} Y a des jours comme ça... [PV Lexa]

Y a des jours comme ça... [PV Lexa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Espace Détente :: RP terminés
MessageSujet: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Mar 10 Oct - 20:02
... où on devrait rester couché.
Matin de cours. Étrangeté de la journée, Daniel s'est levé, et même plus tôt que ses camarades de dortoir. Et à peu près du bon pied. Ce qui lui vaut de profiter calmement d'un petit déjeuner matinal, avant que la plupart des élèves n'y passent. Mine de rien, ces quelques instants de tranquillité sont agréables. Malgré l'heure. A ses côtés, alors que le magicien grignote son bout de pain, Loki n'est pas encore totalement réveillé. Debout sur ses quatre pattes, il rumine et fixe le vide, se basculant d'un côté ou de l'autre inconsciemment. Dan' le regarde, intrigué par l'étrange spectacle que lui offre son familier. Et à deux doigts de sourire. Vraiment, cette journée commencerait presque trop bien. Il lui suffit de croiser le Directeur avec son regard sévère en sortant de la Grande Salle pour trouver comme par magie le chemin qui mène à sa classe pour le premier cours de la journée. Et c'est tout de suite moins prometteur.

- Et bêh, comment il t'a calmé de suite Leroy !
- La ferme.
- Genre tu vas en cours comme ça, pas une p'tite remarque à faire ni rien.
- La ferme.
- Et tu vas vraiment t’asseoir comme un grand sur une chaise de classe aujourd'hui ? C'est un truc de fou, j'en reviens pas.
- La ferme !
- T'es malade c'est ça hein ? Dis moi si tu te sens pas bien ! Ou si t'as du chagrin, que je te fasse un p'tit câlin...
- LOKI TA GUEULE.

Des gens se retournent en entendant son éclat. Quelques regards le suivent. Il balance violemment son sac à dos sur son épaule gauche et traverse les couloirs d'un pas pressé. Mains enfoncées dans les poches de son uniforme, mauvaise humeur clairement affichée sur sa tête qui, cette fois, ne porte pas de casquette. Elle aura tenu à peine une demie-heure cette belle journée. Et il traîne ses baskets contre le sol alors que la salle se dessine. Il est encore tôt. Situation pas souvent vécue dans sa p'tite vie : arriver en avance en cours. La blague. L'envie de faire demi-tour le démange. Mais en même temps, il s'en voudrait se prendre une raclée une seconde fois et de redoubler. Alors il peut bien faire quelques efforts cette année et en profiter pour rentrer deux trois p'tites choses dans sa tête. De toute façon, il fait ce qu'il veut, ce qu'il peut, et on verra bien comment la suite se passe. S'il tient le coup et si ça en vaut la peine, surtout.

Il y a un peu d'agitation maintenant, l'heure d'entrer doit approcher. Le prof arrive enfin alors que les élèves se décalent sur son chemin. On entre, on s'installe. Et alors que Daniel regarde la salle s’animer et les gens bavarder, un mouvement de tête du professeur de potions lui indique une place libre. Mauvaise idée. Là, il veut vraiment faire demi-tour. Et pas poser ses fesses sur la chaise qu'on lui désigne. Y a des trucs à pas faire si on a un minimum d'instinct, comme le foutre à côté d'un mec qu'il ne peut pas saquer. Genre un de ses camarades de chambre par exemple.
Et merde.
D'un geste d'une rare élégance, le magicien s'affale sur l'assise, le sac déposé bruyamment sur le bureau face à lui. Il ignore royalement son voisin de table, les mains dans les poches et sans faire mine de sortir un semblant d'affaire pour le moment. Sous sa chaise, Loki soupire discrètement, blasé de voir son abruti d'ami faire le con. Une fois de plus.

- Leçon du jour, la potion d’apaisement. Elle permet de lutter contre l’anxiété et les sautes d'humeurs, entre autres, mais ne peut être utilisée trop souvent ou elle devient addictive. Les instructions sont au tableau, vous pouvez vous aider de vos livres et le matériel dont vous avec besoin est listé ici et à votre disposition sur vos paillasses.

L'ensemble des élèves se met alors en mouvement, avant que le professeur ne reprenne.

- Ah, avant de commencer, j'ai oublié de préciser. La potion étant un minimum complexe, vous travailler donc par binôme avec votre voisin. Si vous avez des questions, je suis à votre disposition, n'hésitez pas.

Daniel, que le sujet a vaguement intéressé sur le coup, plonge sa tête dans son sac avec un soupire. Okey. Il va devoir se coltiner l'autre sorcier pour réaliser cette foutue potion de merde. Le pied. Ça sent les emmerdes à plein nez, sans même avoir vraiment besoin de les chercher pour le coup. Déjà que les potions, de base, il préfère les tester et voir comment ça réagit plutôt que de suivre minutieusement une recette. La suite va être folklo.
Il décale sa tête sur le côté, appuyant sa joue sur son sac. Cela lui laisse la vue dégagée sur son cher camarade qu'il fixe d'un regard noir. Oui, là maintenant, le pauvre concerné ne lui a rien fait. Mais il n'a pas besoin de faire grand chose à part d'exister et d’imposer sa présence. Déjà, c'est un sorcier. Avec une dégaine pas des plus élégantes. Oui, c'est lui qui dit ça. Qu'importe. Et puis il y a le reste, genre il a l'air 'gentil' -c'est pas un compliment- et un peu trop... pas assez. Merde, genre trop insouciant et tout pour que Dan' ne soit pas juste agacé de le voir. Le pire, c'est que ça a l'air de lui faire ni chaud ni froid. Et honnêtement, c'est peut-être ce qui énerve le plus le magicien.

- Chandeliere, besoin d'aide ?
- Nop, M'sieur.

L'intervention du prof le fait se redresser. Et sortir un crayon. Puis une feuille. Avant qu'il ne commence à examiner les ingrédients proposés et la recette inscrite. Okey. Ça pourrait le faire, en fait. N'est-ce pas Lexa ?
Hey... Dis ? Ça sent pas un peu le souffre là ?

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 105
Points : 255
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Dim 15 Oct - 13:45
Y'a des jours comme ça...Lexa Dibra & Daniel Chandeliere« Leçon du jour, la potion d’apaisement. »

Sans prendre la peine de réprimer un bâillement impressionnant, Lexa observa paresseusement son professeur expliquer les propriétés de la potion du jour, la tête un peu ailleurs. C'est vrai, le cours allait commencer, il allait peut-être falloir qu'il commence à lui prêter un minimum d'attention s'il ne voulait pas être totalement à côté de la plaque au moment où on lui demanderait de mettre les mains à la pâte et concocter ladite mixture.

Il était légèrement fatigué, Lexa. Oh, rien de bien insurmontable, mais il avait simplement passé une mauvaise nuit. En fait, étrangement, il n'avait toujours pas réussi à s'acclimater au confort du château dans lequel il vivait maintenant pour suivre ses cours. Il trouvait les matelas trop moelleux, les couettes trop épaisses, l'absence d'agitation et de bruit autour de lui pendant la nuit trop peu naturelle.
Alors ce matin, il avait eu un peu plus de mal que d'habitude de sortir de son lit. Il avait émergé un peu tard, le regard creusé par des cernes de la taille d'un pamplemousse, n'ayant eu pour seule solution pour essayer de se secouer que d'aller se prendre une douche froide pour ne pas se rendormir directement. Ce qui expliquait d'ailleurs les cheveux encore humides qui retombaient en pagaille sur son front en ce moment même.

Mais au moins il était présent pour son cours.
C'était un battant. Vaguement.

« Ah, avant de commencer, j'ai oublié de préciser. La potion étant un minimum complexe, vous travaillerez donc par binôme avec votre voisin. Si vous avez des questions, je suis à votre disposition, n'hésitez pas. »

Arraché de ses pensées par les dernières instructions de son professeur, le sorcier détacha son menton du poing sur lequel il était resté appuyé depuis qu'il s'était installé à sa table, tournant la tête pour observer son voisin. Chose surprenante, il en avait un aujourd'hui. Chose plus surprenante encore, celui-ci se trouvait être l'un de ses camarades de chambre qui le regardait actuellement avec à peu près autant d'affection dans les yeux que si Lexa venait de vomir sur son visage.
Le sorcier ne s'offusqua toutefois guère de ce dernier détail, plus occupé à essayer de se remémorer le nom de son camarade lorsqu'il détacha son regard de lui. Il n'était ni le premier, ni le dernier élève à donner l'impression de le haïr avant même de lui avoir adressé ne serait-ce qu'une seule fois la parole, ça n'était donc pas foncièrement important de s'attarder là-dessus, mais comment diable s'appelait-il déjà ?

« Chandeliere, besoin d'aide ? »
« Nop, M'sieur. »

Ah, oui. Daniel Chandeliere. Comment avait-il réussi à oublier alors qu'il portait le même prénom que son ami tatoueur ? Intérieurement, Lexa remercia son professeur pour son intervention à l'adresse de son camarade, réprimant un nouveau bâillement tandis que Daniel commençait à se redresser à côté de lui. Le magicien avait raison, il était sans doute temps de s'y mettre maintenant, si tous deux ne voulaient pas prendre inutilement du retard sur leur préparation.
Se redressant à son tour, Lexa étira discrètement ses bras dans son dos et fit craquer ses épaules, tout en jetant un œil à la recette que M. Bartosz avait inscrite au tableau.

« Hm. »

Entre la précision des mesures demandée et l'importance de la surveillance de la température du chaudron, il y avait bien trop à faire pour un seul homme. Que cela plaise ou non au magicien à sa gauche, ils n'allaient visiblement pas avoir d'autre choix que de travailler en équipe s'ils ne voulaient pas que leur concoction ne finisse en catastrophe. Et Lexa pariait que cela n'allait définitivement pas plaire à Daniel.

Soupirant silencieusement, le sorcier se tourna légèrement vers son partenaire de la matinée, le visage dépourvu de la moindre antipathie à son égard. Si celui-ci avait un problème avec lui, cela ne lui faisait ni chaud ni froid, mais de son côté l'albanais n'avait aucune envie de se fatiguer à se prendre la tête. Leur cours allait déjà être suffisamment fatigant comme ça.
C'est donc d'un ton tranquille qu'il s'adressa finalement à son camarade, décidant de briser le silence pesant qui avait commencé à s'étirer entre eux.

« T'en fais pas, je vais pas te forcer à faire la conversation avec moi. On aura bien assez à faire avec ça. »

Il agrémenta sa phrase d'un léger signe de tête en direction de la recette au tableau, avant de reporter son regard successivement sur Daniel, puis le manuel de potions ouvert à la bonne page devant lui. Ils allaient avoir besoin d'organisation, quelque chose qui risquait d'être compliqué si son camarade n'acceptait pas de communiquer un minimum avec lui, mais qui leur éviterait au moins d'avoir à meubler le silence en parlant chiffon et potins. Ce qui faisait de la difficulté de cette recette une quasi bénédiction, en fin de compte.

Passant son doigt sur la liste des ingrédients dans son cahier pour les imprimer tant bien que mal dans son esprit malgré son manque total de motivation à se lancer dans une recette compliquée, Lexa réfléchit. Au vu des demandes spécifiques qu'impliquait la réalisation d'une potion d'apaisement, son voisin et lui allaient devoir séparer deux tâches bien distinctes. Ce qui voulait dire qu'ils allaient devoir chacun se tenir à l'une d'entre elle.
Les yeux fixés sur le déroulement de la préparation, Lexa ne tarda donc pas à s'adresser au magicien, pour demander son avis à celui-ci.

« Tu préfères t'occuper de prendre les mesures des quantités exactes pour les ingrédients et hacher les pousses ou lancer le feu sous le chaudron et surveiller l'évolution de l'ébullition de l'eau ? »

Preuve de sa bonne volonté, l'albanais laissait à son partenaire le choix de la tâche qui lui incomberait pour le reste du cours. Lexa espérait simplement que ce magicien allait être capable de faire un minimum d'effort pour ne pas être trop pénible et suivre correctement les instructions au tableau, car il n'oubliait pas être en présence de l'un des élèves les moins assidus de sa classe.

Ça, et qu'il ne lui demande pas de s'occuper du feu.
©️ 2981 12289 0

________________________________


I don’t need to worry about withering
Because I won’t lose my color even if I’m stepped on.

Chilling in #003333

avatar

Profil


Espèce: Sorcier.

Familier: Jasper, le Pika d'Ili.

Situation: Célibataire.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 158
Points : 516
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Mar 17 Oct - 20:55
J'le sens mal là...
La phrase est pour Daniel. Elle le tire de sa fixation sur son bouquin, pensant vainement que le truc peut se faire tout seul s'il se concentre suffisamment dessus. Mais nan. Et quand il sort de ses pensées pour écouter la voix qui s'adresse à lui, c'est pour effectuer une sorte de grimace, n'ayant du sourire que l’ombre tordue. Il ignore complètement son voisin, reste penché sur son manuel. Encore heureux que l'autre ne le forcera pas à faire causette, manquerait plus que ça. Il préfère réfléchir sur la marche à suivre plutôt que de répondre. Ou faire semblant d'y réfléchir, parce que honnêtement, s'il pouvait passer le reste de l’heure à ne rien foutre, il ne dirait pas non. Mais le regard insistant du prof et le claquement de langue désapprobateur de son familier l’empêchent de laisser tomber avant même d'avoir commencé. Le magicien se passe une main absente dans sa tignasse et finit plus ébouriffé qu'autre chose. Et l'autre à côté qui fait genre tout va bien dans le meilleure des mondes, la situation est normale. Genre il n'en a rien à foutre. Il n'a même pas daigné réagir à son regard noir, comme si Dan' n'est qu'une p'tite poussière dans un coin. Et ça l'agace. Un peu. Voir même beaucoup. Il n’aime pas qu'on l'ignore, préfère qu'on le haïsse plutôt que ne pas être considéré. Mais apparemment ce serait trop demander à Monsieur de lui accorder une once d'énervement hein. Tss. Si encore Dan' pouvait ne pas avoir besoin de le calculer et faire son truc dans son coin, ok il ferait un effort pour le supporter dans son champ de vision... Mais ce serait trop facile, hein.

Un soupire désespéré lui échappe lorsque son camarade lui demande son avis. Trop aimable. Dans sa tête ça résonne plutôt comme « mais comme tu veux ducon » avec un « j'en ai rien à foutre démerde toi » que seul un coup de corne dans la cheville de la part de Loki fait taire avant d'être dit.

- AÏE putain Lok' !

Ce familier le connaît trop bien décidément s'il en devient capable d'anticiper ses paroles avant qu'elles ne soient prononcées. De nouveau affalé sur sa chaise, Dan se masse la cheville en grimaçant. Bien, tout le monde s'y met apparemment. Il ne sait pas dans quel état il va finir sa journée. De manière déplorable assurément. Il relève les yeux vers le sorcier qui attend sa réponse à côté, réfléchis un instant avant de grommeler.

- Fais moi couper ces trucs, vaut mieux pas que je joue avec le feu aujourd'hui.

Ou il allait faire cramer quelque chose ou quelqu'un. Voir même le bâtiment entier, genre avec quelques sorciers au passage, les profs les plus cons, son bouquetin et Lexa. 'Tain c'est quoi son prénom aussi. C'est pas français ce truc, et en plus ça sonne trop féminin. Et puis merde, il s'en fout complètement en fait.

Ça devrait être moins chiant de mesurer les ingrédients demandés plutôt que de zieuter la cuisson. Il aura sûrement moins envie de fermer les yeux sur son cahier. Alors c'est avec toute la meilleure volonté du monde que Daniel commence à trier les ingrédients devant lui en fonction de l'ordre dans lequel ils sont utilisés. Et laisse son voisin se démerder avec le reste sans lui accorder plus d’attention. Après un rapide check, seuls deux ingrédients ne lui sont pas familiers. Ce qu'il trouve plutôt honorable. Face aux deux trucs qui lui posent problèmes, il hausse les épaules. Flemme ou goût du risque, il décide au pif que les premiers trucs vert seront les feuilles de machin qu'il faut mettre comme ça dans la potion, et les seconds seront les pousses qu'il doit hacher après avoir pesé méticuleusement. Puis on verra bien. T'façon si on ne peut plus s'amuser...

D'un geste pas aussi brusque que prévu, le magicien se saisit du couteau et de la planche à découper et s'active à tailler l'ensemble de manière plutôt précise et efficace.

- Qui l'eut cru ! T'as quelques talents cachés en cuisine Dany ?

Il lève les yeux au ciel, manque de s'entailler le doigts et fusille Loki du regard. Bien, ce sera suffisant. On s'en tient là pour le moment. Il pousse le petit tas dans la coupelle et nettoie rapidement d'un coup de magie les ustensiles utilisés. Hors de question que ça vire en dépotoir et que son bureau ressemble à un champ de bataille. Et lorsque c'est propre, il fourre ses mains dans les poches et regarde le reste de la classe qui chuchote plus ou moins joyeusement face à leurs préparations. Là maintenant, c'est le coin de ciel clair qu'il aperçoit par la fenêtre qui lui fait envie. Il s'y perd quelques secondes, le temps de s'imaginer très loin d'ici. Puis retour à la réalité, avec tout ce bordel qui lui reste encore à faire. Genre sortir cette balance et l'utiliser.

Bien installé sur sa table, avec sa formidable capacité à ignorer ce qui le fait chier, à savoir son familier qui le charrie et Lexa à côté, Daniel décide d'utiliser les outils de mesure pour préparer le reste des ingrédients. Avec plus ou moins de précision, le coude sur la table et le menton posé dans sa main Mollement, il effectue le travail demandé, sans vraiment gérer au gramme ou à la goutte près. Mais qu'on ne vienne pas lui reprocher quoi que ce soit, déjà qu'il est présent, et qu'en plus il travaille à peu près. Et puis il a plutôt bien avancé de son côté.
Hey... Dis ? Ça sent pas un peu le souffre là ?

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 105
Points : 255
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Dim 29 Oct - 15:45
Y'a des jours comme ça...Lexa Dibra & Daniel ChandeliereIl n'était pas rare que les camarades de classe de Lexa soient plutôt froids et distants envers lui. On ne l'aimait pas particulièrement et de son côté, lui ne cherchait pas non plus à ce que l'opinion des autres à son sujet ne lui soit plus favorable. Il restait dans son coin, et si sa présence posait problème à qui que ce soit, il partait du postulat que la personne face à lui n'aurait qu'à se faire une raison et l'ignorer, en évitant de lui adresser la parole plus que nécessaire.

C'est pourquoi lorsqu'un certain agacement doublé de ce qui ressemblait à une pointe d'énervement fit son apparition sur le visage de Daniel, le jeune sorcier ne prit pas même la peine de relever cette information. Au vu des réactions que celui-ci avait pu avoir ces dernières minutes, il n'y avait pas besoin d'être un génie pour réaliser que tous deux n'allaient définitivement pas nouer des liens d'amitié autour d'une potion chaleureuse aujourd'hui.
Il ne fut donc pas étonnant de constater que lorsque Lexa demanda au magicien de quelle tâche il préférait s'occuper, celui-ci lâcha tout simplement un immense soupir d'exaspération. Sans même prendre la peine d'essayer de paraître un minimum concerné de la manière dont son camarade aurait pu prendre cette marque de manque de respect, il lui avait littéralement soufflé son irritation au visage. Quelque chose qui faisait toujours plaisir, bien entendu.

Le sorcier se trouva toutefois trop occupé à bâiller de tout son soul pour réellement faire attention aux marques de ressentiments dont son voisin pouvait bien faire preuve : son seul problème pour le moment, c'était celui de ne pas se trouver dans son lit. Ou dans un canapé. Ou même simplement sur un tapis, pourquoi pas.

« AÏE putain Lok' ! »

À l'entente de cette exclamation de Daniel, l'albanais jeta un coup d’œil fatigué à celui-ci, tâchant de comprendre ce qui avait bien pu la provoquer. À côté de lui, le jeune magicien venait de s'affaler davantage dans sa chaise, massant sa cheville d'un air plus bougon encore qu'auparavant : visiblement, quelque chose qui avait échappé à Lexa venait de se dérouler. Il ne s'en enquit toutefois pas outre mesure, reportant son attention sur la recette de la potion en attendant que son voisin daigne répondre à sa question.
Heureusement pour lui, son camarade décida apparemment de ne pas le faire patienter plus longtemps pour lui communiquer sa décision, la voix du magicien ayant commencé à s'élever sur sa droite.

« Fais-moi couper ces trucs, vaut mieux pas que je joue avec le feu aujourd'hui. »

En d'autres circonstances, Lexa aurait probablement précisé à son voisin qu'il était certainement mille fois moins apte à « jouer avec le feu » -comme Daniel le disait si bien- que lui, mais pas aujourd'hui. Mais que cela soit dans une vaine tentative de paraître aimable, par simple flemmardise ou encore par pure et simple stupidité, il acquiesça simplement vaguement à la proposition de Daniel.
Une grossière erreur qu'il ne tarderait pas à regretter, sans aucun doute.

« M'kay. »

Sans un mot, il se déplaça ensuite lentement vers le chaudron qui trônait à côté de leur espace de travail, attrapant au passage une hanse de son sac pour l'emmener avec lui. Si déjà on lui demandait de s'occuper d'allumer le feu pour leur préparation, le sorcier avait bien l'intention de faire les choses à sa manière - à savoir sans utiliser la magie, mais plutôt un bon vieux briquet.

Une fois posté devant le gros récipient métallique, Lexa s'accroupit, déposant son sac sur sa droite. Il lui fallut plusieurs secondes pour fouiller celui-ci à la recherche d'un briquet qu'il avait « emprunté » à quelqu'un avant d'en sortir le précieux objet, un petit sourire de satisfaction discrètement accroché au coin de ses lèvres. Parfait : pas de magie, pas de soucis. Ou du moins, c'est ce qu'il pensait, avant de voir que le petit instrument ne voulait apparemment pas coopérer lorsqu'il essaya de l'utiliser pour démarrer le feu sous son chaudron.
Sans accorder la moindre once d'attention à son camarade qui commençait à s'occuper de hacher les ingrédients pour leur potion, le sorcier usa de maintes techniques afin que son briquet daigne cracher une flamme pour démarrer le feu de leur préparation. Il avait beau insister, celui-ci ne voulait tout bonnement pas coopérer. Il le secoua, le frappa et lui susurra même discrètement des mots doux dans sa langue maternelle avant que cet objet du diable ne daigne finalement cracher un petite flamme pour lui.

Lorsque enfin Lexa put voir son briquet s'illuminer entre ses doigts, le jeune homme remercia silencieusement les forces astrales de ne pas l'avoir abandonné, avant de rapidement allumer le foyer sous son chaudron. Le plus dur était fait à présent.
Contrairement à ses camarades qui avaient tous magiquement allumés leurs brindilles, le sorcier dut ensuite faire attention à bien laisser le feu prendre, l'entretenant comme tout humain normal l'aurait fait à sa place. Peut-être perdait-il un peu de temps de la sorte, mais au moins ne mettait-il pas la moitié de ses camarades en danger de mort imminente à cause d'un sort qui échapperait à son contrôle.

Une fois le feu bien en vie et ébouillantant correctement la concoction qui attendait qu'on y ajoute les ingrédients de la potion que leur professeur leur demandait de réaliser... Lexa s'ennuyait. Il savait bien que leur préparation demandait une rigueur et un timing serré afin de ne pas tourner au désastre, mais à chaque fois que le brun jetait une œil à la montre ornant le mur de la classe pour en vérifier l'heure, son esprit ne pouvait s'empêcher de s'embuer.
Il bâilla une fois, deux fois, puis ferma les yeux un instant. Ou du moins, il eut l'impression que ça n'était qu'un instant - en vérité, il aurait tout aussi bien pu s'assoupir une vingtaine de minutes qu'il n'en aurait rien su. Lorsqu'il les rouvrit, il remarqua aux sons qui s'échappaient du chaudron que l'eau avait apparemment commencé à bouillir, signe qu'il fallait y ajouter les premiers ingrédients.

S'étirant tranquillement alors qu'il était confortablement installé en tailleur sur le sol, Lexa leva alors les yeux vers son camarade penché sur leur paillasse, luttant contre un bâillement alors qu'il s'adressa à lui.

« Si t'as fini de tout découper, tu peux déjà mettre les premiers ingrédients là-dedans. »

De son côté, Lexa décida qu'il était peut-être temps pour lui de se relever de sa position assise s'il ne voulait trop céder à sa fatigue. C'est donc difficilement qu'il commença à soulever son postérieur du sol froid de la salle, pour se placer bien en face de leur chaudron. Une fois debout, il jeta un coup d’œil à ce que celui-ci contenait.
Quelle ne fut pas sa surprise de remarquer qu'à l'intérieur de celui-ci, l'eau s'était déjà teintée d'une étrange couleur proche de la morve.

Clignant des yeux d'incompréhension, le sorcier regarda à nouveau les étapes de la recette, puis Daniel, avant de revenir à la recette une seconde fois. Comment leur eau avait-elle pu virer à cette couleur alors même qu'ils n'avaient encore rien mis dedans ? Cela ne faisait absolument aucun sens.
C'est donc le plus naturellement du monde qu'il se tourna vers son camarade, pointant mollement du doigt la mixture dans leur chaudron.

« T'as mis quoi là-dedans ? »

La question méritait d'être posée, après tout.
©️ 2981 12289 0

________________________________


I don’t need to worry about withering
Because I won’t lose my color even if I’m stepped on.

Chilling in #003333

avatar

Profil


Espèce: Sorcier.

Familier: Jasper, le Pika d'Ili.

Situation: Célibataire.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 158
Points : 516
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Lun 13 Nov - 20:28
J'le sens mal là...
L'autre qui dort. Imperturbable. A même le sol en plus. Daniel le fixe, trop consterné pour penser à le secouer. Il reste là, accoudé à son bureau, à attendre qu'il se passe quelque chose, le cerveau toujours en train de buguer sur la situation. A force de le dévisager, il percute que le sorcier à encore les cheveux humides. Même pas fichu capable de prendre soin de lui et d'être présentable. Suffit d'un pas grand chose pourtant, un p'tit rien de magie pour sécher ça et éviter d'attraper la crève. Mais qu'importe, chacun sa merde. Si ça l'amuse...

La silhouette endormie semble s'animer, sortant le magicien de sa contemplation. Il lève un sourcil sans prendre la peine de bouger face à sa remarque. Comme si c'est lui qu'on attendait, hm. Il laisse donc son camarade se relever et prendre la suite en main. Bien que l’expression de stupeur qui semble se peindre sur son visage ne présage rien de bon. Qu'est-ce qu'il a à le regarder comme ça ? Pour une fois qu'il n'a rien fait. Et voilà qu'on l'accuse.

- T'as mis quoi là-dedans ?

- Ton cul.

La réponse fuse avant même qu'il ne se lève à son tour voir ce qu'il se passe, réflexe trop naturel pour qu'il s'y attarde. Sauf quand voyant l’intérieur du chaudron, il se demande lui aussi comment le truc a pu en arriver là. Penché, mais pas trop soyons prudent, au dessus de la mixture, Dan' l'inspecte d'un œil critique. Mais la réponse ne lui arrive pas. Et comme il sait très bien que ce n'est pas lui qui a balancé un truc dedans, il n'y a qu'une seule autre personne qui peut être fautive.

- Mais fuck comment t'as pu en arriver là ??

Son regard passe sur leurs tables, trouve le briquet, comprend pas ce que ce truc fait là. Puis examine les bords du récipient. Y avait que de l'eau au départ, nan ?

- T'as foutu quoi mec ? T'as pensé à vérifier qu'c'était propre ce truc ? Genre qu'il ne restait pas des traces d'une autre putain de potion ? Tu claques des doigts et bam c'est propre, pas compliqué pourtant hein !

Dane s'énerve. Un peu. Ou du moins il hausse le ton et siffle son agacement entre ses dents serrées. Pas assez pour attirer le prof jusqu'à eux, mais suffisamment pour faire passer le message. Honnêtement, il a juste envie de se tirer d'ici maintenant. Parce que si ça commence comme ça, ça ne pourra jamais finir mieux. Mais il n'est pas du genre à abandonner, surtout qu'il a besoin de passer sa mauvaise humeur sur quelqu'un. Et que là il n'a même pas besoin de trouver de prétexte.
Il prend quand même sur lui, maigre bon sens qui fait son apparition discrète à cet instant. Et lâche un nouveau soupire qui veut tout dire. Bien. Pas besoin de s’emmerder à faire quelques efforts si de l'autre côté c'est pas mieux. Un rapide coup d’œil à la recette pour vérifier une dernière fois l'ordre des ingrédients, puis il balance les deux premiers dans la potion sans prendre la peine de recommencer celle-ci. Au point où ils en sont t'façon, il en a rien à battre et bougonne seul dans sa barbe. Qu'il n'a pas.

- 'Tain de merde. M'en fout si ça part en couille ce truc. Pour une fois que j'me bouge le cul, on m'balance un gars encore moins compétant que moi. La prochaine fois Lok', tu m'empèches de venir hein. J'te jure, j't'en foutrai des potions d’apaisement.

La potion se mélange seule alors que Daniel se concentre sur celle-ci et compte les secondes. Puis lorsque c'est le bon moment, il ajoute une des essences mesurées précédemment et continue, ignorant le sorcier et le feu qui doit continuer à être surveillé. Pas son job après tout, ils s'étaient mis d'accord.
La potion vire une nouvelle fois de couleur, tirant dans les camaïeux de bruns rougeâtres. Bien loin du bleu nuit qu'ils doivent trouver à cet instant de la réalisation. En voyant de quoi ils sont partis, le magicien ne saurait dire si c'est une amélioration ou non. Et les petites bulles qui remontent à la surface doivent indiquer que la température est trop élevée. Ou un truc du genre. Tant pis.
Au final, la potion se fait. Tranquillement. Bien loin de l'état dans lequel elle devrait se trouver. Les bulles qui percent la surface sont énormes maintenant. A l'instant où le magicien rajoute les feuilles qu'il ne savait identifier précédemment, une odeur beaucoup trop sucrée s'élève du chaudron. Qui n'a jamais été précisée dans la recette sur laquelle il se penche pour vérifier. Tant pis de nouveau si ce n'étaient pas les bonnes.

- Et merde. Assumes tes conneries.

Chuchotements face au prof qui s'avance dans les rangs pour suivre les préparations. L'explication du pourquoi du comment de tout ça va être folklo. Pourvu qu'il ne vienne pas jusqu'à eux. Et dire qu'il reste encore trois ingrédients, dont les potentielles pousses, à ajouter... ça ne va jamais pouvoir arranger leur histoire. Dans une tentative courageuse pour faire face à la suite, Daniel se recule un peu pour se placer loin du chaudron, laissant Lexa en première ligne.
Hey... Dis ? Ça sent pas un peu le souffre là ?

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 105
Points : 255
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Jeu 30 Nov - 21:21
Y'a des jours comme ça...Lexa Dibra & Daniel Chandeliere« Ton cul. »

La réponse avait fusé presque immédiatement après que la question avait été posée. Une réponse claire, courte, concise... et parfaitement déplacée.

Se retenant de claquer la langue face à l'immaturité de son camarade toutefois, Lexa parvint à se contenter de regarder ce dernier se lever de sa chaise pour approcher du chaudron et constater de lui-même de ce qui bouillonnait à l'intérieur - à savoir un liquide à la coloration peu ragoûtante au-dessus de laquelle le magicien resta penché plusieurs secondes

« Mais fuck comment t'as pu en arriver là ?? »

Fronçant légèrement les sourcils, Lexa fixa son camarade au langage apparemment bien fleuri, qui lui-même laissait balader son propre regard sur leur paillasse.

Comment lui avait pu en arriver là ? D'autant qu'il ne sache, ils étaient censés travailler en binôme sur cette potion et si le sorcier était bien sûr d'une chose, c'est qu'il ne pouvait en rien être la raison du changement de coloration de la mixture dans leur chaudron : il n'avait fait qu'allumer un feu parfaitement naturel sous une eau tout ce qu'il y avait de plus basique, donc rien qui ne puisse se transformer en cette bouillasse immonde qu'ils avaient actuellement sous les yeux.
De plus, Daniel avait bien du culot de sous-entendre qu'il n'avait rien à se reprocher alors que l'albanais n'avait pas une seule fois approché sa main d'autre chose que du feu sous leur chaudron.

Mais avant qu'il ne puisse ne serait-ce que songer à répondre au magicien, celui-ci avait déjà commencé à enchaîner, d'un ton s'amplifiant de plus en plus qui ne présageait rien de bon.

« T'as foutu quoi mec ? T'as pensé à vérifier qu'c'était propre ce truc ? Genre qu'il ne restait pas des traces d'une autre putain de potion ? Tu claques des doigts et bam c'est propre, pas compliqué pourtant hein ! »

« Non, j'ai rien vérifié et j'ai même craché dans l'eau du chaudron pour te faire plaisir. Je me suis dit que ça rajouterait du goût. »

Si l'albanais avait pensé ces mots très fort, il se retint heureusement de les lancer au visage de son camarade, dans un effort de courtoisie qu'il avait de plus en plus de mal à se forcer. Si Daniel ne lui faisait pas même confiance pour quelque chose d'aussi basique que de vérifier la pureté de l'eau, il aurait mieux fait de vérifier celle-ci de lui-même - quelque chose que Lexa mourrait d'envie de lui faire remarquer, d'ailleurs.
Le jeune sorcier prit néanmoins son mal en patience et se contenta simplement de répondre à la question le plus poliment possible, bien qu'un léger agacement commençait doucement à poindre dans sa voix.

« J'ai vérifié, alors calme-toi. »

Concernant la proposition du magicien qu'il use de la magie pour nettoyer le chaudron, Lexa avait bien une idée quant à l'endroit où son camarade pouvait se la fourrer. Un endroit que ce jeune homme avait lui-même mentionné seulement quelques minutes plus tôt. Et où le soleil ne brillait pas, s'il y avait besoin d'un indice supplémentaire pour comprendre à quoi l'on faisait référence.

Se désintéressant ensuite de son mieux de la boule de nerfs à côté de lui, Lexa s'éloigna légèrement de son voisin pour replacer d'un coup de pied léger un morceau de bois qu'il jugeait dépasser un peu trop de sous le chaudron. S'il ne voulait pas risquer de perdre patience, la meilleure façon pour lui de garder la tête froide était de dédier tous ses neurones à l'entretien correct du feu et de ses flammes - ce qui était plutôt ironique, finalement.
Malgré ses efforts pour se couper de son camarade toutefois, il entendit bientôt ce dernier recommencer à bougonner, parvenant à titiller son attention après avoir lancé deux nouveaux ingrédients dans leur concoction.

« 'Tain de merde. M'en fous si ça part en couille ce truc. Pour une fois que j'me bouge le cul, on m'balance un gars encore moins compétant que moi. La prochaine fois Lok', tu m'empêches de venir hein. J'te jure, j't'en foutrai des potions d’apaisement. »

Inspirer calmement.
Ce magicien ne valait pas la peine qu'il ne s'énerve.
Expirer tranquillement.
Lexa était tout à fait capable de l'ignorer.

Dans le chaudron, la mixture se mélangeait toute seule tandis qu'à sa base, l'albanais s'affairait à réduire les flammes qui léchaient le métal pour suivre les instructions de la recette. Toutes les soixante secondes, il ajoutait et retirait des brindilles comme la recette le demandait, suivant la trotteuse de l'horloge murale de la classe pour ne pas rater son timing. Tant qu'il faisait son travail correctement, peut-être serait-il capable de rattraper la catastrophe que l'autre magicien avait provoqué ?
Enfin ça, c'était sans compter le bruit de la formation de bulles qu'il pouvait entendre de là où il se trouvait : quoi que Daniel avait bien pu jeter dans leur potion, ce bruit ne présageait rien de bon.

Le bruit des bulles se faisait de plus en plus fort, tant et si bien que Lexa se vit obligé d'interrompre sa tâche pour se relever et jeter un coup d’œil à leur potion. Ce qu'il vit à l'intérieur du chaudron n'avait strictement rien à voir avec ce qu'il aurait dû y trouver : au lieu d'être lisse, la surface était couverte de bulles ; loin du bleu nuit, la couleur de la concoction était rougeoyante et les effluves qui s'en échappaient étaient plus proches d'une odeur de barbe à papa que du jasmin qu'on aurait du sentir.
L'échec n'avait jamais eu une odeur aussi sucrée.

« Et merde. Assume tes conneries. »

La bulle qui éclata mollement à la surface de la potion des deux Phénix aurait tout aussi bien pu représenter les pensées de Lexa : cette fois, c'était la remarque de trop.

Autour d'eux, des chuchotements avaient commencé à s'élever alors que le professeur de potions déambulait dans les rangs. Bien sûr, comme ils étaient maintenant censés en être à mi-parcours, il venait vérifier les potions de chaque binôme mais plutôt que de s'en soucier tout de suite, le sorcier ne put s'empêcher de réagir à la dernière remarque de son camarade en se tournant vers lui, les dents serrées derrière un sourire qui n'avait rien d'amical.
Il eut à peine à desserrer les lèvres pour s'adresser à Daniel, pas assez fort pour que qui que ce soit d'autre que le magicien ne l'entende.

« Pour quelqu'un qui vient jamais en cours, t'as du culot de me rejeter la faute dessus. »

Il en avait vu des abrutis immatures - que ça soit à Sainte Catherine ou dans sa simple vie d'humain, d'ailleurs - mais là, Daniel battait tous les records. Lexa voulait bien concevoir que les magiciens ici aient un problème avec les sorciers, que son faciès d'étranger et son manque d'allure lui attire l'antipathie de ses camarades et même qu'on puisse le prendre pour un bon à rien mais comme tout un chacun, il avait ses limites quant à la quantité de manque de respect qu'on pouvait lui cracher dessus.
C'est pourquoi il reprit bientôt, du même ton sifflant mais cette fois étonnamment un peu plus calme et maîtrisé qu'avant.

« J'ai rien à assumer, c'est pas moi qui ai balancé n'importe quoi dans le chaudron. S'il y a un incompétent ici, c'est pas moi. »

Il était gentil ? Oui.
Il évitait au possible les prises de tête avec les autres élèves ? Assurément.
Mais le poing gauche qu'il serrait trahissait tout de même son envie actuelle de laisser sa maturité de côté pour répondre physiquement aux âneries de son camarade.

Plus que du véritable self-control, ce fut l'arrivée à leur paillasse du professeur Bartosz qui se planta devant le sorcier qui parvint à convaincre Lexa de rester tranquille. Visiblement pas impressionné par la bouillasse informe qu'il avait sous les yeux, une expression à mi-chemin entre le dégoût et la surprise orna son visage lorsqu'il leva les yeux pour les planter dans ceux de l'élève face à lui - à savoir Lexa. Parce que bien entendu, Daniel s'était senti dans l'obligation de faire quelques pas en arrière pour le laisser seul face à l'enseignant.

« Quelqu'un peut m'expliquer ce que vous avez mis là-dedans ? »

Passant son regard du visage de son professeur aux bulles qui éclataient à la surface de leur concoction que celui-ci lui désignait du doigt, Lexa ne répondit pas immédiatement. Intérieurement, le jeune homme bouillonnait : d'après lui, le cher élève qui lui servait de binôme avait tout simplement saboté leur potion, ni plus ni moins. Daniel avait fait n'importe quoi et avait décidé de laisser un sorcier prendre le blâme pour lui parce qu'il devait trouver cela divertissant. Ou parce qu'il était stupide et incapable d'assumer son propre échec, au choix.
Sauf qu'aujourd'hui, le sorcier en question avait les nerfs dangereusement plus faciles à faire craquer que d'habitude, du fait de sa lourde fatigue.

« Très bonne question. Daniel ? »

Après une longue inspiration, Lexa avait rapidement répondu à M. Bartosz, le ton calme et le visage effrontément souriant alors qu'il s'était doucement tourné vers son voisin.

Le magicien avait voulu le laisser en première ligne face à leur professeur ? Soit.
Malheureusement pour lui, Lexa n'avait absolument aucune intention de s'attirer les foudres du seul enseignant à ne pas encore le prendre pour un parfait incapable alors s'il devait plonger, la raison de l'échec de leur potion se noierait avant lui.
©️ 2981 12289 0

________________________________


I don’t need to worry about withering
Because I won’t lose my color even if I’m stepped on.

Chilling in #003333

avatar

Profil


Espèce: Sorcier.

Familier: Jasper, le Pika d'Ili.

Situation: Célibataire.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 158
Points : 516
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Dim 10 Déc - 19:09
J'le sens mal là...

- J'ai vérifié, alors calme-toi.

Mais bien sûr. Il va t'écouter gentiment et se calmer tout aussi gentiment hein. Et te croire alors que sous ses yeux la potion ressemble à tout sauf à ce qu'elle aurait dû être.
A son tour de le dédaigner et de continuer son truc. Le ton trop poli que lui sert le sorcier n'apaise en rien son agacement. Il préfère que le ton monte, que l'autre se sente un minimum concerné, de voir qu'il n'y a pas que lui qui s'énerve. Ça, ça le ferait se calmer un peu.  Plutôt que de voir le mec en avoir rien à foutre de tout et l'ignorer plus encore. Alors il grimace, se concentre, continue de grogner dans son coin et de se plaindre. Il fait de son mieux, sans trop d'effort non plus, ajoute ce qu'il faut quand il faut, ou presque. Mais rien n'y fait, rien ne change. Daniel abandonne lorsqu'il voit le prof s’approcher et laisse Lexa se démerder. Sauf qu'il semblerait qu'il ait réussi à le réveiller un peu en passant.

- Pour quelqu'un qui vient jamais en cours, t'as du culot de me rejeter la faute dessus.

La phrase lui est grognée à la gueule avec un sourire loin d'être sympathique. Et le magicien ne peut qu'être surpris. Il lève un sourcil, entrouvre les lèvres pour répondre, se fait couper par un ton sifflant qui ne présage pas des déclarations d'amour éternelles.

- J'ai rien à assumer, c'est pas moi qui ai balancé n'importe quoi dans le chaudron. S'il y a un incompétent ici, c'est pas moi.

Il voit son poing qui se sert et se dessert, il sent l'énervement gagner Lexa pour de bon. Parfait, le petit gars a peut-être plus de piquant que prévu. On pourrait presque croire qu'il saurait mordre ce gamin. Et la colère de Daniel n'en devient plus vivace encore, cette fois teintée du plaisir d'avoir quelqu'un qui l'entretien. Connard qui lui balance tout à la gueule de suite. Ah ça, on est doué pour se dédouaner de toute responsabilité hein. Genre « c'est pas moi » et tout. Et puis quoi, ce serait lui qui aurait fait chier son monde avant même de s’être approché du chaudron, alors qu'il ne faisait que tranquillement couper les ingrédients dans son coin ? Et il se serait bougé le cul ce matin simplement pour faire foirer un cours et perdre son temps tout une matinée ? Il est pas si con, merci bien.

- Quelqu'un peut m'expliquer ce que vous avez mis là-dedans ?

L'intervention du prof lui fait lever les yeux du visage crispé de son binôme. Sans avoir eu le temps de lui expliquer une nouvelle fois son point de vue. Et de préférence de manière très imagée. Avec quelques schémas pour qu'il imprime bien. Shémas fait dans sa gueule au pire. Pour être certain que le message est bien passé.
Face à eux, Bartosz a l'air sceptique. Un peu blasé aussi, peut-être. Dan' fixe la potion alors que ce crétin de Lexa ne répond pas de suite. Et instinctivement il sait que la suite ne va pas lui plaire, le visage souriant qu'il lui sert ne lui inspire rien de bon. Et encore moins son ton condescendant au possible.

- Très bonne question. Daniel ?

Connard. Il croise les bras sur son torse, inspire un grand coup et relève les yeux vers le prof de potion imperturbable, qui attend une bonne explication à ce merdier qui bout dans le chaudron.

- Oh, je sais pas. J'ai suivi la recette... Mais peut-être que mon binôme a été pris d'une crise de débilité très profonde en arrivant ce matin, et aurait réussi à changer de l'eau bouillante en un truc lamentable avant même que nous ayons commencé la potion ?

Il se rapproche de la table où reposent les derniers ingrédients, le visage grimaçant. Incapable de prendre sur lui, il préfère balancer sa colère à la gueule du monde.

- Ou alors ce n'est pas sa faute et on est juste face à un cas déplorable. Que voulez-vous, y a des cons partout.

- Monsieur Chandeliere, veuillez baisser d'un ton et arrêter d'insulter les gens. Et si vous pouviez vous excuser maintenant, je serais plus clément.

Et puis quoi encore. Y a un putain de sorcier qui se fait le plaisir de le faire chier, de l'ignorer profondément, de saboter son travail pour l'accuser, et ce serait à lui de s'excuser ? Mais bien sûr, et puis quoi encore. Si l'autre est vexé, il s'en fout. Mais alors violemment. On le cherche, on le trouve. La prochaine fois il réfléchira un  peu avant de lui chercher des emmerdes.
Daniel ne baisse pas les yeux, comme à son habitude, et garde le regard rivé dans celui de son prof. La mâchoire serrée, il sait que ça va encore lui retomber dessus. Genre l’entièreté de la faute. Et ça ne va pas le calmer. Alors avant que le prof ne reprenne la parole, il se saisit des derniers ingrédients et les balances dans la mixture.

- Voilà, comme ça tout le monde est bien content,  c'est moi l'imbécile et votre potion est finie. J'peux m'en aller maintenant ?

Sauf que. Pas trente secondes ne passent avant que le bouillonnement ne se fasse plus violent. La colère de Daniel l’empêche de prendre conscience tout de suite du sifflement que s'élève alors du chaudron. Il percute du problème que lorsque les visages inquiets des autres élèves ne se tournent vers leur paillasse. Alors à cet instant, il daigne baisser les yeux.
Et le chaudron explose.
Brutalement.

Lorsque le magicien ouvre à nouveau les yeux, c'est pour voir leur mixture presque rouge dégouliner sur tout ce qui se trouve à proximité. S'il n'y a pas l'air d'avoir de blessés, le prof, les élèves les plus proches et bien entendu Lexa et lui sont touchés.

- Putain de merde ! GÉNIAL. Bien joué Lexa, mais quel beau travail d'équipe que voilà !

L'ironie suinte de ses propos, mordante, alors qu'il se retourne vers son binôme. Il doit être heureux de voir à quel point ça a dérapé, hein. Soupire, Dan' se pince l’arête du nez en fermant les yeux. Il n'en peut plus de ce cours de merde et de tout ça. Il ne sait pas ce qu'il a bien pu faire au fond pour qu'à chaque fois tout se barre en couille. La potion lui coule sur la gueule, plaquant sur son front des mèches imbibées. Pourquoi il a le pressentiment que tout ce merdier n'est pas fini alors qu'il sent son crâne le démanger ?
Hey... Dis ? Ça sent pas un peu le souffre là ?

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 105
Points : 255
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Mer 21 Fév - 11:40
Y'a des jours comme ça...Lexa Dibra & Daniel ChandeliereLexa le savait, son camarade n'allait pas apprécier qu'il l'ait jeté sous les roues du bus pour prendre l'entière responsabilité du désastre qui macérait actuellement dans leur chaudron... mais force était de constater qu'il n'en avait strictement rien à faire. D'après lui, l'unique cause de la tournure qu'avait pris leur potion n'était autre que Daniel, cela ne faisait aucun doute - et aussi gentil pouvait-il être, l'albanais n'allait pas prendre la défense d'un type comme lui.

Alors forcément, c'est sans grande surprise qu'on pouvait noter qu'à l'instant même, Daniel ne lui présentait pas le visage le plus amical qu'on ne lui ait jamais vu. Il avait croisé ses bras sur son torse, faisant visiblement des efforts pour garder son calme. Le magicien ne semblait pas des masses ravi du cadeau que son partenaire venait de lui faire, étrangement.

Et puis il inspira, profondément.

Pendant quelques secondes, Lexa crut presque que son camarade allait se défiler. Il l'imaginait très bien refuser d'expliquer à M. Bartosz sa stupidité, sale gosse immature qu'il était. Néanmoins, le magicien leva finalement les yeux vers le professeur de potions et bientôt, il offrit à ce dernier la réponse à toutes ses interrogations.

« Oh, je sais pas. J'ai suivi la recette... Mais peut-être que mon binôme a été pris d'une crise de débilité très profonde en arrivant ce matin, et aurait réussi à changer de l'eau bouillante en un truc lamentable avant même que nous ayons commencé la potion ? »

Une réponse pas nécessairement très appréciée par Lexa, soit dit en passant.

Dans des moments comme celui-ci, le sorcier se demandait réellement ce qu'il pouvait bien faire à Sainte Catherine. Pourquoi faisait-il l'effort de suivre des cours aux côtés de personnes qui l'appréciaient à peu près autant qu'une blatte malade alors que lui-même ne voyait aucune utilité à sa présence dans ce château ? C'étaient bien des efforts pour très peu de gratitude, lorsqu'il y pensait et il ne pouvait s'empêcher de se dire que mine de rien, tous ces cours qu'il suivait ici n'étaient qu'une monumentale perte de temps pour lui, et d'argent pour Dan qui l'y avait inscrit.
C'était plutôt ironique, considérant que la personne actuellement en train d'essayer de l'enfoncer devant son professeur partageait le même prénom que son ami, d'ailleurs.

Soupirant, Lexa préféra cependant ne rien dire. Il avait déjà gaspillé largement assez de salive en adressant la parole à son voisin et plus il le voyait s'énerver et lui rejeter la faute dessus, moins il ne jugeait nécessaire de se défendre. Si Daniel voulait être stupide, soit, qu'il s'en donne à cœur joie. Lui en revanche avait déjà perdu tout intérêt à se complaire dans ces enfantillages : il était fatigué, il allait avoir une note minable pour un travail de groupe imposé et il ne demandait qu'à ce qu'on le laisse tranquille.

Comme s'il avait entendu les pensées du sorcier et décidé d'aller au plus possible à leur encontre cependant, le magicien se mit à se déplacer à nouveau, comme un loup en cage. Il bouillonnait presque autant que la mixture dans le chaudron près de lui, ce qui présageait tout sauf un retour au calme imminent.
Pressé, il se dirigea vers la table où leurs ingrédients étaient disposés, fulminant de colère et visiblement près à repartir dans une nouvelle tirade venimeuse.

« Ou alors ce n'est pas sa faute et on est juste face à un cas déplorable. Que voulez-vous, y a des cons partout.
- Monsieur Chandeliere, veuillez baisser d'un ton et arrêter d'insulter les gens. Et si vous pouviez vous excuser maintenant, je serai plus clément. »

Affligeant, ce type était tout simplement affligeant.
Et particulièrement irritant, également.

Alors que Daniel soutenait le regard de son professeur tel l'élève irrespectueux et effronté qu'il était, Lexa inspira profondément. L'envie de soupirer ostensiblement au visage de son voisin lui était particulièrement difficile à contenir, cela se voyait, mais l'intervention du professeur de potion l'y aida grandement. Il savait parfaitement que son camarade n'allait s'excuser de rien, alors autant faire preuve d'un minimum de maturité de son côté pour ne pas que M. Bartosz ne lui tombe trop dessus.

Ou du moins c'était ce qu'il imaginait qu'il parviendrait à faire, avant de voir Daniel soudain saisir les ingrédients sur leur paillasse et les balancer dans leur chaudron.

« Voilà, comme ça tout le monde est bien content, c'est moi l'imbécile et votre potion est finie. J'peux m'en aller maintenant ? »

Tous deux étaient au moins d'accord sur un point : Daniel était bel et bien un imbécile.

Le regard du sorcier passait successivement de son camarade, à son professeur, puis à la mixture dans leur chaudron. Celle-ci donnait l'impression d'avoir pris vie et les bulles qui éclataient à sa surface se faisaient de plus en plus grosses, explosant toutes dans un concert de gargouillis qui ne présageait rien de bon. Ça sentait le sapin, et ce malgré l'odeur de guimauve périmée qui s'échappait de la fonte.

Lexa voulut rétorquer quelque chose à Daniel mais se ravisa. Dans un instinct de conservation qu'il n'aurait eu besoin d'expliquer à personne, il fit plutôt un pas en arrière pour s'éloigner du chaudron.

« Mut... »
« Merde... »

Lorsque son talon toucha le sol, une explosion résonna dans la classe.
Une explosion aussi violente que brève.

Le sorcier avait à peine eu le temps de lever les bras pour protéger son visage, alors que sur lui pleuvait l'immonde contenu de son chaudron. Lorsqu'il ne sentit plus rien lui retomber dessus, Lexa baissa ses bras, pour découvrir la scène d'horreur qui se déroulait dans leur classe.

Pour commencer, le chaudron qui aurait dû se trouver devant lui avait disparu. Il s'était envolé, probablement littéralement. Avait-il explosé en morceaux ? Lexa n'en savait rien et pour le moment, ne s'en souciait honnêtement pas plus que cela. Pourquoi cela ? Tout simplement parce qu'actuellement, lui comme toutes les autres personnes à proximité était maintenant recouvert de la substance gluante, brûlante et rougeâtre qui avait été expulsée de son chaudron.
Inutile de préciser que bien entendu, même son professeur n'y avait pas échappé.

Et quelque chose lui disait que la catastrophe était encore loin d'être finie, comme une sinistre prémonition qu'il n'avait pas envie de voir irrémédiablement s'accomplir.

« Putain de merde ! GÉNIAL. Bien joué Lexa, mais quel beau travail d'équipe que voilà ! »

L'envie d'étrangler cet abruti de Daniel qui lui braillait dessus était forte. Très forte.

Jetant un coup d’œil au magicien, Lexa put voir que celui-ci s'était tourné vers lui. Il l'observa soupirer, puis se pincer l'arrête du nez en fermant les yeux. L'albanais en était sûr, il existait un mot pour qualifier le type de personne que Daniel lui inspirait, là, tout de suite. Le problème étant simplement qu'il n'avait aucune idée de s'il existait dans la langue française ou non.
Ah. Par contre, il se souvenait au moins une expression appropriée pour la situation : c'était « l’hôpital qui se foutait de la charité ».

« Au cas où tu l'avais déjà oublié, c'est pas moi qui viens de balancer n'importe quoi dans le chaudron et de tout faire exploser. »

Comme ça au moins, les choses étaient claires entre eux : le sorcier se dédouanait absolument toute responsabilité de l'explosion de leur chaudron. Même s'il devait tout de même avouer ne toujours pas comprendre comment celui-ci avait pu voler en éclat avec les ingrédients qu'ils utilisaient pour concocter leur potion.
Mais là n'était pas la question. De toute façon, il n'était pas expert dans ce domaine. Donc Daniel était en tort. Voilà. C'était bien plus simple comme ça.

Soupirant, Lexa porta une main à l'arrière de son crâne. Depuis plusieurs secondes déjà, il avait comme l'impression d'avoir de l'eau pétillante qui lui démangeait le cuir chevelu - une sensation relativement désagréable, au passage. Et puis alors qu'il reportait son attention sur l'incapable devant lui, quelque chose attira son attention : les cheveux de l'incapable en question, qu'il était plutôt difficile de ne pas fixer avec des yeux ronds.

« Ahem. » Il toussa légèrement, les yeux fixés sur le haut du crâne de son partenaire d'infortune. « Je crois que tes cheveux sont en train de devenir rose. »

À vrai dire, il mentait : il était certain que les cheveux de Daniel étaient déjà aussi rose que la robe d'une poupée Barbie. Ou la crinière d'une licorne, au choix.

Alors, une Épiphanie le frappa.

Daniel avait les cheveux rose.
Il n'avait pas les cheveux rose avant.


Lexa détacha son attention du magicien pour regarder autour de lui. Tous ces gens qui avaient été touchés par leur potion, comme lui, se grattaient le crâne. Et pour la plupart, la pigmentation de leur masse capillaire était doucement en train de changer, s'éclaircir et se colorer. Ce qui voulait dire que la sienne était en train d'en faire de même, sans aucun doute, ainsi que celle de...
Le sorcier jeta un coup d’œil à M. Bartosz.
Ah, oui. Lui aussi.

Il n'allait pas le dire à voix haute mais il trouvait ça presque drôle, en fait.

Portant ses deux mains devant son visage comme dans un pseudo signe de prière, l'albanais soupira. Il ne souriait pas - du moins, pas vu de l'extérieur - et le regard qu'il adressa à Daniel aurait difficilement pu être emprunt de plus de pitié et de consternation que lorsqu'il s'adressa à nouveau à lui.

« Tu sais, si tu voulais te faire une teinture, tu pouvais le faire sans nous inclure dans le lot. »

Lexa ne savait pas s'il était désespéré ou totalement résigné, au point où il en était. Le point positif étant au moins qu'il n'avait plus la moindre parcelle de colère dans son être, grâce au ridicule de la situation.
©️ 2981 12289 0

________________________________


I don’t need to worry about withering
Because I won’t lose my color even if I’m stepped on.

Chilling in #003333

avatar

Profil


Espèce: Sorcier.

Familier: Jasper, le Pika d'Ili.

Situation: Célibataire.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 158
Points : 516
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Jeu 8 Mar - 17:22
J'le sens mal là...

- Au cas où tu l'avais déjà oublié, c'est pas moi qui viens de balancer n'importe quoi dans le chaudron et de tout faire exploser.

Sourire carnassier. Il pourrait le tuer du regard juste pour le faire taire.  D'autres évidences à balancer ou on en reste là hum ? Prends le pour plus con qu'il ne l'est, Dan' ne t'en voudra pas pour ça. Au point où on en est.  Il est de mauvaise fois, oui. Mais il n'a pas pu faire ce bordel seul, bien qu'il soit doué pour ça, merci bien.  Il voudrait lui cracher à la gueule tout son langage fleuri, allumer un incendie avec ce putain de briquet toujours posé là. Mais pour le coup, c'est lui qui reste coi, rendu muet par la colère. Il en perd presque ses moyens, ne sait que faire de tout ce carmin qui lui couvre les mains. Et pas que.

- Ahem.

Un toussotement attire son attention. Daniel relève les yeux de l'étrange mixture qui le couvre, voit Lexa qui le fixe. Ou plutôt qui fixe son crane qui, enfin, a arrêté de le démanger. Et il ne sait pas ce que l'autre imbécile lui veut encore, mais là encore il ne le sent pas du tout. Il n'a pas le temps de lui cracher un 'quoi' à la gueule que l'autre reprend.

- Je crois que tes cheveux sont en train de devenir rose.

L'information met quelques secondes à lui parvenir. C'est le regard larmoyant de son familier qui se retient de rire qui lui confirme les propos du sorcier. Il conjure rapidement un semblant de miroir, admire les dégâts, siffle entre ses dents et ferme les yeux. La situation est de pire en pire. Pas qu'il en ait quelque chose à foutre de ses cheveux, au fond il n'est pas à ça près. Mais si Lexa voulait juste le faire se couvrir de ridicule en foirant leur potion, c'est beaucoup de mal pour pas grand chose. La situation est risible. Il aurait dû rester couché, rien foutre de sa matinée. Garder son cul au chaud et pas se le casser à subir autant de connerie.

Puis il percute qu'il n'est pas le seul concerné. Que cette plaisanterie débile l’atteint tout autant que le reste de la classe. Les autres élèves commencent à se plaindre, à les regarder avec quelques murmures ou remarques agacées à voix hautes. Et le prof qui n'est pas mieux qu'eux, une tignasse barbie flamboyante sur le sommet de sa tête. Pourtant cela ne le calme pas. En fait il n'en peut vraiment plus. Aurait préféré rester seul à ne rien faire, rester tranquille loin des galères. Mais faut qu'il écoute le prof l'engueuler, pour son inconscience, son immaturité et blablabla . Qu'il la ferme aussi celui-là. Que le monde entier ferme sa gueule si personne n'a rien d'intelligent à dire. Il ne va pas tarder à exploser. Ou alors juste se déconnecter. Absent de son corps, quelque part dans sa tête. Pour éviter de fourrer son poing dans une table et se faire mal, ou dans quelqu'un et finir mal. Il ne sait pas quelle situation serait la plus embêtante.
Sans plus entendre la suite des remontrances, Daniel récupère son sac, le dépose sur la paillasse et commence à ranger le peu d'affaires qu'il avait sorties.

- Tu sais, si tu voulais te faire une teinture, tu pouvais le faire sans nous inclure dans le lot.

Il ne relève pas ses yeux, ne croise pas le regard empli de pitié que lui sert Lexa. Et tant mieux, il ne veut plus rien avoir à faire avec ce morveux. A peine lui lève t-il son majeur avant de fermer son sac et de le balancer sur son épaule. C'était quoi ça, une tentative d'humour ? Qu'il se garde ses belles phrases pour son public, ou mieux qu'il arrête de lui parler. Qu'il aille faire son grand plus loin. Lui sortir ce genre de connerie à la gueule après avoir joyeusement planté leur travail, c'est beau hein. Bravo.

- Chandeliere, où pensez-vous aller comme ça ?

Le 'dans ton cul et bien profond' qui lui traverse l'esprit ne passera pas ses lèvres serrées. Manquerait plus qu'il se fasse renvoyer. A la place, il sert à l'enseignant le sourire le plus hypocrite qu'il a en stock et il est plutôt doué pour ça. Il préfère se détourner sans écouter la suite, si suite il y a. Et partir d'ici rapidement.
En quelques enjambées, il traverse la salle, ignore les regards curieux qu'on lui sert et les jugements qu'on doit lui porter. Il n'en avait jamais rien eu à foutre, c'est pas aujourd'hui que ça va commencer. Loki sur les talons, Daniel sort de la classe en prenant un soin particulier à ne pas claquer la porte comme il voudrait le faire. Ce n'est qu'une fois dans le couloir qu'il se permet de shooter dans le mur avant de souffler, les yeux fermés, le visage vers le ciel. Pire qu'un cliché, mais il s'en moque. Il a besoin de changer d'air ou d'exposer. Préfère au final se diriger vers le dortoir, avec dans l'idée de se rouler sous sa couette et de laisser le temps filer un peu.

- Et beh...
- Un seul putain de commentaire, une seule remarque, ou même un rire à la con et je te balance par la prochaine fenêtre qu'on croise. Compris ?
-Compris.
- Bien.
- Bien.

La présence silencieuse de son familier l'apaise un peu. Il sait que dans la tête du bouquetin y a un monumental foutage de gueule à sa gloire et il n'aurait pas supporté de l'écouter. Il sait aussi que Loki n'attendra pas indéfiniment avant de lui balancer son point de vu sur ce qu'il vient de se passer. Mais il a un peu de tenue, ou plutôt un semblant d'instinct de survie.
S'il n'a pas claqué la porte de la classe, celle du dortoir n'a pas la même chance et va s’éclater violemment cotre le mur alors que lui même s'étale sur son lit. Avec un immense soupire. Et Loki qui saute sur le martela pour s'affaler contre l'oreiller.

- Y a quoi comme cours après ?
- J'sais pas, il te reste vingt minutes avant la fin de celui-là.
- Alors on va faire une p'tite sieste.
- … J'crois que y a quelqu'un qui arrive.

Autant pour la tranquillité et le sommeil. Pourvu que ce ne soit pas un des mecs de sa chambre. Et surtout pas l'autre qui déjà se ramène.
Hey... Dis ? Ça sent pas un peu le souffre là ?

________________________________



Dan' : #B22222 Loki : #FFD700
Fandoms:
 

KDO Merci Lexouchou ♥:
 
avatar

Profil


Espèce: Magicien

Familier: Loki - Bouquetin aux cornes dorées

Situation: Fiancé à Mélo.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 105
Points : 255
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa] Ven 23 Mar - 16:00
Y'a des jours comme ça...Lexa Dibra & Daniel ChandeliereDaniel n'avait pas beaucoup d'humour, voilà ce que Lexa avait appris aujourd'hui.

Ou du moins, c'est ce que le sorcier déduisit de son camarade lorsqu'il put observer à quel point ce dernier ne sembla pas apprécier le moins du monde les dernières paroles de l'albanais.

Pourtant, Lexa n'avait pas dit grand-chose de plus que d'énoncer des évidences avec un brin de malice en arrière-pensées, rien de bien folichon. Mais visiblement, cela avait achevé d'énerver son binôme qui sifflait entre ses dents face à lui.
Oh, il n'avait pas l'air franchement réjoui par la situation, le Daniel. Ses cheveux étaient rose, il était recouvert d'un liquide gluant qui picotait et autour de lui, les élèves les plus proches dans la salle murmuraient pour le pointer du doigt. Enfin... Pour les pointer lui et Lexa du doigt, pour être plus exact. Probablement que cette précision devait être ce qui l'énervait le plus, au vu de l'amour qu'il portait ostensiblement sur son visage pour la race de ce dernier.

Mais plutôt que de rétorquer quoi que ce soit, plutôt que de se lancer à nouveau dans une scène dramatique de rébellion contre le monde injuste qui l'avait mis dans cette situation, le magicien ne dit rien. Un miracle, ne pouvait s'empêcher de penser Lexa - un cadeau du ciel même, un peu trop beau pour être vrai. Non, vraiment trop beau pour être vrai, en fait. Daniel ne pouvait tout de même pas avoir soudain changé pour devenir quelqu'un de mature et responsable assumant un pauvre échec, ne serait-ce qu'une fois dans sa vie.
Il n'était pas capable de prendre du recul ou se remettre en question, si ?

Non, vraiment pas.

Un sac posé sur la paillasse avec rage, dans lequel il se mit à engouffrer ses affaires. Puis un majeur levé vers son binôme, réponse probable au trait d'humour de ce dernier quant à la non nécessité de partager ses goûts capillaires avec le reste de la classe. Lexa l'avait peut-être un peu mérité, celui-là. D'un geste brusque, Daniel avait déjà balancé son sac sur son épaule, apparemment peu enclin à rester jusqu'à la fin de cette heure de classe.

« Chandeliere, où pensez-vous aller comme ça ? »

Observant tour à tour son professeur et son camarade comme s'il était face à un match de tennis, Lexa mit ses mains dans ses poches, appuyant son dos contre leur paillasse dans un silence tranquille. Contrairement à son partenaire de crime, il avait déjà décidé qu'il serait plus sage pour lui de ne plus provoquer de remous et d'attendre sagement son sort. Aussi irrité pouvait-il être d'avoir à subir les conséquences de la stupidité de quelqu'un d'autre, il avait au moins la présence d'esprit de réaliser qu'il n'avait pas vraiment le choix, s'il ne voulait pas empirer sa situation.
Mais visiblement, il était bien le seul d'entre eux à raisonner de la sorte.

Daniel ne répondit pas à son professeur, non.
Par contre, il quitta la salle sans un mot, tel une jouvencelle blessée dans son ego.

Lorsque la porte se referma derrière le magicien, un brouhaha de murmures s'élevant lentement dans les rangs et des dizaines de visages se retournant le centre de la classe où la catastrophe avait eu lieu, Lexa savait déjà comment allait se finir cette histoire. Il savait que la majorité de ses camarades avaient déjà décidé de la cause de l'actuel chantier dans cette salle, il savait que tout allait lui retomber dessus, et il savait également que si M. Bartosz n'était pas en train de lui crier dessus, cela ne présageait pour autant rien de bon.

Quelque part, il comprenait presque ces regards courroucés qui le foudroyaient : il fallait bien un responsable pour ce désastre. Pour eux, entre le magicien français de bonne famille et le sorcier albanais aux allures d'échec scolaire total, le choix était vite fait. Surtout lorsqu'il ne restait plus qu'un seul d'entre eux pour essayer de se défendre. On ne pouvait pas dire qu'il était ravi de sa place, là, dans l'immédiat.
Mais pourquoi fallait-il tout le temps que tout lui retombe toujours dessus ? Cela commençait à être fatigant, mine de rien. Entre les rires moqueurs de quelques magiciens dans son dos et le regard accusateur de son professeur, on ne pouvait pas dire qu'il vivait le meilleur moment de son existence.

Adossé à sa paillasse, Lexa soupira longuement : il aurait mieux fait de rester couché ce matin, il le savait.

~~~

Son sac lancé sur son épaule, Lexa montait la dernière marche de l'escalier de la Tour des Centaures, le pas traînant. Dans le foyer, les visages de quelques élèves se retournèrent pour le regarder. Mais toujours pas celui qu'il cherchait. Un soupir las s'échappa de ses lèvres : il allait vraiment devoir se rendre jusqu'aux dortoirs, comme il l'avait craint.

Le sorcier parcourut rapidement le chemin séparant sa chambre du foyer et lorsqu'il arriva devant la porte de celle-ci, il ne s'embarrassa même pas d'y toquer. C'était sa chambre à lui aussi, après tout, il n'avait aucune raison de se formaliser en politesses. Surtout pas pour lui. Il ouvrit donc la porte, balayant rapidement la pièce du regard pour voir la silhouette de Daniel, avachi sur son lit.
Et lorsqu'il le vit, il s'adressa tout simplement à lui, d'un ton détaché et tranquille.

« Hé. Juste au cas où tu te posais la question, on est collés. Demain, après les cours. »

Il se garda bien en revanche de lui préciser qu'il pressentait que cette punition n'allait pas se limiter à une petite heure en compagnie de M. Bartosz, pour que la catastrophe ne leur soit pardonnée. Lexa n'était là que pour porter la nouvelle, pas pour relancer un deuxième conflit en y ajoutant de ses suppositions concernant ce qui pourrait bien les attendre.
Et puis il avait un peu envie de laisser cette surprise pour le lendemain aussi, ne serait-ce que pour voir le visage de Daniel se décomposer sous ses yeux si ses hypothèses s'avéraient justifiées.

« Ah. »

Alors qu'il était sur le point de s'en aller aussi rapidement qu'il s'en était venu, Lexa fit volte-face, une main toujours autour de la poignée de la porte. Il y avait quelque chose de plus qu'on lui avait demandé de bien faire comprendre au magicien, il l'avait presque oublié. Alors il reprit, tout naturellement.

« Et Bartosz m'a demandé de te transmettre que ta présence ne serait pas en option. »

Alors oui, d'accord. Ça, ça n'était probablement pas nécessaire de le souligner si Lexa voulait rester en de bons termes avec le magicien. Ou alors il aurait peut-être pu faire l'effort de l'annoncer avec plus de tact et de délicatesse, ou au moins donner l'impression que cela le dérangeait un tant soit peu, plutôt que de lâcher ça comme une lettre à la poste. Oui, il aurait pu paraître moins détaché.
Mais au point où ils en étaient, quelque chose lui disait que de toute façon, Daniel allait le haïr pour le reste de l'année : un peu plus ou un peu moins, il n'était plus à ça près maintenant.

Alors sur ces mots, il s'en alla.
Tout simplement.
©️ 2981 12289 0

________________________________


I don’t need to worry about withering
Because I won’t lose my color even if I’m stepped on.

Chilling in #003333

avatar

Profil


Espèce: Sorcier.

Familier: Jasper, le Pika d'Ili.

Situation: Célibataire.
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 158
Points : 516
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Y a des jours comme ça... [PV Lexa]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Y a des jours comme ça... [PV Lexa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» GEM' - AGATE - ELEA ϟ Y a des jours comme ça où t'as envie de jouer le super-héros ϟ
» Y'a des jours comme ça... {Noboru}
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» haiti dans les annees 50
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Espace Détente :: RP terminés-
Sauter vers: