfaite de sa beauté, et de l'innocence qui se dégageait d'elle. Elle se mêlait et démêlait les doigts comme un enfant qui aurait fait une bêtise. J'étais rassurée, car elle n'avait pas la tête d'une Cerbère. Ni la réaction d'un Cerbère.

- Que… Tu… tu m'as fait peur ! J-je… je suis désolée, je… enfin...

Je ne saurais expliquer pourquoi, mais je levai la main pour lui faire un petit coucou en agitant les doigts, sans cesser de sourire. Ce sourire gêné qui se veut rassurant et contagieux, mais qui généralement paraît juste idiot. C'était comme pour lui montrer que je n'étais pas un monstre ni un surveillant. Simplement une fille avec un pied dans le plancher et une demi-paire de botte.

- Tu pourrais m'aider ? dis-je simplement. J'ai le... hum... En fait j'suis coincée et, hum...
- Eh, tu devineras jamais ! D'où j'suis, je pourrais directement te chier sur la tête !
- S'il te plaît... ajoutai-je alors que mon visage se faisait de plus en plus suppliant.



________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 114
Points : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: aventure nocturne • pv billie Jeu 23 Nov - 15:58
A mieux y regarder, elle ne semble définitivement pas être une Dragon. Roxane pousse un soupir soulagé avant de reposer son attention sur la jeune fille en face d'elle. Qui semble avoir des soucis. La blonde s'incline un peu en avant avant de pencher la tête sur le côté ; elle semble avoir un pied prisonnier du plancher. Mais comment diable s'est-elle retrouvée comme ça ?

« Tu pourrais m'aider ? J'ai le... hum... En fait j'suis coincée et, hum... »

Roxane cligne des yeux avant de se redresser un peu, laissant échapper un petit rire. Alonso, lui, sautille vers la fille, s'arrêtant à bonne distance avant d'agiter sa patte pour la saluer. Mais soudain, la prisonnière reprend la parole, semblant être traversée par une sorte de… crainte ?

« S'il te plaît... »

Roxane ne comprend pas vraiment cette supplication dans son regard ; est-elle là depuis longtemps ? Certainement. La Phénix fait donc un pas, attrapant la main de sa comparse pour mieux l'aider à se dépêtrer. Un léger rire franchit les lèvres de Roxane alors qu'elle lâche la main de la plus petite. Enfin, plus petite, c'est vite dit. La différence entre elles n'est pas flagrante.

« Alors, comment tu as fait pour te retrouver coincée là ? »
« On parie qu'elle s'est fait attraper le pied par un Slitheen ? OU PIRE, UN ANGE. »
« Un Ange l'aurait fait disparaître, Alonso. »
« Peut-être que c'est juste son familier l'anomalie historique alors ? »

La française suit le regard de son familier et n'aperçoit que deux petites billes brillantes ; elle ne saurait dire de quel animal il s'agit. Mais elle suppose que ce n'est pas quelque chose de trop gros, vu la taille des yeux. Roxane repose son regard sur la jeune fille avant de lui tendre mécaniquement la main, un sourire franc aux lèvres.

« Moi c'est Roxane, et voici mon familier, Alonso ! C'est un quokka. »

Le susnommé agite sa petite patte pour saluer leur petite interlocutrice, sa mine heureuse toujours flanquée sur le visage.

« Tu ne t'es pas fait trop mal, hein ? Ça fait longtemps que tu es coincée ? »

Roxane s'accroupit, aussitôt, scrutant la cheville de sa camarade ; elle ne semble pas saigner, ce qui est rassurant. Sans quoi, la Phénix aurait eu tantôt fait de paniquer ; la vue du sang n'est pas sans la mettre un peu mal à l'aise.

