Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour des Dryades :: Les Chambres
MessageSujet: Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)] Dim 29 Oct - 14:00
Merywen marcha dans les couloirs vers sa chambre.
C'était sa première journée ici, officiellement. La veille étant la rentrée avec l'obtention de son uniforme, son emploie du temps, son familier, son parrain. Aaron. Il avait l’air charmant, studieux et très gentil. Ils s’étaient à peine échangés quelques mots, disant faire plus ample connaissance plus tard, et durent se séparer pour le reste de la soirée.

La demoiselle venait de recevoir quelques affaire de Zepherite, un gros carton dans les bras, elle essaya tant bien que mal de retrouver sa chambre, son familier installé sur son autre épaule, jouant avec sa chevelure flamboyante. Elle suivit de près le mouvement des filles.

Se perdant facilement dans les couloirs, Merywen avait suivit la gente féminine vers la tour des dryades.
Mais arrivée dans la tour, les élèves commencèrent à se disperser dans les chambres. La jeune fille aurait bien aimé demander de l’aide mais à juger par les regards mauvais de certaines, il fallait mieux ne pas trop compter là-dessus. Elle ne voulait certainement pas se retrouver dans les douches ou dans une autre tour à cause d’une farce.
Bon …
La sorcière se mit à déambuler dans les couloirs, cherchant un miracle, ou une aide divine. Pourtant elle avait une bonne mémoire ! Mais un mauvais sens de l’orientation ...
Heureusement pour elle, son oiseau, qui n’avait pas prononcé le moindre mot depuis leur rencontre comparé aux autres familiers, commença à s’envoler.

_Hé ! Attend ! Tu vas où comme ça ?

La demoiselle suivit, comme elle le pouvait avec le poids de son carton, son familier à travers la tour. S’excusant lorsqu’elle croisait d’autres élèves retournant dans leur propre chambre. L’oiseau écarlate s’arrêta devant une porte où il y avait marqué un gros « 1 » dessus. Merywen reprit son souffle lorsqu’elle fut près de lui.

_Hé toi, commença-t-elle entre deux expirations, t’enfuis pas comme ça s’il te plait. Ou préviens … même si tu ne sais pas parler.

L’oiseau la regarda de ses grands yeux ambrés, avant de se tourner vers la porte, insistant. Merywen finit par suivre le regard se son compagnon et découvrit une petite liste avec des noms. Elle s’y approcha pour lire.

• Annabella Leroy
• Billie Barrett
• Kiarra O'Kelly
• Merywen de Zepherite

Eh bin voilà !
Merywen laissa tomber son carton, qui commençait vraiment à lui faire mal aux bras. Elle était si fatiguée hier qu'elle n'avait pas prit le temps de se souvenir du numéro de sa chambre, et même faire connaissance avec ses camarades était passé à la trappe.
Mais ce soir aucune d'elles allaient y échapper. Merywen se pencha vers son oiseau qui la regardait, la tête sur le coté.

_Merci, je ne l’aurais sûrement jamais trouvé sans toi.

La demoiselle gratta doucement le cou de son jeune rapace et posa sa main au sol. L’oiseau grimpa de ses puissantes pattes jusqu’à la frêle épaule de la petite rouquine. Mais au lieu de rester en place, il sauta sur sa tête et alla se loger sur son autre épaule. Elle se demandait pourquoi il préférait cette place là, celui où était la marque de sa malédiction.
Ah … oui … Merywen n’était pas très à l’aise à l’idée que ses camarades voient sa marque lorsqu'elle serait en pyjama. Mais c’était assez inévitable, elles allaient toutes partager leur chambre pour au moins un an, n’est-ce pas ? Avec de la chance, elles auraient toutes la décence de ne pas en parler.

Merywen respira à fond, prête à entamer sa nouvelle vie dans cette école. Elle se tourna vers son familier et lui offrit un largue sourire. Même s’ils ne se connaissaient que depuis la veille, la jeune fille savait qu’elle pourrait toujours compter sur lui. D’ailleurs, il faudrait peut-être lui trouver un prénom à cette adorable boule de plumes.

Merywen ramassa son carton. Elle ouvrit et poussa la porte avec son coude, découvrant à l’intérieur déjà deux des filles.
Souriante, elle leur exclame un puissant et entraînant :

_Bonsoir !

Avant de s’avancer vers elles. Mais, maladroitement, son pied se prit dans sa longue veste qu'elle avait noué à sa taille, mais qui, fatalement, traînait légèrement sur le sol. Et Merywen tomba à la renverse la tête la première dans un bruit fracassant. Son carton s’envola dans la chambre, ainsi que son oiseau qui n’avait nullement envie de suivre sa maitresse pour faire connaissance avec le sol.
Quelle belle première impression, n’est-il pas ?

Ayant perdu toute crédibilité et certainement toute dignité, Merywen s’assit et se frotta le front en regardant ses deux camarades de chambre. Elle leur fit une légère moue due à la douleur de sa rencontre avec le sol, avant de leur offrir un sourire remplis de sincérité et d’innocence.

_Désolée, je suis moins maladroite d’ordinaire.

La petite rousse se releva, se libérant de l’emprise maléfique de sa veste et referma la porte, ayant certainement interpellé les quelques personnes restantes dans le couloir par sa maladresse digne des plus grands. Elle se tourna finalement vers ses deux camarades, toujours une mais sur son front, son éternel sourire trônant sur ses joues rebondit, et leva la main, les saluant :

_Au fait, je m’appelle Merywen, enchantée !
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Cirinci, un faucon écarlate

Situation: qui voudrait d'elle, sérieux ?
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 47
Points : 78
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)] Dim 29 Oct - 15:08


Les camarades de la chambre une
Feat Merywen de Zepherite, Billie Barret, Annabella Leroy

Cette soirée avait été éprouvante. Qui aurait cru que cette réception allait durer aussi longtemps ! De base, les discours n'étaient pas le truc qui me plaisait le plus, mais là ! Le directeur avait dû faire un tour chez les bisounours avant de faire sa déclaration, c'était pas possible : comment tu veux que je m'entende avec les possibles responsables de la mort de mon frère, jamais résolue ? Enfin, je vais éviter de m'énerver, il est inutile de revenir sur cette réception à l'ambiance où régnait le malaise et l'hypocrisie. Ne vas pas me faire croire que les magitoks se sont mélangés avec les sorciers aussi facilement.

Enfin, cet horrible passage terminé, me voilà donc avec un animal de compagnie dans les bras. Que dis-je, mon familier, un chat ailé. Enfin, une minette ailée. Lorsqu'elle eût prit sa forme définitive, je fus tout de suite charmée, même si, en soit, un chat pour un sorcier, même ailé, ce n'était pas très original. Puis vint le moment d'aller dans les dortoirs. J'ai très vite déchanté en apprenant que, encore une fois, je n'allais pas me sentir à ma place. Je devais aller chez les filles, ou chez les garçons ? Je n'ai pas osé poser la question, de peur de passer pour une idiote, alors j'ai suivit le flot de filles, laissant mon malaise s'accroître de minutes en minutes, au fur et à mesure que mon chat et moi nous approchions des dortoirs, uniforme et affaires en main.

A vrai dire, je me sentais intruse, au milieu de toutes ces filles. Pourquoi ne faisaient-ils pas des dortoirs mixtes, pour m'éviter ce sentiment de voyeurisme ? Cette année débutait mal, pour ma part, je détestais déjà cette fichue école. J'avais donc pénétré dans la tour réservée aux filles avec cette impression constante de ne pas avoir ma place en ce lieu. Essayant de dés-serer le nœud dans mon ventre, je me détachais vite de ce groupe pour essayer de trouver ma chambre. Après avoir déambuler plusieurs minutes, je fini par la trouver et inspectais les noms de mes futurs colocataires. Ah, j'espère que je ne suis pas tombée au milieu d'une chambre de magiciens... Je serais encore plus mal à l'aise, d'autant plus qu'ils verront forcément ma marque lorsque j'enlèverai les bouts de tissu la recouvrant.

Arrivée au dortoir, je me prends le meilleur lit, celui à la meilleure place, et posai mes bagages dessus, pour bien faire comprendre aux prochaines arrivantes que c'était MA place, et celle de personne d'autre. Je déposai enfin ce pauvre chat sur le lit, qui y élu tout de suite domicile. Il allait falloir que je trouve un moyen pour qu'il ne m'embête pas trop durant mon sommeil, ce familier. Par chance, mon lit était non loin d'un placard, aussi je commençais à y mettre mes affaires ; je savais déjà qu'il allait déjà se retrouver en bordel trois jours plus tard, malgré mes efforts pour le rendre « présentable ».

••• Le lendemain, le soir •••

J'ouvre la porte violemment, faisant se retourner quelques têtes. Non, je n'étais pas énervée, juste aussi énergique que d'habitude -et j'avais oublié de contenir ma force. La première chose que je fit fut de m'avachir dans mon lit et... de fixer le plafond en grattouillant distraitement mon chat. Il faudrait peut-être que je songe à organiser un peu mieux mess affaires, c'était déjà le début de la Première Guerre Mondiale à ce niveau...

Les autres ne tardèrent pas non plus à arriver. L'une d'elle fit une entrée très remarquée en trébuchant sur son sac et s'étalant par terre. Je ne pus m'empêcher d'applaudir doucement, admirative. A peine arrivée, et déjà un dossier ! Dommage que je n'avais pas pu filmer cette entrée. Car, oui, en soirée, je fais parti de ces personnes qui collectionnent les dossiers et les ressort au mauvais moment. La jeune femme s'excusa avant de se présenter : elle répondait donc au nom de Merywen. Très bien, Merywen, méfie-toi, la prochaine fois, je filme. Je lui répond simplement, en terminant d'essayer de ranger un peu mes affaires, que j'avais déjà au tiers mis partout :

▬ « Salut, moi c'est Kiarra. »

Cependant, mal me pris de ne pas avoir gardé un œil sur mon familier. En effet, je n'avais pas remarqué la présence d'un oiseau dans le dortoir, et n'avait donc pas pris en compte qu'il risquait d'y avoir beaucoup de grabuge...

Code by Aekko - ne pas toucher


________________________________


Kiarra : #F34330 • Strya : #903471
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Chatte noire ailée aux yeux violets

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Points : 120
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)] Lun 30 Oct - 10:58
ft. le dortoir
New otteractions

Une première journée qui s'achevait. C'était épuisant, éreintant ! S’accommoder à un nouvel univers n'était pas de tout repos. Bien sûr lorsqu'il s'agissait des miens, tout se passait très bien. Mais c'était dans ma tête, là où tout est plus facile. Donc ça ne comptait pas vraiment. Pas du tout, en fait. Il fallait faire un effort considérable sur le respect des horaires, sur les couloirs bondés à surmonter, sur les cours à suivre, sur les personnes à regarder. Il fallait sourire, dire bonjour, dire au revoir, pardon, excusez-moi, Billie, enchantée, ravie, Barrett, oui c'est un nom avec sa notoriété, je m'appelle Billie, -ie à la fin, oui c'est un prénom féminin, non je ne connais pas cette famille…

Et tout ça, avec la présence de l'animal le plus bavard que le monde ait pu m'offrir.

Arthur m'avait fait passer une nuit horrible. Il avait changé de position cinquante-sept fois exactement, incluant une posture qui enfonçait sa patte arrière dans ma narine, et celle qui cherchait à tester le confort de l'intérieur de mon pyjama. Bien que la douceur de sa fourrure sur mon ventre ait été agréable, j'en suis surtout ressortie avec des coups de griffes et même un coup de dents. Il a un sommeil particulièrement agité.

Et pourtant... il n'avait pas arrêté de la journée. Au réveil. Pendant les repas. Pendant les cours... Il me posait des questions sur moi, sur ma famille, sur mes cheveux, sur les autres, sur ma façon de marcher, sur ma façon de parler, de m'habiller, de manger, d'écrire, de boire, et même sur ma façon de respirer. Il prétextait vouloir apprendre à me connaître mais était étrangement toujours plus bavard dans mes moments de calme que dans les moments trop intenses. Comme s'il voulait me priver à jamais de toute notion de repos. Et quand il n'avait plus de question, il s'en prenait aux autres. En moins d'une journée, tous les élèves de l'école, leurs familiers, leurs chaussures et même leurs mamans en ont pris pour leur grade. Si j'avais un système mental de censure automatique, je n'entendrais plus qu'un mot sur vingt prononcés par cette loutre diabolique.

Je retournai le plus tôt possible dans mon dortoir. La veille, impossible de communiquer avec mes camarades de chambre... J'étais certaine qu'aujourd'hui, je n'y échapperais pas. Mais je voulais avant tout appeler mon frère et mes sœurs pour tout leur raconter. Parce que malgré ce que je viens de vous décrire... tout ça est incroyablement génial ! Génialement incroyable ! Je m'imaginais déjà leur montrer Arthur via la conversation vidéo, et  – pour mon plus grand bonheur – entendre toutes les horreurs qu'il dirait sur mon père et son affreuse moustache. Je leur montrerais la vue du parc par la fenêtre et tous les recoins que j'avais la possibilité d'explorer. Je leur dirais qu'ils me manquaient déjà et que j'étais pressée de les retrouver !

Mais je n'étais pas la première arrivée dans la chambre. L'une des filles était allongée sur son lit, le regard vague. Je n'osai pas parler. Après tout nous avions été dans la même salle toute la journée et je n'avais communiqué qu'avec mon familier. Et mon crayon de papier. Je lui souris, bien qu'elle n'y prêta même pas attention. Ce qui n'était pas un mal à mes yeux. Je posai mes bottes à côté de ma valise que je n'avais pas encore pris soin de débarrasser, et m'allongeai sur mon lit toute habillée – d'une robe d'un bleu semblable à mes cheveux et d'une paire de collants aussi jaune que ma veste de cuir que je gardais sur les épaules. Ni une ni deux, je calai mon casque audio sur les oreilles et mis en route ma playlist, tandis qu'Arthur escaladait difficilement les draps pour me rejoindre.

- Pfff ! Pfff ! faisait-il étrangement dans ma tête. Je t'en prie, ne m'aide surtout pas ! Je galère pas du touuuuut lààààà... gémit-il dans ses derniers efforts, avant de s'affaler, les quatre pattes en croix. Eh, t'as vu le monstre qui sert de familier à l'autre gonzesse ?

Bien sûr, je n'allais pas lui répondre. J'évitais de lui répondre en présence d'autres gens, car je pourrais être si vulgaire qu'on me penserait atteinte du syndrome de La Tourette. Et dans le cas présent, je n'allais pas parler ouvertement des personnes installées à quelques mètres de moi.

- C'est un chat avec des ailes ! Qu'est-ce qu'ils vont pas inventer pour se faire remarquer, hein ? Et après quoi ? Un cheval avec des ailes ? Un cheval avec... des cornes ? Pffff ! Ou...

Je lui adressai un regard interrogateur. Avait-il vraiment conscience de ce qu'il disait ou était-il simplement idiot ?

- … ou un bouc avec une queue de poisson, ou une...

J'étais adossée à ma tête de lit, le regard dans le vide, lorsque la porte s'ouvrit pour laisser entrer une nouvelle camarade. Une entrée remarquée pour laquelle je baissai mon casque – au cas où elle appelle à l'aide, je ne sais pas – et la regardai fixement, impassible. A côté, la troisième fille applaudissait avec sarcasme.

- … ou un chien avec une queue de rat, une tête de serpent et un corps chimpanzé...

- Désolée, je suis moins maladroite d’ordinaire.  

- Ah oui mais il resterait quoi du chien, alors ? Ah je sais ! Ou alors...

Un rapide sourire, synonyme d'un « pas de problème », et je m'apprêtais à me replonger dans ma musique. Mais je me ravisai lorsqu'on reprit la parole :

- Au fait, je m’appelle Merywen, enchantée !

- … ou un poisson avec une tête d'aigle...

- Salut, moi c'est Kiarra.

- … ou...

- Mais tu vas la fermer oui ?

Le silence régnait dans le dortoir. Je n'avais pas pu me contrôler plus longtemps. Misère... la honte !

- Je... Non ! Enfin pardon, c'est... je... Je parlais à ma loutre... bégayai-je en baissant la tête. Moi c'est Billie...

Mon pauvre Bébé, les cheveux bleus ne te suffisaient plus pour te faire remarquer ? Maintenant, tu allais devenir une vraie folle. Et tout ça à cause d'un animal de la longueur de ton bras. Quelle tristesse.


avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Points : 72
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)] Jeu 9 Nov - 16:55

Les camarades de la chambre Une

Aujourd’hui c’est le grand jour! Le grand jour de quoi ? Le moment de découvrir sa chambre voyons, on peut dire que tu est un peu stressé tout de même, c’est le genre de chose qui te t’inquiète un peu, car oui tu vas devoir vivre avec 3 autres filles, des personnes que tu ne connais pas, puis surtout tu te dis que c’est clairement une mauvaise idée… Après tout tu connais beaucoup de gens qui voudrait être avec toi, bien se faire voir, l’idée juste de dire : Je suis dans la chambre de la fille Leroy, mon dieu quel honneur! Faut te dire que toi tu ne peux pas te la péter d’être avec toi-même. Ahaha.

Enfin après la soirée, tu as fais un caprice, tu n’es pas resté dans ta chambre appropriée, pourquoi ? La rencontre de ton parrain t’avais légèrement traumatisé, un chat ÉNORME il avait, soit une panthère, mais il était ÉNORME. Sur le coup, tu as supplié ta mère de rentrer vite fait pour prendre ton courage à deux mains, elle est bien belle la fille Leroy. Bon au moins tu as pu t’équiper pour Arès, ce… serpent. C’est de l’arnaque ce truc, qui voudrait un serpent ?! Toi qui désires un beau Kitsune, te voilà arnaqué. Bon te revoilà devant les porte de l’école, armé de ta grosse valise, qui doit bien faire le double de ton poids et ton serpent qui ne veut pas quitter tes épaules. Faut dire que plusieurs fois tu l’as mis sur ta valise, mais cela bouge beaucoup trop pour son confort, puis tu en as eu marre de lutter qu’il te grimpe comme ça toute les 5 minutes après l’avoir remis dessus, puis il est si froiiiiid.

Bref, ce n’est pas le moment de pleurer ou de se plaindre, il faut désormais trouver ta chambre, tu te souviens que ta mère t’as bien dit de faire bonne impression et de ne surtout pas faire de crise ou de montrer que toi tu es trop aisée, facile à dire maman comme on dit. Tirant ta valise rose bonbon, tu avances en regardant tout le monde qui s’accumule, il y a des regards qui se posent sur toi, tu affiches un petit sourire, bien que tu te doutes que beaucoup de magicien voir quelques sorciers te veulent dans leur chambre. Aller on se donne du courage et on avance l’air de rien, bien que tu fais quelques coucou, après tout il faut resté poli avec les gens… Nan mais sérieusement, faites que ce soit pas ce genre de personne dans la chambre. Arès regarde le monde blasé, te temps en temps il lève la tête pour voir ce qu’il se passe, bien qu’il est plus entrain de regarder les autres familier… Non faut pas les manger Arès, tu ramènes sa tête souvent vers toi, histoire de ne pas causer de problème.

Tu remarques la chambre “2” donc la 1 doit être celle à côté, bien que tu remarques de loin une fille qui part la tête en avant, les pieds étendu par terre… Il vient déjà d’avoir un mort ? Sur le coup tu entends des rires à côté de toi, bien que toi t’es plus choqué, tu ne sais pas si tu dois aller voir la personne ou si tu dois juste voir si c’est ta chambre. Avançant tranquillement, tu approches pour aller voir, bien que la porte se claque devant toi…

Attend on vient de te fermer la porte au nez ?

Sur le coup, tu as cette petite colère qui vient d'apparaître, tu as tout de même du caractère Annabella, mais là c’est la meilleure, on vient de te fermer la porte au nez. Serrant un peu la poignée de ta valise, tu ne sais pas du tout si tu dois toquer ou ouvrir la porte d’un coup… Il est vrai que si la personne qui vient de fermer la porte se trouve toujours au même endroit tu risques de la bousculer, bon on respire un coup .

"Mais tu vas la fermer oui ?

Tu clignes plusieur fois des yeux, c’est quoi le délire ? On s’insulte déjà dans la chambre? Eh bien, cela commence bien. Tu hésites d’un coup à rentrer, s’il y a une fille mal luné, cela ne va pas du tout bien se passer pour un premier jour en communauté.

Je... Non ! Enfin pardon, c'est... je... Je parlais à ma loutre...  Moi c'est Billie...

Elle parle à sa loutre… Super on a une fille qui parle au loutre. Te pinçant un instant le haut de ton nez, cherchant un moment de répit pour faire ton entré, bien que les gens te regardent, oui tu es devant ta chambre, cette chambre qui a subi une entrée fracassante d’une habitante de celle-ci. Bon c’est le moment.

Tu toques trois fois, avant d’ouvrir la porte délicatement, ne voulant pas bousculer de personne derrière celle-ci. Ta chevelure blonde franchis enfin la porte, tu es la dernière, faut dire qu’on t’a pas mal ralentit à faire des coucou et des ça va à tout va. Tu ne connais personne, tout ce que tu notes, c’est qu’il y a deux rousses, dont celle qui a fait la chute, et la bleu avec la loutre, la fameuse personne qui parle au loutre… C’est donc tes camarades de classes et de chambre. C’est peut être le moment de se présenter, non ?

Bonjour, je suis Annabella Leroy, enchanté de vous rencontrer, j’espère qu’on s’entendra bien !

Tu lèves la main en la secouant doucement, comme un salut un peu timide, mais c’est surtout pour montrer que tu es gentille, on fait ce qu’a dit maman, on reste polie et surtout on s’affiche pas trop pour le moment, tu fermes la porte derrière toi avant qu’une autre gonzesse arrive pour juste te dire bonjour, y en a marre à la fin. Tu lâches ta valise en regardant les lits disponibles, il n’en reste plus beaucoup, normal tu es la dernière.

J’espère que la personne qui a fait la chute n’a pas eu de grave séquelle ? Ca va aller ?

Tu penches un peu la tête en regardant la demoiselle debout, tu reconnais les chaussures et le long manteau, tu affiches un sourire tendre, on essaie la bonne impression… Bien que ton regard se tourne d’un coup vers une boule de poil qui bouge… Tu deviens toute blanche, ton regard tétanisé…

Un être du démon ici ?! AH NON ! Non non non!

Tu recules loin, à l’opposé de la terrible bête qui se trouve vers la seconde rousse, pourquoi ? Pourquoi la chance est partie d’un coup, tu faisais si bonne impression ! Tristesse.


©️gotheim pour epicode

________________________________

avatar

Profil


Espèce: Magicienne

Familier: Arès un Cobra Royal blanc

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Points : 1
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)] Dim 12 Nov - 17:09
_Au fait, je m’appelle Merywen, enchantée !

L'autre rouquine de la pièce recommença à ranger correctement ses affaires. Il fallait avouer que la nuit précédente (et ce matin), tout le monde était tellement pressée et fatiguée qu'à part des "bonjours" et des signes de mains, elles n'avaient même pas pris le temps de s'installer correctement. A vue d'œil ce dortoir ressemblait bien à un camp d'immigrés improvisé plus qu'à une chambre de jeunes et délicates demoiselles très organisée et respectable.
Merywen devrait également faire de même pour son coin de chambre …

_Salut, moi c'est Kiarra.

Oh que c'était un joli prénom. Et qu'elle avait l'air gentil comme fille ! même si elle avait pris d'assaut la chambre pour choisir sa place.
Merywen regarda rapidement Cirinci qui s'était perché sur le dossier de la chaise du bureau de la jeune canadienne avant de redonner son attention à l'autre rouquine et acquérir pour la saluer.

_Mais tu vas la fermer oui ?

Merywen se figea et se tourna vers la source de ce haussement de voix. C'était la troisième fille, un petit brin de femme aux cheveux bleus. Elle avait de vives couleurs et ne semblait pas agressive. Merywen ne pensait pas que se présenter ferait péter un câble à une personne, elle resta aussi étonnée que Kiarra et le silence régna dans la pièce.

_Je... Non ! Enfin pardon, c'est... je... Je parlais à ma loutre...

Sa loutre ?
Les yeux de la jeune faune passèrent de la fille aux cheveux bleus à une boule de poils non loin d'elle. A oui, c'était bien une loutre. Une loutre bien casse pieds apparemment. Merywen n'allait pas l'avouer, mais elle enviait un peu Billie, parce que Cirinci était muet, absolument muet ! Il n'avait pas lâché le moindre mot depuis leur rencontre !

_Moi c'est Billie...

Merywen sourit à la pauvre Billie qui semblait ne pas savoir où se mettre. Elle fit quelques pas vers elle pour la rassurer, lui dire que ce n'était pas grave. Ça ne devait pas être facile d'avoir un compagnon omniprésent et très bavard dans sa tête.

Mais au même moment, on toqua à la porte. C'était une jolie demoiselle aux long cheveux blond.
Même si Merywen n'avait un sens de l'orientation très compromit, elle avait une assez bonne mémoire. Du coup … Si la rouquine c'est Kiarra O'Kelly, celle avec les cheveux bleus Billie Barrett ... ça voulait dire que l'arrivante était Annabella Leroy ? Ce n'était pas étonnant, elle avait un certain charisme, une certaine prestance.

_Bonjour, je suis Annabella Leroy, enchanté de vous rencontrer, j’espère qu’on s’entendra bien !

Elle avait l'air charmante ! Merywen partagea mentalement ses bonnes impressions sur ses camarades de chambre à son familier, qui resta toujours muet, mais acquiesçait de son perchoir. Même s'il n'appréciait pas forcement d'être dans la même pièce qu'un chat et un serpent. La loutre, qu'en à lui, semblait trop feignasse pour aller l'embêter.

Annabella fit un agréable signe de main à ses nouvelles camarade avant de refermer la porte. La tour des Dryades n'avaient pas besoin de savoir ce qui passait dans cette chambre. Elle demanda de sa jolie voix :

_J’espère que la personne qui a fait la chute n’a pas eu de grave séquelle ? Ca va aller ?

Merywen lui sourit de plus belle en acquiesçant et penchant la tête sur le côté. Elle était adorable de s'inquiéter de son état. La sorcière espérait bien s'entendre avec elle, comme les deux autres sorcières. Et Annabella était la fille du directeur, il ne fallait pas l'oublier !

Soudain, la magicienne se mit à pâlir, ses grands yeux s'ouvrir en grand, comme si elle était en train de subir une malédiction de sorcier.

_Un être du démon ici ?! AH NON ! Non non non!

Un quoi ?
Merywen se tourna vers la chose qui effrayait l'arrivante. Kiarra ? Non, sinon elle n'aurait pas salué la demoiselle. Sa valise ? Drôle d'idée.
Les yeux de Merywen finirent pas atterrir sur une boule de poile avec de petites ailes. C'était un adorable petit chat ! Trop mignon !
Enfin … pas pour l'arrivante apparemment.

La jeune canadienne fit demi-tour pour se rendre près de la fille Leroy et posa sa main sur son épaule, histoire de la réconforter un peu. Elle lui afficha son plus grand sourire sur son visage arrondit, essayant de la rassurer du mieux qu'elle pouvait. Ainsi, Merywen remarqua que la jeune magicienne faisait la même taille qu'elle. C'était si rare qu'il fallait le souligner !

_Et ne t'en fais pas, ce n'est qu'un chat. Il est adorable et très gentil j'en suis certaine. N'est-ce pas Kiarra ?

Merywen se retourna vers la propriétaire du chat ailé, espérons une réponse positive de sa part pour rassurer la pauvre Annabella. Mais elle n'en eut pas le temps que la demoiselle à la longue tresse prit la main de la petite blonde et la traîna vers le milieu de la pièce, assez près des autres filles et assez loin du pauvre mignon petit chat mal aimé.
Merywen montra Cirinci du doigt. Celui-ci qui n'avait pas bougé de sa place et observa les filles de ses yeux ambrés, ainsi que leur familier avec qui il allait devoir cohabiter.

_Faisons les présentations ! Voilà Cirinci, mon faucon écarlate. Il est adorable et très timide, mais totalement muet. Et les vôtre ?

Comme pour saluer les demoiselles, l'oiseau se redressa, ouvrit en grand ses belles ailes d'un rouge profond et se pencha en avant. Il battit des ailes pour se remettre droit et les ranger après avoir offert ses salutations.

________________________________

Merywen communique en : #CC0000
avatar

Profil


Espèce: Sorcière

Familier: Cirinci, un faucon écarlate

Situation: qui voudrait d'elle, sérieux ?
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 47
Points : 78
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)] Mer 15 Nov - 20:03


Les camarades de la chambre une
Feat Merywen de Zepherite, Billie Barret, Annabella Leroy

Eh bien, il semblerait que nous ayons une associable à un degré très élevé dans la chambre. En effet, la fille aux cheveux bleus semblait assez violemment une envie de calme. Un silence gênée s'en suit, puis une excuse, puis d'un prénom, Billie. Je pose mes yeux sur le petit animal à l'origine de cette violence verbale avant de hausser les épaules. Son familier, au moins, avait bien voulu daigner lui adresser la parole, le mien n'avait encore rien dit !

▬ « Pas grave. Au moins, ta loutre te parle. » dis-je, dans une sorte de français mélangé à de l'anglais, haussant les épaules.

Soudain, trois coups se firent entendre. Une nouvelle personne ? Je me tourne vers l'entrée et mon intuition se confirme : une nouvelle demoiselle pénétra dans la chambre. Je la trouvais plutôt charmante, avec ses jolis cheveux blonds et ses traits délicats. Elle se présenta à son tour, son nom de famille retint mon attention. Leroy...

▬ « Leroy, comme le dirlo ? » je demande dans mon étrange français, étant apparemment la seule à avoir tiqué -ou bien à oser le demander.

Elle s’enquit ensuite de l'état de la fille qui avait fait une sacrée chute. Je ne me sentais encore moins à ma place. De part mon genre atypique, j'avais l'impression d'être une étrangère, une voyeuse au milieu de ce petit groupe féminin. Devais-je leur annoncer ma transidentité, ou ne rien dire et subir ce malaise tout au long de ma scolarité sans jamais rien en dire ? Cette idée me fit un peu mal, et me donna la nausée quand je pris conscience du temps que je risquais de passer ici. Ensuite, le nom de famille de la blonde. Probablement la fille du directeur, ce qui risquait de créer quelques tensions : en effet, je me méfiais déjà d'elle. Bien sur, je n'allais tout de même pas changer de comportement avec elle, mais je préférai rester sur mes gardes.

Mes sourcils se froncèrent. Un être du démon ? Qu'est-ce qu'elle entendait par là ? Mes yeux fouillèrent la pièce jusqu'à tomber sur le fameux être du démon -sérieux, elle a été élevée selon quelle époque, pour penser quelque chose d'aussi grotesque sur mon magnifique chat ailé ? Mes sourcils se foncèrent d'autant plus. Je hausse les épaules, restant vague à la question de Merywen, et cette dernière présenta son familier.

En effet, mon familier avait dû, en prenant sa forme définitive, acquérir quelques instincts félins, notamment une attirance pour les oiseaux. Faim dévorante ou simple curiosité de voir un autre être ailé, je ne saurais le dire, car la bête se précipita sur le faucon flamboyant, le fit tomber et le renifla sous toutes les coutures, un éclat que je ne saurais définir dans les yeux. Paniquée à l'idée que mon familier dévore l'autre, je me précipite vers le chat tandis qu'il était occupé à... mettre les ailes du faucon dans sa gueule.

▬ « NON, LÂCHE CA ! » je crie en anglais.

Heureusement, avant que toute morsure n'arrive je réussis à prendre la bête par la peau du coup, et j'étais maintenant en train d'essayer de lui enlever l'aile de sa bouche. Embarrassée, je me tourne vers les colocataires :

▬ « Veuillez l'excuser, je ne pensais pas qu'il ou elle se jetterai dessus... » je m'excuse vaguement, toujours en anglais. « Par contre, toi, ce n'est pas une créature du diable, il va falloir t'enlever cette idée de la tête » je m'adresse à Leroy, toujours en anglais -car à cette instant, mon français était un peu passé à la trappe. En fait, depuis le début, je me faisais violence pour essayer de parler français.

J'en avais un peu oublié les présentations, avec tout cela, mais je suppose qu'elles n'allaient pas m'en vouloir, au vu du petit dérangement.

Code by Aekko - ne pas toucher


________________________________


Kiarra : #F34330 • Strya : #903471
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Chatte noire ailée aux yeux violets

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Points : 120
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)] Jeu 16 Nov - 18:39
ft. le dortoir
New otteractions

La honte. Je pensais ne plus pouvoir les regarder dans les yeux pour tout le reste de l'année scolaire. Demain elles iraient raconter toute l'histoire à leurs amis, et tout le monde viendrait se fiche de moi. J'avais l'habitude. Mais cela pouvait vite se transformer en enfer. Tant pis. J'étais une sorcière. Je savais à quoi pouvait ressembler l'enfer.

- Au moins, ta loutre te parle. avait lancé l'une des deux filles, mes yeux baissés sur mes draps m'empêchant de savoir laquelle.

Eh bien, qu'elle la prenne, cette loutre qui parle ! Elle ne tiendrait pas plus d'une journée avant de la coincer dans le fond d'une poubelle. J'en étais plutôt certaine. Quand je voyais Arthur, je ne pouvais plus penser qu'à l'esprit frappeur dans Harry Potter. Sauf que lui, il allait casser les pieds à tous les élèves. Ça donnait à tout le monde un peu de répit. Moi, j'avais Arthur depuis moins de vingt-quatre heures et déjà l'impression d'avoir écoulé toute une perpétuité dans un coin du Tartare.

- T'es quand même complètement dérangée, faut que j'te l'dise, soupira Arthur en s'étirant, couché sur le dos, sans manifester le moindre signe de culpabilité ou de malaise.

Nous sommes interrompus par l'entrée de notre dernière camarade de chambrée.

- Moï moï ! V'là Paris Hilton.

Sans m'interroger sur la manière dont il pouvait connaître Paris Hilton depuis une seule journée d'existence, je ne pouvais totalement le contredire. Annabella Leroy, comme elle se présenta prestement, avec ses beaux cheveux blonds et sa valise rose, avait tout d'une petite bourgeoise coquette. Et son nom de famille n'aidait pas à s'en faire une autre image. J'espérais que le caractère divergerait des clichés habituels...

- Un être du démon ici ?! AH NON ! Non non non !

Arthur poussa ses étranges cris de loutre tandis qu'il hurlait de rire dans mon esprit, et se roulait en boule en essayant de se tenir le ventre, bien que ses pattes fussent trop petites pour cela. Quant à moi, je restai bouche bée, les yeux écarquillés et rivés sur la nouvelle venue. Mon humiliation venait de se faire balayer et j'en étais bien heureuse. Mais, qu'est-ce que c'était que ça ? On pouvait avoir peur sans s'exclamer comme sur une scène de théâtre shakespearien.

Merywen s'en alla la réconforter immédiatement. Je ne comprenais pas ce qui la poussait à être aussi agréable, mais soit. Les esprits sont tous différents. Personnellement, je me cachais légèrement derrière mes genoux pour rire un peu.

- Faisons les présentations !

- Oh non, pitié! soupira Arthur. Et après quoi, on défile sur une estrade et on doit donner la patte pour recevoir une médaille ? Et un susucre pour ceux qui ne posent pas leur pêche en public.

- Voilà Cirinci, mon faucon écarlate. Il est adorable et très timide, mais totalement muet. Et les vôtres ?

Puis un innomable bordel. Des cris de chat, d'oiseau, d'adolescente anglaise. Je fus bien incapable de suivre quoi que ce soit... jusqu'à ce qu'Arthur, allongé au bord du lit, toute l'attention absorbée par la scène, me lança :

- Un bifton sur le piaf.

C'était bien cela. Le chat avait décidé de s'attaquer à l'oiseau. Il lui grignotait les ailes tranquillement jusqu'à ce que sa propriétaire l'en retire.

- Veuillez l'excuser, je ne pensais pas qu'il ou elle se jetterai dessus... 

Il ou elle, sérieusement ? Où est-ce que j'étais tombée, moi ? Une ado incapable de tenir debout, une autre qui voyait les chats comme des démons de l'enfer et la dernière qui ne savait même pas distinguer le sexe de son propre familier. Finalement, j'étais peut-être la moins pire de cette chambre. Et tout cela me confortait dans l'idée de ne jamais m'intégrer auprès d'aucune personne que ce soit. Ce monde était complètement barré.

- Par contre toi, ce n'est pas une créature du diable, il va falloir t'enlever cette idée de la tête, continuait-elle à parler en anglais.

Ce qui ne faisait pas grand sens dans une école française. Je prononçai d'une voix discrète :

- Euh... je suis pas sûre que ce soit le moment de défendre la bestiole qui a failli en bouffer une autre...

Et puis merde. De toute façon maintenant, la situation allait forcément s'aggraver. L'une venait de voir son familier se faire agresser et l'autre était la fille de directeur à qui on venait de parler avec sévérité. Quelque part dans le monde, j'étais certaine qu'un livre sacré prévoyait l'arrivée de l'apocalypse par ces deux éléments. Alors autant ne pas s'en mêler. Ou alors, en essayant de calmer le jeu.

- Je crois qu'on démarre d'un mauvais pied et il serait...

- BASTON GÉNÉRALE ! hurla Arthur dans tous les esprits de la pièce.

Il se redressa sur ses pattes postérieures au bord du lit, prêt à effectuer une descente du coude sur le familier d'Anabella que je n'avais pas encore remarqué jusqu'alors. A sa vue, je me jetai sur la loutre téméraire pour l'empêcher de commettre la plus grosse bêtise de sa vie. Et celle-ci n'avait commencé que la veille au soir.



________________________________


Billie réinvente le monde en #20B2AA.
Arthur insulte ta mère en #B8860B.
Attention, certaines images peuvent déformer la réalité.

avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Arthur la loutre

Situation: Célibataire
Faune
Faune
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Points : 72
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Les camarades de la chambre Une [PV : Billie - Kiarra - (Anna)]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» A PLATEFORME ALTERNATIVE SEMBLE EMPÊCHER L'INITE DE CONTROLER LA CHAMBRE BASSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour des Dryades :: Les Chambres-
Sauter vers: