【 MINI EVENT 】 ▬ BACK TO SCHOOL

 :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: Le Hall Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 6 Sep - 12:10


BACK TO SCHOOL
mini event

27 Août 2017.
C'est la rentrée magique dans l'intégralité du Monde.
Mais ce n'est pas une rentrée comme les autres, à Sainte Catherine.

Quand Benjamin Leroy est entré dans le Hall, un étrange sentiment a fait palpiter son cœur. Réunis en une foule impressionnante, Magiciens et Sorciers l'accueillent d'une salve d'applaudissements. Simple respect ou pure admiration, il ne saurait le dire mais peu importe. Voir ces deux communautés rassemblées sous le même toit suffit à balayer ses doutes et ses appréhensions. La tête haute et le dos droit, il s'avance d'un pas décidé jusqu'à l'estrade qu'il gravit sans difficulté. Ainsi en hauteur, il possède une vue imprenable sur l'ensemble des adolescents venant des quatre coins du monde. Les enfants d'aujourd'hui sont les adultes de demain, ainsi espère-t-il leur apprendre la tolérance, le respect et l'indulgence tout le long de leur scolarité à Sainte Catherine afin qu'ils ne répètent pas les erreurs passés de leurs parents. Cette génération sera celle du changement. Il en a fait la promesse.

Le regard chocolat de Benjamin se promène sur l'assemblée. Il reconnaît certains visages, en découvre d'autres. Il repère même sa propre fille, non loin de lui. S'il est fier comme un paon de la voir parmi les autres élèves, il demeure stoïque : il est pas un père pour l'heure, mais un directeur. Et le moment est venu pour lui de faire son discours. Le tout premier en tant que directeur de Sainte Catherine, et non plus d'Hortensia.

▬ Bonjour et bienvenue à tous. C'est avec émotion que je fais mon discours aujourd'hui. Lorsque l'école a fermé ses portes pour les vacances l'été dernier, aucun d'entre vous ne se doutait des changements qu'elle allait connaître. Je suis d'ailleurs tout à fait conscient que cette réforme n'a pas plu à certains d'entre vous ainsi qu'à vos familles, mais il était plus que temps de tendre une main à nos amis Sorciers. Cette ségrégation a assez duré, il est plus que temps d'apprendre de nos erreurs et de se remettre sur le droit chemin : celui de la fraternité.

Si Benjamin se tait, ce n'est que pour sonder les réactions de son public. Et comme il s'y attendait, elles sont plutôt partagées.

▬ Aujourd'hui, je suis ravi d'accueillir dans mon école des jeunes magiciens comme des jeunes sorciers et de leur offrir l'éducation qu'ils méritent. Il n'est plus question d'écarter une communauté si semblable à la nôtre et qui a tant à nous apprendre. N'oubliez jamais que personne n'est parfait mais que nous sommes sensibles aux changements tout le long de notre vie. Il n'est jamais trop tard pour élargir nos esprits et réviser nos opinions. Comme l'adage nous le dit, il n'y a que des idiots qui ne changent pas d'avis.

Une pique spécialement dédiée aux Grandes Familles, tellement accrochées aux anciennes valeurs qu'elles refusent d'évoluer. Une attitude bien idiote aux yeux du jeune directeur de Sainte Catherine.

▬ Cette année marquera celle du changement et vous en serez les principaux acteurs. Je compte sur vous tous pour travailler sérieusement et faire honneur à vos familles. Il ne tient qu'à vous de prouver au monde entier de quoi votre génération est capable.

Son discours terminé, Benjamin descend de l'estrade sous les applaudissements des élèves. L'instant d'après, quelques membres du personnel ouvrent les cartons contenant les quatre uniformes représentatifs des classe, les distribuant aux élèves convergeant dans la Grande Salle. Le jeune directeur rejoint aussitôt sa place, entouré de quelques collègues débriefant son discours.

Le banquet débute une petite heure plus tard, une fois tous les élèves installés aux longues tables. Comme il s'y attendait, l'ambiance n'est pas aussi décontractée que l'année précédente. La présence des Sorciers semblent en intimider plus d'un – et les Sorciers eux-mêmes ne semblent pas vraiment à l'aise. Néanmoins, Benjamin n'est pas inquiet. Il ne s'attendait pas à ce que les deux communautés s'acceptent sur le champ, il est normal qu'elles ressentent quelques réserves les unes vis à vis des autres. Il faudra un peu plus de temps pour que les tensions disparaissent et que les premières amitiés ne se créaient. Benjamin a confiance en cette génération bien plus ouverte et tolérante.

Le repas s'achève en milieu de soirée, tandis que la nuit prend petit à petit possession du ciel. Maintenant que les estomacs sont plein, il est temps pour les petits nouveaux de recevoir leur familier. Ainsi, Benjamin convie les Faunes ainsi que tous les nouveaux élèves – principalement des Sorciers – à le rejoindre au centre de la pièce. Une fois tout ce petit monde aligné devant lui, il sort sa baguette magique pour amener vers lui une grande caisse en bois, dont le couvercle se soulève tout seul. En sort alors une petite boule grise simplement dotée de gros yeux globuleux qui fixe l'assemblée d'un air ahuri. L'instant d'après, elle se dépose dans les mains du premier élève de la file et se change aussitôt en une petite créature à mi-chemin entre le hibou et le chat, créant un brouhaha général.

Si Benjamin devait choisir son moment préféré dans la cérémonie d'accueil, il répondrait sans hésitation l'attribution des familiers. Voir les différentes réactions sur les visages des adolescents est un moment qui ne le laisse jamais indifférent. Ainsi, un à un, le directeur distribue les petites boules grises à ses élèves et s'amuse de leur réaction. Certains sont ravis, d'autres étonnés, parfois même déçus. Mais il sait que ce n'est qu'une question de temps avant que tous ne créaient un lien tout particulier avec leur familier, comme lui avec Trend il y a déjà de nombreuses années.

Après l'attribution des familiers s'ensuit la création des binômes Dragon/Faune. Nouveau moment d'émotion et de stupéfaction pour tout le monde, mais surtout les plus jeunes.

La soirée s'achève ainsi sur ce dernier événement et les élèves sont conduit dans leurs chambres, méritant bien une bonne nuit de sommeil pour se remettre de leurs émotions.

Benjamin, pourtant, ne ressent pas la moindre fatigue malgré l'heure bien avancée. Il est bien trop impatient. Impatient de voir comment les relations vont évoluer, combien d'amitié vont se créer, qui est déjà prêt à faire un pas vers qui.

Cette rentrée, pour sûr, n'est vraiment pas banale !

(c) Moona Neko
Admin
avatar
Points : 154
Espèce : Magicien
Familier : Trend, renard à 3 queues
Situation : Marié
Voir le profil de l'utilisateur http://saintecatherine.forumactif.com
Admin
Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Sep - 17:12
⎡Back to school⎦
RP Event


Sasha étouffa à peine son bâillement derrière une main qui avait à peine vue le soleil pendant les vacances. Mikorin était allongé près de ses pieds, sa tête rousse reposant sur ses pattes avant croisées. La rousse se hissait sur la pointe de ses pieds pour tenter de trouver la masse de cheveux rouges appartenant à Adrian. Mais à cause de la masse d'élèves et de sa petite taille, aucun résultat.

L'annonce de l'arrivée des Sorciers avait attiré la vive curiosité de Sasha. Du coup, puisqu'elle ne prêtait en aucun cas attention au discours du Directeur, elle regardait à droite puis à gauche, tentant de deviner qui parmi eux, étaient les Grands Méchants Loups de l'Histoire. Pas facile au premier abord. Mais les quelques mines effrayées d'élèves beaucoup trop âgés pour être des Faunes venaient d'attirer son regard. Trouvés ~

Hmmmm … ! Ils n'avaient rien d'effrayant, pourtant ! Ah, comment allait-elle devoir se comporter avec eux ? Être trop amicale avec eux pourrait leurs paraître très suspect. Se montrer froide pour cacher sa curiosité ? Pas vraiment son genre.

« … Il ne tient qu'à vous de prouver au monde entier de quoi votre génération est capable. »

Oh et bien, si c'était le Directeur qui le disait ~
Oui, Sasha n'avait qu'à simplement les traiter comme elle traitait tous les élèves ici : en les obligeant à devenir la victime d'une farce réfléchie pendant un moment,  préparée avec minutie et finalement exécutée avec professionnalisme. Oui, cette année allait encore être quelque chose d'incroyable ! Peut-être allait-elle commencer par ces ignobles draps blancs d'un basique dérangeant.