« J'ai eu peur en tout cas, j'ai cru que c'était un Ange. Et crois moi, ne pas cligner des yeux, c'est super trop compliqué. J'ai essayé pendant tout l'épisode, bin j'ai pas réussi. Faut toujours se méfier des statues, c'est vil et perfide. »

Roxane se redresse, époussetant machinalement sa jupe ; l'idée que la fille en face d'elle ait pu ne pas saisir ses références à Doctor Who -série qu'elle vénère- ne lui effleure pas l'esprit. Et ce malgré le rire taquin d'Alonso.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: aventure nocturne • pv billie Jeu 23 Nov - 18:24
ft. roxy&alonso
Otter Who

Alors, comment tu as fait pour te retrouver coincée là ?

Je pense qu'elle a bien fait de ne pas me laisser l'occasion de lui répondre. J'aurais inventé n'importe quoi pour ne pas raconter la vérité. La vérité sur une conversation autour de la tête décomposée de Dark Vador que j'avais vue pour la première fois, sur familier vindicatif qui m'avait laissée à mon triste sort, sur un mauvais coup du sort d'une banalité sans nom. Une seconde d'inattention – bon d'accord, au moins trois minutes d'inattention – et me voilà prisonnière. C'était idiot. Simplement idiot. Et maintenant, on me menaçait de me faire caca sur la tête. Soirée pourrie.

Je vis ma camarade lever la tête, et écarquillai les yeux. J'aurais pu dire quelque chose pour l'en empêcher, mais la honte m'en empêchait. Sur ce coup, c'était elle ou moi. Désolée. Le pire des scénarios me traversa l'esprit. Nul besoin de le détailler. Fort heureusement, Arthur se contenta de les regarder bêtement.

- Moi c'est Roxane, et voici mon familier, Alonso ! C'est un coca.

Un coca ? Je croyais que c'était juste une marque, moi ! Le nom devait avoir un lien avec cet animal, à l'origine. Il était adorable en tout cas, et semblait tout le temps sourire. Ce qui pouvait être complètement flippant dans certaines situations. Je serrai la main qu'on me tendait et rendis un petit signe de main au familier. Comme il était bon d'avoir une créature qui ne vous désirait pas que du mal !

- Alors lui, il a vraiment une sale gueule ! C'est quoi l'truc qu'il fait avec sa bouche ?
- Tu ne t'es pas fait trop mal, hein ? Ça fait longtemps que tu es coincée ?

Elle s'accroupit pour examiner ma cheville. J'étais affreusement gênée avec mon collant déchiré et ma botte disparue.

- Non, non ça va, t'inquiète pas ! Je suis là que depuis dix minutes... peut-être quinze.
- Et t'y serais restée toute la nuit tant que t'aurais pas montré un peu de respect pour le Seigneur Vador !

Ne pas réagir. Ne pas réagir. Ne pas réagir. Paraître normale. Pour l'instant, je voulais seulement paraître normale.

- J'ai eu peur en tout cas, j'ai cru que c'était un Ange. Et crois moi, ne pas cligner des yeux, c'est super trop compliqué. J'ai essayé pendant tout l'épisode, bin j'ai pas réussi. Faut toujours se méfier des statues, c'est vil et perfide.
- La pauvre fille est en plein délire. J'comprends rien à c'qu'elle dit.

Moi je comprenais. Étrangement, je comprenais. Ood, Zygon, Ange, tout ça venait du même univers. Le nôtre, mais en mieux. Celui dans lequel on peut voyager à travers le temps et l'espace, dans une petite boîte bleue. Découvrir des mondes, encore et encore. Ça n'a jamais de fin. Enfin si, et c'est toujours triste. Mais je vendrais toute ma famille pour quelques heures passées dans cette boîte. Prête à tout pour une seule aventure dans d'autres galaxies.

Cette fille venait déjà de s'attirer toute ma sympathie. Ce n'était pas mon délire, de faire des références aux univers que j'aimais à tout bout de champ... mais à voir, c'était à la fois drôle et incroyablement attendrissant.

De plus près, son visage se révélait plus doux et plus agréable encore que ce que j'en avais pensé. Elle conservait quelque chose d'enfantin derrière ses traits fins. Elle tenait une beauté naturelle qui m'intimidait un peu. Je ne savais pas pourquoi. Je n'arrivais pas à la regarder dans les yeux, et pourtant j'avais très envie de continuer à la dévisager.

- Ne jamais plaisanter avec les statues, ajoutai-je finalement. Merci beaucoup en tout cas... Je... Je dois avoir l'air stupide...
- Comme toujours.
- … Je voulais grimper là-haut pour la première fois...
- En plus j'avais réussi à voler deux clopes et un briquet dans le sac d'un type.
- … Et finalement, je n'ai pas fait plus de dix mètres. Et me voilà avec une botte en moins et un nouveau collant déchiré...
- Et en plus, on a tous les deux envie de chier.

Je fermai les yeux une seconde pour mettre de côté toutes les conneries qu'Arthur déversait dans mon esprit. Je pus finalement, au prix d'un effort surhumain, sourire comme je le désirais auprès de mon duo sauveur. Ils avaient l'air d'être une sacrée équipe, tous les deux. Je les enviais déjà.

- … Bref, je crois que je ferais mieux de retourner au lit...
- Et pleurer ta médiocrité à chaudes larmes.

Arthur était enfin en train de descendre pour me rejoindre. Je n'avais pas le courage de me chamailler avec, ni même de lui donner un coup de pied. J'étais simplement dépitée. Je n'avais rien d'une aventurière. Me voilà vaincue par un vieil escalier moisi.



________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 114
Points : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: aventure nocturne • pv billie Lun 4 Déc - 22:07
Roxane redresse aussitôt la tête vers la jeune fille lorsqu'elle parle de la méfiance à avoir envers les statues ; aurait-elle compris la référence ? Les yeux de Roxane s'illuminent de milliers de petites étoiles tandis que sa vis-à-vis -qui ne s'est toujours pas présentée- reprend la parole.

« Merci beaucoup en tout cas... Je... Je dois avoir l'air stupide... »

Roxane secoue la tête avec un large sourire aux lèvres.

« Pas du tout, je t'en prie ! Ca peut arriver à n'importe qui. Même aux meilleurs. Les présidents, les avocats… Les Docteurs... »

Roxane guette alors sa réaction, sans aucune discrétion, tel un petit chat devant lequel on agiterait une friandise. Et pourtant, elle se retient de bondir vers cette fille pour la prendre dans ses bras. Roxane elle n'a jamais eu un tel feeling avec qui que ce soit depuis son arrivée ici.

« … Je voulais grimper là-haut pour la première fois... »

L'excitation retombe alors que Roxane semble lire, dans la voix et le comportement de sa camarade, une sorte de tristesse, de déception. La française penche la tête sur le côté tandis qu'Alonso lui, semble fixer la loutre avec un air curieux. Un peu comme quand on regarde quelque chose de peu commun qui nous force à nous demander si c'est cool ou si c'est purement et clairement de la merde.

« … Et finalement, je n'ai pas fait plus de dix mètres. Et me voilà avec une botte en moins et un nouveau collant déchiré... »
« Mais... »

Un sourire pour seul accueil, Roxane observe cette fille avec curiosité ; pourquoi est-ce qu'elle semble aussi abattue ?

« … Bref, je crois que je ferais mieux de retourner au lit...  »

Roxane ne remarque même pas que la loutre entame sa descente pour rejoindre sa maîtresse. Tant est si bien qu'elle manque de lui marcher dessus lorsqu'elle s'avance subitement vers la bleue, s'emparant de ses deux mains pour les entourer des siennes. Le regard brillant et un sourire bienveillant aux lèvres, Roxane ne la lâche pas du regard.

« Il ne faut pas t'arrêter à la première difficulté que tu rencontres ! Le monde est vaste, et la vie a son lot d'obstacles, mais ils ne sont pas infranchissables ! Ce n'est pas un échec si tu as perdu ta chaussure ou filer ton collant ! Ça peut s'arranger ! »

Roxane la libère alors, avançant, elle, vers l'opposé de la sortie.

« Tu vas les laisser repartir comme ça ? »
« Bien sûr que non ! Le Docteur ne laisserait jamais Rose, Martha, Donna, Amy ou Clara derrière lui ! »
« Sans parler de River ! »
« Exactement ! »

La française grimpe alors par dessus quelques débris avant de finalement se retourner, tendant la main vers sa partenaire du soir.

« Allez viens ! Je te promets que tu vas l'explorer cet étage ! Et puis... » Elle détourne un peu le regard, un peu fuyante et gênée, usant de son autre main pour se gratter la joue. « Je pense pas que ce soit une bonne idée de redescendre tout de suite, aha... »

Elle finit par hausser les épaules avant de laisser un petit rire s'échapper d'entre ses lèvres.

« Après tout, qu'est-ce que serait un épisode de Doctor Who sans un peu de danger ? »

Alonso lâche un rire avant de sautiller pour rejoindre Roxane pour, une fois à sa hauteur, se retourner vers la jeune fille. Et son horrible loutre. Enfin, c'est son avis. Roxane, elle, elle la trouve plutôt adorable comme bestiole. Maintenant qu'elle l'a vue. Depuis quand est-elle descendue d'ailleurs ?
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: aventure nocturne • pv billie Jeu 7 Déc - 11:27
ft. roxy&alonso
Otter Who

Je n'avais que peu réagi en voyant le pied de Roxane frôler la queue de mon familier. Bien qu'une attaque massive de ce type aurait été le déclenchement d'une nouvelle guerre à échelle planétaire, je me surpris même à regretter qu'elle manque sa cible. Tout était un parfait prétexte pour me venger d'Arthur et de ses propos à mon encontre. Si je ne trouvais rien d'ici à ce que l'on retourne dans notre chambre, je me contenterai de le gifler suffisamment fort pour qu'il décide de lui-même d'aller dormir au foyer. Comme c'était arrivé la fois où j'avais dit que toute la folie autour de Game of Thrones était un peu exagérée.

A peine avais-je eu le temps de me retourner pour fuir dans la honte que Roxane m'avait attrapé la main, d'une manière très protectrice, ou maternelle. J'étais touchée par l'attention qu'elle me portait, sans oser lui dire que ce n'était pas nécessaire. On ne sauve pas les cas désespérés. Je n'étais ni une bonne amie ni une aventurière, autant ne pas me pousser à suivre les deux voies. Je n'étais douée que pour le silence et la solitude, et me parler à moi-même quand je regardais les nuages.

Il ne faut pas t'arrêter à la première difficulté que tu rencontres !
C'est clair que t'as aucune conviction, ma grande.

Si je lui faisais la liste des difficultés que je rencontrais, elle ne dirait pas cela. En haut de la liste, en gras et en rouge, pouvait d'ailleurs se dresser le nom de mon familier.

Le monde est vaste, et la vie a son lot d'obstacles, mais ils ne sont pas infranchissables !
Écoute la réincarnation de Gandhi à la poitrine généreuse.
Ce n'est pas un échec si tu as perdu ta chaussure ou filer ton collant ! Ça peut s'arranger !
Là par contre elle exagère, c'est bel et bien un putain d'échec.

Dès que ma main fut libérée, je serrai le poing de colère et dus faire appel à une sorte d'art ancestral chinois de méditation rapide dont je ne connaissais ni le nom ni l'existence, pour ne pas l'abattre sur le museau suintant de cruauté et de cynisme de cette foutue loutre du diable.

Arthur ? l'interpellai-je silencieusement. T'en es où dans Game of Thrones déjà ?
Milieu d'la saison trois, qu'est-ce que ça a à voir avec ton incapacité à réussir quoi que ce soit ?
Ah, alors tu n'as pas encore vue la mort de Robb, au temps pour moi.

Le silence qui s'en suivit fut d'un délice sans nom. Finalement, me venger aura été la chose la plus simple de cette soirée. Autrement plus simple, oui, que de trouver le courage pour suivre Roxane. Mais d'un autre côté... quelque chose en elle me poussait à l'écouter et à vouloir la suivre. Était-ce simplement sa beauté ? Je n'avais jamais eu la volonté d'impressionner quelqu'un juste parce qu'il était joli. C'était autre chose. Je voulais tout bonnement montrer que je valais mieux que cela. Que je n'étais pas une enfant, peut-être ? Qu'un escalier ne m'arrêterait pas ! Que non Monsieur, non Madame, un collant déchiré n'était pas un échec ! Non, je n'abandonnerais pas mes rêves ! Je continuerais, dussé-je y laisser la vie !

Tu t'emballes, calm down boy.

Roxane me tendait la main, confiante et encourageante.

Allez viens ! Je te promets que tu vas l'explorer cet étage ! Et puis... je pense pas que ce soit une bonne idée de redescendre tout de suite, aha...

Je tournai la tête pour regarder en bas. Qu'est-ce qui nous attendait ? Si j'étais joueuse, j'aurais misé gros sur un surveillant. En espérant que ce ne soit pas celui qui ressemble à un vampire, et que j'ai déjà vu torse nu directement sous son manteau. Enfin les goûts et les couleurs, hein...

Après tout, qu'est-ce que serait un épisode de Doctor Who sans un peu de danger ?

Je ne voulais pas lui rappeler le sort réservé à toutes les compagnes de son Docteur. Et je n'avais certainement pas envie de connaître un destin similaire. Mais d'un autre côté... le risque m'appelait. Il me murmurait à l'oreille. Un peu comme l'anneau unique. Oh, et puis merde.

Je lui pris la main qu'elle me tendait, et fus certaine d'en rougir un peu – heureusement qu'il faisait sombre – car j'appréciais ce contact. Rien à voir avec ses yeux envoûtants ou sa chevelure qui scintillait sous les rares rayons de lune.

Bien, si tu insistes ! dis-je, mon entrain finalement retrouvé.
Au fait, je te déteste et ma vengeance dépassera ton entendement. Je tenais juste à te le dire. Peut-être qu'elle ne viendra que dans dix ans, qui sait ? Mais elle viendra et tu ne t'y attendras pas. Comme une ombre qui planera au-dessus de toi, tout le reste de ta vie...

Je l'ignorai une fois de plus, et affichai un grand sourire malicieux en direction du duo. C'était le moment de briller. Un moment que Roxane devait attendre elle aussi. Le moment qui marque le départ de l'aventure, du danger, des explosions et du merveilleux. Comme un rituel. Une prière de trois mots.

Allons-y, Alonso !

Ce fut à ce moment que des gravats à côté de nous dégringolèrent dans les escaliers en une explosion de poussière et un fracas assourdissant. De quoi réveiller tout l'étage. Ou au moins alerter ce dont redoutait la Phénix, lorsqu'elle m'avait mentionné un danger. Je tournai lentement la tête, consciente de ce que j'allais trouver, les yeux exorbités par l'horreur, et vis Arthur sur un tas de briques – étrangement en train de se frotter les pattes l'une contre l'autre – un regard de défi braqué sur moi.

Finalement, j'avais pas envie d'attendre. Pétasse.
Espèce de sale petit con d'enfoiré de merde de raclure de vomi de blaireau à la moutarde, grinçai-je entre les dents, à en perdre mes mots, sans plus me soucier de l'image que les deux autres pouvaient avoir de moi.
A la moutarde ? Là t'es dure, ma grande.

Si une loutre pouvait sourire, Arthur afficherait à cet instant le plus machiavélique des sourires. Il pourrait même rire sournoisement en joignant les doigts de ses pattes, sur fond d'orage.

Qui est là ?! retentit une voix au loin, en contrebas.
Dé... Désolé ! murmurai-je à Roxane, les yeux embués de larmes par la rage tout autant que par la panique.

Il ne nous restait plus qu'à grimper, comme si nos vies en dépendaient. Je ne savais plus par quel miracle j'avais cru que Roxane voulait faire de moi son amie. Une très rapide introspection m'aurait rappelait que c'était impossible. Personne ne voulait être ami avec la compagne de Démon.



________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 114
Points : 23
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: aventure nocturne • pv billie
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
aventure nocturne • pv billie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Espace Détente :: RP abandonnés-
Sauter vers: