Dim 10 Sep - 15:42



Cela fait maintenant deux semaine depuis la rentrée à Sainte Catherine. Il est presque une heure du matin dans la Tour des Centaures mais tout le monde ne dort pas. En effet, le couche-tard qu'est William vaque à ses occupations seul dans sa chambre, profitant de ne pas avoir de colocataires pour le moment. Assis sur son lit, il vient de passer quelques heures sur son clavier, casque sur les oreilles, à essayer de mettre en musique l'ambiance régnant à l'institut de magie. Les différentes impressions, bonnes ou mauvaises.

Pris par la fatigue, Will prend enfin la décision de s'arrêter pour cette nuit. Il enlève son casque et s'étire amplement. Lui qui est en tailleur sur son lit depuis bien trop longtemps a maintenant les jambes engourdies. Il enlève délicatement Natt qui dormait sur ces genoux pour le poser sur le lit. Le félin ne bronche pas et ouvre un oeil. Son magicien se lève donc enfin, pour la première fois en 5h. Il est habitué à la sensation de fourmilles lui parcourant les jambes depuis un moment déjà. Elle fait partie de son mode de vie en fait.

Une fois debout, il décide de mettre sa fenêtre en battant afin d'aérer le temps d'aller se dégourdir les jambes un peu. Mine de rien, sa tanière sent le renfermé et on a vu mieux pour s'endormir. Natt étant tout de même un animal nocturne, William lui accorde toujours une escapade nocturne avant de se coucher. Enfin… Il n'a pas vraiment le choix. Son familier n'est pas prêt de le laisser dormir sinon. Il est à présent temps pour cette sortie Magicien/Familier. William la considère comme un élément les rapprochant l'un de l'autre, donc il n'a aucun souci à le faire régulièrement.

Le jeune homme pour l'instant vêtu d'un débardeur gris et d'un jogging noir (tenue lui servant de pyjama) enfile un épais gilet violet et une paire de converses prises au hasard. Le hasard tombe sur sa paire basique noire qu'il enfile négligemment en glissant les lacets à l'intérieur sans vraiment les fermer. Natt descend du lit tout en étirant sa colonne vertébrale. Le duo nocturne prend ensuite la direction de la sortie. Ils se retrouvent à marcher silencieusement dans le couloir à une heure du matin comme si c'était tout à fait normal. Pour le coup, ça l'est pour eux, mais pas vraiment pour le commun des mortels.

Leur sorties ne sont pas vraiment autorisées par le règlement donc ils se font plutôt discret. Ils prennent soin de ne pas laisser les portes claquer à leur passage ou ce genre d'inattentions bruyantes. Will en est arrivé à un stade où l'excuse des toilettes ne marche plus vraiment sur les adultes pouvant lui tomber dessus. L'avantage non-négligeable qu'il est est tout de même le type de familier qu'il s'est vu attribué. Un félin excelle dans le domaine de la discrétion dès le moment où il y met un peu du sien. Une chose est sure, s'ils se font prendre, il ne peut pas rejeter la faute sur Natt. C'est soit sa propre faute, soit la faute à pas de chance. Il ne peut pas vraiment courir et espérer qu'on ne l'ai pas reconnu ou confondu avec quelqu'un d'autre dans la pénombre, étant le seul individu à l'apparence si particulière dans toute l'école.

Arpentant le couloir des dortoirs mains dans les poches, Willy ne distingue pas grand-chose dans l'obscurité. Il suit aveuglément Natt profitant de sa nyctalopie. C'est bien moins voyant que d'utiliser le flash du portable ou la magie pour s'éclairer. Mais c'est aussi risqué puisqu'il n'est pas à l'abri de s'empêtrer les pieds dans un obstacle furtif. Il s'y est fait, il a eu le temps de prendre ses marques en quatre années. Il connaît ce couloir comme sa poche.

D'ailleurs, depuis qu'il est dans ces dortoirs, il n'a croisé qu'un somnambule et mec malade dans les couloirs à cette heure si l'on met de côté les rares adultes responsables qui l'ont renvoyé droit d'où il venait. Les autres élèves n'ont jamais été spécialement « dissidents », ou pas qu'il sache en tout cas. C'est compréhensible puisque cet établissement est côtoyé par bien des Magiciens de bonnes familles. Ce n'est pas vraiment le genre de personnes à aller à l'encontre des règles. Au fond, il espère presque voir du changement grâce à l'arrivé des Sorciers. Cela rendrait ses aventures nocturnes plus palpitantes. Mais il ne se fait pas trop d'idées. Il est conscient du malaise actuel des Sorciers, donc il les imagine mal transgresser les règles de suite. On leur jetterait probablement des pierres, les pauvres.

C'est pile quand le Dragon se fait cette idée que le Karma décide de le contredire, lui et ses idées reçues. Il s'en rend compte quand Natt s'arrête subitement devant lui. Il plisse les yeux dans le noir et discerne une figure arrivant vers lui. Il se fige tout comme son familier. Doit-il rebrousser chemin ou non ? Qui est-ce ?
Natt identifie rapidement la personne comme étant sans danger mais le singulier duo ne reprend pas la route directement. William s'interroge : doit-il se faire passer pour un aîné exemplaire en sermonnant l'autre élève ? Ou alors l'ignorer et passer son chemin en profitant de ne pas avoir une tête avenante ? Ou bien encore, proposer à l'inconnu de l'accompagner ?

Vient le moment fatidique où les deux garçon se retrouvent face à face au milieu du couloir. Willy constate que l'autre personne est plus petite que lui, ce qui ne l'étonne pas vraiment du haut de son mètre 91. Tous les membres de sa familles sont naturellement grands. Il est d'ailleurs le plus grand, bien que le plus jeune. Un silence plutôt pesant s'est installé dans le couloir. Il n'est pas courant de croiser des gens en faisant des petites virées nocturnes. Illégales qui plus est.

Le plus vieux, enfin de ce qu'il a déduit en voyant l'autre, se décide à briser le silence.
A voix basse, il lance incertain :

« Hum. Salut ? »

Il ne sait vraiment pas ce qu'il fait, il aurait probablement mieux valu qu'ils ne s'adressent pas la parole et passent leur chemin. Surtout que l'obscurité doit probablement lui donner une apparence de démon des enfers pour quelqu'un ne l'ayant jamais rencontré. Bien qu'il s'en fiche un peu de savoir qu'on le prenne pour un monstre, il se sentirait mal de traumatiser un nouveau la deuxième semaine.
Dragon
avatar
Points : 14
Espèce : Magicien
Familier : Natt - Panthère noire.
Situation : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Sep - 17:11
ft.
Willy ♥
« ESCAPADE NOCTURNE »
Depuis l'apparition de ta malédiction, il y a de cela déjà une bonne année, tu n'as plus eu une seule vraie nuit de sommeil. Tu as beau limiter l'utilisation de ta Magie au stricte minimum, il t'est impossible d'échapper à ta soif de sang nocturne. Si cela demeure pénible, tu as cependant apprit à la ressentir rapidement. Et généralement, elle se déclenche aux alentours de minuit, quand tu viens juste de t'endormir et qu'ouvrir un œil est une véritable torture. Néanmoins, tu n'as pas vraiment le choix si tu veux éviter tout incident. De toute façon, tes sorties te sont autorisées par le directeur : les adultes en charge des rondes nocturnes sont au courant pour ta malédiction et te laisse partir sans essayer de te retenir – de toute façon, ce serait à leurs risques et périls. Ainsi, lorsque tu as commencé à sentir cette sécheresse caractéristique dans ta gorge, tu t'es aussi glissé hors de tes draps, le plus discrètement du monde. Puisque tes colocataires et toi ne fermez jamais les rideaux, s'est éclairé par la pâle lumière de la lune quand tu as enfilé tes chaussures – de simples basket noires. Étant donné que tu savais que tu allais ressortir, tu es encore habillé de ton pantalon en toile noir et de son tshirt bleu – ton pyjama, tu ne l'enfileras que lorsque tu reviendras de ta petite partie de chasse nocturne.

C'est donc le plus discrètement du monde que tu te glisses hors de la chambre, Knife te rejoignant en quelques battements d'aile. Il n'y a que la nuit que l'oreillard est aussi actif, ce qui est assez utile étant donné ce que tu t'apprêtes à faire. Comme tu t'en doutais, les couloirs sont silencieux et déserts. Le couvre-feu est dépassé depuis quelques heures déjà et la plupart des élèves doivent déjà dormir. C'est sur la pointe des pieds que tu descends l'escalier menant au foyer, allumant magiquement ton pendentif pour mieux te repérer. Il n'est pas vraiment conseillé d'utiliser ta magie lorsque ta malédiction se déclare mais tu n'as pas vraiment le choix : de toute façon, tu es déjà en route pour en annuler les effets. Alors que tu passes devant un miroir, tu réalises que tes pupilles sont déjà rouges : il est temps que tu accélères le mouvement. Ainsi, tu presses le pas, rejoignant rapidement la porte débouchant dans le Ventre de l'Hydre. Tu croises le regard d'un professeur qui a naturellement un mouvement de recul. Mais tu n'as pas le temps de t'en préoccuper et tu files jusqu'aux portes menant à l'extérieur sans demander ton reste. Bien que tu aies l'habitude de ce genre de réaction, c'est toujours compliqué pour toi de les vivre.

Rejoindre la Forêt des Elfes te paraît tellement long que tu es essoufflé en arrivant à l'orée des bois. Knife ayant prit de l'avance, tu le retrouves perché la tête en bas, t'observant de ses ridicules yeux globuleux. Dès que tu t'engages dans la forêt, il reprend son envol et part à la recherche de tes proies. Si tu peux mettre si facilement la main sur les gnomes, c'est grâce à ton familier et sa capacité naturelle à se repérer dans les bois. Tu le suis toujours sans te poser de questions, confiant. Il ne lui faut d'ailleurs que quelques minutes pour localiser ton « souper ». Les gnomes sentent très mauvais et leur sang est insipide, mais tu préfères ça plutôt que risquer de blesser – ou tuer – un être humain. Alors tu ne fais pas de chichi et immobilises magiquement la créature afin de te repaitre tranquillement de son hémoglobine. Étant donné que tu ne veux pas non plus le tuer, tu te contentes de quelques gorgées – de toute façon, c'est tellement répugnant qu'en avaler plus te ferai vomir. Tu le libères aussitôt ton affaire terminée, toussotant de dégoût. Tu regrettes vraiment l'époque où tu te contentais d'avaler des fioles de sang animal, c'était largement meilleur. D'autant plus que prélever « à la source » est difficile pour toi, tu crains systématiquement de faire du mal au gnome … bien que tu saches de ces bestioles n'ont quasiment aucune notion de la douleur.

La sensation désagréable dans ta gorge disparaît tandis que tu fais demi-tour pour sortir de la forêt. Knife vole toujours devant toi mais il se contente de happer quelques insectes au vol. Bien qu'il n'ait pas vraiment besoin de manger, il semblerait que ça l'amuse. Tu le laisses donc batifoler tranquillement et remonte le chemin menant jusqu'au château. Après cette sortie, le sommeil s'est chassé de tes paupières. Tu vas encore avoir beaucoup de mal à t'endormir. Tu passes les grandes portes sans faire de bruit et prend tout de suite la direction de la Tour des Centaures. Knife n'est pas revenu mais tu sais qu'il aime se dégourdir les ailes la nuit donc tu ne t'en inquiètes pas. Une fois dans le foyer, tu rejoins les escaliers dans le noir – maintenant que tu as calmé ta soif, tu n'as vraiment pas envie d'utiliser ta magie et prendre le risque de devoir y retourner en journée. Alors tu y vas à tâtons, faisant confiance à ta mémoire pour te repérer dans la pénombre. C'est alors que tu réalises que quelqu'un se tient à quelques mètres devant toi. Tu n'y vois pas bien clair, mais suffisamment pour remarquer qu'il s'agit d'un élève … que tu ne connais pas du tout. Ça ne doit donc pas être un Pégase. Un aîné, sûrement ?

Hum. Salut ?

Surpris de l'entendre parler, tu sursautes, portant naturellement ta main à ton pendentif pour diffuser une petite lumière et, ainsi, voir à qui tu as à faire. C'est bel et bien un élève qui fait une tête de plus que toi et au style assez … particulier. A ses pieds, son familier semble assez calme – heureusement, tu n'aurais pas apprécié qu'il se jette sur toi. Alors que tu déglutis et que tu passes ta langue sur tes lèvres sèches, tu réalises que tu ne t'aies pas essuyé la bouche après son petit « repas » sanguinolent. Tu te hâtes donc d'effacer le sang du revers de ta manche, laissant une tâche bordeaux sur le tissu bleu. Tu vas encore galérer à faire partir ça au lavage, mais tant pis. Pour le moment, tu es bien plus angoissé par l'élève qui se tient devant eux. Que fait-il ici, au beau milieu de la nuit ? Se passe-t-il quelque chose ? Pourtant, tout est silencieux et tu n'as croisé personne d'autre auparavant. Fais-tu face à un Sorcier obligé de sortir la nuit, lui aussi ? Impossible, c'est bien la première fois que tu le croises … en temps normal, tu peux quitter la Tour et y revenir sans rencontrer âme qui vive. A moins qu'il ne soit là spécialement pour toi ? L'angoisse te prend aux tripes et pendant un quart de seconde, tu es tenté de fuir. Mais ta chambre se trouve un peu plus loin dans le couloir. Impossible de la rejoindre sans dépasser l'autre élève. Tant pis, utilisons le plan B.

Euh, salut ? Il … il y a un problème ? Je … j'étais aux toilettes.

Mensonge, pour accéder aux toilettes, il ne faut pas passer par là. Mais avec un peu de chance, ton interlocuteur te croira sur parole. Bien que tu en doutes sincèrement. Cependant, tu t'imagines mal donner la raison de ta présence, c'est bien assez difficile à supporter pour ne pas avoir à le raconter à tout le monde. Alors tu restes bêtement planté devant ton aîné, le regard hagard, espérant sincèrement qu'il passe son chemin sans te poser davantage de question. Mais, tu le sais, tes promesses ne sont jamais entendues Gabriel !
Pégase
avatar
Points : 3
Espèce : Sorcier
Familier : Knife, une chauve-souris
Situation : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur
Pégase



Gaby s'exprime en #c52929
Bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: La Tour des Centaures-