La rousse eut une pensée pour son ancien binôme de chez les Dragons. Son binoclard lui manquait. Son sérieux lui manquait. Aucune chance qu'elle retourne à la tour du Lycan de sitôt après tout ce temps passé avec lui : le pauvre garçon avait espéré la transformer en bonne élève bien sage. Hélas … Sasha comptait vivre cette année de Pégase comme elle avait vécu celle de Faune : en faisant le stricte minimum scolairement.

Elle bailla à nouveau et remarqua des professeurs qu'elle n'avait jamais vu jusqu'ici : une magnifique femme aux cheveux rouges, une plus petite aux cheveux bruns et un homme de même taille aux cheveux également sombres. Ah, elle allait vraiment bien s'amuser ~

Sasha joignit ensuite ses applaudissements à ceux des autres, pressée d'aller manger. Cela devait être également le cas de son familier car Mikorin se releva pour secouer sa queue « fluffy » comme disait sa mère.

On passa enfin aux uniformes. Dès qu'elle eut le sien, Sasha plissa le nez en observant cette avalanche de bleu. Au moins, la veste était grise. Par contre, la chemise bleue n'allait pas le rester bien longtemps. Quoi d'autre … ? Un nœud, bleu évidement … Ah, pas de collants ! Sasha avait bien fait de ramener ses hauts bas noirs qu'elle utilisait déjà l'année dernière !

Chacun vaqua à ses occupations jusqu'à l'heure suivante, moment où le repas commença enfin. Portant un Mikorin très théâtrale dans ses bras, Sasha rejoignit le reste des élèves pour s'installer à l'une des grandes tables. La lourdeur de l'ambiance était palpable mais Sasha s'en fichait. Elle avait juste faim. Mikorin se glissa sous la table, à ses pieds. La rousse se servit dans plusieurs plats, glissant à l'occasion quelques morceaux de viande à son Familier. Le renard ne ressentait pas vraiment la faim mais s'il dormait comme une masse la nuit, il pouvait grignoter une cuisse de poulet à l'occasion.

Les petits Faunes regardaient les plats se remplir automatiquement avec des yeux émerveillés et Sasha avait l'impression de se voir à peine un an auparavant. Elle entendit notamment une jeune fille parler de « gaspillage alimentaire » et la rousse la regarda fixement tout en grignotant sa feuille de salade. Okay, ça commençait bien pour elle … Sasha avala et piqua sa fourchette dans sa pomme de terre aux herbes bien fondante.

Maintenant, elle avait hâte de voir l'attribution des familiers. La Magicienne l'avait toujours dis : elle voulait absolument un renard. C'était mignon, doux à caresser et ça faisait des bruits bizarres. Et Mikorin était parfait.
Alors quand le moment arriva et que tout le monde y alla de son petit cri de ravissement ou d'effroi, Sasha se frottait les mains sous la table. Cependant, elle ne prêta pas vraiment attention à la création des binômes Dragon/Faune, le cœur encore alourdit par le départ de son aîné. Il était chiant honnêtement, trop à cheval sur les règles, le nez constamment plongé dans ses manuels mais si elle pouvait avoir la chance de le revoir à l'occasion, Sasha se précipiterait vers lui sans hésiter. Il avait été d'une sacrée patience avec elle, après tout.

Voilà, c'était enfin terminé. Une nouvelle année scolaire allait enfin débuter. Il y avait plein de nouveaux à voir tomber dans ses pièges.
Et elle avait toute une année pour préparer son piège ultime destiné à Benjamin Leroy ~    


Tsubaki
Pégase
avatar
Points : 57
Espèce : Magicienne
Familier : Mikorin, renard roux
Situation : En couple
Voir le profil de l'utilisateur
Pégase


Merci Soulmate ~★
Made by Archi ~★
Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Sep - 22:57
Back to school
Mini-évent

Tu es stressée. Bien évidemment, tu n’avais pas réussi à t’imaginer la taille de l’établissement, et le nombre d’élèves qui y étudieraient. Mais maintenant que ces derniers sont tous réunis dans la même salle, tu te surprends à avoir le vertige. Tu ne dois pas avoir l’air bien vaillante, au milieu de tous tes collègues. Tu essaies même de te cacher au milieu d’eux. Encore un avantage de ta petite taille que tu as découvert au fil du temps. Peut-être était-ce une mauvaise idée de postuler pour ce poste à Sainte-Catherine. Après tout, tu n’as aucune expérience en tant qu’infirmière scolaire. Et encore moins dans une école de magie. Tu sors tout juste de tes études et tu as eu la folie des grandeurs, apparemment. Ce n’est pas cette malheureuse année en hôpital qui te servira à quelque chose ici. Tu souffles, tentes de te calmer, relativises. Ce n’est pas vraiment la peine de stresser à ce point. Si tu as été acceptée ici, c’est qu’il y a bien une raison, n’est-ce pas ? Tu caresses distraitement l’aile d’Epsilon de deux doigts. Pour une fois, celui-ci s’est perché sur ton épaule, et non pas sur ta tête, comme il aime tant le faire lorsqu’il veut te faire tourner en bourrique aux yeux de tout le monde. Mais peut-être, sûrement, a-t-il compris que ce n’était pas vraiment le moment.

Tu balaies la salle des yeux. Avec l’arrivée toute récente des Sorciers dans l’école, l’idée ne pas être la seule dans ton état te rassure légèrement. Tu aperçois quelques visages terrifiés dans la foule, des regards curieux qui cherchent, d’autres plus vigilants qui ont déjà trouvé. Bien sûr, tu sais d’avance que tu vas avoir le droit à des remarques, de même que le reste de ta communauté. L’intégration ne se fera pas du jour au lendemain. Toi-même, tu t’es surprise à rechercher des Sorciers dans la salle, que ce soit chez les élèves ou chez tes futurs collègues. Tu en même déjà trouvé quelques-uns. Enfin, une seule. Une femme grande et élancée, montée sur talons hauts, avec une chevelure impressionnante. Elle porte son tatouage sur la poitrine et une énorme araignée dans le dos. Bien que ce soit sûrement son familier, tu as préféré t’en éloigner prudemment, malgré le fait qu’il y ait de fortes chances pour qu’elle soit une Sorcière, tout comme toi.

Le Directeur commence un discours dont tu bois chaque parole. Après tout, c’est grâce à cet homme que tu as eu cet emploi. C’est tout d’abord lui qui a ouvert l’école aux Sorciers, brisant ainsi les règles établies par les siens des siècles plus tôt. Ensuite, mais de cette information tu es moins sûre, c’est également lui qui décide de son personnel. Ainsi, c’est lui qui a décidé de t’embaucher. Tu éprouves donc à son égard un fort sentiment de respect et d’admiration, couplé à une puissante intimidation que tu ressens constamment auprès de tes supérieurs hiérarchiques.

« Cette ségrégation a assez duré, il est plus que temps d'apprendre de nos erreurs et de se remettre sur le droit chemin : celui de la fraternité. »

Tu espères que son message passera auprès de tous, qu’ils soient Magiciens ou Sorciers. La ségrégation va dans un sens comme dans l’autre. Peut-être ta communauté et toi êtes restés tant de temps dans l’ombre par peur du changement et par haine des Magiciens.

Le discours se termine dans le calme et le silence. Benjamin Leroy dégage un tel charisme que personne n’ose l’interrompre, et surtout pas toi. De toute façon, qui es-tu pour le faire ? Une heure plus tard, après la distribution des uniformes aux élèves, le banquet commence enfin, et un brouhaha envahit soudainement la salle. Les discussions s’enclenchent peu à peu et toi, assise au bout de la table dédiée au personnel, tu te sens de plus en plus mal à l’aise. Bien sûr, tu n’es jamais vraiment sereine au milieu de tant de monde, mais ce sont tout de même tes futurs collègues qui tentent de te parler. Pourtant, tu rougis, réponds aux questions en deux mots, bredouilles, et restes le regard rivé dans ton assiette. Tu as peur de répondre, de paraître cruche, ainsi, tu t’enfermes dans le mutisme et ne parles que lorsqu’on te le demande. On dirait tellement une enfant que tu en as honte. Pourtant, au fur et à mesure que le repas avance, tu commences à te sentir plus sereine. Peut-être est-ce la faute des quelques verres de vin que tu as bu et qui ont la fâcheuse tendance à te monter vite à la tête. Tu n’en sais rien. Mais en tout cas, ta langue se délie et tu t’autorises même à lancer quelques-uns de tes rires peu discrets. Ainsi, à la fin du repas, en plus de te sentir repue, tu te sens soudainement fatiguée. Tu te mets d’ailleurs à bailler quelques fois en une dizaine de minute, espérant désormais que la cérémonie se termine rapidement.

La distribution des familiers commence enfin. C’est avec amusement que tu te remémores ta rencontre avec le tien, Epsilon. Tu te souviens avoir été particulièrement déçue lorsque tu t’étais rendue compte que le familier ne restait pas sous la forme d’une petite boule grise toute mignonne. Mais rapidement, avoir un oiseau avec un tel plumage t’avait ravie. En scrutant les réactions des nouveaux élèves recevant le leur, tu en vois quelques-uns qui ont la même réaction que la tienne, à l’époque. Un drôle de mélange d’étonnement, de surprise, de ravissement et de déception à la fois. Tu sens un petit sourire nostalgique apparaitre sur ton visage. En revanche, l’attribution des binômes Dragon/Faune est pour toi une nouveauté, ce système n’existant pas dans l’école que tu as fréquenté. C’est alors avec un regard curieux que tu observes cette cérémonie, tentant vainement de te retenir de bailler à intervalle régulier.

La soirée se termine, les élèves sont raccompagnés dans leur dortoir et toi, tu peux enfin te diriger vers ton lit. Après cette soirée, tu es sûre d’une chose : venir ici n’était pas un mauvais choix, car tu te plairas à l’école Sainte-Catherine.
Infirmière
avatar
Points : 24
Espèce : Sorcière.
Familier : Une crécerelle d’Amérique mâle nommée Epsilon.
Situation : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur
Infirmière
Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Sep - 20:49

event
« BACK TO SCHOOL »
Woah.

C'est la première pensée qui t'as traversé l'esprit lorsque tu as mit les pieds dans le domaine de Sainte Catherine. Jamais de ta vie tu n'avais vu une telle construction. Cette école, ça n'a rien a voir avec celle que tu as fréquenté en Transylvanie. La Magie est tellement présente dans l'air que tu as l'impression d'en adsorber des litres et des litres à chaque inspiration. C'est à la fois fascinant et déroutant, tellement que tu ne peux t'empêcher d'observer tout autour de toi, curieux de découvrir l'immense propriété qui te servira d'école pour les trois années à venir. Pour peu, tu en oublierais que tu t'apprêtais à les partager avec des Magiciens. Cependant, cette petite information - qui a tout de même son importance - se rappelle à ton esprit lorsque tu croises le regard jaugeur d'une jeune fille à l'épaisse crinière rousse. Tu ignores qui elle est mais tu es certain qu'il s'agit d'une Magicienne – la grimace de dégoût qu'elle t'adresse vaut mieux que mille mots. Aussitôt, tu te ratatines, rentrant prestement ta tête dans tes épaules. Heureusement que ton père est déjà parti, sinon il t'aurait remonté les bretelles pour ne pas t'être défendu. Malheureusement, ce n'est pas ton entrée à Sainte Catherine qui va forcément forger ton caractère. Tu penses même que ce sera tout le contraire.

Tes valises ayant déjà été prises en charge, c'est les mains vides que tu rejoins le Hall comme tous les autres élèves. Dimitri n'étant pas arrivé en même temps que toi, tu ignores où il peut bien être mais essayer de le retrouver dans cette foule, ce serait comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Alors tu te rassures, certain de mettre la main dessus un peu plus tard. Pour l'heure, tu te contentes de prendre place sur une chaise libre, à côté de deux personnes inconnues mais qui, de toute évidence, sont des Sorciers comme toi. Sans réelle surprise, il semblerait que les Magiciens se soient rassemblés d'un côté et les Sorciers de l'autre. Ce n'est pas aujourd'hui que les communautés vont de mêler semble-t-il … Mais au moins, tu te sens un peu plus à l'aise entre deux congénères. Pourtant, tu ne les connais même pas- vu les traits de leurs visages et la couleur de leur peau, tu parierais qu'ils sont d'origines hispaniques. A côté, tu es blanc comme un cachet d'aspirine. Il est d'ailleurs impressionnant de constater la diversité des origines : il y a tant de personnes de nationalités différentes que tu es certain qu'il y a au moins un représentant de chaque pays assit avec toi dans le Hall de Sainte Catherine. De quoi te donner un sacré tournis.

Le brouhaha résonnant jusqu'à maintenant dans la salle s'arrête aussitôt que Benjamin Leroy apparaît sur l'estrade installée là pour l'occasion. Son apparition te laisse sans voix : si tu es assit ici en ce moment, c'est uniquement grâce à lui. Le seul Magicien qui a osé faire un geste, et pas des moindres. Son discours, tu en bois chaque mot avec admiration. Il est tellement charismatique que l'assemblée entière l'écoute sans faire le moindre bruit. Chacun de ses mots, tu les graves dans ton esprit comme des promesses qui, tu l'espères, se concrétiseront dans un futur plus ou moins proche. L'ouverture de l'école aux Sorciers est déjà un immense pas en avant, il ne reste plus qu'à continuer sur cette route et espérer atteindre l'aboutissement de tout cela : un monde dans lequel Magiciens et Sorciers avancent main dans la main sans aucune forme de ségrégation. Un monde dans lequel aucune communauté ne serait mise à part sous prétexte qu'elle puisse être dangereuse. Les Magiciens ont jugés les Sorciers avant de connaître leurs intentions, simplement guidés par la peur. C'est le moment où jamais pour prouver que ta communauté est pacifiste. Toi, en tout cas, tu comptes bien être acteur de ces changements.

Le discours terminé, une salve d'applaudissements retenti dans le Hall. Tu t'y joins de bon cœur, claquant tes paumes tellement fort que tu ressens bientôt des fourmis dans tes mains. Benjamin Leroy disparaît tandis que quelques membres du personnel s'avancent avec des gros cartons et commencent à la distribution des uniformes. Suivant le mouvement, tu te lèves de ta chaise et rejoint la file des garçons, pressé d'avoir ton uniforme entre les mains. Dès que ton tour arrive, tu te contentes de dire ta classe pour que l'on te tende un petit paquet et t'invite à prendre place à table pour le banquet de bienvenue. Ton uniforme bien emballé dans les bras, tu rejoins donc la Grande Salle et prend place sur le premier banc que tu vois. Tu ignores si Dimitri est déjà là mais tu n'oses pas vraiment t'avancer vers les autres personnes ayant déjà prit place à la même table que toi. Tu cales donc ton uniforme sur tes genoux et attends, plutôt impatient, l'arrivée de ton demi-frère. Le banquet commence cependant sans que tu ne le vois : il a du s'asseoir autre part, avec le monde qu'il y a il ne t'as sûrement pas vu. Alors tu commences à grignoter en silence, écoutant d'une oreille la conversation des élèves assit près de toi. Ils parlent surtout de leurs vacances d'été, rien de bien passionnant en soi. De toute façon tu n'es pas le genre à épier les conversations d'autrui, alors tu diriges ton attention sur ton repas et sur lui seulement.

Petit mangeur que tu es, tu es vite repus et attend avec une certaine impatiente la suite des événements. Si tu en crois le programme que tu as reçu en même temps que ta lettre d'admission, la prochaine étape de la soirée est la remise des familiers. Depuis que tu es tout petit, tu as hâte de recevoir la petite créature magique qui t'accompagneras dans ta vie comme un animal de compagnie. Tu as toujours beaucoup apprécié le bouvier bernois de ton père ou le héron de ton grand-frère Alexei au point de souhaiter avoir le même familier lorsque ton tour viendra. Pourtant, désormais, tu espères te démarquer avec une créature différente qui te surprendras. Tu auras peut-être un lézard, qui sait ? Ou bien un petit rongeur ? En tout cas tu ne sembles pas être le seul à être impatient, car tu entends quelques jeunes Faunes pariés sur la future forme de leur familier. A croire qu'il s'agit de l'événement le plus attendu de la soirée, du moins pour ceux n'en ayant pas encore. Les élèves déjà affublés de leur créature ne doivent pas se sentir vraiment concernés par ce moment – bien que cela va, pour sûr, les rendre nostalgique de leur propre expérience les années auparavant.

Enfin, le moment est venu. Maintenant que tout le monde a l'estomac plein, les assiettes et les plats disparaissent des tables et Benjamin apparaît de nouveau, conviant les Faunes ainsi que les nouveaux élèves au milieu de la pièce. En temps normal, chaque Magicien et Sorcier reçoit son familier dès son entrée au lycée mais comme tu n'y as pas mit les pieds suite à l'apparition de ta malédiction, tu fais parti de ces rares adolescents de seize ans à recevoir ton familier en retard. Néanmoins, c'est un honneur pour toi de te le faire offrir par le directeur de Sainte Catherine, alors tu ne te plains pas. Tu prends ta place dans le rang sans te faire remarquer, prêt à attendre le temps qu'il faudra. Tu assistes donc aux premières remises avec intérêt, analysant les réactions de chacun à la transformation de leur petite boule grise en une créature de chair et d'os. Les attitudes sont diverses et variées, il y a autant de tristes que de satisfaits, tant que tu en viens à redouter ton tour. Et si ton familier ne te plaisait pas ? Et si on se moquait de toi ? Ton familier te suivra toute ta vie. Il est important qu'il te plaise. Sinon, comment assumer sa présence à tes côté chaque jour ?

Le directeur se dresse alors devant toi, un sourire chaleureux sur les lèvres. Si tu n'affrontes pas son regard par timidité, tu bulbities malgré tout un remerciement quand il dépose la boule grise entre tes mains. Elle est étrangement froide et légère, comme un petit caillou ramassé au bord d'une rivière. Et sous tes yeux ébahis, elle prend rapidement la forme d'une minuscule chauve-souris aux grandes oreilles en forme d'amande. N'étant pas un spécialiste de ces créatures, tu ignores de quelle espèce il peut s'agir mais tu restes tout de même assez abasourdi. Une chauve-souris, il n'y a pas plus cliché pour toi, dont la famille est accusée depuis des générations de descendre des vampires. Donc, sur le coup, tu es assez déçu. Cette réputation te colle suffisamment à la peau, au point d'être le thème même de ta malédiction. Ton premier réflexe est donc de guetter la réaction des autres. Néanmoins, personne ne semble porter de réelle attention à ton familier, tout le monde est bien trop occupé à analyser sa créature ou à attendre la sienne. Au bout des doigts, tu effleures le pelage brun de la chauve-souris, glissant le long de son dos à rebrousse-poil jusqu'au son visage. Aussitôt, il plante ses petits dents dans son doigt, te faisant sursauter. Tu ne pensais pas qu'il aurait des crocs si acérés ! Son premier te vient aussitôt à l'esprit : Knife. Car ses dents sont aussi tranchant que des lames de couteau.

C'est donc mi figue mi raisin que tu regagnes ta place, Knife déjà dissimulé dans la poche de ta veste en laine. Tu finiras sûrement par t'y faire, après tout. Et puis, une chauve-souris, c'est assez mignon. Tu aurais pu avoir bien pire. La soirée continue sans que tu n'y prêtes grande attention. La création des binômes Faune/Dragon ne te concernant pas, tu préfères observer Knife qui roupille tranquillement dans ta poche. Il est tellement petit que tu te demandes si tu ne risques pas de le prendre, parfois. Les autres élèves à ta table ont été affublés de familiers bien plus impressionnants, de croire faire pâlir les autres de jalousie. Et pourtant, plus tu contemples ton familier, plus tu réalises qu'il te correspond vraiment. Un petit sourire fleurit sur tes lèvres pincées. Tu as du mal à le réaliser, mais tu l'aimes déjà.

La soirée s'achève tranquillement, dans une ambiance toujours aussi particulière mais qui risque de perturber dans les jours à venir. Il est impossible que les Magiciens acceptent les Sorciers et vice-versa en une seule soirée, après tout. Néanmoins, les émotions n'en sont pas moins fortes et c'est vidé de toute énergie que tu rejoins la chambre que l'on t'as attribué. Tu ne prends même pas la peine de regarder avec qui tu la partages que tu t'affales dans ton lit, aussi happé par le sommeil qui attendait impatiemment ta visite.

Cette année risque d'être mouvementée.
Pégase
avatar
Points : 3
Espèce : Sorcier
Familier : Knife, une chauve-souris
Situation : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur
Pégase



Gaby s'exprime en #c52929
Bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Sep - 18:41

With Sainte Chaterine's School

BACK TO SCHOOL

Archibald Strogoi était exaspéré. Cela faisait plusieurs minutes déjà qu’ils attendaient dans le hall l'arrivée du mystérieux directeur de l’établissement. Et il n’avait jamais été très doué pour attendre.  Un certain malaise régnait entre les élèves à l’idée de savoir que Sorciers et Magiciens étaient réunis au même endroit. Si proche et prêt à commencer une première année ensemble. Le blondinet ne ressentait ni excitation à l’idée d’assister à un événement qui allait sûrement entrer dans l’histoire de l’école Sainte Catherine, mais également dans  celle du reste du monde.  Après tout, il s’en fichait pas mal de ce conflit qui durait entre les deux communautés.  S’il était ici, dans cette école en particulier,  c’était parce que son père l’y avait envoyé.

C’était prévisible.  Gabriel et Dimitri,  ses deux cousins y avaient également été envoyés.  Son père avait tendance à imiter tout ce que son frère faisait afin de ne pas se laisser surpasser. C’était lamentable et d’ordinaire, Archibald aurait bataillé pour ne pas y être envoyé et ainsi ne pas accomplir le voeu de son père.  Mais il lui avait lancé un défi.  Il avait parié qu’il ne resterait pas longtemps à cause de son mauvais caractère et de ses notes qui ne dépasseraient même pas la moyenne. C’était réellement frustrant d’entendre cela…  Les notes d’Archibald n’étaient pas très hautes dans sa précédente école.  Il faut dire qu’il séchait pas mal les cours et ne mettait aucun effort dans rien.  Son père avait fini par le considérer comme un bon à rien.  A moins qu'il ne l'ait toujours été à ses yeux. Simplement, il allait lui montrer… lui montrer qu’il pouvait être aussi intelligent que n’importe qui et tenir une place dans cette école qui paraissait tout d’un coup si célèbre dans le monde!

Le directeur finit par rejoindre le hall couvert par une salve d’applaudissements respectueux.  Archibald ne réagit pas forcément et se contenta d’observer l’homme avec curiosité et arrogance. C’était quelqu’un qui visiblement attirer la sympathie et l’honneur dans son attitude.  D’ailleurs, une attitude plutôt humble malgré tout ce qu’il avait pu accomplir.  Le blondinet lui-même était quelque part impressionné même s’il n’aimait pas l’admettre.

Il écoutait cependant son discours d’une oreille distraite, n’ayant jamais trop aimé les formalités.  Néanmoins il comprit tout de même sa pique envoyée aux grandes familles toujours attachées à leurs traditions et il repensa à son père.  Son père qui trouverait cette manière de penser futile et s’en mordrait les doigts.  C’était assez réjouissant à imaginer…  Il parla ensuite de travailler sérieusement pour faire honneur à leur famille. Là,  il dut se retenir d’éclater de rire.  C’était un discours qu’il trouvait plutôt ironique, en fin de compte.  

Le cours terminé déboucha par la suite sur un banquet, où les élèves installés aux grandes tables, vinrent apparaître sous leurs yeux ébahis une tonne de nourriture.  En s’en rendant compte,  l’air morose de Archibald fut remplacé par des yeux pétillants et un sourire jusqu’aux dents.  Un filet de bave coulait discrètement sur le côté de sa bouche à l’idée d’y goûter un bout.  Mais à cause… ou plutôt “grâce” à son éducation stricte,  il parvint à se tenir relativement bien pendant le reste du dîner.  Malgré qu’il semblait avoir avalé plus que son propre poids.

Archibald est ravi.  Son estomac était plein et il sentait qu’il avait suffisamment mangé pour tenir jusqu’à demain matin.  Il n’a pas réellement consulté le programme pour la suite de la soirée, mais il comprit rapidement en apercevant le premier en file de liste récupérer son… “familier.”  Les magiciens, ou du moins ceux qui étaient déjà dans cette école auparavant, avaient tous à leur côté une petite créature,  que ce soit reptile, mammifère ou on ne sait quoi d’autre.  Tous étaient visiblement très impatients de connaître le sien.  Le blondinet s’en foutait.  Comme s’il avait besoin de faire le baby-sitting pour une créature dont il ne s’occuperait pas une seule seconde?

Il finit par se retrouver à son tour devant le directeur dont il fit en sorte de bien regarder dans les yeux afin de montrer qu’il n’avait pas peur de cette nouvelle année.  De connaître son familier ou de n’importe quelle épreuve qui pouvait l’attendre pour la suite.  Une pierre se déposa à son tour dans ses bras avec des yeux globuleux pour rapidement se changer… en un léopard.

Mais pas n’importe lequel.  Une sorte de petit léopard qui tenait dans ses bras, au pelage de fauve beige et tacheté de petites rosettes.  Un léopard qui le dévisageait avec curiosité… et une certaine arrogance. Comme Archi dévisageait un peu tout le monde.  Il était petit mais semblait inspirer la terreur avec ses dents de prédateurs qu’il dévoilait en baillant de temps à autre :

Quoi ? T’as un problème?” lui grogna-t-il dessus.

L’animal lui accorda à peine un regard.  Il était fatigué visiblement.  En l’ignorant totalement,  il fit en sorte de se caler entre ses bras pour se trouver une place confortable et dormir.  Tout d’abord,  cela surpris Archibald autant que cela l’exaspéra.  Mais une certaine forme d’intérêt l’avait soudain submergé vis-à-vis de son familier.  Ainsi qu’un autre sentiment étrange.
C’était son animal, son familier.  Il était absolument adorable quand il dormait.  Comme une mère qui regardait son enfant,  Archibald fut soudain envahis par une énorme fierté d’avoir une créature aussi fière et aussi forte à ses côtés.  Il allait falloir qu’il lui trouve un nom à cette petite bête visiblement pleine de caractère…
Mais il s’était trouvé un premier allié dans ce monde inconnu.  Et cela le rassurait.  

Il passa le reste de la soirée dans son coin, ne faisant aucun effort pour discuter avec les autres sorciers et il jeta même plusieurs mauvais regards à des personnes trop curieuses qui avaient le malheur de le regarder.  De toute façon… ils allaient rapidement entendre parler de lui. Avec son intelligence et sa force, il n’allait certainement pas passer inaperçu ici.

Une certaine curiosité l’envahissait tandis qu’ils se dirigeaient dans leurs nouvelles chambres. Une nouvelle vie l’attendait avec de nouvelles rencontres.  Il ne voulait pas l’admettre mais…
Il avait tout de même hâte d’en savoir plus.

Phénix
avatar
Points : 36
Espèce : Sorcier
Familier : Son léopard Nelu qu'il adoooooore!
Situation : Fiancé
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix







Vorbesc #660000
I speak in #660000
Je parle en #660000

Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Sep - 19:10
Back to School
Mini Event
J’ai envie de m’enfuir.
Trop de monde autour de moi, trop de bruit…
Je soupire.

Tout autour de moi, des dizaines de personnes parlent, rigolent et bougent sans arrêt.
Certains se montrent impatients, d’autres trépignent, et quelques-uns ne donnent même pas l’impression de se préoccuper de ce qui se passe autour d’eux.
Après tout, ce n’est qu’une rentrée scolaire de plus. Une rentrée presque ordinaire, en fait.
Elle pourrait être banale, si je ne voyais pas de temps en temps des regards hautains ou méprisants ou haineux jetés entre certaines personnes.
L’amour entre Sorciers et Magiciens n’est pas pour demain.
Mais il faut reconnaître qu’on assiste là à un grand pas en avance, grâce au génie, à l’ouverture d’esprit – ou au culot impressionnant, diront certains – du directeur de l’école de Sainte-Catherine.

Benjamin Leroy.
J’avais déjà entendu parler de lui, quelques temps auparavant.
Bien que relativement jeune, il était Directeur d’Hortensia. C’est à peu près tout ce que je savais de lui, jusqu’au coup d’éclat qui a retenti en août.
Les gens ont raison. Il faut soit être très sûr de soi et avoir un objectif bien précis, soit être complètement timbré, pour vouloir faire cohabiter deux « espèces » si différentes de manière aussi brusque.
Toujours est-il que ça a l’air de plutôt bien se dérouler, jusqu’à maintenant. Les gens ne se mélangent pas trop entre eux, et il est aisé d’isoler différents groupes de sorciers ou de magiciens, mais à part quelques regards ou quelques pics verbaux, la soirée ne commence pas si mal.
Espérons que ça dure.

Je frissonne.
Et pendant ce temps, je suis perdu au milieu d’inconnus, sans savoir de quel côté de la Malédiction ils se trouvent.
Ou plus simplement de gens dont je ne connais rien, de gens qui me bousculent pour essayer de voir l’homme tant attendu.
L’homme tant attendu qui se laisse désirer, d’ailleurs.
Je commence à réfléchir à tout autre chose quand Nick me mordille le genou. Je m’apprête à la réprimander, mais la foule se met soudainement à applaudir, me stoppant dans mon élan. Rejoignant maladroitement les applaudissements, puis cherchant à apercevoir cet homme qui fait tant parler de lui, je le vois finalement grimper sur l’estrade et se tenir face à nous.
Regroupant toute la concentration dont je suis capable, j’écoute attentivement son discours.

« Bonjour et bienvenue à tous. C’est avec émotion que je fais mon discours aujourd’hui. Lorsque l’école a fermé ses portes… »

Nick me rappelle à l’ordre, souhaitant grimper dans mes bras pour apercevoir « le fameux renard à trois queues de cet homme ! »
Soupirant, je le prends entre mes bras et commence à le caresser, puis laisse mon regard vagabonder dans la foule attentive. Je tente de me reconcentrer, quand le renard m’interpelle à nouveau à propos d’un « petit oiseau sur l’épaule là-bas ».
Visiblement, je ne vais pas pouvoir suivre le discours.
Tant pis, je reporte mon attention sur ce fameux oiseau perché sur « une épaule », laquelle dispose de longs cheveux roux.

« … prouver au monde entier de quoi votre génération est capable. »

Tonnerre d’applaudissement que je rejoins une fois de plus en retard, avant d’être entrainé par la foule qui se dirige vers la Grande Salle.
Je parviens assez miraculeusement à trouver la table des professeurs pour m’y installer et entamer la partie la plus intéressante – le repas.
Les discussions, rires et autres bruits des élèves emplissent la salle, mais une certaine gêne flotte dans l’air, quand ce n’est pas un silence plus ou moins cordial qui règne entre les quelques sorciers et magiciens mélangés.
A notre table, les discussions se font plus rares, certains professeurs accusant mal la situation actuelle. Malgré tout le repas se termine sans incident.

A la fin de celui-ci, les Faunes et les nouveaux élèves sont regroupés au centre de la pièce, et la fameuse distribution des familiers commence.
En voyant la boule grise qui leurs servira de compagnon, la plupart des élèves sont perturbés, leur expression reflétant leur gène.

« Ça me rappelle notre rencontre… J’en serai presque ému. »

Je passe mes doigts dans la fourrure de mon compagnon.

« Ouais. T’étais presque mieux en boule. »

Il grogne, avant de porter son intérêt sur quelque chose « qui le mérite ».

La séance d’attribution des binômes, puis la soirée arrive enfin à sa fin.
Enfin.
Au final, même si cela risque d’être tendu les premiers temps, en espérant qu’aucun dérapage n’ait lieu, il y a quand même une lueur d’espoir pour une cohabitation voire une bonne entente entre les deux espèces magiques.
Je dois avouer être soulagé, avant de m’affaler sur mon lit, Nick se roulant à mes pieds, et de m’endormir, fatigué de cette journée.
Professeur
avatar
Points : 21
Espèce : Sorcier
Familier : Nick, renard roux argenté.
Situation : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur




#94676a est la voix de la raison.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Sep - 22:22
Back to School
Mini-Event

« [...] Il ne tient qu'à vous de prouver au monde entier de quoi votre génération est capable. »

Une salve d'applaudissements résonna après le court discours prononcé par le directeur de l'école, tandis que celui-ci descendait tranquillement les marches de son estrade. Accompagnant la sortie de cet homme vers la Grande Salle adjacente, une poignée de professeurs et d'autres membres du personnel de l'établissement se placèrent alors aux entrées de celle-ci, munis de larges cartons dont ils distribuèrent le contenu au flot d'élèves qui déambulait devant eux.

C'était la rentrée, dans l'école un peu particulière de Sainte Catherine.
La première rentrée depuis l'intégration des Sorciers aux côtés des Magiciens dans cet établissement, mais également la première rentrée pour Lexa dans une véritable école.

Durant tout le discours de Benjamin Leroy, le jeune albanais avait eu bien du mal à rester totalement concentré sur les paroles de son nouveau directeur. Il en avait retenu la majorité - ou du moins c'est ce qu'il pensait - mais il avait certainement passé plus de temps à laisser son regard traîner d'un élève à l'autre qu'à réellement écouter l'illustre Magicien, perdu dans ses réflexions à propos de la nouvelle aventure qu'il était sur le point de commencer.
Tout était si différent de ses habitudes ici. Autour de lui, il n'arrivait pas à compter le nombre de visages des élèves qu'il allait bientôt devoir s'habituer à croiser absolument tous les jours. Des visages inconnus, variés. Certains plus jeunes que lui, d'autre plus âgés ; certains assurés et confiants, d'autres plus timides et réservés. Mais curieusement, parmi ces personnes toutes plus différentes les unes des autres, toutes étaient là pour la seule et même raison : apprendre la magie.
Ce qui ne faisait finalement de lui qu'un jeune comme un autre dans cette marée humaine, non ?

Alors qu'il suivait tranquillement le flot d'élèves qui se dirigeait vers la Grande Salle, Lexa soupira doucement, son regard se noyant dans la foule devant lui sans réellement se poser sur qui ou quoi que ce soit de particulier. Que faisait-il au milieu de tous ces inconnus ? Il n'en savait trop rien, mais il était évident qu'il dénotait avec la majorité des jeunes gens qui l'entouraient. Il avait déjà pu repérer certains regards plutôt peu engageants se poser sur lui depuis son arrivée au château et pour éviter d'avoir à les subir plus que nécessaire, il avait simplement décidé de penser à autre chose, d'ignorer ses camarades.
Il n'en voulait pas à ces élèves de le voir d'un mauvais œil, pas plus que cela ne le touchait et en toute honnêteté, il s'était même mentalement préparé à ce scénario depuis l'instant où il avait pris la décision d'embarquer dans le train menant à cette école. Entre ses vêtements franchement pas reluisants qui n'inspiraient pas particulièrement la confiance et ses expressions faciales qui trahissaient à quel point tout ce qu'il découvrait à chaque pas dans ce château pouvait être nouveau pour lui, l'adolescent s'était douté qu'une bonne partie de ses futurs camarades se ferait rapidement une idée du genre de personne qu'il pourrait bien être.
Et il se doutait que pour la plupart, faire le raccourci entre son apparence vétuste et son appartenance à la race des Sorciers suffirait à tuer la moindre envie pour eux de l'approcher.

Dan lui avait plus ou moins expliqué les histoires compliquées entre Magiciens et Sorciers mais pour le moment, Lexa lui-même ne savait trop qu'en penser. Qui étaient les « gentils » ? Qui étaient les « méchants » ? Honnêtement, il doutait qu'un côté ne soit beaucoup plus blanc qu'un autre. De ce que la vie et ses parents lui avaient enseigné, il ne pouvait se baser sur les actions d'une majorité pour juger un groupe entier qu'il ne comprenait pas. Il n'irait probablement pas se jeter dans les bras du premier Magicien venu, c'était une évidence, mais d'un autre côté, il se savait également parfaitement incapable de faire la différence entre l'un d'entre eux ou un Sorcier comme lui. Aucune raison pour lui de se forger des à-priori, donc.
Il était là, dans une école qui lui apprendrait éventuellement à contrôler la sorcellerie. Et c'était à peu près tout ce qui lui importait, même s'il était aussi impatient qu'angoissé à l'idée de devoir bientôt se plonger dans sa nature de Sorcier la tête la première.

Avant même qu'il ne puisse s'en rendre compte, Lexa était déjà arrivé au niveau des fameux enseignants aux cartons qu'il avait repéré un peu plus tôt, le tirant momentanément de ses pensées. L'un d'entre eux lui demanda alors sa classe et après un bref échange courtois, il se retrouva bientôt avec un uniforme dans les tons rouge et gris dans ses mains, constitué de vêtements diamétralement opposés à ceux qu'il avait pour habitude de porter. Ses nouvelles affaires dans les bras, Lexa continua ensuite simplement de suivre la masse à l'intérieur d'une salle immense, où tout le monde commençait déjà à s'installer autour de cinq longues tables.
Arrivé au milieu de la pièce, le sorcier s'arrêta dans sa marche, observant ceux qui prenaient place sur la table la plus proche de lui. Était-il censé s'asseoir à un endroit en particulier plutôt qu'à un autre ? Les élèves autour de lui semblaient pour la moitié d'entre eux s'asseoir entre amis, tandis que le reste donnait simplement l'impression de se placer au hasard. Ne connaissant encore personne, il décida donc qu'il s'en remettrait au hasard lui aussi, suivant le mouvement d'un autre garçon au visage juvénile et à l'air aussi perdu que lui.

Une fois attablé, il fallait avouer que Lexa ne fit pas vraiment le moindre effort pour s'inclure aux conversations qui s'engagèrent doucement autour de lui : il était encore bien trop occupé à observer la salle dans laquelle il se trouvait, s'émerveillant intérieurement de la richesse des lieux. Tout semblait grandiose, où que son regard ne se perde. Des pieds de table sculptés aux bêtes assiettes qui trônaient devant lui, tout lui paraissait simplement plus grand, plus joli que ce qu'il avait eu pour habitude de voir jusqu'à présent.
Et tout cela, ça n'était rien en comparaison au repas qui apparut littéralement de nulle part pour se retrouver devant ses yeux quelques minutes plus tard, laissant le jeune homme totalement bouche bée l'espace de plusieurs secondes. Il aurait été peu intéressant de décrire le repas qui suivit toutefois, celui-ci s'étant tout simplement déroulé dans le silence le plus total de la part de Lexa, trop occupé à apprécier la bonne nourriture qu'on lui offrait si généreusement.

La nuit commençait doucement à tomber et ce fut lorsque le ventre de Lexa ne semblait plus capable d'ingurgiter la moindre miette supplémentaire que la voix du directeur s'éleva finalement à nouveau dans la pièce pour s'adresser aux nouveaux élèves, créant un léger mouvement d'agitation dans la salle.
Il était temps pour les nouveaux venus de le rejoindre, et cela pour un événement bien particulier.

Sans un mot, le jeune sorcier croisa le regard du garçon à sa gauche qui se leva immédiatement, celui-ci semblant tout à coup bien plus jovial qu'un peu plus tôt. Plus même, il semblait véritablement impatient d'aller rejoindre M. Leroy, comme s'il avait attendu ce moment de la soirée depuis longtemps. Se levant à son tour en gardant un œil curieux posé sur lui, Lexa suivit donc l'exemple du jeunot tandis qu'ils rejoignirent bientôt un groupe grandissant de nouveaux élèves, s'alignant tous face au directeur.

Une fois que plus personne ne sembla se lever pour rejoindre la groupe qui s'était formé au centre de la pièce, le directeur fit un élégant geste de sa baguette et sous les yeux pétillants ceux lui faisant face, une large caisse en bois se mit à voler doucement vers lui. Après un nouveau coup de baguette, le couvercle de celle-ci se souleva, avant qu'une étrange boule de poils grise n'en sorte, flottant devant l'expression ahurie de Lexa.
Elle avait des yeux. La boule avait des yeux.
Et il n'avait strictement aucune idée de ce qu'elle pouvait bien être.

Après quelques secondes, la chose volante non identifiée se mit à flotter vers une élève du premier rang et lorsqu'elle toucha les mains de celle-ci, la boule se transforma immédiatement en une créature étrange, semblable à un hibou. Cette fois-ci, le jeune albanais ne put retenir un hoquet de surprise, ne pouvant lâcher du regard cet animal étrange jusqu'à ce que sa propriétaire ne bouge de sorte à ce qu'il ne puisse plus la voir. C'était donc ça, la magie ?
Suivant cette première transformation plutôt impressionnante, les nouveaux élèves se succédèrent face au directeur, chacun tendant leurs mains à leur tour pour recevoir ce qui allait devenir leurs familiers. Lexa ne cacha pas sa fascination à propos de ce processus, se posant mille questions à propos des créatures magiques qui changeaient de forme sous ses yeux les unes après les autres. Étaient-elles vraiment vivantes ? Pourquoi se transformaient-elles toutes dans des animaux bien différents ? Ou encore comment la magie pouvait-elle faire quelque chose d'aussi extraordinaire ?

Mais il n'eut pas même le temps de réellement réfléchir aux réponses à ses questions que son tour de se présenter face au directeur était déjà arrivé.

C'est avec un mélange de curiosité et d'excitation au creux de l'estomac que Lexa tendit ses mains devant lui, alors que ses yeux noirs se plongèrent dans ceux du grand Magicien face à lui. En observant celui-ci, l'adolescent ne put s'empêcher de penser que cet homme paraissait tout à fait ordinaire, si l'on oubliait bien sûr la baguette qu'il agitait dans sa main et l'étrange aura un peu impressionnante qui l'entourait. Vraiment, jamais il n'aurait deviné en croisant cet homme au détour d'une ruelle qu'il pouvait être un membre du monde magique. Mais maintenant n'était pas le moment de penser à cela.
Lentement, l'une des petites créatures grises avait commencé à avancer dans les airs dans sa direction, détournant son attention de l'homme face à lui. Sans trop comprendre pourquoi, Lexa sentit son estomac se nouer alors qu'il observait cet être étrange approcher de lui et lorsqu'il ne fut plus qu'à quelques centimètres de lui, le jeune homme inspira un grand coup, anticipant le contact qu'il aurait bientôt avec la bestiole.
Et au moment où il commença lentement à expirer, la boule grise tomba doucement dans ses mains.

L'expression qui traversa immédiatement le visage de Lexa lorsqu'il vit l'animal qu'il tenait à présent entre ses mains aurait été difficile à décrire justement. Quelque part entre l'émerveillement, la tendresse et la confusion, ses yeux pétillèrent lorsqu'ils croisèrent le regard de la petite bête velue devant lui. Cette boule de poils était passée du gris à une sorte de marron sablé et le jeune homme aurait été parfaitement incapable de dire de quel animal il pouvait bien s'agir. Ce ne fut que grâce aux murmures de deux adolescentes dans son dos qu'il sut qu'il s'agissait d'un Pika d'Ili - apparemment un animal tout à fait normal - et non d'une sorte d'hybride lapin-hamster.
Un large sourire se dessinant sur ses lèvres, il laissa son regard aller de son nouveau familier à son directeur, remerciant silencieusement celui-ci avant de se détourner de lui pour laisser l'élève derrière lui se présenter à son tour pour la remise de son familier. Maintenant qu'il tenait cette adorable chose entre ses mains, il ne ressentait même plus la moindre envie de regarder quels autres familiers allaient bien pouvoir apparaître entre les doigts de ses camarades. Il n'avait d'yeux que pour le curieux lagomorphe qui le regardait en clignant des yeux.

Alors qu'il s'éloignait lentement de la foule restante des élèves qui attendaient encore de recevoir leur compagnon, Lexa leva les bras, de sorte à placer la bouille de son familier juste devant ses yeux. Il fit alors une poignée de foulées avant de s'arrêter brusquement, non loin de l'endroit où il s'était assis pour manger un peu plus tôt. Pendant quelques secondes, le sorcier resta alors parfaitement silencieux, le visage sérieux et concentré, avant de rapidement rompre son mutisme pour s'adresser au petit animal dans ses mains.

« Jasper ? »

Face à lui, son familier cligna trois fois des yeux puis pencha légèrement sa tête sur le côté, comme s'il analysait le nom que le jeune sorcier venait de lui proposer. S'en suivit un nouveau clignement d'yeux du petit animal. Les fossettes de Lexa se creusèrent lorsqu'un sourire s'élargit à nouveau sur ses lèvres, tandis qu'il sembla comprendre jusqu'au plus faible remuement de moustache du compagnon dans ses mains. Il approcha alors un peu plus le Pika de son visage, posant son front contre celui de son familier une fraction de seconde avant de le remettre face à lui.
Laissant échapper un rire cristallin de ses lèvres, le sorcier hocha ensuite de la tête avant de reprendre sa marche pour retourner à l'endroit où ses affaires l'attendaient à table.

« Vendu. Jasper. »

Il n'avait encore aucune idée de ce qui allait bien pouvoir l'attendre dans cette nouvelle histoire qui s'ouvrait pour lui à Sainte Catherine mais pour le moment, ses doutes et ses angoisses allaient devoir attendre un petit moment avant qu'il ne leur accorde la moindre importance. Que les autres puissent le regarder de travers à cause de son apparence négligée ? Il ne regardait même pas ces gens-là. Que des Magiciens le pointent du doigt en chuchotant parce qu'il était un Sorcier ? Grand bien leur fasse, il n'en avait cure.
Il venait de se faire son premier ami dans cette école et étrangement, il n'était pas mécontent que celui-ci soit une boule de poils plutôt qu'une personne de chaire et d'os.

Et son instinct lui disait qu'il garderait ce précieux allié pour longtemps.

Codage par Libella sur Graphiorum
Phénix
avatar
Points : 19
Espèce : Sorcier.
Familier : Jasper, le Pika d'Ili.
Situation : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix


I don’t need to worry about withering
Because I won’t lose my color even if I’m stepped on.

Chilling in #003333
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 16:09


Le jour de la rentrée à Hortensia est enfin venu. Enfin, la rentrée à Sainte Catherine pour être exact. Le changement de nom n'est que mineur à côté de l'énormité de la décision qui l'a entraîné. Une multitude d'élèves arrivent cette année, et pas n'importe lesquels : des Sorciers. William attendait ce jour avec impatience depuis qu'il avait eu vent de cela. Il est enchanté par cette idée, ce progrès dans les mentalités. Il doit ce fabuleux jour à une personne en particulier : Benjamin Leroy. Il a profond respect pour le directeur, il l'admire.


Celui qui est maintenant Dragon vient d'entrer après avoir pris le temps de fumer avec certains amis en guise de retrouvailles. Bien qu'il soit dans cet établissement depuis 3 ans, passer les portes d'entrée de l'immense bâtisse lui fait toujours autant d'effet. De cet endroit s'émane une atmosphère puissante et majestueuse, en plus d'être quelque peu mystérieuse. Traversant avec peine la marée d'élèves, le noiraud en voit s'émerveiller plusieurs de ce qu'ils voient.

Le hall est noir de monde. On ne discerne plus les anciens des nouveaux dans cette foule tumultueuse et bruyante. Même excentrique comme il est, William passe presque inaperçu dans cette cohue. Presque. Si on oublie qu'il dépasse la majorité des gens d'une voire deux têtes. Les petit nouveaux se tournent à son passage, pour ensuite le fuir du regard. C'est comme ça qu'il les reconnaît. Honnêtement, ça l'amuse. Il se fait un malin plaisir à les effrayer un peu plus d'un grimace de temps en temps.

En cette rentrée, William fait honneur en sa famille. Plus ou moins. Il a accepté de venir habillé « comme il se doit ». Mais tout de même à sa manière. Pour faire simple… Il a comme qui dirait fait du tailleur familiale son ami. Il a donc des costumes de qualité indéniable, mais designés à sa sauce. On lui a dit de ne pas se faire marcher dessus par d'autres familles riches, une histoire d'honneur. C'est pas comme si il en a quelque chose à faire de ce qu'il porte. Bermuda ou costume, ce ne sont que des vêtement. Aussi des moyens d'expression, certes, mais des vêtements. Il porte un ensemble sombre. Des teintes allant du gris foncé au noir. Sa peau n'en ressort que plus blanche. C'est un costume 3 pièces finement taillé dans de belles matières. Pourtant, il a retiré sa veste (par souci de chaleur) tient celle-ci dans sa main droite par dessus son épaule. Sa chemise est simplement blanche hormis un motif sur l'encolure, simple. Son veston, lui, est ce qu'il y a de plus orné : broderies et chaînettes le recouvrent. Son pantalon et sa cravate sont très simples, sans excès contrairement au veston. Il porte des chaussures de ville pour une fois, il ne les porte presque qu'aux concours et autres concerts. Sinon, ses cheveux longs sont lâchés. Ses nombreux piercing font office d'accessoires.

En ce genre d'occasion, il est bien content que l'on s'écarte de son chemin. Cela lui épargne bien des efforts pour se faufiler entre chaque individu. Il avance donc nonchalamment vers un coin de la pièce où il verra bien. Natt le suit d'un pas gracieux. Il est fier comme un paon que  « (son) magicien » soit en haut de la hiérarchie des classes à présent. Une fois adossé contre un mur de la pièce, le Magicien attend patiemment. Enfin… Il semble calme mais son ressenti est tout autre. Il a hâte d'entendre le directeur. Il n'en revient toujours pas, Sorcier et Magiciens. Ensemble. Il pourrait presque pleurer de joie.

L'homme tant attendu fait son entrée. Tête haute, il se lance dans un discours de bienvenue :

«  Bonjour et bienvenue à tous. C'est avec émotion que je fais mon discours aujourd'hui. Lorsque l'école a fermé ses portes pour les vacances l'été dernier, aucun d'entre vous ne se doutait des changements qu'elle allait connaître. Je suis d'ailleurs tout à fait conscient que cette réforme n'a pas plu à certains d'entre vous ainsi qu'à vos familles, mais il était plus que temps de tendre une main à nos amis Sorciers. Cette ségrégation a assez duré, il est plus que temps d'apprendre de nos erreurs et de se remettre sur le droit chemin : celui de la fraternité. 

William est ravi. Il se sent compris et trouve comme un modèle en le directeur. Ses yeux pétillent d'intérêt.

- Aujourd'hui, je suis ravi d'accueillir dans mon école des jeunes magiciens comme des jeunes sorciers et de leur offrir l'éducation qu'ils méritent. Il n'est plus question d'écarter une communauté si semblable à la nôtre et qui a tant à nous apprendre. N'oubliez jamais que personne n'est parfait mais que nous sommes sensibles aux changements tout le long de notre vie. Il n'est jamais trop tard pour élargir nos esprits et réviser nos opinions. Comme l'adage nous le dit, il n'y a que des idiots qui ne changent pas d'avis.

Le philanthrope boit ces paroles. Il soutient cet homme de tout son être. Il est persuadé que cette date restera dans les mémoires. C'est un immense pas en avant dans les mentalités.

- Cette année marquera celle du changement et vous en serez les principaux acteurs. Je compte sur vous tous pour travailler sérieusement et faire honneur à vos familles. Il ne tient qu'à vous de prouver au monde entier de quoi votre génération est capable. »

William fait parti des premiers à applaudir. Un large sourire se dessine sur son visage. Mr.Leroy est incroyable. Au point que le jeune homme prenne des notes de ce qu'il ressent pour une composition à venir. Il veut absolument mettre cet événement en musique. L'Histoire prend un nouveau tournant, il le sent au plus profond de son être. Malheureusement, cette nouvelle ne semble pas du tout plaire à tous. Loin de cela. C'était prévisible.

Une fois tout le monde remis de ce discours, un mouvement de foule s'enclenche vers les professeurs. Des lignes distinctes se sont créées et une attente interminable commence. Les nouveaux uniformes de chacun semblaient si loin et si proches à la fois. Pendant tout ce temps, le tatoué observe les têtes inconnues alors que son familier se prélasse quelque part sur un meuble.

L'uniforme une fois récupéré, c'est le moment de manger. La salle est remplie mais une forte tension se ressent. Quant à William, il se pose le plus naturellement du monde au milieu d'inconnus. Il fait mine de ne pas voir ses connaissances pour espérer tomber sur un sorcier avec qui papoter ou juste trouver un faune intéressant.

Le repas se déroule dans une ambiance étrange. Willy ayant compris sont échec et constatant les airs mal à l'aise des autres personnes à sa table initiale décide de retourner avec d'autres Dragon pour profiter d'un repas animer. Bien qu'il le cache, il est légèrement déçu. Ses camarades l'accueillent en riant, pensant qu'il a volontairement « testé » les nouveaux. Un bizutage en somme. S'infiltrer et gêner.  La plupart d'entre eux, bien que sympathiques, ne comprennent pas la passion dévorante de William pour autrui et pour les Sorciers.

Le ciel s'assombrit au fil du repas. L'atmosphère et devenu moins tendue dans la salle. Le principal lance le moment le plus intéressant de la soirée, c'est à dire l'attribution des familiers. Cela rend les plus vieux légèrement nostalgiques. Inconsciemment, le Magicien se retrouve à caresser la tête de sa panthère en observant les événements.  Les diverses réactions des nouveaux élèves à la vue de leur nouveau compagnon pour la vie sont magiques. Elles sont diverses mais toute précèdent une merveilleuse relation à venir. Willy a tout de suite apprécié le sien, l'un comme l'autre est calme. La prestance de la panthère la rend terriblement charismatique.

Une fois tous les familiers attribués vient le moment qu'attendent tous les Dragons depuis le début de la rentrée : le parrainage. Chacun espère tomber sur un Faune « idéal » pour passer une année sans ennuis à réviser les examens. William, lui, n'a pas de grandes attentes. N'importe qui lui irait. Bien entendu, il serait ravi de parrainer un Sorcier, contrairement à beaucoup d'autres, mais il se fiche royalement si son (ou sa) protégé(e) est un Magicien. Il se fiche de sa tête, de ses résultats scolaires… Bref. Il est prêt à accepter n'importe qui. Son problème réside plus dans le fait qu'il vaudrait mieux que son Faune soit aussi ouvert d'esprit que lui, sinon il aurait du mal avec l'excentricité de l’aîné. Il a plus peur d'effrayer le plus jeune le premier soir qu'autre chose.

Une fois tous réunis, c'est avec stupeur que William et Natt réalisent de qui ils vont devoir s'occuper. La fille de directeur. Rien que ça.  Bien qu'absolument ravi, Willy est aussi inquiet. Une sorte de pression s'est abattue sur lui. Il n'a pas le droit à l'erreur. Il se doit d'être un modèle exemplaire pour sa Faune. Elle partage le sang de l'homme que William respecte le plus. C'est un brin de fille, elle semble minuscule à côté du Dragon. Elle est tout ce qu'il y a de plus opposé physiquement avec ses cheveux blonds et ses yeux dorés. Le duo ressemble à une créature démoniaque accompagnant une créature divine. A ce moment là, Willy se dit qu'un suédois stéréotypé comme son frère aîné aurait été parfait à sa place.

La jeune fille au son cobra fraîchement acquis ne semble pas ravie de son parrain. Ça a plutôt l'air du contraire. Natt tourne autour de William, intrigué par cette tension. William, lui, essaie de paraître le plus calme et passif possible. Il ne veut surtout pas paraître agressif ou dangereux. Déjà comme ça, la petite Annabella semble vouloir prendre ses jambes à son cou. En tout cas, c'est comme ça que l'aîné interprète son expression faciale.

Toutes les paires faites, tout le monde s'éparpille. William aimerait beaucoup toucher deux mots à la Faune mais ne parvient pas à la trouver dans la confusion générale. Il souhaiterait de tout son cœur effacer tout malentendu, lui montre qu'il est quelqu'un de bien. Il la cherche une bonne heure avant d'abandonner en soupirant. Il y réfléchira demain, il a besoin de sommeil.

C'est une rentrée pleine d'émotion qu'il vient de vivre, présageant une année tout aussi spéciale. Il va se coucher plein d'espoir et de sentiments divers. Des pensées plein la tête, il lui faudra un moment pour s'endormir.
Dragon
avatar
Points : 14
Espèce : Magicien
Familier : Natt - Panthère noire.
Situation : Célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon



Will te fixe en Darkred.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sainte Catherine's School  :: Le Domaine de Sainte Catherine :: Le Ventre de l'Hydre :: Le Hall-