Une bagarre ? Encore une ? -PV Line
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: L'Infirmerie
MessageSujet: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Mer 6 Sep - 12:20

With Line Loisel

Une bagarre ? Encore une ?

Le vent vint caresser légèrement les cheveux blonds d’Archibald Strogoi, alors que ses yeux verts dévisageaient avec exaspération les individus devant lui. Deux personnes, certainement des lycéens. Et évidemment plutôt bien fourni au niveau des muscles. Ils étaient grands, mesurant peut-être à œil nu, environ un mètre quatre-vingt-dix.   

Ils se ressemblaient énormément. Et il n’y avait pas d’autres signes distinctifs à retenir chez eux. Simplement, ils le fixaient avec cette même fureur qui était récurant chez les futurs adversaires d’Archibald.  

Il avait rapidement compris la situation. Ces deux-là aimaient se battre. Ou du moins, aimer se confronter à de nouveaux adversaires. Dans la vie,  il y avait vraiment ce genre de personne qui cherchait toujours à voir plus haut pour s’améliorer ? On se serait cru dans un film, ou bien dans un manga. C’était plutôt admirable. Simplement, même si Archibald se battait à longueur de journée, parfois sept jours sur sept, il n’aimait pas vraiment ça. LA baston. Enfin… sur l’instant, c’était plutôt un mélange d’excitation et d’adrénaline. Puis lorsque tout cela retombait, il ressentait une certaine lassitude. De ne pas avoir sût se contrôler dans ses poings, de ne pas avoir sût poser de limites à sa colère. De ne pas avoir put être assez fort pour pouvoir se contrôler. C’était plutôt ça le plus frustrant.

Ils se trouvaient dans un coin vide du jardin des nymphes, de bon matin. Les quelques personnes qui s’étaient disposées pour parler tranquillement, avaient rapidement analysé la situation et s’étaient écartées en vitesse sans demander leur reste.

Il n’y avait pas cours et le blondinet avait eu comme projet d’accepter l’invitation de ses amis et d’aller faire un tour en ville. Puis ces deux-là lui étaient tombés dessus et il avait dû remettre cela à plus tard. Au final… Son souci n’était peut-être pas le fait qu’il aimait se battre, ou non. Car il fallait l’avouer, tout cela restait un peu confus. Simplement que cela le frustrer de devoir se retrouver à se battre alors qu’il avait prévu carrément autre chose. Un changement de plan dans son planning.

Il soupira. Archibald avait eu le temps de les énerver en s’impatientant de leur manque d'activités. L’un, certainement le plus susceptible, s’approcha d’un pas rapide dans leur direction. Le deuxième ne tarda pas à suivre.  

Archibald parvint à esquiver le premier coup en écartant tout juste la tête. Enchaîné par une balayette qu’il aperçut trop tard et retomba sur l’herbe violemment, en lui coupant le souffle. Le deuxième arriva pour lui administrer plusieurs coups de pied dans l'estomac.  Il roula sur le côté pour se soustraire du prochain coup et se releva précipitamment. Il appuya une main sur l’endroit touché et cracha par terre, à cause de l’effort physique.

C’était devenu intéressant. Il les avait sous-estimés et cela lui avait été fatal. Il ne ferait plus cette erreur. Alors cette fois-ci, c’était lui qui assurerait le prochain coup. Il accourut dans la direction du plus proche, mimant un coup droit alors qu’il utilisait plutôt un overhead. Cela signifiait en boxe une technique descendante de coup de poing. Le coup atteignait la mâchoire, juste au-dessus des mains de l’adversaire qui s’écroula sous l’effet de surprise.

Mais le coup qui arriva par la suite sur le côté heurta violemment la tête de Archibald qui ne s’y attendait pas plus. C’était le deuxième qui s’était avancé et qui en avait profité pour lui asséner plusieurs coups à la suite. Comme pour venger la défaite de son ami. Archibald parvint au bout de longues secondes à attraper le bras de son adversaire avant qu’il ne le frappe à nouveau. Il s'agrippa au bras de toutes ses forces et cria pour s’encourager. Il réussit finalement à le faire tomber à terre aux côtés de son camarade.  

Archibald baissa la tête pour constater les dégâts et prit une grosse inspiration pour reprendre son souffle saccadé. Il avait gagné.  Il avait mal à l’estomac, il sentait le sang couler sur son visage, mais il avait gagné. C’était certainement le plus important.  

Et puis, au moins, sa prochaine destination était évidente maintenant.
Il rentra dans le bâtiment le plus éloigné du jardin des nymphes. Ainsi, il ne passait pas inaperçu et reçut quelques mauvais regards mêlés d’effroi, de surprise et dégoût. Parfois même de lassitude. Mais c’était à peine s’il y prêtait attention. Il continuait son chemin jusqu’au ventre de l’hydre. Des plafonds si hauts donnaient au bâtiment une dimension étendue alors qu’il ne disposait que d’un étage. Et dedans l’attendait la personne qu’il désirait voir.

Il ne mit donc que quelques secondes avant d’arriver devant la porte qu’il avait tant appris à traverser. Il pénétra dans la pièce et lança nonchalant:

Hey Line, c’moi!”  

avatar

Profil


Espèce: Magicien ; Sorcier

Familier: Nelu son léopard dont il est gaga

Situation: Fiancé
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Points : 81
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Jeu 7 Sep - 11:36
Une bagarre ? Encore une ?
Ft. Archibald Strogoi

Te voilà enfin installée. Ton nouvel espace de travail enfin aménagé selon ton désir. L’école est grande, mais tu n’en as pas peur. Après tout, cette offre d’emploi était pour toi une réelle opportunité. Ne pas sauter dessus aurait été criminel. Il t’en aura fallu du temps, pour tout ranger à sa place. Ton bureau se trouve désormais dans un coin de la pièce, en face de la porte. Tu y as même installé un petit perchoir pour que ton familier arrête de se percher sur ta tête en permanence, comme il le faisait auparavant, lorsqu’il voulait t’embêter. Adjacent et derrière ce bureau, tu as décidé d’installer des étagères, que tu as malheureusement dû remplir jusqu’en haut des dossiers des élèves ainsi que ceux de l’ensemble du personnel. C’est désormais dépitée que tu les regardes, en te demandant comment tu pourras bien atteindre cette hauteur, si besoin est. Une petite table d’examen trône non loin de ton espace bureau, une armoire pharmacie accrochée à un mur, non loin. Enfin, les six lits de repos sont séparés du reste de la pièce par d’opaques rideaux blancs. Chacun d’eux possèdent une petite table de chevet, que tu as pris soin de garnir d’une plante verte. Certes, elles sont en plastique, mais ce n’est pas toute les plantes d’intérieur que tu as fait mourir au cours de ta vie qui vont te reprocher ce choix.

Mine de rien, tu en as, du travail, dans cette école. Entre les convocations aux visites médicales, tant pour les élèves que pour les adultes, que tu n’as pas encore finies, les quelques personnes qui se sont déjà présentés à ta porte, le travail de mémoire que tu dois effectuer pour retenir le maximum de monde… Et tu te doutes que c’est loin d’être terminé. Mais pourtant, tu t’en réjouis. Pour la première fois de ta vie, tu peux réellement être indépendante dans ton travail, malgré tes journées chargées. Oh, bien sûr, tu as été stressée avant d’arriver. L’école vient seulement d’ouvrir aux Sorciers après tout. Et que pourrait penser certains Magiciens conservateurs de l’arrivée de l’une d’entre eux dans un poste tel que le tien ? Tu as déjà eu le droit à quelques remarques, d’ailleurs. Que ce soit de la part d’élèves que tu as remis à leur place, ou de la part d’adultes que tu as directement classés dans ta liste des gens non-fréquentables. Mais au fond de toi, tu t’en doutais. Désormais, tu espères juste que ces personnes arriveront soit à digérer la pilule, soit à vous intégrer, ta communauté et toi.

Tu soupires.
Tu as toujours le regard fixé sur tes dossiers en hauteur lorsque tu entends une personne t’interpeller depuis la porte. Une voix jeune, c’est donc un élève. Et tu sais qu’il n’y en pas deux qui t’appellent par ton prénom sans que tu ne t’en offusques. Tu te retournes donc pour seulement voir Archibald Strogoi. Encore lui.

« Encore toi ? Tu n’en as pas marre de venir me voir ? »

Archibald fut l’un des premiers élèves que tu as rencontré dans l’école. Et tu n’es pas près de l’oublier, tant ce dernier est présent dans ton infirmerie. C’est un jeune Phénix, assez bagarreur, qui passe le plus clair de son temps à venir ici après ses ennuis, si bien que tu as finis par l’autoriser à t’appeler par ton prénom. C’est un jeune que tu trouves finalement assez sympathique. Tu as même décidé de le couvrir lors de ces précédents accrochages. Enfin, ceux dont tu étais au courant. Mais là, le couvrir devient de plus en plus compliqué. Après tout, il ne se bat pas tout seul, sinon, ce serait encore plus inquiétant que ce ne l’est déjà. Et l’état dans lequel il se trouve en ce jour ne risque pas d’arranger les choses.

Encore dans l’encadrement de la porte, le jeune homme blond se tient les côtes. Tu entends difficilement sa respiration sifflante, saccadée, alors que tu regardes son visage couvert de sang et ouvert au niveau de l’arcade sourcillière. Ses phalanges sont elles aussi ensanglantées, mais tu doutes que ce soit son propre sang. A quoi pouvait bien ressembler son adversaire cette fois-ci ? Et dans quel état se trouve-t-il désormais ? Tu n’en sais finalement rien. Malgré sa petite taille, ce jeune sait se battre, et il est rare de le voir arriver vers toi dans une situation où c’est lui qui a « perdu » la bagarre. Tu soupires une nouvelle fois.

« Allez. Assis-toi sur la table, tu connais le protocole. »

Après lui avoir pointé la table d’examen, tu te diriges vers l’armoire à pharmacie accrochée au mur pour en sortir quelques gazes, du désinfectant, et un rouleau de bandage. C’est en posant ces ustensiles sur la desserte que tu demandes pendant combien de temps tu vas encore pouvoir couvrir Archibald. Tu te demandes même si tu pourras le couvrir une fois de plus.

« Qu’est-ce qui s’est passé cette fois ? »

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Ven 8 Sep - 12:48

With Line Loisel

Une bagarre ? Encore une ?

L’infirmerie était devenue un lieu familier dans le rituel de ses journées. Archibald se battait environ trois, quatre fois par semaine et il ne pouvait se résoudre à rester dans ses conditions pendant les heures de cours. Les professeurs n’accepteraient jamais qu’il franchisse la porte de leurs cours dans ces conditions-là. En réalité, c’était ce qui était arrivé durant les premiers de cours à l’école Sainte Catherine. Autrefois, lorsqu’il se battait, c’était ses domestiques qui prenaient soin de lui, même quand il voulait qu’on le laisse tranquille. Ainsi en franchissant pour la première fois les portes du cours de latin,  le professeur horrifié s’était précipité de l’envoyer à l’infirmerie pour qu’il aille se faire soigner.

C’était réellement une surprise pour ses camarades qui avaient commencé à le regarder d’une nouvelle façon. La plupart des garçons étaient admiratifs, les filles étaient effrayées et enfin le reste laissait couler, car il fallait avouer qu’il existait énormément de phénomènes excentriques au sein de l’établissement.

Ainsi, il avait franchi pour la première fois la porte de l’infirmerie, toujours d’un air grognon et avait rencontré alors Line Loisel. Il avait tout d’abord cru qu’elle était une élève. Plus petite encore que lui,  ses traits étaient tant fins qu’elle avait le visage d’un enfant. Une enfant qui s’amusait tranquillement à jouer les infirmières dans sa blouse. Il avait eu du mal à la prendre au sérieux au début. C’était assez comique à voir, mais le jeune homme s’était rapidement rendu compte qu’il ne fallait pas s’arrêter à son physique. Qu’elle prenait visiblement très à cœur son travail.

Le plus étonnant, c’était qu’Archibald avait commencé à l’apprécier. Il était toujours grognon lorsqu’il arrivait là-bas, mais elle faisait toujours en sorte de le soigner. Elle demeurait toujours la même, souriante et pleine de bonne volonté. Le genre de personne avec lequel il était facile de communiquer. De faire confiance. Il avait même commencé par l’appeler par son prénom,  ce qui ne semblait pas la déranger en soi tant qu’il n’oubliait pas le vouvoiement.

Elle sembla à peine surprise de le voir franchir sa porte et lui demanda s’il n’en avait pas un peu marre de venir la voir. Archibald fronça les sourcils et répondit aussitôt ce qu’il répondait quasiment à chaque fois qu’il venait ici :

Ce n’est pas de ma faute!”  

On aurait dit un gamin. Certes, ce n’était pas complètement de sa faute, mais il était tout de même en partie responsable à chaque fois qu’il acceptait de se battre. Et puis, lorsque ce n’était pas eux qui lançaient le combat, c’était Archibald qui provoquait. Une sorte de cercle sans fin et épuisant à la longue.
Tandis qu'il prit place sur la table d’examen comme à chaque fois qu’il venait ici, le jeune homme essuya le sang qui perlait à ses lèvres. Il devait être en piteux état. Comme souvent. Pourtant, c’était comme s’il s’était habitué à la douleur et parfois il en oubliait presque qu’il en avait mal.

Il choisit de se taire pendant plusieurs secondes sans se rendre compte que Line le dévisageait en réfléchissant. Il n’était pas très attentif, ce jeune-là. Qu’il inquiétait parfois les gens de son entourage qui ne voulaient pourtant que son bien.
Elle lui demanda ce qui s’était passé cette fois-là encore. Elle ne posait pas toujours la question surtout lorsque Archibald voulait éviter d’en parler parce qu’il trouvait cela inutile.  Inutile parce qu’ils étaient tous les mêmes. Des idiots à la recherche d’un peu d’adrénaline. Et c’était peut-être également ce qu’était Archibald. Quelqu’un d'insouciant au danger.

Des idiots, comme d’habitude, expliqua-t-il simplement. Vous savez, le genre de personne qui veulent à tout prix se battre pour tester sa valeur au combat?

Puis serrant ses poings comme pour retenir sa frustration, il ajouta en regardant l’infirmière, droit dans les yeux:

J’ai été trop imprudent aujourd’hui. La prochaine fois,  j’éviterai de les sous-estimer, même si, évidemment, c’est toujours moi le plus fort.’’

Il n’était pas forcément obligé de rajouter cette dernière phrase, mais Archibald était quelqu’un d’arrogant qui aimait montrer sa valeur aux autres. Qu’il était fort et qu’il n’était pas le genre de personne frêle que son physique renvoyait parfois. En combat, comme partout ailleurs.

avatar

Profil


Espèce: Magicien ; Sorcier

Familier: Nelu son léopard dont il est gaga

Situation: Fiancé
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Points : 81
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Sam 9 Sep - 22:18
Une bagarre ? Encore  une ?
Ft. Archibald Strogoi

« Ce n’est pas sa faute ! », t’assure-t-il, en entrant dans la pièce. Après tout, comme il te le dit à chaque fois, ce n’est jamais de sa faute. Un petit sourire d’amusement affleure sur tes lèvres tandis tu ne peux t’empêcher de penser que ce jeune a quand même un sacré culot de venir te voir après chacune de ses bagarres. Il s’assoit docilement sur la table d’examen en inox en laissant ses jambes pendre dans le vide. C’est à l’instant où il essuie le coin de sa bouche que tu te rends compte qu’il a également une lèvre ouverte. Visiblement, il s’est bien amoché cette fois. Mais ce qui t’inquiète le plus, ce sont ses côtes et sa respiration sifflante. Tu supposes rapidement qu’il s’y est pris un coup, mais tu ignores quelle peut bien en être la gravité.

Tu commences seulement à lui désinfecter les phalanges grâce une gaze et du désinfectant lorsqu’il se décide à répondre à ta question. « Des idiots » selon lui. Ainsi, ils étaient plusieurs contre lui. Ce n’est donc pas si étonnant qu’il vienne à toi dans cet état. Mais si Archibald a réussi à les mettre à terre, il va sûrement falloir que tu t’occupes d’eux en prime. Il y a également de forte chance pour qu’ils ne viennent pas te voir d’eux-mêmes, craignant les représailles. Et tu peux toujours espérer qu’Archibald te donne leurs noms, un tant soit peu qu’il les connaisse. Tu penses que tu devrais peut-être aller les chercher dans toute l’école, mais tu ne peux pas courir après tout le monde, après tout. Ce n’est pas ton travail, c’est celui des surveillants. Tu t’entends donc soupirer, pensant que tu ne verras sûrement jamais les autres jeunes avec qui Archibald s’est battu tout à l’heure. Ce dernier serre le poing que tu essayes désespérément de bander en te regardant droit dans les yeux.

« J’ai été trop imprudent aujourd’hui. La prochaine fois, j’éviterai de les sous-estimer, même si, évidemment, c’est toujours moi le plus fort. »

Il a déblatéré ces paroles sans ciller ne serait-ce qu’une fois. Tu as rapidement compris au cours de ses visites qu’il était une personne avec une attitude très sûre de lui, ainsi, tu ne t’étonnes pas vraiment d’entendre ces dires. Mais pourtant, tu t’inquiètes pour lui. Après tout, s’il ne cesse de se battre avec autrui, c’est qu’il y a sûrement quelque chose en lui qui le pousse à le faire. Il ne peut pas tomber éternellement sur des gens qui veulent faire la guerre. Et l’idée qu’il veuille recommencer pour leur prouver sa valeur au combat te désespère. Tu finis son bandage à la main.

« Je ne pourrai pas constamment te couvrir, tu sais ? Il faudra bien que je finisse par prévenir M. Leroy un jour. Aujourd’hui, certains de tes camarades sont dans un état sûrement miteux, quelque part dans le château. Je te garantis qu’ils ne risquent pas de rester inaperçus longtemps. »

Tu as parlé calmement, mais d’une voix plus stricte que tu ne l’aurais voulu. Tu sais qu’Archibald est un garçon borné, qu’il ne se laissera convaincre aussi facilement. Mais tu sais également que les sanctions ou menaces ne marchent pas contre lui. Pourtant, tu espères qu’il comprendra un jour que la violence n’est pas la réponse à tout, bien au contraire.

Une fois que tu en finis avec ses phalanges, tu décides de t’occuper de son arcade, sachant parfaitement que tu ne pourras pas faire grand-chose pour sa lèvre ouverte, si ce n’est lui conseiller de ne pas jouer avec. Cette fois-ci, tu y vas bien plus doucement que pour ses mains, l’endroit étant particulièrement sensible. Une fois son visage nettoyé et sa plaie soignée, tu y déposes délicatement deux petits pansements, en espérant que ces derniers suffisent et qu’Archibald n’ait pas besoin de points de suture supplémentaires. Normalement, tout devrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Puis, vint la question délicate. Bien sûr, son problème aux côte persiste. Il va bien falloir que tu le soignes à un moment donné, et le plus tôt sera le mieux. Or, pour ce faire, il faudra qu’il retire son haut et Archibald étant un Sorcier, il y a de fortes chances pour la marque de sa Malédiction se trouve sur le haut de son corps.

Il est marqué dans tes dossiers qui est Sorcier ou Magicien. Cette information t’est nécessaire, si jamais quelqu’un arrive dans ton infirmerie avec un problème lié à sa condition. Pour les Magiciens faisant face à la Sécheresse, rien de bien compliqué. Tu les envoies dormir après les avoir gavé de chocolat. Mais pour les Sorciers, c’est tout de suite moins simple. Tu as longtemps hésité, et tu hésites encore, à les convoquer un à un afin de lister leur Malédiction. Certes, ce serait plus facile pour toi. Tu pourrais ainsi les traiter au cas-par-cas. Mais tu penses que cette information reste sûrement une information trop personnelle. Toi-même, tu ne digérerais pas qu’un parfait inconnu te demande le gage de ta Malédiction dans le plus grand des calmes. Ainsi, tu crains la réaction d’Archibald.

« Il faudrait que tu retires ton haut, pour que je puisse examiner tes côtes. »

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Dim 10 Sep - 18:48

With Line Loisel

Une bagarre ? Encore une ?

Il ne s’attendait pas forcément à une réponse de son interlocutrice, mais Line était différente des autres adultes. Elle l’écoutait réellement sans contrainte ni obligation et calmement malgré certaines bêtises qui pouvait sortir de sa  bouche.  Les adultes ne l’aimaient pas trop en général.  À cause de son caractère têtu qui le faisait perdre rapidement son calme dans de nombreuses situations.  Et heureusement qu’il pouvait encore compter sur ses excellentes notes pour s’en sortir.  Et puis… il était étonnamment studieux quand cela concernait son travail et son attitude en classe.  
Mais Line continuait de le soigner en lui administrant un bandage à la main avec cette douceur qui la qualifiait bien. C’était certainement ce qu’Archibald appréciait le plus chez les gens : une sincérité touchante.  
Elle se permit tout de même de lui donner son avis avec quelques avertissements. Line avait tendance à le couvrir lors de certaines bagarres afin qu’il ne se retrouve pas avec trop d’ennuis.  Il ne lui avait jamais demandé de le faire.  Il détestait demander de l’aide à qui que ce soit, car pour être fort, il fallait apprendre à se protéger tout seul.  C’était une première règle qu’il s’était énoncé.  

Simplement… cela ne semblait pas la déranger de le faire.  Elle le faisait, simplement.  Peut-être avait-elle finalement commencé par l’apprécier à force de ses nombreuses visites? C’était dangereux pour elle de réagir comme cela, car on pourrait l’accuser de favoritisme. Même si le blondinet soupçonnait qu’elle devait se comporter ainsi avec la plupart de ses habitués.  Cela devait être dans son caractère? Elle continuait par ailleurs de s’inquiéter pour lui.  Que les adversaires d’Archibald ne pourraient pas rester éternellement dans l’ombre et qu’il pourrait avoir des problèmes s’il continuait dans cette voie-là.  

La plupart des gens sont trop honteux d’avoir des problèmes pour venir s’en plaindre à qui que ce soit. Ils préfèrent se terrer dans l’ombre pour tenter une autre fois leur chance.  Surtout s’ils sont tous comme les deux d’aujourd’hui."

Il mit quelques secondes avant d’ajouter,  comme s’il hésitait à lui communiquer cela:

Et puis… je m’en fiche pas mal.

C’était un mensonge. Archibald n’était pas réellement doué pour transmettre ce qu’il le tracassait ni pour mentir d’ailleurs. Lorsqu’il ne disait pas la vérité, son regard préféré dévier sur autre chose.  Parce que même s’il avait tendance à se mettre en colère, à être trop direct,  il n’aimait pas décevoir les gens.  Car il aimait parfois croire qu’il n’était pas quelqu’un de bien méchant.  Simplement de borné. Si le directeur l'apprenait, cela risquait de remonter jusqu'à son père qui aurait alors remporté le pari. Et ça... c'était absolument hors de question!

Durant les minutes qui suivirent, il se laissa docilement soigner sans se plaindre ou émettre de gémissements.  Cela ses blessures le brûler par moment ou lui faisait mal, mais il avait l’habitude à force.  Et puis, la douleur permettait de lui faire ressentir quelque chose.  Cette douleur, il en avait besoin finalement.  

Il n’était pas quelqu’un de forcément patient, mais essaya tout de même de faire un effort.  Son esprit vagabonda çà et là en faisant en sorte qu’elles soient le plus futiles possible.  Il n’aimait pas penser trop longtemps, car il finissait par se souvenir de ça.  Et c’était la plus forte douleur qui soit.

Pourtant… Line finit par cesser d’agir.  Cela alerta le blondinet qui releva la tête dans sa direction pour percevoir une certaine hésitation dans ses yeux.  Comme si elle n’osait pas réellement dire le fonds de sa pensée.  Mais elle finit par ouvrir la bouche et lui demander de retirer son haut.

Évidemment.  Archibald se raidit immédiatement. Même si cette demande n’était pas si étonnante.  Ces deux idiots étaient parvenus par le blessé à l’abdomen et elle s’était rendu compte que quelque chose n’allait pas.  Qu’elle ne pouvait pas le soigner comme ça.  Il ne réagit pas tout de suite.  Il ne répondit pas non plus à sa demande.  Il resta quelques secondes, hésitant.  Son visage avait affiché pendant plusieurs secondes une mine déconcertée qu’il avait fait de son mieux pour remplacer par une expression neutre qui ne s’accordait pas forcément avec le reste de son attitude.  

Il finit tout de même par obéir devant son ton strict et retira son haut visiblement avec mécontentement.  Assit sur la  table d’examen, ses jambes pendant dans le vide, il sentait sa marque lui brûler dans le dos.  Lui brûler plus encore que ses blessures.  Car c’était une marque qui ne disparaitrait jamais.  Une tête de mort qui lui rappelait tous les jours qu’il n’avait pas été assez fort ce jour-là pour la protéger…

Ce fut certainement son malaise qui le poussa à reprendre la parole:  

Vous devez être curieuse, non?

Pour une fois, ce n’était pas de l’arrogance même si sa voix était dure et sèche. Simplement il était conscient qu’une marque pareille pouvait attirer la curiosité de n’importe qui, surtout lorsqu’on savait qu’elle était reliée à une malédiction…  
Sa malédiction.


________________________________




Vorbesc #660000
I speak in #660000
Je parle en #660000
Spoiler:
 



avatar

Profil


Espèce: Magicien ; Sorcier

Familier: Nelu son léopard dont il est gaga

Situation: Fiancé
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Points : 81
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Mar 12 Sep - 21:10
Une bagarre ? Encore une ?
Ft. Archibald Strogoi

Archibald se raidit, comme tu t’y attendais. Tu as visiblement visé dans le mille en pensant que sa marque est sur le haut de son corps, et que tu risques de l’apercevoir si jamais il t’obéit. Il reste un moment immobile, hésitant. Tu ne lui en voudras pas, si jamais il refuse. Tu n’as aucun droit de le forcer, après tout. Tu ne pourrais juste pas le soigner, et il sortirait de ton infirmerie sans avoir eu une prise en charge complète. Et c’est une chose que tu apprécies peu, au final. Ne pas finir correctement ton travail. Tu as déjà eu des cas semblables, lorsque tu travaillais encore dans un hôpital humain. Des cas où des personnes n’ont pas voulu que tu les touches, n’ont pas voulu que tu les soignes. A chaque fois, tu avais des remords. Peut-être aurais-tu dû insister auprès d’eux.

Le jeune homme finit tout de même par obéir. Il retire son haut avec mécontentement avant de le poser brusquement à côté de lui, sur la table d’examen. Il ne te faut pas plus de deux secondes pour voir qu’un bleu est en train de doucement se développer entre l’estomac et les côtes. Ce dernier est par ailleurs assez impressionnant. Tu crains qu’un os soit fêlé mais tu penses finalement que, si tel avait été le cas, Archibald n’aurait pas réussi à parler sans ignorer la douleur. Il a beau être résistant, un os brisé reste un os brisé, et s’il n’a pas envie que tu parles, tu ne parleras pas. Au final, tu es rassurée de ne pas avoir à réparer un os par la magie. Non pas que tu n’es pas capable de le faire, mais l’idée que tu puisses potentiellement avoir une crise d’amnésie pendant la phase de soin te terrifie légèrement. Ce serait un coup à lui briser le reste des côtes. Et finalement, tu es également rassurée de voir qu’Archibald n’est pas si amoché que tu le pensais. Juste quelques plaies déjà soignées, et un beau bleu, que tu répareras directement.

En revanche, tu comprends rapidement pourquoi Archibald avait l’air si réticent à retirer son haut. Non pas que tu puisses potentiellement voir sa marque si jamais tu regardes par hasard au bon endroit. Il est juste impossible de la louper. Une tête de mort, au milieu du dos.

« Vous devez être curieuse, non ? »

Tu relèves la tête vers lui. Il a parlé d’une voix sèche, et te fixe d’un œil froid. C’est compréhensible. Après tout, que veux-tu répondre à cette question ? Tu ne peux pas lui mentir, ce n’est pas dans tes habitudes. Mais l’idée de se savoir centre de l’attention – de ce genre d’attention – peut en rebuter, voir énerver certains. Ce qui est compréhensible aussi. Tu te pinces les lèvres, cherchant la meilleure réponse que tu peux lui offrir.

« Oui. La curiosité fait partie intégrante de mon travail. Je me dois d’être toujours attentive si jamais un élève vient me parler de quelque chose dont il n’a pas forcément envie de parler à ses proches. En revanche… Je ne peux pas te forcer à me parler d’une chose dont tu ne veux pas discuter. »

Tu espères que cette réponse lui suffira. Tu n’as pas trouvé mieux, de toute façon. Pourtant, elle est totalement véridique. Si quelqu’un vient te parler, il est de ton devoir de l’écouter, de t’intéresser à lui, à ce qu’il te dit. Tu es tenue au secret professionnel, après tout. Au contraire, si tu souhaites qu’un élève te parle, par rapport à son comportement, tu ne pourras jamais le forcer à le faire s’il n’en ressent pas l’envie ou le besoin. Tu lui feras juste savoir que tu seras une oreille attentive pour le jour où il viendra. C’est que tu as tenté de faire ici, en espérant qu’Archibald ait compris le message. Peut-être qu’un jour, il viendra te parler de son besoin constant de violence.

Tu sors ta baguette en ébène de l’intérieur de ton jean. Un bleu, ce n’est pas grand-chose, tu devrais pouvoir réussir à le soigner directement et sans risque. Peut-être restera-t-il une petite marque jaunâtre, comme si l’hématome s’était résorbé de lui-même, mais au moins, la douleur et le gêne seront partis. Sans utiliser la magie, tu pourrais toujours le soigner à coup d’Arnica. Mais il mettrait plusieurs jours à partir, et Archibald risquerait d’avoir mal au moindre petit contact ou faux-mouvement. Et sa respiration ne s’en trouverait pas améliorée avec de la pommade. Même si la douleur n’a pas l’air de le gêner, tu ne voudrais décidément pas le laisser partir encore à moitié cassé en deux. Surtout maintenant.

En vérité, tu n’es pas comme la plupart des gens de ta communauté, à craindre la magie comme la peste. Tu n’es pas forcément ravie de l’utiliser et tu ne le fais jamais pour des choses futiles, mais parfois, il te semble nécessaire d’y faire appel, notamment dans ton métier. Après tout, pourquoi tu serais partie faire une école d’infirmière dans la communauté magique pour finalement ne jamais te servir de ce que tu y avais appris ? C’est très souvent bien utile, et bien plus rapide que les méthodes humaines. Tu n’utilises pas la magie à chaque fois qu’un élève se présente à toi, bien évidemment. Tu n’en serais pas capable, et on finirait par te retrouver en train de déambuler dans ton bureau, sans aucun souvenir du pourquoi tu es ici. Par contre, tu t’autorises, dans certains cas précis, à en faire appel. Lorsque tu juges que c’est utile, nécessaire et pas trop dangereux, tant pour toi que pour ton patient.

« Bon. Je vais te réparer ça directement. Normalement, tout devrait bien se passer. »

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Dim 17 Sep - 12:46

With Line Loisel

Une bagarre ? Encore une ?

Il tente de se convaincre qu’il se fiche complètement de la réponse de la charmante infirmière. Parce qu’il est quelqu'un de borné qui aime se dire qu’il n’a pas besoin de savoir que ce les gens peuvent bien penser de lui pour avancer. Et, d’habitude, c’est la vérité.  Il n’est pas du genre à se transformer pour se faire mieux accepter par les autres. Loin de là. Si cela avait été le cas, jamais il ne se conduirait de cette façon-là au quotidien.  Une sorte de gangster qui sort les poings à la moindre petite moquerie ou provocation.  

Mais Line, il l’apprécie… Un petit peu quand même. Et il ne veut pas qu’elle change son comportement vis-à-vis de lui.  Qu’elle se mette à le prendre en pitié. Ce serait dégradant et si irritant! Il ne veut pas que son sourire se fasse forcer lorsqu’elle se tourne vers lui. Il veut bien accepter qu’elle soupire de lassitude à force de le voir revenir à chaque fois. Ce même soupir qui faisait désormais partie de son quotidien depuis le début de l’année.  

Oui. Il fait croire qu’il s’en fiche, mais pourtant il dresse discrètement l’oreille pour attendre sa réponse. Il refuse de la regarder et se contente de fixer le sol.  
Finalement elle finit par émettre une réponse. Elle acquiesce à sa précédente remarque. Que la curiosité fait partie intégrante de son travail. Qu’elle se doit d’être attentive à un élève qui n’a pas envie d’aborder un sujet avec un proche. Mais qu’elle ne le forcerait pas à se dévoiler. Elle n’ajoute rien d’autre comme si cette réponse suffisait.
Et c'est le cas.

Il ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire sous sa longue touffe de cheveux blonds.  À quoi est-ce qu’il s’est attendu finalement ? À ce qu’elle joue l’hypocrite et qu’elle le démente ? Ou alors carrément qu’elle le réprime pour son attitude insolente vis-à-vis d’un adulte.  À y penser maintenant, c’est carrément débile. Cela ne ressemblait pas à la souriante, charmante et gentille Line Loisel qu’il avait rencontrée en tout début d’année.  Certes, il se méfiait toujours de tout le monde - car les gens sont souvent très imprévisibles.  

Mais il n’avait jamais eu le pressentiment qu’elle lui mentait. Peut-être qu’il n’était pas assez observateur? Mine de rien, Archibald est simplet dans sa façon de penser parfois.  Mais ce n’est pas important actuellement. Ses lèvres se prolongent en un sourire moqueur quand il relève la tête pour croiser le regard de l’infirmière :

Bien sûr que vous ne pouvez pas me forcer à dire quoi que ce soit, même si je suis conscient d’être quelqu’un de très intéressant.

Il a dit ça de son ton provocateur habituel. Il affiche un visage décontracté comme s’il n’avait pas été troublé par le fait qu’elle ait pu voir la marque sur son dos.  Il déteste montrer quand il se sent mal et cache cette partie de lui derrière une attitude pleine de confiance et d’arrogance.  Une arrogance parfois un peu trop présente. À croire qu’Archi ne comprends le concept de “petite dose” pour agir toujours dans l’excès.

Elle finit par sortir sa baguette de son jean en déclarant qu’elle allait lui réparer ça et que normalement tout devrait bien se passer.
Normalement ? Il lui jette un regard sceptique, puis puisque c’est quelqu’un de spontané, il s’exclame aussitôt :

Comment ça normalement? Evidemment que ça va marcher!


________________________________




Vorbesc #660000
I speak in #660000
Je parle en #660000
Spoiler:
 



avatar

Profil


Espèce: Magicien ; Sorcier

Familier: Nelu son léopard dont il est gaga

Situation: Fiancé
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Points : 81
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Mer 20 Sep - 19:43
Une bagarre ? Encore une ?
Ft. Archibald Strogoi

« Bien sûr que vous ne pouvez pas me forcer à dire quoi que ce soit, même si je suis conscient d’être quelqu’un de très intéressant. »

Cette remarque te fait lâcher un petit rire. Quelle stupidité d’avoir pensé que la réponse que tu lui as donnée ne lui suffirait pas. Ce jeune a beau être tout ce qu’il veut, il est loin d’être stupide. Mais tu le sens tout de même tendu, malgré le fait qu’il essaye de ne pas te le montrer. Des patients qui ont joué au même jeu, tu en as eu des tas, tu as tendance à les reconnaitre de loin. Des gens qui essayaient de rester à l’aise devant une perfusion alors qu’en fait, ils en étaient terrifiés, par exemple. Mais ici, tu saisis rapidement qu’il s’agit plus d’un problème de pudeur qu’autre chose. Plus vite tu finiras ton intervention, plus vite cette gêne passera. Mais tu as bien conscience que ce n’est pas une raison pour te précipiter.

La baguette pointée vers l’hématome, tu inspires profondément. Réparer un bleu n’a rien de compliqué mais tu n’as jamais été bien puissante, tu le sais parfaitement. Oh bien sûr, tu te doutes que tu n’en seras pas affectée, mais l’appréhension te court toujours après durant ces moments-là. Tu t’es toujours posé bien trop de questions : « Et si je me plantais ? » « Et si c’était plus long que prévu ? » « Et si c’était plus grave que je le croyais ? ». Après tout, tu n’es pas médecin, juste infirmière. Pourtant, ce que dit Archibald te rassure. Selon lui, tout va aller pour le mieux. Tu ne pensais pas qu’il te faisait autant confiance. Etant donné que tu n’as jamais utilisé la magie sur lui, ce sera une première, il pourrait parfaitement craindre l’intervention. Mais ce n’est apparemment pas le cas. Tu regagnes un peu de confiance en toi en lui lançant un sourire.

« Ce sera sûrement désagréable. »

Tu appuies ta baguette sur son ecchymose en espérant ne pas lui faire trop mal. La réparation des petits capillaires de la peau n’est pas bien long en soi. C’est surtout le nombre qui peut influencer le temps de l’intervention. Et ici, le bleu est tout de même assez important. Tu sais qu’une forte gêne peut apparaitre pendant le traitement, tu t’es déjà réparé quelques bleus toi-même, à cause de tes chutes notamment. La cicatrisation des vaisseaux sanguins entraine une sensation de piqure, sur toute la zone de soin, semblable à celle d’une perfusion justement. D’une grosse perfusion. Et Dieu sait qu’une perfusion est désagréable. Pour le cas d’Archibald, tu décides de refluidifier le sang qui s’étendait dans les tissus pour le faire retourner dans le système vasculaire. Le bleu était très récent lorsqu’il est arrivé, le sang avait à peine eu le temps de coaguler, mais il ne s’était pas dégradé.

Une fois l’intervention finie, tu souffles, puis fais un rapide constat de ton état. Pas de fatigue, ni de vertige, ni d’effet secondaire particulièrement problématique. De toute façon, ta malédiction fonctionne sur le principe de « tout ou rien ». Soit tu ne ressens aucun effet, soit tu perds totalement la mémoire. Il n’y a pas de juste milieu. Mais tu sais que tu as tendance à ressentir de légers vertiges lorsque tu t’approches d’un peu trop près de tes limites.

Tu jettes un rapide coup d’œil à l’estomac d’Archibald. Le résultat te satisfait largement. Comme tu t’y attendais, une légère marque jaunâtre est encore visible à l’endroit où apparaissait l’hématome, mais la peau est dégonflée et par conséquent, n’est plus douloureuse. Peut-être encore un peu sensible, tout de fois.  La plaie ne s’est pas étendue, les tissus ont été vidés du trop-plein de liquide, et les vaisseaux sont réparés. Dans tous les cas, le voilà guéri, et totalement en plus. Espérons qu’il ne revienne pas te voir dans deux jours, avec des problèmes similaires. « Il en serait capable. », penses-tu. C’est un jeune intelligent, avec d’excellents résultats. Dommage que son comportement ne le pénalise. Se battre une fois, exceptionnellement, c’est possible, bien sûr. A cause d’un mot mal placé, ou quelque chose dans ce genre. Mais constamment… C’est tout de même inquiétant.

« Voilà, c’est fini. Tu peux te rhabiller. Evite les mouvements brusques pendant quelques jours, par contre. »

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Sam 30 Sep - 23:51

With Line Loisel

Une bagarre ? Encore une ?

Archibald déclare toujours par cette même spontanéité, et en même temps honnêteté discrète, que c’est évident, qu’elle va réussir. Il est tant de fois venu la voir pour qu’elle lui guérisse ses blessures que c’est presque inimaginable qu’elle ne parvienne pas à réussir ce coup-là. Il ne cherche pas spécialement à la flatter. En fait, il ne se rend même pas compte que cela peut apparaître comme un compliment ou alors une attitude qui montre une forte confiance en elle. Il se contente de dire ce qu’il pense, tout simplement. Surtout qu’il est  hors de question que cela échoue et qu’il apparaisse avec une de ses parties du corps complètement déformé. En tout cas, le blondinet ne comprit pas pourquoi l’infirmerie a lâché un petit rire amusé et il lui lance un regard au coin surpris.

Il la voit aspirer profondément comme pour se donner un peu de courage. Il n’a jamais réellement compris pourquoi l’infirmière a toujours aussi peu de confiance en elle alors que, jusque-là, elle ne s’est pas plantée dans ses guérisons. En fait, il ne comprend pas non plus qu’on puisse s’accorder aussi peu de confiance. Après tout, Archibald persiste à se convaincre qu’il est quelqu’un de génial.

Elle le prévient. Que cela va sûrement être désagréable. Mais Archibald hausse les épaules:

Peu importe.

Elle appuie sa baguette sur son ecchymose et Archibald se contente d’attendre la suite en regardant le balancement de ses jambes, dans un geste hypnotique. Et, comme il a été dit, il est bientôt parcouru par une sensation désagréable, d'incommodité. Une forte gêne physique qui le fait lâcher, malgré qu’il se morde la lèvre, un faible gémissement qu’il espère que l’infirmière n’entende pas.
L’opération s’achève après des secondes qui lui parurent durer une éternité. Pourtant, en jetant un oeil à son estomac, il remarque rapidement, et ce même s’il n’est pas médecin que la plaie va mieux. Il se sent beaucoup mieux et se rends compte que les plaies qu’il avait ignorées jusque-là en arrivant, ont quand même été sacrément dérangeantes.
En même temps que Line lui déclare que c’est terminé, il saute de la table d’opération pour remettre son tee-shirt :

Ce n’était pas si terrible, après tout.

Il est quand même incroyable Archibald, car il déteste mentir, il ne fait que répliquer aux autres leurs quatre vérités, mais quand ça le concerne, il joue le fier. C’est cette fierté qu’il l’empêche de révéler le fond de sa pensée.
Lorsqu’il entend qu’elle lui conseille d’éviter les mouvements brusques pour les prochains jours, il réplique:

Je le sais, je n’suis pas bête! J’éviterai tout mouvement brusque… Enfin à part si ces idiots reviennent me voir.

Il déclare ça en se redressant subitement pour lever son bras ce qui lui cause une forte douleur. Visiblement, il n’est pas assez malin pour respecter les conseils de l’infirmière à peine vient -il d’être guéri.


________________________________




Vorbesc #660000
I speak in #660000
Je parle en #660000
Spoiler:
 



avatar

Profil


Espèce: Magicien ; Sorcier

Familier: Nelu son léopard dont il est gaga

Situation: Fiancé
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Points : 81
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Mer 4 Oct - 20:07
Une bagarre ? Encore une ?
Ft. Archibald Strogoï

« Ce n’était pas si terrible, après tout. »

Pourtant, tu as entendu son petit gémissement de douleur, au milieu de l’intervention. Mais tu ne lui fais pas remarquer, sachant pertinemment qu’une remarque pourrait blesser sa fierté. Ce n’est pas ton but, après tout. Tu répares et tu approuves, évitant soigneusement tout ce qui pourrait blesser tes patients. Tu restes donc silencieuse pendant qu’il remet son haut, en le regardant tout de même avec inquiétude. Certes, ce n’était pas si terrible, mais ce fut désagréable. Trop par rapport à ce que tu aurais voulu. Tu aimerais bien t’occuper de tes patients avec le moins de désagréments possible, mais tu sais parfaitement que, parfois, il faut faire avec.

Tu te mordilles donc la lèvre inférieur en replaçant tant bien que mal ta baguette dans ton jean, à portée de main, et en écoutant à moitié Archibald parler d’idiots et de revanche. Pourtant, tu te redresses en sursaut lorsque tu entends un petit bruit étouffé venant de lui. Ce dernier a levé le bras trop vite, réalisant ainsi le record du conseil qui aura été écouté le moins longtemps. Tu lui lances un regard navré, la main toujours serrée autour de ta baguette, que tu as finalement réussi à ranger.

« Je t’avais pourtant dit de faire attention… Et « ces idiots », comme tu dis, ne risquent pas de revenir te voir. Surtout si tu les as mis dans l’état dans lequel je pense que tu les as mis. »

Autrement dit, un état particulièrement désastreux. Pour avoir réussi à s’en sortir à plusieurs contre un, les camarades d’Archibald ne devaient pas vraiment s’attendre à ce qu’il soit aussi… Doué ? Ce n’est pas vraiment le bon mot, mais tu ne trouves que celui-ci pour caractériser son habilité lors d’altercations. Excepté dans le cadre d’un sport, être doué pour se battre n’est pas vraiment une qualité à tes yeux, il faut dire. Tu vois plus les choses se régler dans le cadre d’une discussion la plus calme possible. Tu rigoles de toi-même. Tu dois sûrement paraitre bien utopiste au regard de nombreuses personnes. C’est pourtant ainsi que tu as fini par penser. La violence n’engendre que plus de violence.

Tu regardes rapidement autour de toi avant de frapper tes deux mains ensemble, un léger sourire flottant sur tes lèvres. Archibald est entièrement soigné, il retirera ses pansements tout seul dans quelques jours. Enfin, quelques heures plutôt, le connaissant. Tu nettoieras la table d’examen et rangeras tes ustensiles une fois qu’il sera parti. Ainsi donc, il ne reste plus rien à faire.

« Bon ! Tout semble en ordre… »

Ton sourire s’accentue légèrement lorsque tu poses les yeux sur Archibald.

« Tu peux partir. Je ne te fais pas de fiche de passage. Comme tu n’as pas cours, ce n’est pas vraiment utile… Je n’avertis pas non plus M. Leroy, même si je devrais à la longue. Par contre, je te préviens, mais c’est sûrement la dernière fois que je fais ça. La prochaine fois, je ne couvrirai pas. »

Tu n’aimerais pas passer en conseil de discipline, après tout. Mais étrangement, tu n’as eu cette attitude qu’avec Archibald. Tu n’as couvert aucun autre élève. Parfois, tu te dis que tu l’apprécies peut-être un peu trop, ce jeune.

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Ven 6 Oct - 22:50

With Line Loisel

Une bagarre ? Encore une ?

Archi est un peu honteux, parce qu’il s’est un peu trop emporté dans son excitation et qu’il a levé le bras un peu trop vite. C’est le karma, parce qu’il n’a pas respecté à la lettre les conseils de l’infirmière. Mais, il est comme ça le blondinet, il crie, il hurle et il s’agite pour un rien avant de le regretter rapidement juste après. Enfin, après avoir entendu ses gémissements, Line se retourne de nouveau vers lui, sa baguette en main. Elle semble malgré son attitude assez ennuyée par l’état dans lequel il se trouve. Être soigné ne signifie pas non plus que la douleur disparaisse aussi rapidement. Même la magie à ses limites. Elle lui répète qu’elle lui a pourtant dit de faire attention. Archi lui lance un regard grognon, il n’a pas besoin qu’on remettre en mémoire! Ses joues finissent même timidement par colorer ses joues toutes blanches.

Elle ajoute que les idiots qu’il a désignés, ces deux gars qui avaient cherché un peu d’actions, ne risquent pas de revenir le voir, s’ils sont dans l’état auquel elle pense. Un sourire moqueur apparaît sur ses lèvres. C’est idiot, et assez cruel, mais il est fier d’avoir réussi à gagner ce combat. Encore un signe de sa supériorité. Et puis, ce n’est pas lui qui a provoqué tout ce bazar. C’est la faute de celui qui provoque, celui qui défi. Il n’est pas en tort. Absolument pas.

Bah oui! Vous commencez à bien me connaître!

Et il ne sait pas trop si c’est une bonne chose ou non. En même temps, à force de se battre, à force de finir blessé, il finit par repasser à l’infirmerie quasiment chaque semaine. Et par voir Line du coup. Il s’est habitué à sa présence un peu trop rapidement. Il s’est attaché à elle, finalement. Jamais il n’aurait pensé que cela arriverait un jour avec un adulte de cet établissement, mais jamais il ne l’avouerait à quiconque non plus. Il est trop fier et c’est vraiment trop gênant à déclarer. Alors que, finalement, ils sont plutôt opposés. Elle est quelqu’un de plutôt pacifique, qui soigne les autres et lui est quelqu’un d’agressif, qui blesse les autres.

Elle regarde autour d’elle avant de joindre ses mains les unes contre les autres d’un air satisfait. Elle déclare elle-même que tout semble en ordre puis son sourire s’accentue lorsque son regard croise celui d’Archibald. Elle lui annonce qu’il peut désormais partir et qu’étant donné qu’il n’a plus cours, il n’est pas utile de lui remplir une fiche de passage. Qu’elle n’avertirait pas le directeur, cette fois-ci encore. Il commence à comprendre qu’elle prend des risques en le protégeant, et il ne comprend pas forcément pourquoi elle le fait quand même. Elle finit tout de même par lui annoncer que la prochaine fois, elle ne le couvrirait plus.

Il hausse les épaules, aussi indifférent que tout à l’heure.  

Je ne vous ai jamais demandé de le faire, de toute manière.

Mais il n’est pas si indifférent que cela finalement. Il n’est jamais très doué pour cacher ses sentiments, cela se voit dans la façon qu’il a de regarder ailleurs à chaque fois qu’il ment. Car il conscient que son attitude peut avoir une répercussion énorme sur son dossier et alors il perdrait son pari avec son père. Il ne serait pas à la hauteur. C’est inconcevable. Il ne sait pas encore comment, mais il ferait en sorte que les choses se calment un peu pendant quelque temps. Ou alors il tenterait de se faire plus discret. Il verrait ça pour la prochaine fois, car il y aurait une prochaine fois.

Il l’a salut puis se dirige vers la sortie, les mains dans les poches, mais s’arrête sur le seuil. Il est toujours sorti tranquillement après chaque visite, sans le moindre mot de remerciement parce qu’il n’aime pas être redevable à quelqu’un. Simplement, il se rend compte qu’à chaque fois, Line se montre toujours aussi patiente et aimable que la première fois, malgré son attitude désagréable.
Il ne dit rien pendant quelques secondes. De longues secondes gênantes. Puis il lâche un long soupir et se retourne d’un geste vif vers l’infirmière:

Merci! Mais ne croyez-surtout pas que je vous trouve sympa ou quelque chose comme ça!

Il ne sait pas mentir. Son visage s’empourpre brusquement et il quitte la salle précipitamment avant d’affronter plus longtemps le regard de l’infirmière.


________________________________




Vorbesc #660000
I speak in #660000
Je parle en #660000
Spoiler:
 



avatar

Profil


Espèce: Magicien ; Sorcier

Familier: Nelu son léopard dont il est gaga

Situation: Fiancé
Phénix
Phénix
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Points : 81
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line Lun 9 Oct - 20:29
Une bagarre ? Encore une ?
Ft. Archibald Storgoï

« Je ne vous ai jamais demandé de le faire, de toute manière. »

Il n’a pas tort. Il ne t’a jamais demandé un tel service. De toute façon, ce ne serait pas son genre de ramper à tes pieds pour te demander de le couvrir encore une petite dernière fois. Il est beaucoup trop fier, mais tu le soupçonnes de s’en occuper, même un minimum. Ce garçon ne sait pas mentir, tout simplement. D’ailleurs, il regarde fixement la plinthe à côté de ton bureau, comme pour éviter ton regard. Pourquoi se sent-il obligé de te mentir sur ce point, tu l’ignores. Mais le fait est là. Encore une chose que tu ne lui demanderas jamais. Bien trop personnel. Encore une chose dont tu espères qu’il viendra un jour te parler.

Toi-même tu ignores pourquoi tu as décidé de ne rien dire, la première fois qu’il est venu. Et toutes les fois suivantes, également. Et pourquoi tu recommences encore cette fois-ci. C’est peut-être parce qu’il est l’un des premiers élèves que tu as rencontré, qui est venu te voir à l’infirmerie. Mais pourtant, ce n’est pas vraiment une raison. Tu crois que tu as fini pas l’apprécier un peu trop, depuis que tu le connais. Tu n’es pas censée faire ce genre de chose, entretenir une sorte de favoritisme. Si jamais cette histoire s’apprenait… Tu sais pourtant ce que tu risques, et tu as la terrible impression de trahir l’homme qui t’a embauchée, qui t’a permise de venir exercer ici. D’un autre côté, tu ne lui as parlé qu’une fois, peu après ton arrivée.

« Certes. Mais je préfère toujours te prévenir. Histoire que tu ne t’attendes à rien la prochaine fois. Sait-on jamais. »

Tu le laisses partir. Il n’a plus vraiment besoin de s’attarder ici. Ce dernier te lance un rapide salut, que tu lui rends en retour, avant de t’attarder sur tes instruments à stériliser rapidement puis à ranger ou bien jeter. Ainsi, tu ne vois pas Archibald s’arrêter sur le pas de la porte pour réfléchir, bien trop concentrer sur ta table d’examen que tu lessives à grand coup d’alcool. Le fait de ne pas entendre la porte claquer ou se fermer ne t’inquiète pas outre mesure, étant donné que tu la laisses constamment ouverte, afin que les élèves sachent si oui ou non l’infirmerie est libre. Comme certains n’osent pas toquer…

Pourtant, c’est le fait de ne pas entendre de pas dans le couloir qui finit par te faire tilter. En te redressant, tu remarques que, effectivement, Archibald est toujours dans l’embrasure de la porte, sans savoir vraiment quoi faire, visiblement. C’est assez rare qu’il mette autant de temps à partir. Généralement, il te salut, puis part directement, sans rien dire de plus. Comme environ trois quarts de tes patients. Mais pas cette fois, apparemment.

« Merci! Mais ne croyez-surtout pas que je vous trouve sympa ou quelque chose comme ça! »

Ah.
Tu ne t’y attendais pas vraiment, effectivement.
Tu n’as pas le temps de rajouter quelque chose qu’Archibald rougit soudainement avant de détourner le regard puis partir plus vite que prévu. Tu n’imaginais qu’il puisse s’empourprer aussi rapidement. C’est assez drôle, le connaissant. Tu laisses apparaître un petit sourire amusé sur ton visage avant de te concentrer à nouveau sur ton nettoyage.

« Il est marrant, ce jeune… »

________________________________

Liens utiles:
 



Lineuh parle en #5b5b93.
Avatar par Louis de Berys.
avatar

Profil


Espèce: Sorcier

Familier: Une crécerelle d'Amérique mâle nommée Espilon

Situation: Célibataire
Infirmière
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Points : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une bagarre ? Encore une ? -PV Line
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Une bagarre ? Encore une ? -PV Line
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» De retour au mistral BAGARRE GENERALE Entre vieux!
» Rapport de bataille: Méchant bagarre entre les Nids et Nurgle 1500 pts
» la fiche de Méline Laura
» Aëline
» Bagarre au réfectoire [Libre, venez vous défouler !]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: L'Infirmerie-
Sauter vers: